Navigation – Plan du site
Articles

Nouvelles gouaches révolutionnaires de Jean-Baptiste Lesueur. Entrées au musée Carnavalet (2005-2011)

New acquisitions : the Revolutionary gouaches of Jean-Baptiste Lesueur in the Musee Carnavalet (2005-2011)
Philippe de Carbonnières
p. 107-134

Résumés

Au sein de sa très riche collection consacrée à la Révolution française, le musée Carnavalet conserve un ensemble de gouaches de Jean-Baptiste Lesueur qui est l’un de ses joyaux. Depuis la parution de notre catalogue raisonné, en 2005, le musée s’est enrichi de 11 nouvelles pièces, qui font l’objet de cet article, lequel constitue une sorte d’additif au catalogue. Elles se signalent toujours par l’intérêt documentaire des costumes, la forte présence du fait militaire, ainsi que celle du petit peuple parisien, et l’attention pleine de sympathie à l’égard des femmes. Mais en outre elles confirment la curiosité de leur auteur pour des faits, ou des personnages, peu connus et très rarement, voire jamais représentés dans l’iconographie du temps ; ce qui confirme, si cela était encore nécessaire, leur caractère de témoignage exceptionnel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Famille issue d’une sœur des Lesueur, ces derniers n’ayant pas eu de descendants directs. M. et Mme (...)
  • 2 Louvre, RF. 36527 à 36576.
  • 3 Même s’il existait dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, dans la région rhénane, une tradition lo (...)
  • 4 L’ensemble, en grande partie conservé chez M.et Mme Jean-Charles Bidault de l’Isle, se signale cepe (...)
  • 5 Fourchette chronologique basée sur l’état actuel de notre documentation et n’excluant pas l’éventua (...)
  • 6 Cette dernière étant en fait évoquée dans le cadre d’une allégorie.
  • 7 Philippe de Carbonnières, Lesueur-Gouaches révolutionnaires-Collections du musée Carnavalet, Paris- (...)
  • 8 Probablement aidé, dans quelques cas, par ses frères (cf. Philippe de Carbonnières, op. cit, p. 37- (...)
  • 9 Respectivement peintre de paysage, et sculpteur.
  • 10 Pour une lecture « politique » de l’œuvre de Lesueur, voir notre article « Les gouaches révolutionn (...)

1Les gouaches révolutionnaires des Lesueur constituent l’un des joyaux de la collection du musée Carnavalet, l’une des plus riches au monde pour l’iconographie des années 1789-1815. Après avoir été longtemps entre les mains de la famille Bidault de l’Isle1, 50 d’entre elles furent acquises par dation par le Cabinet des dessins du Louvre2 et immédiatement déposées au musée Carnavalet ; les 25 autres que conserve notre musée y étant entrées par achat et par donation. Unique en son genre3, cet ensemble de petites scènes et/ou de personnages isolés et alignés, découpés dans du carton puis peints à la gouache, a été réalisé au sein d’une famille de petits bourgeois du faubourg Saint-Denis, les Lesueur, lesquels, selon une tradition familiale, étaient souvent qualifiés d’imagiers et d’éventaillistes. Dès 1770, ils avaient illustré l’entrée de Louis XV à Paris, porte Saint-Martin (au pied de leur domicile), escorté de sa maison militaire à pied et à cheval, en un rutilant défilé de carrosses, de mousquetaires, de chevau-légers, de gardes françaises et suisses, et déjà selon le procédé du carton découpé puis peint4. De la même manière, entre 1789 et 18075, cette famille produisit un extraordinaire « reportage » illustrant aussi bien des événements comme la fuite à Varennes, le 10 Août ou la bataille de Marengo6, que des faits divers oubliés de la grande Histoire. C’est d’ailleurs cette approche sous l’angle de la vie quotidienne, d’une Révolution en quelque sorte « vue d’en bas », qui constitue le principal intérêt de ce témoignage de première main, au demeurant d’une incontestable qualité graphique. Dans notre catalogue raisonné7 nous avons souligné la richesse documentaire de ces gouaches, en particulier sur le plan du costume, de la sans-culotterie, de la prégnance du fait militaire ou encore – et ce n’était pas si fréquent alors – de la place des femmes. Après avoir réattribué la paternité de ces images à Jean-Baptiste Lesueur8 et non, comme le faisait une historiographie peu rigoureuse, à ses homonymes Pierre-Étienne et Jacques-Philippe Lesueur9, nous nous étions interrogés sur l’utilisation – publique ou privée, théâtrale puis « muséale » — de cette étonnante galerie de petits personnages avant de montrer que leur (s) auteur (s) n’étaient pas neutres politiquement. Tout en tenant compte du décalage entre les images et les étiquettes collées sur les montages postérieurs, qui en donnaient un commentaire souvent fautif et en tout cas nettement conservateur, nous étions arrivés à cerner la sensibilité du peintre : un modéré, constitutionnel, fayettiste, puis dantoniste, et pour finir ardent partisan de Bonaparte ; en cela parfait reflet d’une certaine bourgeoisie, à la fois proche du petit peuple et distanciée par rapport à ses revendications et à sa violence10.

  • 11 Dans la galerie de liaison, du 9 mars au 12 juin 2005.
  • 12 Carnavalet, D.15867 à D. 15873, n° d’entrée E. 22437 ; D. 16615 et D. 16616, n°d’entrée E. 22527.
  • 13 Carnavalet, D. 15452 et D. 15453, n° d’entrée E. 22411. Les noms de ces généreux amis de Carnavalet (...)
  • 14 Philippe de Carbonnières, op.cit., p. 21-22.
  • 15 Les sujets de ces planches sont les suivants : une allégorie sur le « Renversement du « trône » (10 (...)

2Par un heureux contrecoup à la parution de notre catalogue et à l’exposition qui l’accompagna au musée Carnavalet11, la collection de ce dernier s’est enrichie, depuis, de 11 gouaches révolutionnaires supplémentaires, qui font l’objet de cet article. En 2007 et 2011, notre Cabinet des arts graphiques fit l’acquisition de deux lots de 7 et 2 planches12. D’autre part, les relations cordiales que nous avions nouées pendant nos recherches avec M. et Mme Jean-Charles Bidault de l’Isle – dont l’aide avait été précieuse pour débrouiller l’écheveau familial de la famille Lesueur – ont amené ces deux personnes à faire don au musée Carnavalet, fin 2005, de deux magnifiques gouaches de Jean-Baptiste, les dernières (révolutionnaires) qu’ils possédaient13. Notre collection de gouaches révolutionnaires de Lesueur est donc passée de 64 numéros, catalogués par nous en 2005, à 75. Dans l’état actuel de nos connaissances, il n’en reste plus que 8 connues, encore dans le domaine privé. Nous insistons sur ce qualificatif de « connues » car, comme nous l’avons déjà souligné14, il est raisonnable de supposer qu’à l’origine le nombre devait être plus élevé, certaines gouaches ayant disparu ou se trouvant dans des collections privées ignorées. En effet, comment imaginer le petit « théâtre » de Lesueur sans la prise de la Bastille, la mort de Louis XVI ou le 9 Thermidor, ou sans des personnages comme Bailly, Barnave, Brissot, Danton ou Saint-Just, curieusement absents de la série ? Quoi qu’il en soit, on ne peut qu’espérer que la dynamique se poursuive et que, d’une manière ou d’une autre, ces 8 planches manquantes15, ou d’autres, inconnues, rejoignent un jour l’ensemble conservé à Carnavalet.

  • 16 D’autant que, comme l’avons indiqué dans notre étude (op.cit., p. 45 et note 75) il y a souvent plu (...)
  • 17 À l’exception, ici, de l’allégorie, mode d’expression dans lequel l’artiste est loin d’exceller, et (...)

3Mais revenons aux 11 nouvelles gouaches entrées au musée de l’Histoire de Paris. Nous les classerons en trois groupes : celui des gouaches dont le sujet n’est que vestimentaire (y compris les projets utopiques de costumes « régénérés ») ; les scènes de genre, illustrant la vie quotidienne mais aussi les tendances moralisatrices de l’époque ; celles relatives à des événements et/ou à des personnages connus ou identifiables. Classification un peu arbitraire, car une même planche peut intégrer des traits des autres catégories16 – c’est le cas par exemple des scènes de genre, qui sont aussi des documents précieux pour la connaissance de la « mode » – mais qui correspond à des temps forts de la production de Lesueur17. Cet article pouvant aussi faire figure d’additif à notre catalogue, le lecteur nous pardonnera de présenter chaque gouache (au sein des trois groupes) successivement, en la faisant précéder de sa « fiche technique », et de la reproduction rigoureuse (dans son orthographe d’origine, souvent défaillante) de l’étiquette qui l’accompagne. Rappelons toutefois que, ici comme pour toutes les autres gouaches de Lesueur, les personnages, isolés ou en groupe, ont été collés ultérieurement sur des feuilles de papier aquarellé en bleu clair d’environ 36x53 cm, en haut desquelles, à droite, ont été ajoutées des petites étiquettes portant des numéros, selon un ordre dépourvu de toute logique, chronologique ou thématique.

Costume et projets de costume

Figure 1. I 1. [Six personnages masculins, 1793-1795]

Figure 1. I 1. [Six personnages masculins, 1793-1795]

In. D. 15868. N° d’entrée E. 22437. Inscriptions : en h. à d. « 43eme feuille » ; sous chaque personnage, de g. à d. « Costume suspect, cravate verte et cheveux retroussé. Selon les Jacobins la cravate verte étoit un signe de raliement, en conséquence on insul [t] ait ceux qui en portoit. »
« Jeune Muscadin en Carmagnole »
« Sans-culotte fumant sa pipe »
« Muscadin en Redingotte Carrée »
« Carmagnôle de fantaisie, de l’invention du citoyen Denon »
« Sans-culotte dansant la Carmagnôle »

  • 18 Ce ne serait pas la première fois chez Lesueur.
  • 19 Cf. notre catalogue, n°s 26 et 45.
  • 20 Voir, dans notre catalogue, le n°55 avec une « Citoyenne dansant la Carmagnôle »

4On est d’abord frappé par la similitude apparente de ces sans-culottes et de ces muscadins. Il est vrai que cette dernière catégorie n’est probablement pas à interpréter au sens politique, qui sera le sien ultérieurement, notamment pendant la réaction thermidorienne et sous le Directoire, mais tout simplement comme terme désignant des jeunes gens coquets. Après tout, les sans-culottes n’étaient pas tous hirsutes comme tend à le suggérer une certaine historiographie. Mais il se peut aussi qu’il y ait distorsion entre les images et les étiquettes, avec erreur d’attribution de celles-ci18. On notera toutefois que ces hommes, au visage enfantin, comme toujours dans l’œuvre de Lesueur, sont presque tous armés (gourdins ou cravaches, ces dernières dans les mains de ceux qui sont qualifiés de « muscadins » ou de « suspects ») ; que l’un fume la pipe, objet souvent associé dans l’iconographie du temps à l’image du militant sectionnaire19, de même que la bouteille de vin, surtout après Thermidor… Indiquons que le « sans-culotte » dansant la « Carmagnôle » devait certainement, à l’origine, être accompagné d’une cavalière telle que celles qu’on trouve dans d’autres planches20 ; ce qui confirme une fois de plus le manque de logique des montages. Si dans ce cas on a voulu, par la suite, montrer des planches purement masculines et féminines, cela n’empêche qu’à l’origine les sexes étaient associés. Le nom de cette fameuse danse, issue d’un chant plus fameux encore, désignait d’abord un vêtement, cette veste courte que portaient beaucoup d’hommes du peuple et de petits artisans. Or, si l’on regarde de plus près cette planche, on constate que ce sont bien ceux qui sont qualifiés de « sans – culotte » qui la portent (alors que les « muscadins » sont vêtus de redingotes).

  • 21 Soulignons toutefois qu’aucun des « sans-culottes » ne porte ici de bonnet dit phrygien. Dans notre (...)
  • 22 Le musée Carnavalet conserve deux des aquarelles de David, qui seront gravées par Denon. Il s’agit (...)
  • 23 Étienne-Jean delecluze, David, son école et son temps, Paris, Didier, 1855, p. 318.

5Ainsi, cet alignement de petits bonshommes – qui rappelle celui des gravures de mode de l’époque – a bien une connotation politique et trahit l’importance des signes extérieurs (carmagnole, gourdin, pipe etc.) comme manifestation non seulement d’une catégorie sociale mais aussi d’une opinion, voire de l’appartenance à un groupe militant21. Cette prégnance du paraître est encore soulignée, ici, par la « Carmagnôle de fantaisie » et par le « Costume suspect ». La première nous rappelle le rôle, à vrai dire discret, qu’avait joué Vivant Denon dans ce registre. Graveur d’un certain talent, il avait été mis à contribution par David pour reproduire sur le cuivre ses projets de rénovation du costume patriotique22. Tâche qui lui valut un certificat de civisme, selon Delecluze23. La gouache de Lesueur nous informe du fait que l’aimable dilettante ne se serait pas limité à reproduire les dessins de David mais aurait aussi « inventé » de nouvelles formes vestimentaires lesquelles, qualifiées de fantaisistes, ne semblent pas avoir eu plus de succès… Enfin, le « Costume suspect » évoque la suspicion attachée à la couleur verte. Contrairement à ce qu’affirme l’étiquette, ce n’est pas aux Jacobins qu’on doit cette réprobation. Dès le début de la Révolution, notamment au lendemain de la prise de la Bastille, on fit le rapprochement avec la livrée du comte d’Artois, chef (avec la reine) des éléments les plus réactionnaires de la Cour. Cette nuance sera d’ailleurs revendiquée par les contre-révolutionnaires après Thermidor et lors de la première Terreur blanche, où bon nombre des Incroyables arboreront des cravates, des redingotes ou des gilets verts.

Figure 2. I 2. [Sept personnages féminins, 1794-1800]

Figure 2. I 2. [Sept personnages féminins, 1794-1800]

Inv. D. 15869. N° d’entrée E. 22437. Inscriptions :
En h. à d. « 53eme feuille » ; sous chaque personnage, de g. à d. :
« N° 11/Muscadine s’hyvernant au Palais-Royal. »
« Cheveux en vrille et spincer ouvert. »
« Chapeau de tafetas plissé, et gance d’or. »
« 21/Poissarde »
« Femmes à l’antique, avec les Rubans croisés. »
« Jeune Marchandes des Halles. »

  • 24 Catalogue de l’exposition du musée Carnavalet : Au temps des Merveilleuses, Paris, Paris-Musées, 20 (...)

6N’étant pas spécialiste de la mode, ni de son histoire, nous renvoyons, pour plus de détails sur le costume féminin du Directoire, à la contribution de notre collègue Renée Davray-Piekolek dans l’ouvrage Au temps des Merveilleuses. La société parisienne sous le Directoire et le Consulat24. Nous nous bornerons à souligner le contraste entre les deux femmes du peuple, marchandes des Halles, et les autres, d’un milieu nettement plus aisé. Les premières sont coiffées d’une charlotte, et leur mise, quoique simple, n’est pas dénuée d’une certaine coquetterie, voire de patriotisme – l’une d’elles porte une ceinture tricolore. Un tablier protège leurs robes, plus courtes que celles des élégantes. Ces dernières peuvent se permettre de suivre la mode, tantôt influencée par l’Angleterre, tantôt marquée par l’anticomanie si répandue alors, les deux dames de droite ayant une allure très hellénistique. Et tandis que, l’hiver, tant de pauvresses grelottent sous leurs haillons, la muscadine du Palais-Royal s’y promène, confortablement protégée par un grand châle et un manchon.

  • 25 N°41 de notre catalogue de 2005, p. 167-171.

7Jean-Baptiste Lesueur, ou du moins la personne qui a réalisé les montages ultérieurs (et peut-être n’y fut-il pas totalement étranger), aime réunir ainsi des personnages ou des groupes de nature différente, voire antinomique. Dans certains cas, le contraste et même l’opposition sont encore plus marqués, comme dans la planche associant sur un même montage des sectionnaires, dont un « Vandaliste », et des privilégiés de l’Ancien Régime25.

Figure 3. I 3. [Deux groupes d’hommes et de femmes, avec costumes dessinés par David, 1794.]

Figure 3. I 3. [Deux groupes d’hommes et de femmes, avec costumes dessinés par David, 1794.]

Inv. D. 15873. N° d’entrée E. 22437. Inscriptions : en h. à d. « 47eme feuille » ; sous chaque groupe, de g. à d. : « coèfure que quelques femmes ont porté, mais qui a disparue bien vite, ainsi que bien d’autres modes. Pendant quelque temps, David le peintre, et l’Acteur Talma composoient des costumes qu’ils faisoient porter par des jeunes gens, mais aucun n’a put prendre, le peuple les rega [r] doient comme des Acteurs. »
« Des Jeunes Filles considérant un Jeune homme en nouveau costume. »

  • 26 Auquel, on l’a vu, nos gouaches ont pendant longtemps été attribuées.
  • 27 On en connaît 8, à la plume, rehaussés d’aquarelle.

8Au sein de la Société Populaire et Républicaine des Artistes, créée en 1793 et truffée d’élèves de David, un homonyme de notre Lesueur, Pierre-Étienne26, militait pour la rénovation vestimentaire. Sous son influence, on avait publié une Considération sur les avantages de changer le costume français, dans un souci à la fois de régénération et, pour les représentants et les fonctionnaires, de dignité. Le 25 floréal an II/14 mai 1794, le Comité de salut public chargea David de s’atteler aux « … moyens d’améliorer le costume actuel et de l’approprier aux mœurs républicaines. » On a vu, au n° précédent, que l’artiste avait réalisé des dessins dans ce sens27, qui furent gravés par Denon pour être diffusés.

  • 28 N° 44, p. 178-182 ; n° 53, p. 215-217.

9Dans notre catalogue Lesueur, nous avions eu à commenter, déjà, des gouaches montrant des « costumes nouveaux », mais qui étaient en majorité destinés à des corps constitués comme l’École militaire de Mars, les députés des Conseils ou les membres du Directoire28. Ici, c’est de vêtements quotidiens destinés à des citoyens ordinaires qu’il s’agit, et le moins qu’on puisse dire est qu’ils ne rencontrèrent pas le succès escompté. Si la mode à l’antique séduisit les femmes, en tout cas celles des milieux aisés, ces bizarres accoutrements masculins ne furent guère portés ; et Lesueur nous fournit une des explications à cet échec en indiquant qu’ils étaient pris pour des costumes de théâtre.

10Il est d’ailleurs surprenant que des apôtres du naturel et de l’austérité spartiate, tels que David et Talma, aient prôné ces habits d’opérette, mélanges évoquant un Moyen-Âge de pacotille ou la mode de cour du temps d’Henri II. La seule postérité que connurent ces « déguisements » peut être cherchée dans les costumes d’apparat des dignitaires de l’Empire, et dans ceux de la magistrature, au XIXe siècle.

Figure 4. I 4. [Costumes ; 2 groupes d’hommes et de femmes, 1794-1801.]

Figure 4. I 4. [Costumes ; 2 groupes d’hommes et de femmes, 1794-1801.]

Inv. D. 16615. N° d’entrée E. 22527. Inscriptions, de g. à d. : « Mode de l’An 9.
Chapeau à petits bords, habit très court, colet très haut et épais ; Pantalon très haut et très large.
Une des Modes de l’an 9 le petit fichu blanc, gance d’or sur les tailles. »

11« Costume proposé pour les Vieillards ; Mais qui n’a pas été adopté On a mis des Jeunes gens dans le fond pour faire comparaison. An 4. »

  • 29 Et même 21 si l’on y ajoute des uniformes comme ceux de la Garde nationale et de l’École de Mars.

12Décidément, Jean-Baptiste Lesueur s’intéresse au costume et peut-être faudrait-il s’interroger sur l’éventuel lien de parenté entre lui et le Pierre-Étienne Lesueur de la Société Populaire et Républicaine des Artistes, évoqué au n° précédent. Même si ce nom est courant, il est curieux de voir ces deux artistes contemporains prodiguer autant de temps à la mode et/ou à sa rénovation. Le nôtre (Jean-Baptiste) ne consacre pas moins de 16 planches à ce sujet, sur les 64 n° s de notre catalogue de 200529. Il n’est donc pas étonnant que les auteurs qui ont abordé Lesueur avant nous se soient focalisés sur ce thème, plus facile à traiter pour eux, et plus conforme à leurs goûts, que les aspects sociologiques, politiques et historiques de la série – à nos yeux les plus intéressants.

  • 30 Renée Davray-Piekollek, op.cit., note 24.

13Pour cette planche encore exclusivement consacrée au vêtement, nous renvoyons de nouveau au texte de Renée Davray-Piekolek dans le catalogue les Merveilleuses30, nous limitant à pointer, dans le groupe de droite, cette proposition de costume « pour les Vieillards ». Au-delà du caractère bizarre et archaïque, du moins pour les hommes, de ces accoutrements qui cette fois rappellent le XVIIe siècle, ce qu’il importe de souligner ici c’est la tendance de l’idéologie révolutionnaire à catégoriser les sexes et les classes d’âge. Cet héritage de la Grèce antique se retrouve dans les cortèges des fêtes patriotiques et dans les chœurs qui les accompagnent, où se succèdent les hommes faits, les jeunes gens, les épouses, les jeunes filles, les vieillards et les enfants.

  • 31 Publié par Collot d’Herbois en 1792.
  • 32 Paroles de Marie Joseph Chénier, musique de Méhul, 1794.

14Loin de dépérir dans des mouroirs aseptisés, les personnes âgées avaient encore un rôle à jouer dans la cité régénérée de la jeune République, par l’exemplarité de leur dignité comme par l’enseignement prodigué aux nouvelles générations. Les cas sont innombrables, de l’Almanach du Père Gérard31 au Chant du Départ32, où l’on voit de vénérables citoyens encourager les jeunes au civisme, au courage, à la vertu, et leur insuffler la haine du despotisme.

15Ainsi, dans le commentaire de ces quatre planches de costumes, nous espérons avoir montré que leur intérêt n’était pas seulement vestimentaire.

Scènes de genre

Figure 5. II 1. Des Jeunes Citoyenes Ouvrières [etc. 1793-1794]

Figure 5. II 1. Des Jeunes Citoyenes Ouvrières [etc. 1793-1794]

Inv. D. 15452. Don de M. et Mme Jean-Charles Bidault de l’Isle, 2005. N° d’entrée E. 22411. Inscriptions : en h. à d. « 24eme feuille » ; sous la scène : « Des Jeunes Citoyenes Ouvrières, contribuent de leurs Assignats, et de leurs bijoux, à l’équipement d’un jeune homme qui propose d’aller à la guerre si l’on veut l’habiller. »

16Ici sont rassemblés dans un même tableau trois des thèmes majeurs des gouaches de Lesueur : l’omniprésence du fait militaire, le rôle positif des femmes et la mise en valeur du costume. La sans-culotterie seule est absente, encore que ces petites ouvrières soient probablement des compagnes, des filles ou des sœurs de sectionnaires. En outre, à travers un fait divers dont l’artiste a sans doute été le témoin, la gouache illustre parfaitement l’idéal vertueux de l’époque, où l’on glorifie certes les martyrs et les héros célèbres comme Le Peletier ou Marat, mais aussi les actes de courage ou de civisme de citoyen (ne) s obscur (e) s, souvent jeunes. Robespierre et le Comité de salut public encourageaient d’ailleurs un tel « culte » (cf. Bara ou Viala), notamment par le moyen de la gravure, medium aisément diffusable. C’est dans cette optique que, le 27 nivôse an II/16 janvier 1794, la Convention ordonna la publication, et la lecture obligatoire dans les écoles, du Recueil des actions héroïques et civiques rédigé, sous l’égide du comité d’Instruction publique, par le député Léonard Bourdon ; ouvrage rassemblant des informations données par des sociétés populaires de toute la France ou par les représentants en mission, et qui relatait des faits attestés dont de simples citoyens avaient été les acteurs.

17Notre gouache s’inscrit dans cette perspective, où l’héroïsme n’a pas seul droit de cité, et qui peut comprendre des gestes de civisme, de désintéressement, de solidarité, de patriotisme. Ces charmantes citoyennes, à la mise simple mais gracieuse, dont le salaire ne doit certainement pas être élevé, se sont cotisées et privées de leurs rares bijoux pour payer l’équipement d’un soldat. Celles-là mêmes auxquelles on refuse alors le plein exercice de leur citoyenneté participent ainsi à la défense des acquis de la Révolution, réalisant à leur manière l’une des revendications majeures des militantes, « féministes » avant l’heure, de la Société des citoyennes républicaines et révolutionnaires, dont Claire Lacombe et Pauline Léon furent les porte-parole emblématiques. Leur zèle s’est communiqué à cette petite fille, à droite, qui elle aussi donne un assignat au futur militaire, et qui est un des nombreux exemples de la forte présence des enfants dans toute l’œuvre de Lesueur, en parfait écho de la mentalité rousseauiste du temps.

18Quant au jeune homme, accompagné d’un soldat en uniforme bleu des volontaires – distinct de celui des anciens régiments de l’infanterie de ligne, de couleur blanche – il illustre la mobilisation patriotique face au danger des armées de la Contre-Révolution, mais aussi le fait que beaucoup de ces hommes, pauvres, ne pouvaient financer leur équipement. L’allure générale des troupes françaises des années 1792-1799 était d’ailleurs hétéroclite, tout comme leur armement, certains fantassins n’ayant même pas de fusil et allant au combat avec des piques. Ce dévouement ne semble pas entamer l’ardeur du citoyen qui (sans doute stimulé par l’admiration de ces jolies filles) désigne le front, qu’il brûle de rejoindre pour mériter leur dévouement.

  • 33 Opposition si sensible, notamment, dans le fameux Serment des Horaces.
  • 34 Rappelons à cet égard que Lesueur a même donné une des rarissimes images de femme-soldat (cf. notre (...)

19Notons pour finir que, dans cette mise en image du contraste davidien entre l’énergie virile des guerriers et le monde des femmes33, ces dernières sont ici moins passives que chez David et participent pleinement à l’élan patriotique de la scène34.

Figure 6. II 2. Repas Républicain Messidor an 2 [1794].

Figure 6. II 2. Repas Républicain Messidor an 2 [1794].

Inv. D. 15453. Don de M. et Mme Jean-Charles Bidault de l’Isle, 2005 – N° d’entrée E. 22411. Inscriptions : en h. à d. « 36eme feuille » ; sous la scène et le titre : « On proposa que tous les habitans de Paris fraternisassent ensemble par des repas Civiques. Des tables furent dressées dans toutes les rues ; on les orna de fleurs, de bustes d’arbriseaux de Guirlandes et rubans tricolors. Le riche apporta son rôti, et son vin de Bourgogne. Le Pauvre son bouilli son fromage et du vin. Là placé indistingtement on mangeoit et l’on buvoit avec cette gaité française qu’augmentoit encore le sentiment de l’Egalité : à la table succéda la danse, la joie la plus vive annimoit tout les age. C’est une chose remarquable que le rassemblement d’une population aussi immence que celle de Paris n’est occasionné aucun accident. »

  • 35 L’atmosphère « bon enfant » de ces réunions annonce un peu la fête des voisins d’aujourd’hui.
  • 36 Nous avons découvert qu’il jouait un rôle dans la vie sectionnaire de son quartier, comme membre du (...)

20Au printemps et à l’été 1794, on voit se multiplier, dans les quartiers, des banquets dits républicains ou fraternels. Sur des tréteaux transformés en tables de fortune, chacun apporte son écot et, profitant du beau temps, on trinque joyeusement35. C’est le sujet de cette gouache, assurément l’une des plus belles de notre collection. Sous une tonnelle improvisée ornée d’un long ruban tricolore, hommes, femmes et enfants festoient dans un climat de fraternité, sous les auspices de deux bustes représentant probablement Marat (à gauche) et (à droite) Le Peletier, ou plutôt Jean-Jacques Rousseau. Le texte accompagnant l’image a beau évoquer le côtoiement égalitaire des riches et des pauvres, on ne remarque ici que des hommes en pantalon et carmagnole, et aucun bourgeois en culotte et bas, aux cheveux poudrés. L’homme debout, portant un fusil et un sabre court, un galon de caporal sur la manche, est soit un volontaire pour le front, soit un membre de l’armée révolutionnaire parisienne. Du côté des femmes, la mise, quoique soignée, n’a rien non plus qui trahisse un milieu aisé. On est bien là en présence du « monde de l’échoppe et de la boutique », petits artisans et ouvriers formant le gros de la sans-culotterie, dans une scénette telle que Jean-Baptiste Lesueur a pu en observer près de chez lui, porte Saint-Martin, s’il n’y a pas même participé36.

21Ce témoignage de première main pèche cependant par un certain irénisme, qu’on rencontre d’ailleurs fréquemment chez notre imagier, politiquement modéré. En effet, la gouache et son commentaire passent sous silence les tendances contre-révolutionnaires qui s’exprimaient parfois dans ces occasions, à la faveur d’une certaine euphorie bien arrosée. Sans doute ne doit-on voir là que la propension très française à critiquer le pouvoir, surtout après boire ; mais assez souvent, des éléments plus ou moins manipulés, ou secrètement hostiles au gouvernement et au Comité de salut public, profitaient des nombreux toasts portés aux victoires républicaines pour exciter le petit peuple contre la guerre, réclamer une paix de compromis et la fin de la Terreur. Certains sans-culottes, déboussolés par l’élimination des Hébertistes, ou par l’instauration du maximum des salaires, prêtaient une oreille complaisante à ces propos, au point que ces repas, qui tournaient quelquefois à la saoulerie, inquiétèrent les autorités. Le 24 messidor an II/12 juillet 1794, l’agent national Payan indiqua à la Commune le danger de la prolifération de ces agapes. Le 27, il réitéra sa mise en garde contre le faux pacifisme qui s’y exprimait : « Loin de nous ce système par lequel on veut nous persuader qu’il n’est plus d’ennemis de la République ! » Le lendemain, Barère lui fit écho, à la Convention, dénonçant ces « modérés qui, tout en buvant à la santé de la République [invitent] à faire cesser le gouvernement révolutionnaire ».

22Mais les gens du petit peuple, naïvement, ne voyaient pas toujours cette subversion, et ils ressentirent cette hostilité du pouvoir comme une nouvelle mesure visant à brider les sections. Cette incompréhension, s’ajoutant à d’autres, qui faisaient de Robespierre et de ses amis les auteurs de leurs maux, pèsera lourd quelques jours plus tard, le 9 Thermidor.

Figure 7. II 3. Une citoyenne ouvrière du fauxbourg du Temple [etc. 1794-1796]

Figure 7. II 3. Une citoyenne ouvrière du fauxbourg du Temple [etc. 1794-1796]

D. 15867. N° d’entre E. 22437. Inscriptions : en h. à d. « 82eme feuille » ; sous la scène : « Une citoyenne ouvrière du fauxbourg du Temple rentroit chez elle bien triste de n’avoir pas obtenu d’ouvrage. Elle trouva un assignat de 25. francs ce qui la réjouit beaucoup. Mais réfléchissant que celui qui l’avoit perdu étoit peut-être plus malheureux qu’elle : Ne voulant pas profiter du malheur d’un autre, elle fît tant de recherches qu’elle apprit qu’il appartenoit à un pauvre menuisier sans ouvrage, et ayant 4 enfans. Elle courut lui porter. Le menuisier lui dit Citoyenne j’aurois bien du plaisir à le partager avec vous, mais vous voyez mes enfans je n’ai que cela pour les faire vivre. Cette femme s’en fut bien contente d’avoir put faire cette bonne action. »

23Comme pour la gouache D. 15452, le sujet de ce petit tableau est moralisant, avec un acte de vertu civique tel qu’on aimait à en donner des exemples à l’époque. Mais au-delà de l’anecdote, la scène et son commentaire ont le mérite de montrer, aussi, des aspects de la vie quotidienne du petit peuple de Paris, la précarité proche de la misère, l’angoisse du père de famille chargé d’enfants en bas âge. Où est la mère ? Petite ouvrière sous-payée ou, pire, morte en couches comme c’était trop souvent le cas alors ? En tout cas la progéniture, comme livrée à elle-même, joue pieds nus sur le lieu de travail du père, au milieu des copeaux et des outils. On reconnaît bien le matériel d’un atelier de menuiserie : établi, étau, rabot, ciseau, et cette scie à bras dite « de long », qu’on actionnait à deux, verticalement, servant à débiter les troncs dans leur longueur.

24Pour ce qui est de l’héroïne de l’histoire, on relèvera qu’il s’agit d’une ouvrière au chômage, résidant faubourg du Temple, c’est-à-dire le quartier de Jean-Baptiste Lesueur. L’anecdote a donc pu vraisemblablement lui être transmise par son voisinage immédiat ; exemple supplémentaire du côté « reporter » avant l’heure de l’artiste, qui n’est pas le moindre intérêt de son exceptionnelle série.

  • 37 Lesueur a montré, ailleurs, la pénurie et la disette des déshérités, pendant la période thermidorie (...)
  • 38 Le 30 pluviôse au IV/19 février 1796, la planche à billet sera brûlée place Vendôme.

25Peut-on dater précisément cette image dans la décennie révolutionnaire ? Nous inclinerions à la situer plutôt après Thermidor qu’avant, la misère des petits artisans et ouvriers s’étant accrue avec la chute de Robespierre37. D’autre part, la mention de l’assignat implique qu’on est entre fin 1789 et février 1796, date à laquelle cessera l’émission de ce papier-monnaie38, remplacé par le mandat territorial puis, de plus en plus, par le métal. C’est pourquoi nous placerions volontiers cette scène entre fin juillet 1794 et février 1796.

26En tout état de cause, ce que Lesueur veut surtout dire ici c’est que, même dans la détresse matérielle la plus poignante, les pauvres gens peuvent se montrer désintéressés, généreux, et solidaires. Belle leçon de vertu, au moment où les riches étalent de nouveau leur luxe, sans vergogne, et bel exemple de fraternité, d’idéal républicain, parmi ceux qu’on écarte désormais de la vie politique…

Vie publique et événements

Figure 8. III 1. [Cinq militants révolutionnaires, 1793-1794]

Figure 8. III 1. [Cinq militants révolutionnaires, 1793-1794]

Inv. D. 15871. N° d’entrée E. 22527. Inscriptions : en h. à d.
« 25eme feuille » ; sous chaque personnage, de g. à d. :
« Terroriste Jacobin exaltant le Journal de Marat. »
« Enragé Patriote. Ces hommes exaltés par la lecture du Journal de Marat, alloient criant qu’il faloit tuer tous les Aristocrates et les Riches. »
« Terroriste lisant un Journal, et mécontent de ce qu’il contient. »
« Jacobin réfléchissant sur la manière de gouverner la france. »
« Terroriste du temps de Robespierre payé pour susciter des querelles et occasioner des arrestations. »

  • 39 Question abordée dans notre catalogue, op.cit., p. 38-43.

27Cette planche se présente un peu comme celles qui nous montrent la mode, et de fait elle est éloquente sur le plan du costume. Mais elle est surtout intéressante en ce qu’elle montre de la Terreur, des diverses tendances montagnardes ou de la sans-culotterie, évoquant au passage des personnalités emblématiques comme Marat et Robespierre. Elle révèle une fois de plus la postériorité des commentaires manuscrits accompagnant les images, comme l’attestent l’usage de l’imparfait, la qualification de « terroriste » ou la formule « du temps de Robespierre »39. Les gouaches sont à peu de chose près contemporaines de ces sectionnaires « exaltés », certainement observés de visu, mais les étiquettes sont assurément post-thermidoriennes.

  • 40 Ibidem, p. 53-57 et, dans la partie corpus, (et entre autres n°s), le n°33, p.147-150.

28Si cet alignement rappelle celui des gravures de mode, on est cependant ici en présence de sans-culottes de l’an II et même d’individus appartenant pour la plupart à la frange la plus radicale du mouvement, se réclamant de l’Ami du Peuple de Marat, voire des Enragés. Dans notre catalogue nous avions examiné le problème de la sensibilité politique de Lesueur40, analysant le mélange de fascination et de répulsion que le petit-bourgeois qu’il était éprouvait devant ces hommes simples et leur violence, occasionnelle mais alors terrible. Nul doute qu’il a côtoyé et observé ce type de militants, dans le quartier du nord de Paris où il demeurait, et qu’il a dû en avoir peur. Leurs attitudes sont ici faites pour inspirer l’effroi : ils crient, gesticulent, serrent les poings et menacent, deux d’entre eux étant armés.

  • 41 Ibid.,s 21 et 23, p. 111 à 119.

29Ces quatre « terroristes » sont coiffés de bonnets, à la différence de la plupart de ceux, alignés en trois séries, présentés dans notre catalogue41, où ce couvre-chef était très minoritaire. Deux arborent le fameux bonnet rouge, un troisième porte un bonnet de fourrure rappelant celui des trappeurs du Canada, le quatrième ayant une coiffure bizarre, mélange de bonnet à poil des compagnies d’élite de la cavalerie légère, et du casque à crinière des dragons. Malgré sa tenue hétéroclite et peu réglementaire, c’est peut-être un militaire. Il est le plus armé ; sa veste, sa culotte moulante et des bottes courtes évoquant celles des hussards. Malgré leur excitation et leur brutalité potentielle, ces hommes ne sont pas pour autant des illettrés. Ils lisent le journal de Marat et sont irrités par les feuilles plus modérées, ce qui dénote une politisation bien réelle, sans doute accentuée par l’assistance aux réunions sectionnaires, aux séances des clubs, voire de la Convention.

30Un cinquième personnage (le quatrième en partant de la gauche) forme un contraste assez net avec nos sans-culottes. Mis avec une sobre élégance, portant chapeau rond, culotte et bas, son extérieur et son attitude plus pondérée trahissent le bourgeois ; ce que confirme l’étiquette qui le qualifie de « Jacobin ». On sait que ce puissant club était en effet composé d’adhérents d’un milieu social relativement aisé, plus élevé notamment que celui des Cordeliers, l’autre grand club de cette période, auquel appartiennent certainement les quatre autres personnages. Ainsi, Jean-Baptiste Lesueur – ou du moins l’auteur du montage – a réuni sur une même planche deux des principales sensibilités révolutionnaires de l’an II, les Jacobins, robespierristes, partisans de la « centralité législative » et des gens relevant de la mouvance cordelière, plus proche des revendications populaires, voire même de celle des Enragés, encore plus radicaux. Dès l’automne 1793 puis, surtout, au printemps 1794, cette aile gauche montagnarde va être vaincue par les Jacobins, et beaucoup de sans-culottes, qu’ils soient hébertistes ou partisans de Jacques Roux (le « curé rouge »), seront muselés par Robespierre et ses amis. Ils s’en souviendront le 9 Thermidor, en les abandonnant, certains allant même, avec Léonard Bourdon, soutenir les forces réactionnaires de la Convention contre l’Incorruptible.

Figure 9. III 2. [Cinq représentations de participants à des fêtes du Directoire (1796 et 1798)]

Figure 9. III 2. [Cinq représentations de participants à des fêtes du Directoire (1796 et 1798)]

Inv. D. 15872. N° d’entrée E. 22437. Inscriptions : en h. à d. « 60eme feuille » ; de g. à d., sous le groupe de coureurs puis sous chaque personnage :
« Jeunes gens courants pour le prix de la course à pied aux diverses fêtes que l’on donnoit au Champ de Mars…. …C’étoit vraiment un coup d’œil unique que plus de soixante jeunes gens tous vêtus de mêmes et partant au même signal parcourir une longue carriere, sans presque toucher la terre. »
« Costume des luteurs à la fête du 1
er Vendemiaire an 7. ils étoient seize. 8 ceinture bleu et 8 Rouge. »
« Laboureur à la fête de l’agriculture Messidor an 4, 5 etc. »

« Hérault pour la proclamation, et la Conduite des vainqueurs aux joutes du Champ de Mars. ils étoit 8. 4 à pied 4 à cheval. »
« Conducteur des Bœufs attellés au char sur lequel étoit la charue d’or. Fête de lagriculture an 5 »

31Les grandes fêtes constituent l’un des apports culturels majeurs de la Révolution. Certes, l’Ancien Régime en avait orchestrées mais le peuple n’y assistait que comme spectateur et/ou comme masse immonde qu’on abreuvait alors, pour mieux mépriser les débordements de son ébriété, ensuite. Dès la Fédération, et plus encore lors des grandes manifestations de la République comme la fête de l’Unité (10 août 1793) ou celle de l’Être suprême (8 juin 1794), non seulement le peuple participa activement à leur déroulement, mais ce fut lui, et non plus les princes, l’objet de ces « grandes messes » patriotiques, véritable communion de fraternité. Cette planche réunit des personnages figurant dans deux fêtes célébrées sous le Directoire, celle de l’Agriculture, le 1er messidor an IV/19 juin 1796, et celle du sixième anniversaire de la République, le 1er vendémiaire an VII/22 septembre 1798. On notera d’abord que les figures ne sont pas disposées de manière cohérente, le héraut des joutes athlétiques du 22 septembre 1798 étant placé entre deux laboureurs de la fête de l’Agriculture ; ce qui, une fois de plus, témoigne du caractère arbitraire et anarchique des montages. Quant aux étiquettes, dont on a vu maintes fois qu’elles étaient postérieures aux gouaches, on constate ici encore qu’elles peuvent être fautives : par exemple, la fête agraire est datée de « l’an 5 ».

  • 42 Qu’une autre gouache de Lesueur, encore dans une collection privée, représente avec précision.

32Toute imprégnée de rousseauisme, cette dernière arriva après plusieurs semaines de pluie et de froid ; mais en ce décadi, le soleil était au rendez-vous et, tandis que dans les campagnes on célébrait les traditionnels feux de la Saint-Jean, à Paris la fête revêtit un caractère civique. On insista sur la « nécessité d’un retour à la simplicité de mœurs des ancêtres ». Le char de Cérès42, suivi d’une longue procession, rejoignit un temple installé aux Champs-Elysées aux accents d’un hymne (musique de J. F. Lesueur, paroles de François), dont le rythme rappelait celui de la Marseillaise :

« Honneur, salut à la Patrie
Où le soc a repris ses droits !
Honneur, salut à l’industrie
Du laboureur, ami des lois !
Chez vous, Français, les arts utiles
Des préjugés sont triomphants.
Faites chérir à vos enfans
Celui qui rend les champs fertiles
Aux armes, laboureurs [etc.] »

  • 43 Et que, deux ans auparavant, nous montre le n°129 des Tableaux historiques de la Révolution.

33La fête de la « Fondation de la République » se signala, notamment, par des épreuves sportives, dans la tradition hellénique. En effet, les disciplines qui se déroulèrent au Champ-de-Mars43 étaient de celles qui figuraient aux jeux d’Olympie ou de Delphes. Si Jean-Baptiste Lesueur n’a (apparemment) pas représenté les courses équestres et de chars, il nous montre en revanche un « lutteur », dont les poings serrés annoncent plutôt un boxeur, et des coureurs de fond, héritiers des athlètes du dolichos, à l’allure caractéristique. Certes, les concurrents n’étaient pas nus, mais la référence antique alla jusqu’à les faire annoncer, et proclamer pour les vainqueurs, par des hérauts, comme dans les concours grecs. Ce héraut porte même un caducée, emblème d’Hermès, ce qui prouve le degré de culture des hommes de la Révolution : contrairement à nos contemporains qui (signe des temps ?) ne voient en lui que le dieu du commerce et des voyages, ils savaient qu’il était tout autant le protecteur des gymnases. Enfin, comme à Delphes, la musique accompagna les festivités de ce sixième anniversaire, notamment avec un hymne composé par Martini sur un texte de Marie Joseph Chénier.

Figure 10. III 3. [Six députés des assemblées nationales de la Révolution, les deux représentants de couleur étant découpés dans le même carton (1789-1798).]

Figure 10. III 3. [Six députés des assemblées nationales de la Révolution, les deux représentants de couleur étant découpés dans le même carton (1789-1798).]

Inv. D. 16616. N° d’entrée E. 22527. Inscriptions : en h. à d.
« 8e feuille » ; sous chaque image, de g. à d. :
« Député en Mission en Costume de Représentant du peuple. »
« Honoré Gabriel Riquetti Cidevant Comte de Mirabeau faisant une motion à l’assemblée Constituante… mort le 2 avril 1792 an 2. »
« Député sortant de l’assemblée. »
« Hommes de Couleur, Députés des Colonies à la Convention Nationale. »
« Le Député Granet toujours en carmagnôle de toile grise, son gros baton, et tenant son chapeau ainsi. »

34Cette planche est remarquable à plus d’un titre et, si elle présente encore un alignement de personnages, elle est autrement chargée de signification que celles consacrées à la mode. Nous la commenterons en allant du moins au plus intéressant.

  • 44 Cf. notamment le n° 49 de notre catalogue, où deux scènes présentent, sur le même montage, les adie (...)

35a) Commençons par ce François-Omer Granet (1758-1821), riche tonnelier marseillais protégé de Mirabeau, qui fut député à la Législative puis à la Convention où, en effet, sa tenue ostensiblement simple, voire débraillée, fut sa principale caractéristique. Il était probablement de ceux dont Robespierre, agacé, disait que le bonnet rouge n’était pas une preuve de patriotisme… Régicide, il eut le mérite de critiquer les excès de Barras et de Fréron dans le Midi, ce qui lui valut d’être incarcéré après Thermidor. Revenu à Marseille, il y exercera sous le Consulat et l’Empire des fonctions municipales. La présence, ici, de ce personnage assez mineur, est un nouveau témoignage de cette caractéristique de Lesueur consistant à montrer des gens (ou des épisodes) très secondaires ; tendance trahissant un manque de recul, mais qui a le mérite de nous les faire connaître ou de les représenter quand l’iconographie est silencieuse à leur sujet. Nous avions déjà remarqué ce trait, ainsi que l’association saugrenue, souvent, avec des « célébrités », sur la même planche44. C’est d’ailleurs le cas ici, où Granet côtoie presque son compatriote Mirabeau.

  • 45 Encore un exemple qui nous conforte dans la conviction que les cartels sont nettement postérieurs a (...)

36b) Ce dernier n’étant plus à présenter, on se bornera à quelques observations, en relevant d’abord une double erreur sur l’étiquette, quant à la date de son décès, qui survint le 2 avril 1791 et non 1792, et encore moins en l’« an 2 »45… Le député noble du Tiers d’Aix-en-Provence est ici montré en posture de tribun, exprimant à merveille l’impression de force produite par sa puissante laideur et par ses immenses talents d’orateur. Sa présence peut sembler saugrenue dans ce rassemblement de députés plus tardifs, sauf si Lesueur a voulu associer l’ancien membre des Amis des Noirs avec les représentants de couleur. Lesueur en a donné un portrait ressemblant, chose exceptionnelle chez cet artiste, dont les personnages ont presque toujours le même visage enfantin.

37c) Il n’est pas possible d’identifier le « Député sortant de l’assemblée », ni de dire de laquelle il s’agit. De 1789 à 1799, très nombreuses furent les « Adresses aux Français » telles que celle montrée par ce jeune homme élégant. Ses prises de position contre l’esclavage, lors des débats de mai 1791, pourraient aussi justifier sa présence aux côtés des députés de Saint-Domingue. Parmi les plus célèbres, citons l’adresse de Mirabeau sur la Constitution civile du clergé, celle succédant à la fuite de Louis XVI à Varennes, ou la justification de la Convention après la chute des Girondins. L’allure de ce député et la finesse de ses traits font penser à Saint-Just, ou encore à Robespierre dont nous savons qu’il rédigea, en juillet 1791, une « Adresse aux Français », vibrant appel au rassemblement des sociétés patriotiques autour des Jacobins parisiens.

38d) Si la Législative avait déjà envoyé certains de ses membres en mission, c’est surtout avec la Convention qu’on vit se développer cette institution, visant à faire appliquer les lois dans les départements, à y maintenir l’ordre républicain, à y surveiller la bonne marche de la levée en masse décrétée en mars 1793. Ces représentants, au nombre de quatre-vingt-deux (un par département, mais allant par paires) portaient la tenue que Lesueur restitue fidèlement. Toujours dans l’optique de l’association avec les deux noirs, ce personnage de gauche évoquerait parfaitement Sonthonax ou Polverel, en mission en Caraïbes.

  • 46 Sur le sujet, on recommandera l’ouvrage de Michel Biard, Missionnaires de la République. Les représ (...)

39Si quelques-uns, comme Fouché, Barras, Fréron ou Tallien, se comportèrent mal et abusèrent de leur autorité, la plupart firent leur travail consciencieusement, voire humainement. Ces hommes préfigurèrent les préfets de Napoléon, et aux armées, certains furent très efficaces, évinçant les généraux incapables ou traîtres potentiels, pour favoriser des jeunes, talentueux et motivés. Parmi eux on peut citer Augustin Robespierre à Toulon, et rappeler le rôle déterminant de Saint-Just à l’armée du Nord, lors de la campagne du printemps 1794 qui conduira à la victoire de Fleurus46.

  • 47 Voir les écrits de Marcel Dorigny, Frédéric Régent, Yves Benot ou Bernard Gainot sur la question, e (...)
  • 48 Trois autres suivront bientôt, puis onze sous le Directoire. La députation de Saint-Domingue compte (...)
  • 49 Rappelons que les mulâtres, faisant partie des libres de couleur, étaient nettement minoritaires au (...)
  • 50 Huile sur toile exposée au Salon de 1798, aujourd’hui conservée au musée national du château de Ver (...)

40e) L’intérêt majeur de cette planche est dans l’image, rarissime, de députés de couleur. Il s’agit de deux des trois représentants de la partie française de Saint-Domingue, le métis Jean-Baptiste Mills (à gauche, probablement) et le noir, Jean-Baptiste Belley. Il serait trop long de relater les péripéties qui amenèrent l’abolition de l’esclavage dans les colonies47. Rappelons simplement l’action conjointe, en métropole, de la Société des Amis des Noirs et, dans les îles, des libres de couleur, derrière des chefs charismatiques comme Ogé ou Toussaint-Louverture. Elle conduisit le 29 août 1793 – et ce malgré la résistance des planteurs, soutenus en France par un puissant groupe de pression – à la proclamation de l’envoyé de l’Assemblée nationale, Sonthonax, abolissant l’esclavage ; abolition qui précéda de cinq mois le fameux décret de la Convention du 16 pluviôse an II/4 février 1794. La partie occidentale, française, de Saint-Domingue, beaucoup plus peuplée et plus riche que l’autre, espagnole, envoya donc dès l’automne 1793 trois députés à Paris48. Le mulâtre Jean-Baptiste Mills (1749-1806) ne siégea à la Convention, comme ses camarades, qu’à partir de février 1794 ; puis dans les Conseils du Directoire jusqu’au 1er prairial an V/20 mai 1797. Il sera plus tard exilé en Corse par Napoléon49. Jean-Baptiste Belley, surnommé Mars (1747-1805), fut le premier député noir de notre histoire. Créole, né à Léogane (Saint-Domingue) et ancien esclave, il avait participé à la guerre d’Indépendance américaine. Lors de son séjour en France comme représentant, Girodet fit son portrait, magnifique tableau où il est accoudé au buste de l’abbé Raynal – tout un symbole ! – devant un paysage des Caraïbes50. Envoyé ensuite comme officier lors de l’expédition menée par Leclerc contre les insurgés de Saint-Domingue, après le rétablissement de l’esclavage en 1802, il sera sans doute jugé peu enthousiaste […] et déporté à Belle-Isle, où il mourra.

  • 51 Il siégera ensuite au Conseil des Cinq-Cents, jusqu’au 1er prairial an V.

41Lesueur n’a pas représenté le troisième député de 1793, Louis-Pierre Dufay (1753-1815), qui fut pourtant le porte-parole du groupe devant le Comité de salut public et à l’Assemblée51. L’explication de cette absence réside à notre avis dans le fait qu’un député blanc n’avait rien de particulièrement extraordinaire, par rapport à la nouveauté inouïe que représentaient alors ses deux collègues de couleur. Quoi qu’il en soit cette image est, elle aussi, tout à fait exceptionnelle, l’iconographie étant sur ce point particulièrement pauvre ; et on l’a vu, ce n’est pas la première fois que l’artiste montre des gens, ou des faits, très peu ou pas du tout représentés. Ce n’est pas non plus son moindre mérite. Les deux hommes sont d’ailleurs traités sans aucune ironie ou curiosité malsaine, très dignes dans leur costume de représentant. Significativement, ils tiennent et désignent une carte de la zone caraïbe où l’on distingue Saint-Domingue, la Guadeloupe et la Martinique.

Figure 11. III 4. Assassinat du Général Kleber Commandant de l’Armée d’Egypte. [14 juin 1800]

Figure 11. III 4. Assassinat du Général Kleber Commandant de l’Armée d’Egypte. [14 juin 1800]

Inv.D.15870. N° d’entrée E.22437. Inscriptions : en h. à d. « 76eme feuille » ; sous le titre : « Il y avoit environ une heure que le Général Kleber se promenoit en causant dans une galerie près du Jardin avec le sieur Protain Architecte du Gouvernement ;… Lorsqu’un Turc vint furtivement par derrière, et frappa le Général d’un coup de poignard qui le renversa par terre. Il alloit le frapper encore, lorsque Protain l’arrêta et lui donna quelques coups d’une petite baguette qu’il avoit à la main dont il lui fit tomber son turban, mais le turc lui donna un coup de poignard sur la tête qui la lui ouvrit, et le fit tomber. L’assassin retourne au Général qui s’étoit relevé, et qui appuyé sur le bord de la galerie crioit au secour, mais d’une voix si foible qu’il n’étoit pas entendu. Protain se releve et courant au turc il recommence un combat, mais le sang qui couloit de sa tête dans ses yeux l’empechoit souvent de voir son ennemi, dont il reçut encore trois coups, à la main, au ventre, et dans le dos. L’assassin craîgnant qu’il ne vint du secour s’enfuit : Protain courut au Général qui lui dit de le soutenir, mais les forces lui manquant par la perte de son sang il le laissa couler de ses bras, et tomba lui-même sans connoissance, on fût plus d’une heure sans venir les relever ; le Général expira quelques minutes après. »

  • 52 Par exemple à Varennes, n°15, p. 93-95 ; à Lille, n°28, p. 131-134 ; en Vendée, n°s 34-38, p.151-15 (...)
  • 53 Marengo, n° 61, p. 234-237 ; Varsovie, n° 64, p. 243-245.
  • 54 Nous avions abordé cette question en 2005, notamment p. 44-46.

42Dans notre catalogue de 2005 nous avions vu que, si Jean-Baptiste Lesueur concentrait son attention essentiellement sur Paris, il pouvait à l’occasion représenter des épisodes situés en province52, voire à l’étranger, Italie du nord ou Pologne53. C’est le cas avec cette gouache qui nous propulse même hors d’Europe, en Égypte, non pour une allégorie ou une scène anecdotique, mais pour un véritable événement historique. Rappelons que ces derniers sont assez rares dans le petit théâtre de Lesueur où, si l’on trouve la fuite à Varennes, le 10 Août ou le 18 Brumaire, on note beaucoup d’absences : Serment du Jeu de Paume, nuit du 4 Août, prise de la Bastille, exécution de Louis XVI, chute des Girondins, assassinat de Marat, 9 Thermidor etc54. Quoi qu’il en soit, et même s’il est très probable que ces épisodes ont figuré dans la série mais ont disparu ensuite, nous avions constaté que les « événements » proprement dits ne constituaient, dans l’ensemble subsistant, que 29 % des scènes – avec d’ailleurs une nette majorité d’épisodes mineurs.

43Ce n’est certes pas le cas ici, l’assassinat de Kléber ayant eu de lourdes conséquences sur le destin de l’expédition d’Égypte. Ce militaire hors pair, architecte de formation, s’était illustré sur les champs de bataille de la Révolution, de Mayence à Héliopolis en passant par la Vendée, Fleurus, le Rhin. Colosse héroïque très apprécié de l’armée, cet Alsacien était aussi un homme de culture. Membre de l’Institut du Caire, il fut à l’origine de la fameuse Description de l’Egypte dans laquelle, on l’oublie trop souvent, il fit insérer, à côté des antiquités et de l’histoire naturelle, une troisième section consacrée à l’Égypte moderne. Commandant en chef du corps expéditionnaire après le départ de Bonaparte, il se signala par son hostilité à une présence française permanente – ce qui accrut sa popularité parmi les soldats – et entama des pourparlers avec les Anglais en vue d’une évacuation. Mais leur mauvaise foi le contraignit à reprendre les armes et le 20 mars 1800, dans le delta, il écrasa une importante armée ottomane, puis le 21 avril, vainquit une seconde révolte du Caire. Moins de deux mois plus tard, les Anglo-Turcs furent « opportunément » débarrassés de lui par son assassinat. Celui-ci plongea en revanche les Français dans la consternation, d’autant que son successeur, Menou, était loin de le valoir. Adhérant aux visées coloniales de Bonaparte, il fut incapable de les mener à bien, et dut capituler, puis évacuer l’Égypte avec ses troupes, en septembre-octobre 1801.

  • 55 Même si, piètre portraitiste, il n’a pas su rendre l’aspect colossal du général.

44La gouache et le récit de Lesueur sont conformes à la réalité du drame du 14 juin 180055, qu’ils restituent avec une rare intensité, et qui se joua dans les jardins du quartier général, au Caire, au moment même où Desaix mourait à Marengo. Kléber se promenait avec son ami l’architecte Protain (1769-1837), membre de la Commission des Sciences et des Arts, et de l’Institut d’Égypte, qui avait réalisé les relevés de monuments tels que les pyramides de Gizah, la colonne de Pompée à Alexandrie, ou certaines mosquées du Caire. Soudain apparut un jeune fanatique nommé Suleyman, originaire d’Alep, que Kléber prit pour un solliciteur : alors qu’il lui tendait la main, Suleyman le frappa mortellement de son poignard. Protain fut effectivement blessé en essayant de maîtriser l’assassin, qu’on retrouva plus tard caché dans un jardin voisin. À son procès, qui étonna les Égyptiens habitués à une justice plus expéditive, il ne cessa d’affirmer qu’il avait agi seul, au nom d’Allah… Condamné à mort, il fut empalé, tandis que l’armée, en pleurs, rendait les honneurs funèbres à son chef en une cérémonie grandiose, à la fois antique et orientale.

45En guise de conclusion nous pouvons dire que, globalement, les nouvelles acquisitions de gouaches révolutionnaires de Lesueur ne remettent pas en cause nos analyses de 2005. Elles les confirment plutôt, avec notamment l’importance égale accordée à des personnages ou des faits « mineurs », par rapport à d’autres beaucoup plus importants ; la prégnance de la sans-culotterie et du fait militaire ; le rôle des femmes, dotées d’une nette visibilité par rapport à l’iconographie du temps, où leur place est un peu secondaire au regard de celle des hommes, malgré de notables exceptions (certaines caricatures ; épisodes tels que les Journées d’octobre ou les travaux de la Fédération, sans oublier bien sûr le registre allégorique : -ici encore, comme dans toute l’œuvre de Lesueur, on relève des scènes où elles sont à niveau égal avec les citoyens, et même où elles tiennent le premier rôle. Ces nouvelles acquisitions, enfin, confirment que ces gouaches montrent des choses que peu d’imagiers, voire aucun, n’avaient illustrées. Dans ce dernier registre, on sera surtout sensible à l’image d’un représentant en mission ; de la lecture des journaux politiques, et des réactions qu’elle suscite ; de concours athlétiques dans les grandes fêtes, reflet de l’importance grandissante du sport, sous la double influence de l’Antiquité gréco-romaine et de l’anglomanie ; d’un événement égyptien témoignant de l’impact, à Paris, d’une campagne lointaine ; de députés de couleur, symboles vivants de la prise de conscience, en métropole, des questions coloniales. Au-delà de l’aspect pittoresque des costumes, beaucoup plus variés et colorés qu’aujourd’hui, et de scènes de la vie quotidienne, édifiantes mais attestant aussi une observation de première main, ces nouvelles planches intégrées au corpus du musée Carnavalet démontrent l’intérêt, toujours éveillé, du citoyen Lesueur pour l’Histoire, petite ou grande, qu’il lui fut donné de vivre.

Haut de page

Notes

1 Famille issue d’une sœur des Lesueur, ces derniers n’ayant pas eu de descendants directs. M. et Mme Jean-Charles Bidault de l’Isle habitent d’ailleurs l’immeuble qu’ils possédaient à la fin du XVIIIe siècle, 4 boulevard Saint-Denis.

2 Louvre, RF. 36527 à 36576.

3 Même s’il existait dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, dans la région rhénane, une tradition locale de petits soldats peints sur carton découpé, ancêtres des images d’Épinal.

4 L’ensemble, en grande partie conservé chez M.et Mme Jean-Charles Bidault de l’Isle, se signale cependant par les dimensions des personnages, plus petits que ceux des gouaches révolutionnaires ultérieures.

5 Fourchette chronologique basée sur l’état actuel de notre documentation et n’excluant pas l’éventualité de gouaches « napoléoniennes » postérieures à 1807.

6 Cette dernière étant en fait évoquée dans le cadre d’une allégorie.

7 Philippe de Carbonnières, Lesueur-Gouaches révolutionnaires-Collections du musée Carnavalet, Paris-Musées-Nicolas Chaudun, 2005.

8 Probablement aidé, dans quelques cas, par ses frères (cf. Philippe de Carbonnières, op. cit, p. 37-38).

9 Respectivement peintre de paysage, et sculpteur.

10 Pour une lecture « politique » de l’œuvre de Lesueur, voir notre article « Les gouaches révolutionnaires de Lesueur au musée Carnavalet » dans les AHRF, 2006-1, n° 343, p. 93-122.

11 Dans la galerie de liaison, du 9 mars au 12 juin 2005.

12 Carnavalet, D.15867 à D. 15873, n° d’entrée E. 22437 ; D. 16615 et D. 16616, n°d’entrée E. 22527.

13 Carnavalet, D. 15452 et D. 15453, n° d’entrée E. 22411. Les noms de ces généreux amis de Carnavalet ont bien sûr été gravés sur la plaque des donateurs figurant à l’entrée du musée.

14 Philippe de Carbonnières, op.cit., p. 21-22.

15 Les sujets de ces planches sont les suivants : une allégorie sur le « Renversement du « trône » (10 août 1792) ; une série de Muscadins ; deux scènes relatives à la fête de l’Agriculture (1er messidor an IV/19 juin 1796) ; la fabrication du salpêtre ; une patrouille de l’an III ; une gouache montrant un vendeur de journal ; enfin une dernière où figurent le député radical Armonville (1756-1808) et surtout Robespierre.

16 D’autant que, comme l’avons indiqué dans notre étude (op.cit., p. 45 et note 75) il y a souvent plusieurs scènes, voire plusieurs thèmes, rassemblés sur une même planche lors du montage postérieur. Ainsi, pour 64 n°s du catalogue de 2005, nous avions recensé une bonne centaine de sujets.

17 À l’exception, ici, de l’allégorie, mode d’expression dans lequel l’artiste est loin d’exceller, et qui n’occupe dans son œuvre qu’une très petite part.

18 Ce ne serait pas la première fois chez Lesueur.

19 Cf. notre catalogue, n°s 26 et 45.

20 Voir, dans notre catalogue, le n°55 avec une « Citoyenne dansant la Carmagnôle »

21 Soulignons toutefois qu’aucun des « sans-culottes » ne porte ici de bonnet dit phrygien. Dans notre catalogue (n°s 21-23, p. 111 à 119) nous avions déjà remarqué la faible proportion de ce couvrechef – qualifié par Michel Vovelle d’« attribut type » de la sans-culotterie – à propos de 3 planches où, sur 17 petits personnages alignés, seuls 4 portaient un bonnet.

22 Le musée Carnavalet conserve deux des aquarelles de David, qui seront gravées par Denon. Il s’agit du Citoyen français dans son intérieur, D. 7058 et du Représentant du peuple en fonction, D. 7059.

23 Étienne-Jean delecluze, David, son école et son temps, Paris, Didier, 1855, p. 318.

24 Catalogue de l’exposition du musée Carnavalet : Au temps des Merveilleuses, Paris, Paris-Musées, 2005, p.125-148.

25 N°41 de notre catalogue de 2005, p. 167-171.

26 Auquel, on l’a vu, nos gouaches ont pendant longtemps été attribuées.

27 On en connaît 8, à la plume, rehaussés d’aquarelle.

28 N° 44, p. 178-182 ; n° 53, p. 215-217.

29 Et même 21 si l’on y ajoute des uniformes comme ceux de la Garde nationale et de l’École de Mars.

30 Renée Davray-Piekollek, op.cit., note 24.

31 Publié par Collot d’Herbois en 1792.

32 Paroles de Marie Joseph Chénier, musique de Méhul, 1794.

33 Opposition si sensible, notamment, dans le fameux Serment des Horaces.

34 Rappelons à cet égard que Lesueur a même donné une des rarissimes images de femme-soldat (cf. notre catalogue, op.cit., n°56, p. 223-226).

35 L’atmosphère « bon enfant » de ces réunions annonce un peu la fête des voisins d’aujourd’hui.

36 Nous avons découvert qu’il jouait un rôle dans la vie sectionnaire de son quartier, comme membre du Comité civil, puis du Comité révolutionnaire du 5ème arrondissement (de l’époque). Voir notre catalogue, p. 56 et note 105.

37 Lesueur a montré, ailleurs, la pénurie et la disette des déshérités, pendant la période thermidorienne et directoriale (voir notre catalogue, n°52, p. 211-214)

38 Le 30 pluviôse au IV/19 février 1796, la planche à billet sera brûlée place Vendôme.

39 Question abordée dans notre catalogue, op.cit., p. 38-43.

40 Ibidem, p. 53-57 et, dans la partie corpus, (et entre autres n°s), le n°33, p.147-150.

41 Ibid.,s 21 et 23, p. 111 à 119.

42 Qu’une autre gouache de Lesueur, encore dans une collection privée, représente avec précision.

43 Et que, deux ans auparavant, nous montre le n°129 des Tableaux historiques de la Révolution.

44 Cf. notamment le n° 49 de notre catalogue, où deux scènes présentent, sur le même montage, les adieux de Camille Desmoulins à son épouse, et l’arrestation d’une « Mme de Marboeuf », rapprochement pouvant peut-être s’expliquer par l’analogie de situations tragiques.

45 Encore un exemple qui nous conforte dans la conviction que les cartels sont nettement postérieurs aux gouaches, généralement réalisées «à chaud ».

46 Sur le sujet, on recommandera l’ouvrage de Michel Biard, Missionnaires de la République. Les représentants en mission (1793-1795), Éditions du CTHS, 2002.

47 Voir les écrits de Marcel Dorigny, Frédéric Régent, Yves Benot ou Bernard Gainot sur la question, et à tout le moins, l’Atlas des esclavages de Marcel Dorigny et Bernard Gainot, Autrement, Collection Atlas/Mémoires, 2006.

48 Trois autres suivront bientôt, puis onze sous le Directoire. La députation de Saint-Domingue comptera donc dix-sept personnes : six Noirs, sept Blancs et quatre « hommes de couleur », c'est-à-dire mulâtres ou métis, et ce jusqu’aux élections de l’anVI.

49 Rappelons que les mulâtres, faisant partie des libres de couleur, étaient nettement minoritaires aux Antilles, et souvent hostiles aux « nègres ».

50 Huile sur toile exposée au Salon de 1798, aujourd’hui conservée au musée national du château de Versailles.

51 Il siégera ensuite au Conseil des Cinq-Cents, jusqu’au 1er prairial an V.

52 Par exemple à Varennes, n°15, p. 93-95 ; à Lille, n°28, p. 131-134 ; en Vendée, n°s 34-38, p.151-159.

53 Marengo, n° 61, p. 234-237 ; Varsovie, n° 64, p. 243-245.

54 Nous avions abordé cette question en 2005, notamment p. 44-46.

55 Même si, piètre portraitiste, il n’a pas su rendre l’aspect colossal du général.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. I 1. [Six personnages masculins, 1793-1795]
Légende In. D. 15868. N° d’entrée E. 22437. Inscriptions : en h. à d. « 43eme feuille » ; sous chaque personnage, de g. à d. « Costume suspect, cravate verte et cheveux retroussé. Selon les Jacobins la cravate verte étoit un signe de raliement, en conséquence on insul [t] ait ceux qui en portoit. »« Jeune Muscadin en Carmagnole »« Sans-culotte fumant sa pipe »« Muscadin en Redingotte Carrée »« Carmagnôle de fantaisie, de l’invention du citoyen Denon »« Sans-culotte dansant la Carmagnôle »
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/13170/img-1.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Figure 2. I 2. [Sept personnages féminins, 1794-1800]
Légende Inv. D. 15869. N° d’entrée E. 22437. Inscriptions :En h. à d. « 53eme feuille » ; sous chaque personnage, de g. à d. :« N° 11/Muscadine s’hyvernant au Palais-Royal. »« Cheveux en vrille et spincer ouvert. »« Chapeau de tafetas plissé, et gance d’or. »« 21/Poissarde »« Femmes à l’antique, avec les Rubans croisés. »« Jeune Marchandes des Halles. »
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/13170/img-2.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Figure 3. I 3. [Deux groupes d’hommes et de femmes, avec costumes dessinés par David, 1794.]
Légende Inv. D. 15873. N° d’entrée E. 22437. Inscriptions : en h. à d. « 47eme feuille » ; sous chaque groupe, de g. à d. : « coèfure que quelques femmes ont porté, mais qui a disparue bien vite, ainsi que bien d’autres modes. Pendant quelque temps, David le peintre, et l’Acteur Talma composoient des costumes qu’ils faisoient porter par des jeunes gens, mais aucun n’a put prendre, le peuple les rega [r] doient comme des Acteurs. »« Des Jeunes Filles considérant un Jeune homme en nouveau costume. »
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/13170/img-3.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Figure 4. I 4. [Costumes ; 2 groupes d’hommes et de femmes, 1794-1801.]
Légende Inv. D. 16615. N° d’entrée E. 22527. Inscriptions, de g. à d. : « Mode de l’An 9.Chapeau à petits bords, habit très court, colet très haut et épais ; Pantalon très haut et très large.Une des Modes de l’an 9 le petit fichu blanc, gance d’or sur les tailles. »
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/13170/img-4.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Figure 5. II 1. Des Jeunes Citoyenes Ouvrières [etc. 1793-1794]
Légende Inv. D. 15452. Don de M. et Mme Jean-Charles Bidault de l’Isle, 2005. N° d’entrée E. 22411. Inscriptions : en h. à d. « 24eme feuille » ; sous la scène : « Des Jeunes Citoyenes Ouvrières, contribuent de leurs Assignats, et de leurs bijoux, à l’équipement d’un jeune homme qui propose d’aller à la guerre si l’on veut l’habiller. »
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/13170/img-5.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Figure 6. II 2. Repas Républicain Messidor an 2 [1794].
Légende Inv. D. 15453. Don de M. et Mme Jean-Charles Bidault de l’Isle, 2005 – N° d’entrée E. 22411. Inscriptions : en h. à d. « 36eme feuille » ; sous la scène et le titre : « On proposa que tous les habitans de Paris fraternisassent ensemble par des repas Civiques. Des tables furent dressées dans toutes les rues ; on les orna de fleurs, de bustes d’arbriseaux de Guirlandes et rubans tricolors. Le riche apporta son rôti, et son vin de Bourgogne. Le Pauvre son bouilli son fromage et du vin. Là placé indistingtement on mangeoit et l’on buvoit avec cette gaité française qu’augmentoit encore le sentiment de l’Egalité : à la table succéda la danse, la joie la plus vive annimoit tout les age. C’est une chose remarquable que le rassemblement d’une population aussi immence que celle de Paris n’est occasionné aucun accident. »
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/13170/img-6.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Figure 7. II 3. Une citoyenne ouvrière du fauxbourg du Temple [etc. 1794-1796]
Légende D. 15867. N° d’entre E. 22437. Inscriptions : en h. à d. « 82eme feuille » ; sous la scène : « Une citoyenne ouvrière du fauxbourg du Temple rentroit chez elle bien triste de n’avoir pas obtenu d’ouvrage. Elle trouva un assignat de 25. francs ce qui la réjouit beaucoup. Mais réfléchissant que celui qui l’avoit perdu étoit peut-être plus malheureux qu’elle : Ne voulant pas profiter du malheur d’un autre, elle fît tant de recherches qu’elle apprit qu’il appartenoit à un pauvre menuisier sans ouvrage, et ayant 4 enfans. Elle courut lui porter. Le menuisier lui dit Citoyenne j’aurois bien du plaisir à le partager avec vous, mais vous voyez mes enfans je n’ai que cela pour les faire vivre. Cette femme s’en fut bien contente d’avoir put faire cette bonne action. »
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/13170/img-7.png
Fichier image/png, 3,5M
Titre Figure 8. III 1. [Cinq militants révolutionnaires, 1793-1794]
Légende Inv. D. 15871. N° d’entrée E. 22527. Inscriptions : en h. à d.« 25eme feuille » ; sous chaque personnage, de g. à d. :« Terroriste Jacobin exaltant le Journal de Marat. »« Enragé Patriote. Ces hommes exaltés par la lecture du Journal de Marat, alloient criant qu’il faloit tuer tous les Aristocrates et les Riches. »« Terroriste lisant un Journal, et mécontent de ce qu’il contient. »« Jacobin réfléchissant sur la manière de gouverner la france. »« Terroriste du temps de Robespierre payé pour susciter des querelles et occasioner des arrestations. »
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/13170/img-8.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Figure 9. III 2. [Cinq représentations de participants à des fêtes du Directoire (1796 et 1798)]
Légende Inv. D. 15872. N° d’entrée E. 22437. Inscriptions : en h. à d. « 60eme feuille » ; de g. à d., sous le groupe de coureurs puis sous chaque personnage :« Jeunes gens courants pour le prix de la course à pied aux diverses fêtes que l’on donnoit au Champ de Mars…. …C’étoit vraiment un coup d’œil unique que plus de soixante jeunes gens tous vêtus de mêmes et partant au même signal parcourir une longue carriere, sans presque toucher la terre. »« Costume des luteurs à la fête du 1er Vendemiaire an 7. ils étoient seize. 8 ceinture bleu et 8 Rouge. »« Laboureur à la fête de l’agriculture Messidor an 4, 5 etc. »« Hérault pour la proclamation, et la Conduite des vainqueurs aux joutes du Champ de Mars. ils étoit 8. 4 à pied 4 à cheval. »« Conducteur des Bœufs attellés au char sur lequel étoit la charue d’or. Fête de lagriculture an 5 »
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/13170/img-9.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Figure 10. III 3. [Six députés des assemblées nationales de la Révolution, les deux représentants de couleur étant découpés dans le même carton (1789-1798).]
Légende Inv. D. 16616. N° d’entrée E. 22527. Inscriptions : en h. à d.« 8e feuille » ; sous chaque image, de g. à d. :« Député en Mission en Costume de Représentant du peuple. »« Honoré Gabriel Riquetti Cidevant Comte de Mirabeau faisant une motion à l’assemblée Constituante… mort le 2 avril 1792 an 2. »« Député sortant de l’assemblée. »« Hommes de Couleur, Députés des Colonies à la Convention Nationale. »« Le Député Granet toujours en carmagnôle de toile grise, son gros baton, et tenant son chapeau ainsi. »
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/13170/img-10.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Figure 11. III 4. Assassinat du Général Kleber Commandant de l’Armée d’Egypte. [14 juin 1800]
Légende Inv.D.15870. N° d’entrée E.22437. Inscriptions : en h. à d. « 76eme feuille » ; sous le titre : « Il y avoit environ une heure que le Général Kleber se promenoit en causant dans une galerie près du Jardin avec le sieur Protain Architecte du Gouvernement ;… Lorsqu’un Turc vint furtivement par derrière, et frappa le Général d’un coup de poignard qui le renversa par terre. Il alloit le frapper encore, lorsque Protain l’arrêta et lui donna quelques coups d’une petite baguette qu’il avoit à la main dont il lui fit tomber son turban, mais le turc lui donna un coup de poignard sur la tête qui la lui ouvrit, et le fit tomber. L’assassin retourne au Général qui s’étoit relevé, et qui appuyé sur le bord de la galerie crioit au secour, mais d’une voix si foible qu’il n’étoit pas entendu. Protain se releve et courant au turc il recommence un combat, mais le sang qui couloit de sa tête dans ses yeux l’empechoit souvent de voir son ennemi, dont il reçut encore trois coups, à la main, au ventre, et dans le dos. L’assassin craîgnant qu’il ne vint du secour s’enfuit : Protain courut au Général qui lui dit de le soutenir, mais les forces lui manquant par la perte de son sang il le laissa couler de ses bras, et tomba lui-même sans connoissance, on fût plus d’une heure sans venir les relever ; le Général expira quelques minutes après. »
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/13170/img-11.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe de Carbonnières, « Nouvelles gouaches révolutionnaires de Jean-Baptiste Lesueur. Entrées au musée Carnavalet (2005-2011) », Annales historiques de la Révolution française, 376 | 2014, 107-134.

Référence électronique

Philippe de Carbonnières, « Nouvelles gouaches révolutionnaires de Jean-Baptiste Lesueur. Entrées au musée Carnavalet (2005-2011) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 376 | avril-juin 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13170 ; DOI : 10.4000/ahrf.13170

Haut de page

Auteur

Philippe de Carbonnières

Chargé des collections Révolution-Empire
au Cabinet des arts graphiques du musée Carnavalet
23, rue de Sévigné
75003 Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org