Navigation – Plan du site
Articles

Vivre comme des chiens ? La vie animale comme modèle et anti-modèle, après l’an II

Live like the dogs? Animal life as a model and anti-model after the Year II
Déborah Cohen
p. 59-79

Résumés

Après le 9 Thermidor, l’animalité, que les militants radicaux avaient défendue comme fondement d’une égalité humaine possible et de la démocratie sociale, est mise à distance, aussi bien par les néo-jacobins, au profit d’une frugalité bienséante, que par les réacteurs qui en font quelque chose de l’Autre : l’animal, c’est pour eux le Jacobin, le peuple, la négation de la civilisation. Cette dernière doit alors être construite non seulement par les artifices de la loi mais par tous ceux qu’amène la possession : l’article s’attache à montrer qu’il y a, à partir de Thermidor, une dramatisation des formes de l’existence, de l’habit, de la manière de porter sa voix et son corps. C’est là que les différences vont pouvoir se jouer, la commune animalité s’oublier.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

Figures politiques de l’animal
L’homme sauvage au service de la canaille
L’identification au peuple déniée et utilisée
La société des animaux
Terreurs, férocité et bassesse animale
Sauvagerie de la guerre civile
Porcs et chiens : l’impossible souverain
Contre la provocation cynique : restaurer la décence
Les bonnes mœurs
Constitution d’un habitus bourgeois
L’abondance, base animale ou obstacle à la sociabilité ?

Aperçu du début du texte

Après le 9 Thermidor, que l’on soit réacteur ou jacobin fidèle, on s’inquiète de l’échec d’un pouvoir venu d’en haut et qui aurait porté les Terreurs ; la politique se défie d’elle-même et l’on cherche à définir le régime par les mœurs. Conservateurs ou démocrates, tous ont cette obsession : « arriver à une République raisonnable, libre, heureuse, et de bonnes mœurs » est aussi bien le but d’un Dupont de Nemours que d’un Buonarroti, pour qui « les mœurs constituent la force d’un état républicain ». Mais il n’y a pas d’accord sur ce que doivent être les mœurs, pas même sur la question de savoir s’il faut entendre par là civilité (c’est-à-dire le respect tout formel de règles régissant les relations humaines) ou moralité. La seule chose sur laquelle on s’accorde, c’est sur la dénonciation d’une férocité surgissant dans la guerre civile, comme si celle-ci avait défait la possibilité même d’une société, la ramenant au niveau d’une sauvagerie animale. Redéfinir la société et ses mœurs, c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Déborah Cohen, « Vivre comme des chiens ? La vie animale comme modèle et anti-modèle, après l’an II », Annales historiques de la Révolution française, 377 | 2014, 59-79.

Référence électronique

Déborah Cohen, « Vivre comme des chiens ? La vie animale comme modèle et anti-modèle, après l’an II », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 377 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13272 ; DOI : 10.4000/ahrf.13272

Haut de page

Auteur

Déborah Cohen

MCF Université d’Aix-Marseille (AMU – laboratoire Telemme).
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme.
5 avenue du Château de l’Horloge. BP 647
13094 Aix-en-Provence.
deborah.cohen@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org