Navigation – Plan du site
Vie de la Société

Rapport sur les activités de la Société des études robespierristes (2011-2013)

Alan Forrest
p. 263-273

Notes de la rédaction

Rapport-bilan statutaire élaboré par le professeur Alan Forrest (professeur émérite de l’Université de York, Royaume-Uni) effectué à la demande du président de la SER, le professeur Michel Biard, portant sur les années 2011-2013, et lu à Assemblée générale de la société, tenue en Sorbonne le samedi 22 mars 2014.

Ce rapport, prévu par les statuts de la société, concerne les années 2011-2013, période de trois ans, et se situe dans le prolongement de celui livré par Roger Dupuy en 2011 pour les cinq années 2006-2010. Cette période de cinq ans fut dans une certaine mesure exceptionnelle ; aujourd’hui on reprend la périodicité traditionnelle de la société en considérant un rapport triennal sur la SER et ses activités scientifiques. Et, tout comme avec le rapport précédent, il s’agit plus des impressions et des réflexions d’un seul individu auquel on a fait cette demande que des conclusions collectives d’un comité, individu membre de la société, bien sûr, et sympathisant de ses buts et ses approches, mais externe au bureau de la SER et donc strictement personnel, sans autorité collective. À cet égard je me permets une observation très générale. Avec le centenaire de la société dûment célébré en 2007 par un colloque ici à la Sorbonne, la SER a tourné une page de sa propre histoire, et se lance maintenant, avec, me semble-t-il, une confiance rafraîchissante, dans le deuxième siècle de son existence. Elle le fait dans une période où les événements externes – en Égypte, en Tunisie, en Ukraine et ailleurs – risquent de rallumer l’intérêt public pour les révolutions et leur déroulement, et donc de donner à notre société un nouvel élan. Dans l’historiographie internationale, d’ailleurs, c’est un moment qui est marqué par une grande ouverture à l’histoire comparative et à l’histoire globale, y compris celle des révolutions, parmi lesquelles la Révolution française occupe une position privilégiée. Il est intéressant de voir en quelle mesure la société a répondu ces années passées à ce défi.

Vie de la Société

La vie de la société est organisée d’après sa constitution et est rythmée par quatre réunions par an – trois conseils d’administration fixés respectivement en janvier, mars et octobre, et une Assemblée générale tenue, comme aujourd’hui, en mars. Pendant les trois ans passés ce calendrier a été bien respecté et les délibérations des conseils et de l’assemblée sont à trouver chaque année dans un des numéros des AHRF. De toute évidence cette structure marche bien, encourageant des débats et des discussions d’une certaine profondeur, à la fois sur l’activité scientifique de la SER et sur les questions matérielles.

En mai 2011 on a renouvelé le bureau comme l’exigent les statuts de la société, avec, comme président, Michel Biard et comme vice-président Malcolm Crook. Serge Aberdam a été réélu secrétaire-général, Jean-Paul Rothiot secrétaire-général-adjoint, Cyril Triolaire trésorier avec Danièle Pingué son adjointe. Et on a dûment renouvelé le Conseil d’administration.

Après une chute dans la période précédente il semble que le nombre de membres de la SER et de souscriptions aux AHRF s’est stabilisé, ce qui ne peut qu’être une bonne nouvelle. Du même coup le nombre de bibliothèques universitaires à l’étranger qui prennent une souscription a reculé, mais de peu ; par contre les inscriptions institutionnelles en France ont chuté de plus de 20 %. Cette érosion peut être due en partie au remplacement de souscriptions par des achats numériques mais elle est aussi le reflet des difficultés budgétaires de nombreuses universités françaises. Il y a là peut-être une source d’inquiétudes ?

Les manuscrits de Robespierre et de Lebas

L’activité la plus publique de la SER – et certainement la plus importante du point de vue du patrimoine national – c’était son intervention, avec l’Institut d’Histoire de la Révolution Française et d’autres, dans un effort de sauver pour la Nation les quelques cent-cinquante pages de manuscrits de Robespierre et de Lebas qui avaient été mis à l’abri après sa mort par la famille du conventionnel Lebas, et qui furent mises en vente par Sotheby’s France en 2011. La SER a mobilisé un grand effort financier en organisant une souscription pour l’achat des documents, souscription à laquelle ont répondu 1100 souscripteurs et qui a rapporté une somme en excès de 118 000 euros en vue de leur achat. Elle a aussi mobilisé l’opinion pour que ces documents restent en France et soient intégrés dans le patrimoine national. Cette initiative fut, comme on le sait, bien réussie, au point où l’État est lui-même intervenu pour bloquer leur exportation, bien que l’attitude de la Direction du Patrimoine et du ministère de la Culture ait semblé bien attentiste avant notre intervention et les articles de presse qui l’accompagnaient. On peut – et on devrait – remercier ceux de nos membres qui contribuèrent à l’opération et se féliciter de ce succès.

Il semble que, s’il y a eu de nouvelles adhésions associées à la souscription, elles sont moins nombreuses qu’on l’avait espéré avec toute la publicité que l’opération avait fournie à la société.

Pour marquer le succès de cette mobilisation la société a convié l’ensemble des donateurs à une réunion à Ivry-sur-Seine en novembre 2011 où un chèque pour la somme de 118 000 euros a été remis à Bruno Galland, directeur scientifique des Archives nationales. La discussion qui a suivi a conduit plusieurs membres à s’interroger sur le rôle que devrait jouer la société au XXIe siècle dans la société plus large, en dehors du monde universitaire, rôle citoyen, républicain ainsi que scientifique. On cite dans ce contexte le soutien offert par la SER à la campagne pour établir à Arras (Pas-de-Calais) un Musée Robespierre dans sa maison natale.

Dans la même tradition de civisme républicain on a marqué le 221e anniversaire de la République en septembre 2013 en réunissant nos membres autour d’un banquet fraternel à Blérancourt (Aisne), en partenariat avec l’Association des Amis de la maison de Saint-Just. 48 personnes ont assisté au repas et 60 à la conférence de Laurent Brassart qui l’a précédé.

Activités scientifiques

La SER continue à organiser une série de manifestations et de rencontres scientifiques, souvent en partenariat avec d’autres organismes de recherche ou de publication comme le Musée d’histoire de la Révolution Française à Vizille, des universités en France et ailleurs, et le CTHS. Ces colloques mènent assez souvent à des publications et donc à une diffusion plus large de l’œuvre de la société (voir la rubrique « Publications », dessous). Dans les trois ans qui sont le sujet de ce rapport, ont été organisées plusieurs rencontres riches et variées et la société a collaboré à d’autres : parmi elles on signale

  • Colloque « Enseigner la Révolution » (Jean-Pierre Jessenne), Ivry-sur-Seine, 2011, colloque dirigé surtout vers les professeurs du primaire et du secondaire ;

  • Journée d’études sur les comités de surveillance, Besançon, janvier 2011 (Danièle Pingué), liée à un projet de recherche qui implique des chercheurs de plusieurs universités françaises et qui cherche à renouveler notre connaissance du rôle de ces comités, toujours mal compris ; celle-ci a été suivie par deux autres journées d’études, organisées par Dominique Godineau et Anne Jollet, à Poitiers en mars 2012 et à Rennes en octobre 2013 ;

  • Colloque Extrêmes, (Michel Biard), Rouen, mai 2011 ;

  • Colloque Les nuits révolutionnaires (Philippe Bourdin), Clermont-Ferrand, 2012 ;

  • Colloque Révolution Française et cultures populaires dans le monde : mythologies contemporaines (Martial Poirson),Vizille, 2012 ;

  • Colloque pour les 220 ans de la République et de la réunion de la Convention (Serge Aberdam et alii), Paris, 2012 ;

  • Journée d’études Passeurs de révolution (Michel Biard), Rouen, 2013 ;

  • Colloque Les révolutions : un moment de relecture du passé : la rupture politique par l’argumentation historique, (Hervé Leuwers, Sylvie Aprile), Lille, décembre 2013.

Autrement dit, la SER a continué pendant les trois ans passés à organiser des colloques, souvent interdisciplinaires, qui encouragent le débat et renouvellent la littérature sur le sujet, posant différemment les problématiques, et – ce qui importe de plus en plus à notre époque – cherchant à renouer avec des audiences diverses, au-dedans et en-dehors de l’Académie.

Prix Mathiez 2013

Le prix 2013 a été décerné à Gaid Andro pour sa thèse sur l’institution des procureurs-syndics, thèse défendue à l’Université de Rouen en 2012. Le jury y a exprimé un verdict unanime : la thèse est très bonne et vaut être publiée. Nous offrons nos félicitations chaleureuses à Gaid. Mais il importe de noter qu’en dépit d’une ouverture sur plusieurs années de soutenance la société n’avait reçu qu’une seule candidature, ce qui ne peut qu’être inquiétant pour l’avenir des études révolutionnaires. Il est possible que quelques-uns aient pu s’abstenir de présenter leur candidature parce qu’ils préféraient publier ailleurs, dans une autre collection ou avec un autre éditeur mais le manque de candidats témoigne aussi d’une diminution du nombre de thèses soutenues. Est-ce que nous ne perdons pas un peu haleine face à la popularité d’autres disciplines, d’autres périodes de l’histoire ? C’est une question à mon avis internationale – car ce n’est pas qu’en France qu’on voit diminuer l’intérêt dans notre période – mais elle pose un défi particulièrement sérieux pour notre société.

Le site internet

Julien Louvrier, qui a accepté de continuer son rôle de webmestre de la société lors de son Conseil d’administration de 2011, a fait des propositions pour enrichir le site pour qu’il devienne une vitrine de la SER. Dans ce but il a proposé d’élargir l’équipe chargée du maintien du site et de trouver des collaborateurs parmi ceux de nos membres qui ont de l’expérience dans ce domaine ; avec pour résultat de créer un groupe de chercheurs (Jean-Numa Ducange, Gaid Andro, Samuel Guicheteau, Marc Belissa, et Jean-Luc Chappey), responsable du contenu du site. Ils ont pris des mesures pour améliorer notre présence sur la toile et les possibilités de naviguer sur nos sites, et reconnaissent qu’il faut un travail sérieux pour les faire vivre. À cette date le carnet de recherche de la SER est hébergé sur la plateforme Hypotheses.org, et la consultation du site continue à augmenter : en 2013 il s’agit de plus de 44 000 visites, avec 17 539 visiteurs différents. La nouvelle page Facebook de la Société a également été bien suivie et la boutique en ligne marche bien, même si le nombre de commandes reste modeste. Nous devrions féliciter Julien et ses collègues sur cette initiative qui est sûrement d’une importance cardinale pour la visibilité de la société.

Annales historiques de la Révolution Française

Notre publication vedette reste, bien sûr, les Annales historiques de la Révolution Française, revue respectée à travers le monde et vouée à publier des articles représentatifs de la meilleure recherche sur le sujet. La Direction de la revue a légèrement évolué, Hervé Leuwers succédant à Michel Biard dans le poste de directeur, avec Annie Crépin élue rédactrice-en-chef et avec une équipe de soutien élargie (il y a maintenant cinq secrétaires de rédaction au lieu des trois qui étaient en poste en 2011 : Malcolm Crook, Pascal Dupuy, Bernard Gainot, Guillaume Mazeau et Karine Rance). Ce changement reflète l’ambition accrue de la revue elle-même et, dans les douze numéros publiés dans la période, on voit quelque chose du large champ de recherches qui est maintenant à la portée de la revue et de l’équipe éditoriale. Je ne veux pas offrir une liste des articles publiés, mais simplement indiquer deux tendances qui sont sûrement les bienvenues – une extension de la période étudiée pour inclure non seulement les dernières décennies de l’Ancien Régime mais aussi l’Empire napoléonien et la Restauration ; et une internationalisation des études révolutionnaires bien au-delà de la seule France. Ces changements sont importants, tellement ils reflètent fidèlement des tendances plus larges dans l’évolution des recherches universitaires de nos jours.

Ils se montrent surtout dans le choix de sujets réservés pour les numéros thématiques de la revue, qui continuent à paraître tous les six mois, autrement dit au taux d’un numéro sur deux. C’est une innovation relativement récente qui a été retenue, et qui est devenue une des forces de la revue. Dans les trois ans passés, on a publié des numéros spéciaux qui sont liés à des projets de la SER ou de ses collaborateurs (sur Robespierre et sur Théâtres et révolutions), le premier complémentaire au livre sur Robespierre : portraits croisés, le second associé avec le projet ANR THEREPSICORE sur le théâtre en province. Un troisième, intitulé Vivre la Révolution, explore le sujet très à la mode de l’expérience vécue à travers les écrits personnels qui n’étaient jamais destinés à publication. Les trois autres numéros thématiques traitent des sujets délibérément internationaux et le font dans les meilleures traditions de l’histoire comparée et des regards croisés, et dans une perspective chronologique large. Le numéro sur L’image de l’ennemi à l’époque des guerres napoléoniennes, élaboré sous la direction de notre collègue russe, Alexandre Tchoudinov, explore la formation des identités nationales à travers l’Europe pendant les guerres napoléoniennes. Et il y a deux numéros dédiés à l’histoire des Amériques : l’un (sous la direction de deux collègues américains, Timothy Tackett et Carla Hesse) sur L’Amérique du Nord à l’époque de la Révolution française, l’autre (proposé par Patrice Bret et Annie Duprat) sur Lumières et révolutions en Amérique latine. En 2011, Roger Dupuy, dans son rapport sur les cinq ans à partir de 2006, avait remarqué avec un certain regret que parmi les thèmes choisis pour les numéros spéciaux de ce quinquennat il n’y en avait pas eu consacrés à des espaces en dehors de l’Hexagone. Il est bon de voir que cette lacune a été comblée d’une façon si étendue.

Les mêmes richesse et variété sont en évidence dans le choix d’articles pour les numéros mixtes, qui, encore une fois, contiennent des contributions d’origine étrangère aussi bien que française. La section des comptes rendus des livres (avec une représentation croissante de titres non-francophones et un intérêt pour ce qui est publié sur les républiques sœurs, sur l’empire napoléonien et sur la mémoire de la Révolution) est, comme toujours, précieuse aux enseignants-chercheurs et aux doctorants. On note aussi l’introduction sous la rubrique « Regards croisés » de débats entre historiens – et, encore une fois, sur le plan international – sur des thèmes d’un intérêt courant, sinon, de temps en temps, brûlant. Des exemples pris dans les numéros récents : « Cultures visuelles et révolutions », « Si l’on parlait de la République ? » ou « La Révolution à l’heure du global turn ». Initiative bien positive, pour laquelle on ne peut que féliciter l’équipe éditoriale.

Autres Publications

Outre les numéros spéciaux des Annales historiques de la Révolution française qui regroupent des communications sur un thème ou une méthodologie historique, la SER a publié pendant les trois ans passés plusieurs monographies et collections d’articles qui ont beaucoup contribué à faire avancer le sujet et à introduire de nouvelles approches. Ces publications représentent la continuation d’une tradition déjà bien établie : elles servent à diffuser dans un plus grand public les recherches poursuivies par la société dans ses colloques et ses journées d’études ; elles publient les résultats de projets et de collaborations ; et elles permettent à des jeunes chercheurs de publier les meilleures thèses sur des sujets révolutionnaires. Il est surtout frappant dans cette période de voir combien la société a cherché à encourager et à publier les travaux des jeunes, de celles et ceux qui entrent dans leur premier poste universitaire ou qui sont en train de préparer des doctorats. C’est une politique qui me semble surtout judicieuse et qui contribue très positivement à la formation d’une nouvelle génération de spécialistes dans l’histoire révolutionnaire – aspect de notre travail qui garantit, après tout, l’avenir de notre société et qui contribue à maintenir la place de la Révolution française dans le monde académique à un moment où elle peut sembler un peu fragilisée. Dans ce sens l’histoire globale a des implications pour nous tous.

Il est surtout rafraîchissant de voir, tout comme dans les pages des AHRF, en quelle mesure la Société élargit son optique sur la décennie révolutionnaire, en parlant pas seulement des années 1790 mais également de l’Empire, de la Restauration et des traditions républicaines au xixe siècle. Autrement dit, ses publications tiennent à discuter tous les aspects de la Révolution, ses antécédents comme ses héritages, et à mettre la Révolution française dans son contexte européen sinon mondial. Sur toute cette gamme de sujets les publications de ces trois dernières années offrent des interprétations et des aperçus bien remarquables et contribuent à rouvrir d’anciens débats.

Ces publications prennent deux formes : d’une part les publications de la SER elle-même, publiées directement par la société, essentiellement la collection des « Études révolutionnaires » et les monographies issues de thèses universitaires auxquelles on a décerné le Prix Albert Mathiez ; de l’autre, des ouvrages collectifs rédigés avec d’autres éditeurs mais émanant de colloques ou de journées d’études proposées par la SER avec des partenaires universitaires. Dans la période qui nous concerne on a vu publier par la société trois volumes d’«  Études » et deux Prix Mathiez, et en plus quatre collections d’essais dans lesquelles la SER est impliquée d’une manière plus ou moins directe. Pour une courte période de trois ans c’est une récolte d’une richesse rare.

Le volume des « Études » paru en 2012 sous la direction de Cyril Triolaire témoigne de la richesse et la variété des recherches universitaires à la fin de la première décennie du xxie siècle. Publié sous le titre bien transparent de La Révolution française au miroir des recherches actuelles, le livre privilégie l’histoire politique, mais politique dans le sens le plus large. Les essais sont présentés sous cinq rubriques complémentaires qu’on peut prendre pour constituer la culture politique du pays en temps de révolution. Ils suivent des individus, acteurs dans la tourmente sur le plan local ainsi que dans la Convention ; ils examinent, mais différemment, les institutions de la France révolutionnaire, du Comité de salut public aux procureurs généraux syndics ; ils notent les différences, parfois les clivages, entre la politique nationale et celle des municipalités et des communautés rurales ; ils examinent la formation de l’opinion – on n’oserait guère dire « opinion publique » - de l’Almanach des Muses des premiers jours aux Annales catholiques du Directoire ; et ils n’oublient pas l’effet – souvent calamiteux – de l’économie sur cette opinion, soit chez les ouvriers de Nantes soit chez les marins-pêcheurs de Saint-Malo. Les conditions matérielles affectent le climat politique, bien sûr, mais ces essais nous encouragent à revisiter les anciens récits de déclin et de chômage , ou – pour reprendre l’expression de Karine Audran – « apportent un correctif au sombre tableau longtemps dépeint par l’historiographie contre-révolutionnaire ». Le volume 13 explore une institution qui est au cœur d’un projet de recherche actuel, qui engage depuis 2008 des équipes de chercheurs, souvent des membres de la SER, issus de plusieurs universités françaises – les comités de surveillance. Le projet a ses racines dans la vision de Michel Vovelle et de Claude Mazauric dans les années 1980 mais ce n’est que maintenant qu’on peut offrir, avec ce livre, le premier bilan d’étape d’une grande enquête collective. Sous la direction de Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, ce livre, intitulé Les comités de surveillance : D’une création citoyenne à une institution révolutionnaire, recueille les communications lues en 2011 au colloque de Besançon. Les directeurs ne cachent pas leur ambition de réhabiliter ces comités trop souvent identifiés par leur association avec la Terreur et « souvent perçus sous l’angle réducteur de leur stricte mission de surveillance et de police ». Dans une quinzaine de chapitres on nous offre des analyses des sources et de la méthodologie des chercheurs, plusieurs chapitres de synthèses thématiques, et des exemples régionaux du quotidien des comités en province. Dans un dernier chapitre Annie Jourdan met le pied en dehors de l’Hexagone avec une discussion à propos du Comité de surveillance générale établi à Amsterdam après l’invasion de l’armée française en janvier 1795.

Le volume 14, le dernier paru, est d’un ordre tout différent, réexaminant, et de près, ces « Passeurs de révolution » qui interprètent pour des générations ultérieures la Révolution et sa culture. C’est le titre du volume dirigé par Jean-Numa Ducange et Michel Biard, issu d’une journée d’étude organisée à Rouen en janvier 2013 – et il faut tout de suite féliciter tous ceux qui sont concernés pour avoir produit si vite et si efficacement un beau petit volume qui regroupe cinq communications avec une introduction et une conclusion, y ajoutant en annexes des textes originaux, parmi eux des inédits, pris des années 1830 jusqu’en 1989. La discussion s’intéresse surtout à la gauche, ou plus exactement aux gauches au pluriel, en France, et suggère que la transmission des idées révolutionnaires aux xixe et xxe siècles n’était ni simple ni linéaire. « De l’extrême gauche critique des Robespierristes à la gauche libérale voyant l’amorce du totalitarisme en 1789, on mesure combien les passeurs furent divers et variés ». Et combien ils sont à l’origine - en France et à travers le monde - des débats autour des modèles révolutionnaires au xxe siècle. Tous les penseurs et historiens qui sont analysés dans ces chapitres ne sont pas des sympathisants : on trouve François Furet désigné comme le « dépasseur » archétypique.

Deux Prix Mathiez ont été publiés dans la période prise en considération, deux thèses intéressantes à la fois par leur sujet, leurs sources et leur originalité, et dont la publication sera accueillie avec intérêt par les chercheurs. Pour Laurent Brassart (Gouverner le local en Révolution : État, pouvoirs et mouvements collectifs dans l’Aisne, 1790-95), l’intérêt principal est à trouver moins dans les extrêmes politiques, comme le jacobinisme de l’an ii ou la contre-révolution armée, que dans la politique locale d’une ville, d’un département, « normal », « modéré », qui est apparemment peu affecté par les discours terroristes et contre-terroristes venant de Paris. Il étudie l’Aisne, où, si le sang ne coule pas sous la guillotine, la population se politise quand même, et « les potentialités de radicalisation et les situations de conflictualité sont souvent régulées avec succès ». Laurent Brassart décrit avec souplesse l’expérience du quotidien, de l’individu en temps de révolution. Mais son étude est beaucoup plus qu’une étude locale. Si l’Aisne est un département comme un autre, son expérience va loin à expliquer les rencontres entre la Nation et le local, et à analyser ce que c’est la modération en pleine Terreur.

La thèse de Corinne Legoy, L’enthousiasme désenchanté : Éloge du pouvoir sous la Restauration, est notre deuxième Prix Mathiez – une belle discussion, bien novatrice, à propos du discours et de l’usage thuriféraires pendant la Restauration, de ce monde de poètes et de versificateurs qui ont tant fait pour louer le régime en place et célébrer le retour des Bourbons. Le livre a pour objet l’analyse des convulsions d’une ère de transition, d’un moment de désenchantement ; et la façon extrême et irraisonnée avec laquelle ces vers parlent de la Révolution ne font que trahir leurs inquiétudes. C’est un ouvrage hardi, de caractère multidisciplinaire, et qui est accompagné d’un CD.

On devrait signaler également plusieurs publications collectives auxquelles la SER a fourni du soutien financier et qui dérivent de colloques ou de journées d’étude qu’elle avait organisés avec d’autres, dans ces cas l’IHRF à Paris-I, la GRHIS à l’Université de Rouen et le Centre d’histoire « Espaces et cultures » de l’Université Blaise-Pascal à Clermont-Ferrand. À noter surtout pendant cette période :

Héros et héroïnes de la Révolution Française, sous la direction de Serge Bianchi (CTHS, 2012) ;

« Extrême » ? Identités partisanes et stigmatisation des gauches en Europe, 18e-20e siècle, sous la direction de Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur et Pierre Serna (Presses Universitaires de Rennes, 2012) ;

1792 Entrer en République, sous la direction de Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers et Pierre Serna (Armand Colin, 2013) ;

Les nuits de la Révolution Française, sous la direction de Philippe Bourdin (Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2013).

On ne devrait pas passer sous silence non plus la publication d’une nouvelle collection d’essais sur Robespierre parue en 2012 à laquelle un grand nombre de nos sociétaires a contribué :

Robespierre. Portraits croisés, sous la direction de Michal Biard et de Philippe Bourdin (Armand Colin, 2012).

Bref, les années 2011-13 ont été une période phare pour les publications, période qui est très prometteuse, d’ailleurs, pour l’avenir de la société sur le plan scientifique et pédagogique. Il ne reste qu’à offrir des félicitations à tous ceux et celles qui y ont contribué.

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org