Navigation – Plan du site
Articles

Baquets, salons et écuries. Du compagnon animal en révolution

Tubs, salons, and stables. The animal companion in Revolution 
Malik Mellah
p. 81-107

Résumés

Qu’en est-il du compagnon animal à la fin du xviiie siècle ? À partir de l’étude d’un corpus de plus de deux cents lettres adressées par des propriétaires urbains aux professeurs de l’École vétérinaire d’Alfort, cet article vise à montrer que davantage que la vogue pour les savoirs naturalistes ou une mutation des sensibilités à la fin de l’Ancien Régime, c’est une dynamique liée à la Révolution qui fait de l’animal une question politique. Si des vétérinaires sont présents dans les salons des élites parisiennes au milieu des années 1780, cette insertion doit plus aux pratiques du magnétisme animal qu’à un engouement pour les animaux de compagnie. La question du soin des bêtes renvoie pour sa part davantage à la production d’utilité et à la naissance d’une offre qu’à une véritable mutation des sensibilités. Autour de la valorisation de l’utilité, à partir de 1789 et plus encore après l’an II, la dynamique révolutionnaire semble engager un nouveau discours sur le compagnon animal.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

Baquets et salons
Salons et écuries
Animal perdu, animaux déclassés

Aperçu du début du texte

« Qu’en est-il des animaux et de leur place dans le champ de l’opinion publique en train de se former ? » se demande Pierre Serna dans un article qu’il consacre au sort de l’animal pendant la Révolution. La question n’est pas futile et ne saurait être justifiée par le seul tournant animaliste des sciences sociales. Les marges de la société doivent en effet être explorées si on veut prendre la mesure du bouleversement du monde à la fin du xviiisiècle. Dans le sens inverse, les études révolutionnaires ne sauraient délaisser un champ dans lequel des historiens ou des philosophes recherchent désormais quelques-uns des fondements et des mécanismes de la culture républicaine. Cet article s’offre pour objet de penser des bouleversements sociaux et politiques à la mesure des animaux domestiques. Il ne sera pas directement question de luttes sociales ou politiques, non plus que de combats de coqs ou de taureaux mais plus certainement de recomposition sociale au travers de l’étude des modes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Malik Mellah, « Baquets, salons et écuries. Du compagnon animal en révolution », Annales historiques de la Révolution française, 377 | 2014, 81-107.

Référence électronique

Malik Mellah, « Baquets, salons et écuries. Du compagnon animal en révolution », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 377 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13275 ; DOI : 10.4000/ahrf.13275

Haut de page

Auteur

Malik Mellah

Institut d’Histoire de la Révolution française, EA 127, Paris I – Panthéon-Sorbonne
Malik.Mellah@malix.univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org