Navigation – Plan du site
Vie de la société

Procès-verbal du conseil d’administration de la Société des études robespierristes

Séance du samedi 22 juin 2013
p. 250-254

Le Conseil d’administration de la Société des études robespierristes s’est réuni le samedi 22 juin 2013 dans nos locaux d’Ivry-sur-Seine, à 14h.

Présents : Serge Aberdam, Gaid Andro, Marc Belissa, Serge Bianchi, Michel Biard, Annie Crépin, Jean-Numa Ducange, Annie Duprat, Pascal Dupuy, Bernard Gainot, Anne Jollet, Hervé Leuwers, Jean-Paul Rothiot, Cyril Triolaire.

Représentés : Philippe Bourdin, Jean-Pierre Jessenne, Danièle Pingué.

Excusés : Jean-Luc Chappey, Paul Chopelin.

Le procès-verbal de la réunion du 12 janvier 2013 est approuvé à l’unanimité.

Le procès-verbal des discussions de l’Assemblée générale des sociétaires, du 23 mars dernier, est présenté. Le but de ce document de type nouveau est de rapporter les échanges qui ont lieu lors de l’AG, en ce qu’ils vont au-delà des divers rapports et ne peuvent y être facilement incorporés. Le principe de ce procès-verbal est adopté ; une version provisoire circulera par mail.

Bilan par le directeur de la revue de la rencontre tenue à Pierrefitte (Archives nationales) autour du numéro spécial sur Robespierre : quatre communications présentées devant une cinquantaine de personnes, suivies de débat et d’une intéressante visite des nouveaux locaux des AN. Pour l’an prochain, il est prévu une rencontre autour du numéro spécial des AHRF qui, sous la direction de Pierre Serna, sera consacré à l’animal à l’époque révolutionnaire.

Le président informe sur la préparation de la rencontre prévue le dimanche 22 septembre à Blérancourt (Maison de Saint Just) avec une conférence de Laurent Brassart, un repas républicain dans une salle mise gracieusement à disposition par la mairie, puis une visite des lieux et enfin la projection du film d’Antony Mann, Le règne de la terreur.

État des comptes : le trésorier présente la situation financière, marquée par de meilleures recettes. En sus des fonds statutairement bloqués, la trésorerie dispose de 31 000 euros, ce qui permet d’envisager sereinement les opérations programmées. Une brève discussion permet d’attribuer 900 euros pour une amélioration de notre logo, qui restera inchangé mais doit être mieux identifié (noms de la Société ou de sa Revue) et affiné pour permettre des impressions plus variées. Dominique Godineau donne des informations au sujet de la création de ce logo, à partir du travail d’élaboration du premier des cinq tomes d’Images et récit de Michel Vovelle.

Le président informe sur le projet de colloque né de la rencontre avec les députés membres du « Club des amis de l’Incorruptible », qui compte une trentaine de membres à la Chambre, dans plusieurs formations politiques. À côté de projets plus limités, il s’agirait surtout d’organiser un colloque dans leurs locaux, les 18-19 et 20 septembre 2014, sur le thème « Vertu et politique, 1794-2014 », les trois premières demi-journées étant consacrées à la période révolutionnaire, et la dernière aux héritages, ce qui permettrait des formes d’association avec des sociétés sœurs et amies. Michel Biard donne une description indicative de ce que pourrait être le programme de ce colloque. Il est souligné que l’existence et le rôle de la Chaîne parlementaire permettrait de donner un certain retentissement médiatique à l’événement et aux questions soulevées. La discussion qui suit porte surtout sur la nécessité ou non de consacrer à Robespierre une séquence spécifique, par exemple une table-ronde. La réponse sur ce point est plutôt négative, allant dans le sens d’un traitement thématique et problématisé. L’approbation du projet est générale.

Hervé Leuwers informe sur un projet de livre collectif « Visages de la Terreur » qu’il a présenté à A. Colin avec Michel Biard, et que l’éditeur a très rapidement accepté, deux jours avant le CA, court-circuitant ainsi nos débats. Ce volume de 500 000 signes devrait être remis en mars 2014, avec des communications de 30 000 signes dont les auteurs, selon notre habitude, feraient don de leurs droits à la Société. Il s’ensuit un débat intense qui porte à la fois sur le titre choisi, sur le mode quelque peu vertical de cette initiative et sur l’équilibre entre nos propres éditions et le recours aux éditeurs privés. Michel Biard, Serge Bianchi, Anne Jollet, Hervé Leuwers, Serge Aberdam et Dominique Godineau interviennent pour écarter toute polarisation sur le titre annoncé, pour demander un débat sur le fond, pour attester que les propositions faites et les contenus devraient permettre de trouver un meilleur titre, pour insister sur l’importance de maintenir la variété et la valeur des articles et de renforcer l’élaboration collective des ouvrages de ce type. Il est clair qu’ils contribuent fortement au mieux-être de notre Société, non pas seulement au niveau financier mais par l’encouragement à un travail mutualisé et par une bonne diffusion. Le sommaire proposé devra donc circuler par mail et être ensuite discuté en détail.

Le président fait un bref rappel du projet collectif accepté chez Belin d’un « manuel du maître », issu de notre rencontre d’Ivry Enseigner la Révolution française et dont la forme pratique, par référence à d’autres volumes de cette collection, semble extrêmement prometteuse.

Trois demandes d’adhésion sont présentées :

Nicola Lumbroso

Magistrat

Lille

Dominique Godineau

Hervé Leuwers

22 juin 2013

Ariane Fichtel

Étudiante

Augsbourg

Bernard Gainot

Serge Aberdam

22 juin 2013

Dominique Marzet

Archiviste

Michel Biard

Hervé Leuwers

22 juin 2013

Toutes ces demandes sont acceptées.

On rappelle très rapidement les projets scientifiques en cours : pour 2013, colloque consacré au théâtre à Vizille en octobre, organisé par les enseignants de l’université Blaise Pascal ; journée « Comités de surveillance » organisée à Rennes le 17 octobre par notre atelier spécialisé, journée animée par Anne Jollet et Dominique Godineau sur le budget prévu ; plus notule à rédiger par Hervé Leuwers sur le colloque de Lille des 5 et 6 décembre 2013. On rappelle également le colloque prévu pour octobre 2015 sur le thème Collections et collectionneurs, à Vizille, pour lequel nous sommes associés à l’IHRF et au Musée.

Le point est fait sur les publications et sur la situation de l’imprimeur de la Société, Diazo. Deux volumes de la collection « Études révolutionnaires » sont programmés pour cette année. Le premier (n° 14), Passeurs de révolutions, est parti à l’imprimerie après que le président s’est assuré que les difficultés actuelles de notre imprimeur ne faisaient pas obstacle à la fabrication. Le second volume (n° 15), consacré au colloque franco-russe de Vizille, devrait suivre le même itinéraire dans l’été pour être fabriqué à l’automne. Il sera cependant demandé que les volumes stockés à Clermont et déjà payés soient déplacés chez Jean Paul Rothiot, à Frenelle, pour nous mettre à couvert. Les fichiers informatiques correspondants ont déjà été mis à l’abri. La décision prise devra rapidement être communiquée à Julien Louvrier pour tenir à jour la boutique en ligne.

Il est clair que ce que nous confions à la « grande » édition comme la délégation de publication pour la Revue contribue à dégager les marges dont nous avons besoin pour publier ce qui ne passerait pas chez elle. Ce sont désormais nos procédures internes et leur efficacité que nous devons sensiblement améliorer, en particulier par une prise en charge spécifique de la fonction d’édition. Le volume 12 des œuvres de Robespierre pourrait nous en donner l’occasion. La façon de mettre en musique sa sortie peut contribuer à une meilleure visibilité. Un débat intéressant s’élève autour de ce projet : faut-il faire de ce volume, autour des manuscrits inédits traités par Annie Geffroy de façon rigoureuse, une sorte de monument à la souscription, reprenant beaucoup de ses éléments constitutifs ou bien faut-il respecter la forme acquise et composer le volume essentiellement de textes de Robespierre récupérés dans des recherches plus ou moins récentes ? Le débat n’est pas encore tranché.

Le renforcement de la Société s’accompagne et continuera de s’accompagner d’une augmentation des demandes éditoriales, voire financières autour de projets éditoriaux très divers. En dehors de toute discussion sur les critères scientifiques, publication ou non de sources organisées, de monographies françaises ou bien traduites de l’anglais ou bien d’autres langue, il est clair que nous ne pourrons que très partiellement faire face, au niveau où nous sommes. Le procédé de sélection existant, le prix de thèse Albert Mathiez, ne couvre visiblement qu’une partie des besoins, et fort mal. La question ne se pose d’ailleurs pas tant au niveau du prix lui-même que de la diffusion de nos publications. Ce débat repartira cet automne à partir du rapport confié à Philippe Bourdin.

Hervé Leuwers donne quelques informations sur les AHRF. Il insiste sur l’intérêt d’associer Malcolm Crook au comité de rédaction, ce qui fait consensus. Il signale que le volume annuellement traduit en anglais sera disponible sur le serveur d’A. Colin à la fois en ligne et sous forme de e-book. Il souligne l’intérêt qu’il pourrait y avoir à proposer aux abonnés des AHRF de recevoir en sus et annuellement une des publications de la SER. Ce dernier point entraîne débat dans la mesure où il créerait pour nos éditions, encore trop artisanales, des contraintes et des délais difficilement tenables. L’idée semble irréaliste au stade actuel.

Questions diverses : Jean-Paul Rothiot présente une offre-type de vente de lots d’anciens numéros des AHRF, collections pour lesquelles il a fait l’acquisition de caissettes destinées à l’envoi. Symétriquement, Serge Aberdam insiste sur l’importance de rentrer en possession, pour nos collections patrimoniales, d’exemplaires des publications de la Société qui n’y figurent pas, dont certaines sont fort anciennes mais dont d’autres correspondent, à la fin de la vie d’Albert Soboul, donc à une époque relativement récente. Une discussion s’ensuit sur la possibilité de procéder, plutôt que par achats ou photocopies, par échanges ou dons à partir des exemplaires multiples que le centre de documentation de Vizille reçoit avec les bibliothèques de chercheurs qui lui parviennent. Serge Bianchi s’engage à tirer cet aspect au clair.

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org