Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Frans Grijzenhout, Niek van Sas, Wyger Velema (redactie), Het Bataafse experiment. Politiek en cultuur rond 1800

Nijmegen, Uitgeverij Vantilt, 2013
François Antoine
p. 199-200
Référence(s) :

Frans Grijzenhout, Niek van Sas, Wyger Velema (redactie), Het Bataafse experiment. Politiek en cultuur rond 1800. Nijmegen, Uitgeverij Vantilt, 2013, 373 p., ISBN 978-94-6004-132-7, prix non ind.

Texte intégral

1La République Batave constitue un épisode déterminant de l’histoire néerlandaise. Marquant une rupture avec l’Ancien Régime, cette période, qui s’étale de 1795 à 1801, voire de 1781 à 1813, permit également de prolonger un certain nombre de valeurs séculaires des Provinces-Unies au sein de la période contemporaine. Or cette période qualifiée ultérieurement de « Française » fut dès le retour d’Angleterre du prince d’Orange en 1813 stigmatisée comme étrangère. Pourtant ce dernier reprenait à son compte le modèle napoléonien afin d’atteindre l’objectif que la famille d’Orange tentait de réaliser depuis deux siècles à savoir, réunir les multiples provinces des Pays-Bas sous son autorité. Comme le constatait l’ambassadeur du Royaume-Uni à La Haye, Lord Clancarty, « on ne marche plus que dans les souliers de Napoléon » (Lettre de l’ancien intendant des Finances, Goldberg au secrétaire général Falck en date du 25 septembre 1814 dans H.T. Colenbrander, Gedenkstukken der algemeene geschiedenis van Nederland van 1795 tot 1848, La Haye, 1911-1914, t. VII, p. 344., p. 699). Le futur roi du Royaume réuni des Pays-Bas (1815-1840) jugea préférable de passer sous silence le passé récent franco-batave qui était pourtant marqué par la transformation des Provinces-Unies en un État unitaire, un parlement composé de représentants démocratiquement élus, une Constitution écrite, la garantie des droits individuels ou encore la séparation de l’Église et de l’État. Il donna comme consigne : « oubli total du passé » et tout le monde s’y accorda.

2Constituant l’aboutissement d’un vaste projet de recherche néerlandais intitulé « De eerste Nederlandse democratie. De politieke wereld van de Bataafse Revolutie » (la première démocratie néerlandaise. Le monde politique de la Révolution batave), ce très bel ouvrage collectif dirigé par Frans Grijzenhout, Niek van Sas et Wyger Velema de l’Université d’Amsterdam (UvA) a comme ambition de réhabiliter cet épisode et de le réinterpréter en le replaçant dans un large spectre culturel et politique. Dans cette optique un chapitre de Wijger Velema est consacré à la pensée politique des révolutionnaires bataves en retraçant la notion de républicanisme et en la faisant remonter à la Renaissance, voire à l’Antiquité. Niek van Sas aborde ensuite la transition du républicanisme au libéralisme via trois coups d’État et un référendum. L’évolution du droit est analysée par Peter van den Berg sous l’angle de l’identité nationale : entre l’importation du corpus juridique français et le prolongement des théories du droit naturel d’Hugo Grotius. Un chapitre d’Edwina Hagen retrace les laborieux travaux des représentants de l’Assemblée nationale qui rédigèrent la première constitution écrite des Pays-Bas, et pointe l’imprégnation du religieux dans la genèse de cette dernière. Annie Jourdan replace la révolution batave dans sa perspective européenne et déborde intelligemment des rapports bilatéraux France-Pays-Bas en élargissant les champs d’analyse aux différentes républiques-sœurs. Les femmes ne sont pas oubliées dans cet ouvrage. Éveline Koolhaas-Grosfeld s’interroge sur les tâches qui leur furent attribuées dans le cadre de la nouvelle société citoyenne néerlandaise. Les satires politiques et leur diffusion reçoivent une place de choix dans cet ouvrage richement illustré. Frans Grijzenhout relève dans un chapitre intitulé « les boules de neige contre le pouvoir » l’usage immodéré de l’humour au cours de l’épisode batave. Cette période connut également l’arrivée d’un nouveau type d’écrivain que l’on qualifie actuellement d’intellectuel, de même qu’une véritable opinion publique. Marleen de Vries décrit cette transformation de la société néerlandaise qui s’amorça au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle et qui se focalisait pour une bonne part sur les théories de Kant et leurs implications sur la société et la religion. Enfin, Arianne Baggerman fait la synthèse d’une centaine d’ouvrages autobiographiques écrits entre 1814 et 1840 et dont ressort une sorte de mise à distance des auteurs des événements révolutionnaires dont ils ont été les témoins.

3Cet ouvrage permet une double grille de lecture. Replacé dans un contexte néerlando-néerlandais, il rappelle les acquis républicains de l’actuel royaume des Pays-Bas et les avancées démocratiques de l’épisode révolutionnaire dans une société profondément structurée en fonction de corps intermédiaires, dits « zuilen » (piliers). En outre, la « Hollande » décrite de manière récurrente en Europe depuis l’époque moderne comme le pays de la tolérance connaît depuis plus d’une dizaine d’années une inquiétante poussée populiste. Il est dès lors plus que salutaire de replacer la notion de « burger » (citoyen) dans son large cadre de valeurs humanistes. Parallèlement le rayonnement et l’expansion de Révolution française au travers la création de la « Grande Nation » ne doivent pas occulter le fait que bon nombre de nations telles que les Pays-Bas ont connu leur propre genèse révolutionnaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Antoine, « Frans Grijzenhout, Niek van Sas, Wyger Velema (redactie), Het Bataafse experiment. Politiek en cultuur rond 1800 », Annales historiques de la Révolution française, 376 | 2014, 199-200.

Référence électronique

François Antoine, « Frans Grijzenhout, Niek van Sas, Wyger Velema (redactie), Het Bataafse experiment. Politiek en cultuur rond 1800 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 376 | avril-juin 2014, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13201

Haut de page

Auteur

François Antoine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org