Navigation – Plan du site
Vie de la société

Procès-verbal du conseil d’administration de la Société des études robespierristes

Séance du 28 septembre 2013
p. 254-259

Le Conseil d’administration de la Société des études robespierristes se réunit dans ses locaux d’Ivry-sur-Seine le samedi 28 septembre 2013, à 14h.

Présents : Serge Aberdam, Marc Belissa, Michel Biard, Paul Chopelin, Annie Crépin, Annie Duprat, Pascal Dupuy, Anne Jollet, Hervé Leuwers, Danièle Pingué, Cyril Triolaire.

Représentés : Philippe Bourdin, Jean-Numa Ducange, Bernard Gainot.

Excusés : Gaid Andro, Serge Bianchi, Jean-Luc Chappey, Malcolm Crook, Dominique Godineau, Jean-Pierre Jessenne, Matthias Middell, Jean-Paul Rothiot, Pierre Serna.

Absent : Frédéric Régent.

Le procès-verbal de la réunion du 22 juin 2013 est lu, amendé puis approuvé à l’unanimité.

Le président introduit les candidatures de :

  • Roland Timsitt, homme de théâtre, parrainé par Michel Biard et Hervé Leuwers.

  • Jean-Michel Toulouse, directeur d’hôpital, parrainé par Michel Biard et Danièle Pingué

  • Rémy Duthille, enseignant à Bordeaux III, parrainé par Pascal Dupuy et Allan Forest

  • Giacomo Ferrarello, infirmier à Bologne, parrainé par Serge Aberdam et Marc Bélissa.

  • Julien Saint Roman, enseignant à Toulon, parrainé par Cyril Triolaire et Martine Lapied.

  • Tatiana Jarzabeck, parrainée par Boris Morena et Michel Biard.

  • Maryline Dewavrin-Farri, enseignante à Chamalières, parrainée par Philippe Bourdin et Cyril Triolaire.

Qui sont admis tous les sept dans la Société.

Le secrétaire présente le bilan de l’initiative de Blérancourt, finalement un succès avec soixante personnes à la conférence de Laurent Brassard dans la belle mairie de Blérancourt et quarante-huit personnes au repas qui a suivi, puis la visite pilotée par Bernard Vinot et la projection du film de Mann, Le règne de la Terreur, saisissante vision de Guerre froide de la Révolution française.Les participants ont témoigné d’un réel intérêt que prouve l’importance des ventes réalisées. Il faut cependant noter que l’initiative a souffert d’une prise en charge difficile et n’a été sauvée que par une mobilisation de dernière minute qui aurait tout aussi bien pu faire défaut. Pour ce genre d’initiative tournée vers un large public, il faudra dans l’avenir mieux s’assurer de l’implantation locale et de l’audience de nos partenaires.

On peut par contre attribuer à une trop faible mobilisation des membres du CA l’annulation de notre projet d’être enfin présent cette année aux journées de Blois. Les parutions prévues cette année entraîneront le besoin impératif d’être présents à Blois en octobre 2014 mais il faudra savoir faire appel aussi, directement, aux adhérents.

Vie interne

L’AG de mars prochain correspondra à la date statutaire des élections pour le renouvellement de la moitié des membres du CA, ceux qui ont été élus il y a six ans. Ces douze membres renouvelables sont : Marc Belissa, Michel Biard, Annie Crépin, Pascal Dupuy, Bernard Gainot, Anne Jollet, Matthias Middell, Jean-Paul Rothiot, Pierre Serna, Cyril Triolaire mais aussi Gaid Andro et Paul Chopelin qui ont respectivement remplacé Martine Lapied et Julien Louvrier, démissionnaires en cours de mandat. Il conviendra également de remplacer par élection Jean-Luc Chappey qui vient de démissionner et peut-être Jean-Pierre Jessenne. Treize et peut-être quatorze membres seront donc à élire en mars.

Statutairement, l’appel à candidature doit être diffusé par les AHRF suffisamment à temps pour que les candidatures (1000 signes maximum chacune) puissent parvenir au secrétaire général avant le prochain CA (en l’occurrence celui du 18 janvier) qui clôturera leur liste pour diffusion par courrier aux membres, un mois au minimum avant la date de l’AG du 15 mars. Le CA du 18 janvier désignera également une commission électorale de cinq membres chargée de mener cette élection à bien.

Le CA examine ensuite les projets de nouveau logo, dérivé du modèle classique mais spécifiant, au choix, le nom de la Société ou de sa revue. Au vote, on parvient facilement à un consensus.

Paul Chopelin donne un bref rapport sur l’activité du site, où s’est posé un problème de format : qu’y indiquer au-delà-des activités où la Société est impliquée comme telle ? La règle qui semble devoir être suivie serait la réciprocité des renvois et des annonces avec les organismes et sites demandeurs, partenaires ou amis. Cette question se pose par exemple avec l’Institut d’histoire de la Révolution de Paris I mais, aucun de ses membres n’étant présent, la discussion est renvoyée ; Hervé Leuwers prendra contact ; la question devrait se résoudre d’autant plus facilement que les deux institutions, dont les membres se connaissent bien, sont de nature totalement différente et devraient être complémentaires.

Activité scientifique

La société participera dans les jours qui viennent à trois initiatives déjà présentées : la journée Therpsicore de Vizille le 16 octobre, la journée de Rennes sur les comités de surveillance le 17 octobre, le colloque de Lille sur les relectures historiographiques les 5-6 décembre.

Parmi les projets à un peu plus long terme, celui d’un colloque sur la vertu en politique, organisé avec le club des amis de l’Incorruptible à l’Assemblée nationale et le programme ACTAPOL, en septembre-octobre 2014. Le président fait part des incertitudes actuelles sur ce projet, le « temps » des parlementaires n’étant guère semblable au nôtre. Mandat lui est cependant donné de faire le maximum pour consolider ce beau projet et, si possible, d’y inclure une représentation de la pièce de théâtre de Benedetto, Thermidor-Terminus, mise en scène et jouée par Roland Timsitt. Il faudra cependant garder une solution de rechange si les moyens promis ne devaient pas être fermement garantis.

L’état actuel du projet de colloque sur Collections et collectionneurs est distribué aux membres.

Le projet qui avait été envisagé d’une intervention spécifique dans le cadre du 139e congrès des Sociétés savantes (Nîmes 5-10 mai 2014) semble s’être réduit à fort peu de choses dans l’appel à communication publié.

Rapport scientifique triennal

Un débat s’engage sur la périodicité de ce rapport ; le secrétaire général pense que trois ans se sont avérés être un délai trop court ; le président juge hasardeux de changer la norme ; décision est prise de proposer la tâche de rapporteur à Allan Forest.

Vérification faite, les statuts ne parlent pas de ces rapports ; mention en est faite, avec cette périodicité triennale, dans le projet de règlement intérieur arrêté en 2003 mais jamais approuvé par la tutelle (courrier de 2005). Rien ne nous empêche donc de la modifier.

Publications

Retard a été pris après la décision de créer un vrai catalogue couleur disponible sur le site, pour les envois et les tables, et que Malcolm a proposé de traduire. Danièle et Jean-Paul continuent de tenir à jour la vieille formule minimale, peu lisible et peu attirante mais utile, en attendant !

Le volume 15 des Études révolutionnaire est prêt ; il sera transmis à l’imprimeur fin octobre sous le titre Écrire l’histoire par temps de Guerre froide / Soviétiques et Français autour de la crise de l’Ancien Régime.

Le volume 12 des Œuvres de Robespierre est en préparation, à partir de la transcription érudite des papiers rachetés par l’État suite à la souscription de 2011 et d’autres documents entrés par achat aux AN. Il comprendra une présentation détaillée du contenu par Annie Geffroy, un historique de la souscription, à partir de ce qui a été publié dans les AHRF par Cyril Triolaire et Serge Aberdam, et des extraits de la correspondance reçue. L’aide des AN et les délais doivent être précisés et budgétés pour 2014. Ces choix impliquent la mise en chantier ensuite d’un volume 14 pour publier les autres documents récupérés.

Les mois qui viennent doivent permettre à Gaid Andro, lauréate du Prix Mathiez de l’an dernier, de préparer son manuscrit pour être publié fin 2014.

Comme décidé la dernière fois, le président revient devant le CA sur le projet dit Visages de la Terreur. Ce titre ne sera probablement pas accompagné d’un point d’interrogation mais d’un sous-titre le « problématisant ».

La présentation du projet entraîne une intéressante discussion sur l’articulation de divers aspects de notre activité. Il apparaît clairement que nous avons improvisé depuis cinq ans un genre de travaux collectifs caractérisés par leur volonté d’aller au-devant d’un public plus large que celui de l’érudition ou des études spécifiquement révolutionnaires. Pour toucher ce public, ils paraissent chez des éditeurs privés (Colin, Taillandier, Belin…) mais leurs auteurs, membres ou non de notre Société, renoncent à leurs droits à son profit. Il convient de bien s’entendre sur l’articulation de ce procédé avec nos propres éditions : ces travaux collectifs sont discutés en CA, parce qu’ils sont destinés à créer des ressources financières et de la notoriété pour la SER, pour autant que leur contenu ne devient pas contradictoire avec les caractéristiques qui lui sont propres, celles d’une société savante qui reste une société de pensée. Il importe d’ailleurs pour l’avenir que la renonciation collective aux droits, au profit de la SER, reste bien indiquée sur ces ouvrages. Ces travaux sont, par contre, sous la responsabilité de leurs auteurs comme de leurs éditeurs, privés. Pour ce qui concerne nos propres éditions, celles que nous finançons, il est clair qu’elles supposent une forme de contrôle collectif du CA. En pratique, après discussion, cette responsabilité est nécessairement déléguée à une ou des personnes ad-hoc, par exemple le directeur et le comité de rédaction pour la revue, ou le jury pour le prix Mathiez ou une équipe restreinte pour tout autre ouvrage. C’est encore plus le cas lorsqu’il y a coédition.

Le volume accepté par Belin et qui concrétise, en direction des enseignants, le travail engagé il y a plusieurs années, sera achevé au printemps pour être mis en place en librairie à l’automne ; sa présentation aux journées de Blois sera l’occasion d’une réelle présence de la Société.

Le secrétaire signale que la procédure de récupération d’une collection patrimoniale des publications de la Société (revue et autres publications) se poursuit. Cyril Triolaire accepte de reprendre le sujet ce mois-ci avec nos partenaires de Vizille. S’agissant des archives de la revue, une démarche sera menée en direction de la famille de François Hincker.

Le secrétaire signale que son départ en retraite, probablement à l’automne 2014, posera toute une série de question matérielles dont il serait bon que le Bureau se saisisse avant la prochaine AG, que lui-même soit ou non remplacé dans ses fonctions.

Adhésions

* Trois demandes d’adhésion sont présentées :

Nicola Lumbroso

Magistrat

Lille

Dominique Godineau

Hervé Leuwers

22 juin 2013

Ariane Fichtel

Étudiante

Augsbourg

Bernard Gainot

Serge Aberdam

22 juin 2013

Dominique Marzet

Architecte

Paris

Michel Biard

Hervé Leuwers

22 juin 2013

Toutes acceptées.

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org