Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Friedrich Wilhelm Schembor, Franzosen in Wien. Einwanderer und Besatzer. Französische Revolution und napoleonische Besatzung in den österreischen Polizeiakten

Mit 27, Bochum, Abbildungen, 2012
Marita Gilli
p. 219-220
Référence(s) :

Friedrich Wilhelm Schembor, Franzosen in Wien. Einwanderer und Besatzer. Französische Revolution und napoleonische Besatzung in den österreischen Polizeiakten, [Les Français à Vienne. Immigrants et occupants. L’occupation révolutionnaire et napoléonienne dans les archives de la police autrichienne], Mit 27, Bochum, Abbildungen, 2012, 209 p., ISBN 978-3-8911-6, 33, 75 €

Texte intégral

1L’auteur décrit les situations auxquelles les autorités, en particulier la police, ont dû faire face pendant ces deux périodes. Ses sources sont les actes de la police, qui, malgré l’incendie du palais de justice en 1927 donnent une bonne image ainsi que les actes du Cabinet de l’Empereur. En raison de cet incendie, ces documents n’ont jamais été publiés. Certes, ils comportent des lacunes et ils sont parfois difficiles à lire, mais on peut quand même les reconstituer en partie et l’auteur en publie de larges extraits. L’ouvrage se divise en deux parties : 1790-1793 et 1809-1811. On peut regretter qu’il omette la période de 1805 pendant laquelle, après l’entrée de Napoléon à Vienne les 13 et 14 novembre, l’administration de l’occupation avait été confiée au général Davout.

2La première partie traite des mesures policières envers les Français qui se trouvaient en Autriche et qui ont été considérés comme sympathisants de la Révolution française avant et après l’exécution de Louis XVI. En effet, Vienne avait toujours attiré de nombreux étrangers, et beaucoup de Français s’y trouvaient. En 1790, la mort de Joseph II, les défaites de l’Autriche aux Pays-Bas, les troubles en Hongrie inquiètent fortement Léopold II qui renforce l’armée et la censure. Il déclare vouloir gouverner, non comme son frère Joseph, mais comme sa mère Marie-Thérèse qui avait donné de grands pouvoirs à la police. Or, l’influence des idées de la Révolution française s’est avérée importante et elle se manifeste dans les discussions politiques et la vie de tous les jours des différentes classes de la société. Toutefois, seule une petite partie des Français a manifesté de la sympathie pour cette France qui devenait l’ennemie. Les autorités qui étaient restées dans l’expectative commencent cependant à avoir peur des Français et on craint qu’ils ne provoquent des troubles. Ceux-ci ne se produisent pas mais, après l’exécution de Louis XVI, on les considère comme un danger potentiel et on cherche à étouffer dans l’œuf les activités des sympathisants. Les loges franc-maçonnes sont très surveillées, d’autant que de nombreux francs-maçons français ont recherché le contact avec les loges de Vienne. De façon générale, toutes les associations sont considérées comme dangereuses. Les cafés qui étaient des lieux d’échange des idées sont particulièrement surveillés. Cette surveillance s’accroît à la mort de Léopold remplacé par François II le 1er mars 1792 et par le fait que la France déclare la guerre à l’Autriche un peu plus tard. La situation internationale devient très défavorable à l’Autriche. Pendant ce temps, au café Genthon, on chante la Marseillaise. Ce café avait été fondé par deux frères français et réunissait de nombreux sympathisants de la Révolution. Jacques Genthon est arrêté en décembre 1792 avec un certain nombre de ses visiteurs. L’auteur raconte les procès de ces personnes dont la façon de se défendre était souvent savoureuse. De façon générale, les peines sont assez douces (blâme ou non lieu). Seul Colombot, précepteur auprès de Colloredo, a pu être accusé de crime d’État en raison des documents trouvés chez lui. On décida que, tant que la guerre durerait, il serait enfermé dans un lieu correct où on pourrait le surveiller. À partir de 1793 de plus en plus de Français sont expulsés, en particulier les précepteurs et préceptrices soupçonnés de diffuser les idées de la Révolution. La correspondance des prisonniers français est également très contrôlée.

3La deuxième partie traite de la période 1809-1811 et examine les relations des troupes françaises d’occupation et de leur police avec la population et les organes de police autrichiens. L’entrée de l’armée française à Vienne le 13 novembre 1805 entraîne des réquisitions, des contributions de toutes sortes, des vols, des exactions, du vandalisme et même des menaces de mort. La bibliothèque et le musée ont été pillés. Le logement des militaires pose également problème dans la mesure où on réquisitionne les plus beaux appartements pour les officiers. À l’hôpital, on fait sortir les Autrichiens pour accueillir les Français malades ou blessés. Toutes ces mesures étaient souvent extorquées par la violence. Ajoutons que la ville a été bombardée dans la nuit du 11 au 12 mai 1809. Cette situation a engendré des suicides, une augmentation de la criminalité, une corruption galopante et un accroissement de la mortalité. Les forces de police qui étaient restées sont dépendantes des forces d’occupation. Mais la police autrichienne s’est efforcée d’évacuer les personnes qui risquaient la mort ou la déportation pour une raison quelconque. Il y a néanmoins une certaine confiance de la police française envers la police autrichienne, même si elle ne communique pas le nom de ceux qui sont arrêtés ni les raisons de leur arrestation. Le plus grand officier de police, Ratoliska, a néanmoins été arrêté, soupçonné d’œuvrer contre la nation française. Il est déporté à Munich puis finalement rentre à Vienne et fait un rapport sur la Bavière qui était dans un état lamentable. En tout, cinq personnes ont été fusillées. L’Empereur et la Cour qui avaient fui en Hongrie continuent à gouverner de là. Par quelques officiers de police et des personnes privées, l’Empereur est très bien informé sur ce qui se passe à Vienne, ce qui lui permet de préparer son retour pour le jour où l’occupation serait terminée. Il est même question d’effectuer une levée militaire pour défendre le pays au cas où Napoléon ne conclurait pas de paix.

4En ce qui concerne la vie pendant l’occupation, on peut dire que la population est restée relativement calme et qu’il n’y a eu ni émeutes, ni insurrection. Il y a bien sûr des frictions entre les militaires français et la population, mais elles ont été de moindre importance. Les forces de police restées à Vienne avaient pour mission de la part de l’Empereur d’apaiser le peuple et de le tenir au courant. En ce qui concerne les publications littéraires et le théâtre, les mesures de censure ont été levées. En revanche, il est interdit de parler contre la France dans les cafés et les auberges. Ce qui a le plus gêné la population, c’est la cherté de la vie ; en effet, bien que les prix des denrées de première nécessité aient été fixés et réajustés chaque mois, ils augmentaient sans cesse et on redoutait l’approche de l’hiver.

5La paix conclue à Schönbrunn le 14 octobre 1809 n’a guère apporté d’améliorations, vu que les contributions exigées par Napoléon étaient exorbitantes. Après le retour de l’Empereur le 27 novembre, on tente de lutter contre la corruption et la dissolution des mœurs mais de nombreux vols sont toujours commis, la spéculation boursière prend le dessus et la vie devient encore plus chère. Pour payer les contributions, on augmente les impôts et des réquisitions sont effectuées dans les provinces occupées. En 1811, l’État est au bord du déficit et il a fallu les défaites de Napoléon pour changer la donne. Quand l’armée française a occupé Vienne, il aurait été possible de mettre en œuvre les principes de liberté, égalité et fraternité. Mais c’est le contraire qui s’est produit. Les exactions de la « Grande armée » ont été soutenues par Napoléon et ses généraux. Les Autrichiens qui avaient secrètement nourri des sympathies pour la cause française ont déchanté.

6L’intérêt de l’ouvrage repose essentiellement sur le fait que ce tableau de la situation est extrait de documents inconnus jusqu’ici. L’auteur publie des instructions diverses et les listes des délits et crimes dressées par la police et l’administration. Un index des noms propres et des noms de lieux complète l’ouvrage qui est de plus agrémenté de nombreuses illustrations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marita Gilli, « Friedrich Wilhelm Schembor, Franzosen in Wien. Einwanderer und Besatzer. Französische Revolution und napoleonische Besatzung in den österreischen Polizeiakten », Annales historiques de la Révolution française, 377 | 2014, 219-220.

Référence électronique

Marita Gilli, « Friedrich Wilhelm Schembor, Franzosen in Wien. Einwanderer und Besatzer. Französische Revolution und napoleonische Besatzung in den österreischen Polizeiakten », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 377 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13322

Haut de page

Auteur

Marita Gilli

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org