Navigation – Plan du site
Articles

« Produire l’être singe ». Langage du corps et harmonies spirituelles

«Producing an ape». Body language and spiritual harmonies
Claude Blanckaert
p. 9-35

Résumés

Vers 1800, les grands singes sont méconnus dans leurs espèces et leurs aptitudes réelles. On les dénomme encore orangs-outangs, terme générique repris du malais désignant les « hommes des bois ». Les monographies savantes accentuent l’équivoque des représentations. À l’image de l’homme de nature du siècle des Lumières, le singe reste une créature intermédiaire, identique à l’homme physique dont il partage la sensibilité et les excès. Il appartiendra à l’anatomie fonctionnelle de mesurer l’étendue de son intelligence et les conditions de la perfectibilité pour définir les voies de production de l’« être singe » et sa place dans l’échelle du vivant. Les projections anthropomorphiques brouilleront durablement toutes les barrières symboliques instaurées entre les deux règnes humain et animal. Pourtant, à partir des années 1820-1830, la découverte des formes adultes de l’orang fera justice de cette ambivalence. Frappé d’arrêt de développement cérébral à la puberté, le singe subit une métamorphose régressive qui le fait déchoir. Alors que l’homme s’élève et s’ennoblit, l’orang rétrograde vers la vie bestiale. Fascination et répulsion n’ont cessé d’accompagner cette fiction savante.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

Effroi et enthousiasme
Bimanes et quadrumanes
Les bas-fonds de la philosophie
De quelques doutes raisonnés
La cause du singe
Projections anthropomorphiques et valeurs corporelles
Le cercle des fonctions
Passions, polarité et harmonies spirituelles
Méthode simiologique
Le sentir nuit au penser
Angle aigu, esprit obtus
L’éducation au fondement de la perfectibilité
L’ange tombé…

Aperçu du début du texte

Effroi et enthousiasme

Dans l’optique d’une primatologie positive, il serait tentant d’opposer abruptement l’orang-outang des Lumières, « l’homme inculte des bois », et le singe du xixsiècle qu’une zoologie sévère affecte dorénavant à son vrai rang naturel dans la série des êtres. Grâce à Louis Daubenton, Petrus Camper et bientôt Georges Cuvier, la carrière fabuleuse du « Satyre » sylvestre ou troglodyte semble s’éteindre avec les derniers feux de la Révolution. On le croyait capable de traverser le mur des espèces, de séduire les femmes et d’embrouiller, par son intelligence, les meilleurs nomenclateurs. Or le grand singe, Pongo, Jocko, Pygmée, Quimpezé, quel qu’en soit le baptême des voyageurs, va perdre de son mystère avec sa posture verticale. Il ne « sera jamais au plus que le singe de notre espèce », remarque avec force conjurations le naturaliste Pierre-André Latreille, « une excellente copie de nous-mêmes ».

Bimanes et quadrumanes

L’anatomie vient flétrir l’« extravagance » d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Blanckaert, « « Produire l’être singe ». Langage du corps et harmonies spirituelles », Annales historiques de la Révolution française, 377 | 2014, 9-35.

Référence électronique

Claude Blanckaert, « « Produire l’être singe ». Langage du corps et harmonies spirituelles », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 377 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13254 ; DOI : 10.4000/ahrf.13254

Haut de page

Auteur

Claude Blanckaert

Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), Paris
7, rue Dajot, 77000 Melun
blanckaertmc@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org