Navigation – Plan du site
Articles

La voix du gardien du lion, ou les significations multiples des animaux de la ménagerie du Muséum d’Histoire Naturelle

The voice of the lion keeper, or the multiple meanings of the animals of the menagerie of the Muséum d’Histoire Naturelle
Richard W. Burkhardt
Traduction de Lucie Perrier
p. 145-173

Résumés

Pendant la Révolution, on considéra le Muséum national d’Histoire Naturelle comme un lieu où l’exposition d’images convenables de la Nature contribuerait à élever la moralité publique. À la nouvelle ménagerie du Muséum, on prétendait que les citoyens apprendraient à se mieux comporter vis-à-vis de leurs semblables s’ils constataient que la nature animale s’améliorait grâce à un traitement bienveillant, à la sociabilité, et à la jouissance d’une liberté relative. Il y avait cependant un gouffre entre la théorie et la pratique. Il était compliqué de mettre en œuvre les scénarios désirés, et difficile de maîtriser les conclusions que le public tirait de ce qu’il voyait. Ici nous mettons l’accent sur les lions de la ménagerie, sur les commentaires variés, parfois contradictoires, dont ils firent l’objet et les entreprises humaines qui en découlèrent. Alors que Lacepède suggérait qu’il serait préférable qu’un jardin zoologique moderne n’ait pas de lions, le public souhaitait voir des lions, le gardien des animaux féroces voulait en montrer, et le gouvernement les exhibait en témoignage de la grandeur de la France et de son rayonnement dans le monde.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

Les lions de la ménagerie

Aperçu du début du texte

À l’automne 1792, Bernardin de Saint-Pierre, en sa qualité de nouvel Intendant du Jardin des Plantes, se rendit de Paris à Versailles avec deux de ses collègues pour voir les animaux qui restaient de l’ancienne ménagerie royale. Accompagnés du régisseur général des domaines de Versailles et du concierge de la ménagerie, les visiteurs observèrent les derniers animaux du jardin zoologique : un rhinocéros, un quagga, un bubale, un pigeon à crête bleue, et un lion qui avait un chien pour compagnon. Comme on l’attendait d’un auteur connu pour l’attention qu’il portait aux relations harmonieuses entre l’homme et la nature, Bernardin s’intéressa à la manière dont chacun des animaux réagissait à l’arrivée des visiteurs. L’oiseau courait çà et là au fond de sa cage « dans une agitation perpétuelle » mais le rhinocéros, le bubale et le couagga s’approchaient afin de se faire caresser à travers les barreaux de leurs enclos. Le chien et le lion s’avançaient également, le chien remuant la queue ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard W. Burkhardt, « La voix du gardien du lion, ou les significations multiples des animaux de la ménagerie du Muséum d’Histoire Naturelle », Annales historiques de la Révolution française, 377 | 2014, 145-173.

Référence électronique

Richard W. Burkhardt, « La voix du gardien du lion, ou les significations multiples des animaux de la ménagerie du Muséum d’Histoire Naturelle », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 377 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13287 ; DOI : 10.4000/ahrf.13287

Haut de page

Auteur

Richard W. Burkhardt

Department of History
University of Illinois at Urbana-Champaign
306 West Vermont, Urbana IL 61801 USA
burkhard@illinois.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org