Navigation – Plan du site
Articles

Le témoignage de François-Jérôme Riffard Saint-Martin, député à la convention

The Account of François-Jérôme Riffard Saint-Martin, deputy to the Convention 
Jacques-Olivier Boudon
p. 53-79

Résumés

Député à la Constituante, à la Convention, aux Cinq-Cents, puis au Corps législatif, Riffard Saint-Martin a tenu un Journal dans lequel il consigne, notamment à partir de la Convention, une grande partie de ses impressions politiques. Témoignage de premier plan, il permet de comprendre l’itinéraire d’un député de l’Ardèche, proche de Boissy d’Anglas, incontestablement membre du « parti girondin », ce qui lui vaut d’être membre de la Commission des douze en mai 1793. Mais il évite la proscription, reste à la Convention, se terre, avant de faire partie des thermidoriens et d’exprimer par le truchement de son Journal son rejet de la période de la Terreur et de ceux qui l’incarnent. En même temps, il demeure un républicain avéré très hostile au royalisme.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

L’entrée à la Convention
Le procès du roi
L’activité au sein du Comité des secours
La Commission des douze
Un député du « parti de la Gironde »
La chute de Robespierre
Les Journées de prairial

Aperçu du début du texte

François-Jérôme Riffard Saint-Martin fait partie de ces rares députés qui, membres de la Constituante, ont siégé dans la plupart des assemblées de la Révolution et de l’Empire. Élu suppléant à la Constituante, il siège ensuite à la Convention, au Conseil des Cinq-Cents de 1795 à 1797, puis à nouveau en 1798-1799. Rallié à Bonaparte, il intègre le Corps législatif, mais fait partie des législateurs épurés en 1802. Il revient néanmoins à l’assemblée en 1809, et meurt au début de la Restauration, membre de la chambre des députés des départements. L’homme est pourtant resté un inconnu, alors que son rôle est loin d’avoir été négligeable dans les différentes assemblées qu’il a fréquentées. Aucune biographie ne lui a été consacrée, mais plus étonnant, la plupart des rares notices biographiques qui le concernent sont lacunaires ou erronées. Des hésitations sont perceptibles sur ses origines familiales, son lieu de naissance, et même son parcours parlementaire, alors que ses prises de pos...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Olivier Boudon, « Le témoignage de François-Jérôme Riffard Saint-Martin, député à la convention », Annales historiques de la Révolution française, 376 | 2014, 53-79.

Référence électronique

Jacques-Olivier Boudon, « Le témoignage de François-Jérôme Riffard Saint-Martin, député à la convention », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 376 | avril-juin 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13158 ; DOI : 10.4000/ahrf.13158

Haut de page

Auteur

Jacques-Olivier Boudon

Université Paris-Sorbonne
Centre d’histoire du XIXe siècle (EA 3550)
jacques-olivier.boudon@paris-sorbonne.fr
28 rue Serpente
75006 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org