Navigation – Plan du site
Vie de la Société

Rapport moral 2012

p. 243-251

I. Vie de la Société

220e anniversaire de la République : l’année 2012 a tout d’abord été marquée par le colloque « Entrer en République » des 20 et 21 septembre, suivi de la cérémonie publique organisée devant le Panthéon en hommage aux membres de la Convention qui décrétèrent l’abolition de la monarchie le 21 septembre 1792. Le colloque s’est tenu le 20 dans l’auditorium de l’Hôtel de Ville, gracieusement mis à la disposition de notre Société par la municipalité de Paris, puis le 21 dans les Grands Salons de la Sorbonne, grâce à l’intervention de Philippe Boutry, président de l’Université Paris I. Les deux journées ont été suivies par un grand nombre de participants (quelque 120 le premier jour, jusqu’à 160 le lendemain). Après ce colloque, dont les communications ont été d’un très bon niveau scientifique, la cérémonie a connu un succès non négligeable (2 à 300 personnes au moment le plus fort) hélas en partie sans doute atténué par une pluie ininterrompue. Tous les groupes politiques représentés à l’Assemblée nationale, au Sénat et au Conseil municipal de Paris avaient été conviés à la cérémonie, mais seuls le Parti socialiste, le Parti communiste et le Parti de Gauche se sont manifestés, à un degré ou un autre, notamment par la présence de personnalités nationales. La contribution d’un groupe d’animation costumé, « Carmagnole Liberté » et de la chanteuse Alexx entonnant des airs révolutionnaires ont également contribué au côté festif et populaire de ce 220e anniversaire de la République. Plusieurs sociétés amies ont également répondu à notre appel et il va de soi que l’événement est apparu à bien des égards comme une sorte de suite logique de la souscription de 2011 pour les manuscrits de Robespierre et Lebas, ce qui ne peut manquer de nous interpeller sur le besoin d’interventions de notre société dans l’espace public.

Prix Mathiez 2013 : la procédure a été lancée et les appels diffusés.

Le nouveau local : 30 m² ont été mis à la disposition de notre société par la municipalité d’Ivry-sur-Seine, avec l’usage d’une cave et surtout d’une salle de réunion partagée (25 places). Ce local a été assuré à la MAIF et une convention d’occupation devra être signée au plus tôt. Il s’agit d’un ancien presbytère, que nous partageons avec des associations d’anciens combattants ou déportés. Ce lieu est destiné à probablement devenir une « Maison de la mémoire » où notre société pourrait à terme cohabiter avec d’autres associations de nature proche. Sa disponibilité permet d’y tenir dans de bonnes conditions toutes sortes de réunions ou bien des sessions de formation. Au cours de cette année 2012, les réunions du bureau et du Conseil d’administration se sont déroulées dans ce local. Une petite cérémonie d’inauguration a permis à la société de présenter ses remerciements au maire d’Ivry.

Le logo de la Société : tout en conservant le même logo, demande a été faite en décembre 2012 à une maquettiste pour le rendre plus explicite en mentionnant le nom de la Société, mais aussi en le déclinant dans une version portant le nom des AHRF.

Abonnements aux AHRF et nombre de sociétaires : l’évolution du nombre des abonnements continue de placer les AHRF en tête des revues éditées par A. Colin qui résistent le mieux à la baisse des ventes. Comme en 2011, le nombre des abonnements des institutions a diminué et le recul est cette fois beaucoup plus marqué du côté français (145 au lieu de 168, soit une baisse de près de 14 %) que dans les pays étrangers (baisse de 1,6 %), ces derniers représentant toujours les deux tiers environ des abonnés institutionnels. Il va sans dire que les problèmes financiers rencontrés par nombre d’universités et de collectivités locales expliquent sans doute en grande partie cette érosion, de même que la concurrence des bouquets numériques de revues en ligne, néanmoins il conviendrait que notre société étudie au plus près la liste des bibliothèques (nationales, universitaires, etc.) qui n’ont jamais été abonnées ou qui ont récemment mis fin à leur abonnement. S’agissant des abonnements individuels, rappelons que depuis 2011 les sociétaires et les autres abonnés (à l’exception des étudiants) sont comptabilisés ensemble. Ils étaient 196 en 2010, 200 (plus 14 étudiants) en 2011, 211 (plus 13 étudiants) en 2012. Force est de constater un maintien de ces effectifs, et même une progression (plus 14 % entre 2010 et 2012), ce dont il convient de se féliciter sans pour autant bien sûr cesser les efforts destinés à promouvoir les AHRF. Enfin, la vente des numéros isolés en librairie, si elle reste marginale (néanmoins près de 300 exemplaires vendus en trois ans), avait connu une nette embellie en 2011 par rapport à 2010. Cette année, celle-ci n’a pas vraiment été confirmée, notamment pour le n° 1-2012. En bonne logique, nous sommes en droit d’espérer une mise en place et des ventes nettement supérieures pour le n° 1-2013 consacré à Robespierre.

2010

France

Etranger

TOTAL

Institutions

163

326

489

Particuliers

73

19

92

Sociétaires

91

13

104

TOTAL

327

358

685

2011

France

Etranger

TOTAL

Institutions

168

316

484

Particuliers

166

34

200

Etudiants

14

0

14

TOTAL

348

350

698

2012

France

Etranger

TOTAL

Institutions

145

311

456

Particuliers

176

35

211

Etudiants

14

0

14

TOTAL

335

346

681

Ventes au numéro en librairie

N° 

Thème

Mis en place

vendus

 %

1-2010

Changements sociaux…

41

22

53.5

2-2010

Varia

26

16

61.5

3-2010

Entre
scatologie et
fantasmes
sexuels….

120

67

56

4-2010

Varia

35

18

51.5

1-2011

Amérique du Nord…

39

27

69

2-2011

Varia

31

27

87

3-2011

Amérique du Sud…

42

37

88

4-2011

Varia

41

10

24.5

1-2012

Théâtre et
révolutions

44

22

50

2-2012

Varia

26

19

73

3-2012

L’image de
l’ennemi

30

23

76.5

4-2012

Varia

22

17

77

Total sur trois ans

497

305

61.5 %

Demandes d’adhésion : 13 candidats avaient été acceptés lors de l’AG de 2010 et 21 autres lors de celle de 2011 (nombre élevé lié à la souscription pour les manuscrits de Robespierre et Lebas) ; en 2012, 16 nouveaux membres ont demandé à rejoindre la société. Leur admission a été décidée lors des réunions successives du CA, avant d’être validée par l’AG de mars 2013.

Modification de la composition du CA : Martine Lapied a souhaité se retirer du CA, pour des raisons familiales, tout en nous assurant de sa participation toujours maintenue aux activités de notre société et de sa revue. Une discussion sur son remplacement et plus largement sur la façon de compléter le CA a eu lieu lors d’une réunion de ce dernier. À l’issue de celle-ci et d’un vote à bulletins secrets, Gaid Andro, professeure agrégée et docteure en Histoire, a été élue et siègera au CA, sous réserve de l’accord de l’Assemblée générale de mars 2013. Par ailleurs, un autre membre du CA, Julien Louvrier, résidant et travaillant désormais à Helsinki, a fait part de sa quasi impossibilité de consacrer un temps important aux activités du CA, tout en soulignant lui aussi son vif désir de maintenir son engagement dans la société. Il continuera ainsi à s’occuper de la boutique en ligne, dont il a été le principal créateur. Pour lui succéder, Paul Chopelin, maître de conférences à l’Université Lyon III, a été élu par le CA, à l’issue d’un vote à bulletins secrets, sous réserve là encore de l’approbation de l’Assemblée générale de mars 2013.

La Société des études robespierristes sur Internet : la gestion du site, assurée par Julien Louvrier depuis mars 2010, a été reprise en avril 2012 par Paul Chopelin. La société y annonce ses colloques, ses publications, ainsi que les séminaires organisés par ses membres, y présente des sources de recherches ou des documents filmés. C’est également un moyen d’exprimer une position sur tel ou tel sujet d’actualité historique, à l’instar du communiqué faisant suite à la diffusion de l’émission de Franck Ferrand, « Robespierre, bourreau de la Vendée » (mars 2012). L’utilité du site est indéniable : la page d’inscription en ligne au colloque 1792 Entrer en République a ainsi largement contribué au succès de cette manifestation scientifique. En dehors de l’habituel creux estival, la fréquentation a été en hausse continue tout au long de l’année, avec une nette augmentation du nombre de visites au cours de l’automne, avec une moyenne de 3 500 visites mensuelles en septembre-décembre, dont 1 600 nouveaux visiteurs (contre 1 400 et 800 en 2011, sur la même période). Ces visiteurs restent français pour la très grande majorité d’entre eux (environ 80 %), suivis – de loin – par les Anglo-Saxons (EU et GB), les Chinois, les Allemands, les Russes et les Ukrainiens. Au regard des mots clés utilisés pour accéder au site, cette hausse de la fréquentation correspond à l’intérêt du public pour les deux événements de la fin de l’année : le colloque 1792 Entrer en République et la parution de l’ouvrage collectif Robespierre portraits croisés. Sur l’ensemble de 2012, le mot clé le plus utilisé reste sans surprise « Robespierre », suivi par « Société études robespierristes ». Au début de l’année 2013, seront mis en ligne les textes pédagogiques rassemblés par Serge Bianchi, les annonces des séminaires du 2semestre et la vidéo de la cérémonie du 21 septembre.

La boutique en ligne a de son côté connu une activité régulière tout au long de l’année avec un pic d’activité au cours des semaines précédant les vacances de Noël. L’augmentation des frais de port décidée en cours d’année et appliquée à partir du mois de septembre n’a pas eu d’effet négatif. Notre imprimeur Diazo travaille désormais efficacement et les livres sont fabriqués et expédiés dans des délais très raisonnables. Il faut souligner ici la qualité de nos rapports avec M. Hervé Bringer, notre interlocuteur chez Diazo, qui se montre toujours disponible et soucieux du bon suivi et de la bonne réalisation des travaux que nous lui confions. Si la plus grande partie des commandes a concerné cette année les Œuvres de Robespierre et le volume collectif sur les comités de surveillance, les autres ouvrages du catalogue nous sont régulièrement achetés, même si l’on aurait pu espérer voir décoller davantage les commandes d’ouvrages ayant bénéficié d’une numérisation et d’une modernisation de leurs couvertures. Ce bilan positif doit nous inciter à poursuivre le développement de nos ventes en ligne, par exemple en proposant des ventes par lots.

II. Colloques et travaux de recherche collectifs

  • Le colloque Mythologies contemporaines : Révolution française et cultures populaires dans le monde d’aujourd’hui, s’est tenu à Vizille en mars 2012, et a associé la SER, l’Université Stendhal de Grenoble et l’UMR LIRE (CNRS). Les actes seront publiés sous la direction de Martial Poirson.

  • Le 30 mars 2012, la SER a été associée à une journée d’étude sur les comités de surveillance, organisée par Anne Jollet dans le cadre du laboratoire CRHIAM à l’Université de Poitiers, avec la collaboration de Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot (responsables du groupe Comités de surveillance au sein de la SER).

  • Les 20 et 21 septembre 2012 s’est déroulé à Paris le grand colloque 1792 Entrer en République, associant la SER, l’ANR Actapol (Universités de Clermont-Ferrand, Lille et Rouen), l’Institut d’histoire de la Révolution française (Université Paris I Panthéon-Sorbonne) (cf. ci-dessus). Les actes en seront publiés chez Armand Colin, sous la direction de Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers et Pierre Serna. En principe, le volume sortira des presses en septembre 2013, soit un an après le colloque.

  • Une journée d’étude Passeurs de révolutions, organisée avec le GRHis à l’université de Rouen le 14 janvier 2013, s’est déroulée à Mont-Saint-Aignan sous la direction de Jean-Numa Ducange et de Michel Biard. Les actes en seront édités dans la collection Études révolutionnaires.

III. Publications 2012

  • Le colloque Héros, héroïnes de la Révolution française, tenu dans le cadre du Congrès de Bordeaux organisé en 2009 par le CTHS, auquel la société avait été associée, a été publié en avril 2012 aux Éditions du CTHS, sous la direction de Serge Bianchi, avec la collaboration de Bernard Gainot et Pierre Serna.

  • Le recueil des actes de la journée de Besançon organisée par le groupe chargé de l’enquête sur les comités de surveillance, a été publié en février 2012, sous le titre Les comités de surveillance. D’une création citoyenne à une institution révolutionnaire, sous la direction de Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot.

  • Le colloque « Extrême » ? Identités partisanes et stigmatisation des gauches en Europe (XVIIIe-XXe s.), associant le GRHis (Université de Rouen), la SER et l’Institut d’histoire de la Révolution française, codirigé par trois membres de la Société (Michel Biard, Bernard Gainot et Pierre Serna, auxquels était associé Paul Pasteur), réuni à l’Université de Rouen en mai 2011, a vu ses actes publiés aux Presses universitaires de Rennes en mai 2012.

  • L’ouvrage collectif Robespierre. Portraits croisés, sous la direction de Michel Biard et Philippe Bourdin, a été publié chez Armand Colin en octobre 2012 et a d’ores et déjà rencontré un succès non négligeable (1 300 exemplaires vendus les deux premiers mois, en dépit de l’absence totale d’écho dans les médias). Comme pour La Révolution française, une histoire toujours vivante (Tallandier, 2010), les auteurs ont abandonné leurs droits au profit de la Société. Le principe de cette publication avait été arrêté après la souscription de 2011 et l’ouvrage sera accompagné au début de 2013 par un numéro spécial des AHRF (le n° 1-2013) consacré à Robespierre (sous la direction de Michel Biard).

  • À la suite de la journée d’étude Enseigner la Révolution française, la société a décidé de publier un ouvrage scientifique et pédagogique de référence sur la Révolution française et l’Empire destiné aux professeurs du second degré, enseignant en collège et en lycée, ouvrage placé sous la direction de Philippe Bourdin et de Cyril Triolaire. Les modalités de cette publication sont toujours à l’étude.

  • Les actes du colloque Les nuits de la Révolution française, réuni à Clermont-Ferrand en septembre 2011, associant la SER, le CHEC-Université Blaise-Pascal et l’Institut d’histoire de la Révolution française sont en voie de publication aux Presses universitaires Blaise-Pascal, sous la direction de Philippe Bourdin.

  • Prix de thèse Albert Mathiez 2010 : la thèse de Laurent Brassart (État-Nation, pouvoirs locaux et comportements collectifs dans le département de l’Aisne, 1792-1795), a été choisie par le jury le 30 janvier 2010. Laurent Brassart a remanié son texte pour répondre aux normes de la société et Jean-Paul Rothiot a assumé un très gros travail de relecture et de mise en forme. L’ouvrage a subi divers retards et sera publié par la SER au début de 2013.

- Annales historiques de la Révolution française

Comme les années antérieures, la réalisation des quatre numéros annuels des Annales historiques de la Révolution française a pu être opérée par l’équipe de rédaction dans le cours de 2012, de même que leur composition, leur impression et leur diffusion par Armand Colin, le n° 4-2012 ayant été livré aux abonnés dans les derniers jours de décembre. Ensemble, ces quatre livraisons représentent les 1 000 pages annuelles, qui se répartissent de la manière suivante : 296 pages pour le n° 1, 224 pour le n° 2, 192 pour le n° 3 et 288 pour le numéro 4, ce dernier devant s’ajuster au nombre de pages disponibles à l’issue de l’année de publication.

Deux numéros de varia (n° 2 et 4) ont, comme d’usage, alterné avec deux numéros spéciaux (n° 1 et 3). Après le diptyque américain de 2011, le premier des numéros spéciaux de l’année a été consacré au thème « Théâtre et révolutions » (2012-1). Dirigé par Philippe Bourdin, il rassemble huit articles qui présentent le programme ANR THEREPSICORE, offre diverse éclairages sur la vie théâtrale pendant la Révolution française et l’Empire, mais aussi lors d’événements révolutionnaires ultérieurs ou leurs mémoires (1830, 1848, 1917, 1974). Le second numéro spécial, préparé par Alexandre Tchoudinov, de l’Académie des sciences de Russie (Moscou), évoque en huit articles « L’image de l’ennemi à l’époque des guerres napoléoniennes » ; par des regards issus d’historiens russes, anglais, néerlandais, français et italiens, il offre une image complexe des perceptions de l’autre dans les conflits de l’époque napoléonienne. Aux seize articles des numéros spéciaux s’ajoutent onze articles de varia, sélectionnés par le comité de lecture et de rédaction après examen de trois rapports, dont l’un est confié à un expert extérieur au comité ; cette année, cinq textes ont été refusés, et plusieurs autres ont été renvoyés avec des demandes de corrections importantes, auxquelles les auteurs n’ont pas toujours donné suite. À la différence des numéros spéciaux, les deux numéros de varia ont plus spécifiquement porté sur les événements de France, même si un article aborde les comités de surveillance de la Belgique d’avant la « réunion » et un autre les espérances révolutionnaires dans la Moravie des années 1790.

Poursuivant leur ouverture disciplinaire, les Annales historiques de la Révolution française ont publié des articles issus d’historiens modernistes et contemporanéistes, mais aussi de littéraires. La revue, soucieuse d’encourager les échanges entre historiographies, a également accordé une grande place à des articles issus d’auteurs étrangers (11 sur 27). Cet effort d’internationalisation s’est également observé dans les « Regards croisés » du n° 2012-4 qui, sous la direction de Charlotte Guichard, ont invité Leora Auslander, Colin Jones, Giorgio Riello et Daniel Roche à débattre des « Révolutions à l’épreuve du marché ». La première rubrique « Regards croisés » de l’année (2012-2) s’était, quant à elle, ouverte à un large public par un débat sur « Enseigner la Révolution française au début du XXIe siècle », dirigé par Jean-Pierre Jessenne (Marc Deleplace, Laurence de Cock, Olivier Grenouilleau, Valérie Sottocasa, Corinne Talon). Par ses deux « Regards croisés » annuels, comme par ses rubriques consacrées à la publication de sources (« Sources ») ou à l’annonce d’événements culturels et scientifiques (« Échos révolutionnaires », « Thèse », « Annonces »), la revue a également le souhait d’informer ses lecteurs de l’actualité de la recherche. Son importante rubrique de comptes rendus y a contribué en proposant, cette année, la recension de soixante-sept ouvrages, dont dix-sept en langues étrangères (anglais, russe, néerlandais, espagnol).

Cet effort d’ouverture se poursuivra au cours de l’année 2013, autant par le choix des articles publiés que par les recensions d’ouvrages consacrés aux révolutions de la fin du XVIIIe siècle et à l’Empire. Avec le soutien du Centre national du livre (CNL) et de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, les Annales historiques de la Révolution française pourront, de plus, prochainement offrir à leurs lecteurs, par l’intermédiaire de CAIRN, et bientôt de JSTOR, une version anglaise de certains articles ; avec le concours d’Armand Colin, la revue mettra également en ligne, sur ces mêmes sites, la version originale (anglais, espagnol...) des articles édités en français dans sa version papier. Cette offre nouvelle, qui s’adresse particulièrement à un public non francophone et permettra de renforcer l’audience et la notoriété de la revue, commencera à être mise en œuvre dès le premier des numéros spéciaux de l’année 2013, consacré à Robespierre (2013-1, dir. Michel Biard) ; un second numéro spécial sera, quant à lui, consacré aux écrits du for privé sous le titre « Vivre la Révolution » (2013-3, dir. Annie Duprat et Éric Saunier).

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org