Navigation – Plan du site
Articles

« La ferme des animaux » ou l’invention d’une politique de l’animal utile sous le Consulat

“Animal Farm” or the invention of the politics of the “useful animal” under the Consulate
Laurent Brassart
p. 175-196

Résumés

Avec l’accès de l’élite des agronomes à des fonctions politiques majeures sous le Consulat, l’État a défini une politique volontariste de l’animal utile. Centrée sur les ovins et les équidés, dans une moindre mesure les bovidés, cette politique s’est fixée pour objectif la régénération des races françaises. Un plan d’importation d’animaux en provenance des pays occupés ou vaincus a été mis en œuvre. Des fermes nationales ont été créées pour perfectionner ces races et organiser les croisements avec les troupeaux indigènes. Néanmoins, à la chute de l’Empire, les résultats seront décevants. Les hésitations scientifiques, l’adhésion mesurée des notables au projet, en plus des circonstances politiques et économiques, expliquent cet état de fait.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

animal, élevage, état, Consulat, Empire
Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

Régénérer les cheptels de la Nation par les « races » étrangères
Discours sur les origines de la dégénération parmi les animaux utiles
La sélection et le croisement des races pour alternative
L’Empire, une ferme d’État ?
Contrôler, sélectionner et spécialiser les animaux utiles
Entre renaissance et invention d’un réseau d’établissements nationaux d’élevage
Des soubassements scientifiques incertains
Hésitations normatives et erreurs pratiques
« Vérité en-deçà des Pyrénées, erreur au-delà »
Les arrière-pensées politiques d’un discours scientifique
Diffuser n’est pas transformer. Des fermes d’État aux éleveurs, les impasses sociales de la régénération animalière
La trop étroite assise sociale de la régénération
De la prise de conscience de l’impasse sociale à l’échec des solutions proposées

Aperçu du début du texte

Lorsqu’il choisit de prénommer Napoléon le cochon qui prit le pouvoir contre le fermier M. Jones dans son apologue La ferme des animaux, George Orwell faisait davantage allusion aux pratiques autoritaires de l’Empereur qu’à son goût pour la chose animalière. Pourtant, Napoléon dirigea un régime qui s’employa à inventer une politique agricole, et a fortiori une politique de l’animal domestique utile – à savoir les ovins, les caprins, les bovins et les équidés. La formation d’une technostructure d’État à laquelle accédèrent les plus éminents membres de la communauté scientifique facilita la conception et la mise en œuvre d’un tel projet. Les agronomes et les vétérinaires investissent le ministère de l’Intérieur, son Bureau d’agriculture, et surtout son organe consultatif officiel, le Conseil général d’agriculture, arts et commerce. L’inamovible chef du bureau d’agriculture du ministère de l’Intérieur, en fonction de 1801 à 1814, Augustin-François Silvestre, a tôt fait connaître la dim...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Brassart, « « La ferme des animaux » ou l’invention d’une politique de l’animal utile sous le Consulat », Annales historiques de la Révolution française, 377 | 2014, 175-196.

Référence électronique

Laurent Brassart, « « La ferme des animaux » ou l’invention d’une politique de l’animal utile sous le Consulat », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 377 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13297 ; DOI : 10.4000/ahrf.13297

Haut de page

Auteur

Laurent Brassart

Université de Lille 3/IRHIS – UMR CNRS 8529
BP 60149 – 59653 Villeneuve d’Ascq cedex
laurent.brassart@univ-lille3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org