Navigation – Plan du site
Articles

Nouvelles gouaches révolutionnaires de Jean-Baptiste Lesueur. Entrées au musée Carnavalet (2005-2011)

New acquisitions : the Revolutionary gouaches of Jean-Baptiste Lesueur in the Musee Carnavalet (2005-2011)
Philippe de Carbonnières
p. 107-134

Résumés

Au sein de sa très riche collection consacrée à la Révolution française, le musée Carnavalet conserve un ensemble de gouaches de Jean-Baptiste Lesueur qui est l’un de ses joyaux. Depuis la parution de notre catalogue raisonné, en 2005, le musée s’est enrichi de 11 nouvelles pièces, qui font l’objet de cet article, lequel constitue une sorte d’additif au catalogue. Elles se signalent toujours par l’intérêt documentaire des costumes, la forte présence du fait militaire, ainsi que celle du petit peuple parisien, et l’attention pleine de sympathie à l’égard des femmes. Mais en outre elles confirment la curiosité de leur auteur pour des faits, ou des personnages, peu connus et très rarement, voire jamais représentés dans l’iconographie du temps ; ce qui confirme, si cela était encore nécessaire, leur caractère de témoignage exceptionnel.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Costume et projets de costume
Scènes de genre
Vie publique et événements

Aperçu du début du texte

Les gouaches révolutionnaires des Lesueur constituent l’un des joyaux de la collection du musée Carnavalet, l’une des plus riches au monde pour l’iconographie des années 1789-1815. Après avoir été longtemps entre les mains de la famille Bidault de l’Isle, 50 d’entre elles furent acquises par dation par le Cabinet des dessins du Louvre et immédiatement déposées au musée Carnavalet ; les 25 autres que conserve notre musée y étant entrées par achat et par donation. Unique en son genre, cet ensemble de petites scènes et/ou de personnages isolés et alignés, découpés dans du carton puis peints à la gouache, a été réalisé au sein d’une famille de petits bourgeois du faubourg Saint-Denis, les Lesueur, lesquels, selon une tradition familiale, étaient souvent qualifiés d’imagiers et d’éventaillistes. Dès 1770, ils avaient illustré l’entrée de Louis XV à Paris, porte Saint-Martin (au pied de leur domicile), escorté de sa maison militaire à pied et à cheval, en un rutilant défilé de carrosses, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe de Carbonnières, « Nouvelles gouaches révolutionnaires de Jean-Baptiste Lesueur. Entrées au musée Carnavalet (2005-2011) », Annales historiques de la Révolution française, 376 | 2014, 107-134.

Référence électronique

Philippe de Carbonnières, « Nouvelles gouaches révolutionnaires de Jean-Baptiste Lesueur. Entrées au musée Carnavalet (2005-2011) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 376 | avril-juin 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13170 ; DOI : 10.4000/ahrf.13170

Haut de page

Auteur

Philippe de Carbonnières

Chargé des collections Révolution-Empire
au Cabinet des arts graphiques du musée Carnavalet
23, rue de Sévigné
75003 Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org