Navigation – Plan du site
Articles

La musique des spectacles en Suède, 1770 – 1810 : opéra-comique français et politique de l’appropriation

Music on stage in Sweden, 1770-1810: French opéra-comique and politics of appropriation
Charlotta Wolff
p. 13-33

Résumés

La Suède des années 1770-1810, attachée à la liberté mais opposée à la Révolution française, fournit ici un cas pour l’étude des circulations musicales et dramatiques. Les liens culturels des élites avec la France facilitent la réception des spectacles musicaux français, alors que dans d’autres domaines de la musique les influences germaniques et italiennes sont fortes. Avec la fondation de l’Opéra et le développement simultané de théâtres privés, les spectacles deviennent à la fois un instrument politique pour la monarchie et un lieu de sociabilité et de débat permettant aux élites urbaines de construire leur identité par le goût. L’étude du répertoire montre que le genre le plus joué est l’opéra-comique, reçu sous la forme de traductions légèrement adaptées. Cet article étudie les voies par lesquels les spectacles musicaux étrangers arrivent en Suède, mais aussi la dimension politique de leur appropriation.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été produit dans le cadre du projet de chercheur de l’Académie de Finlande Comic opera and society in France and Northern Europe, ca. 1760–1790 (265728, 2013-2018).
Traduction assurée par l'auteure.

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en février 2018.

Plan

Le développement de la scène lyrique et la fondation de l’Opéra
Voies et agents des circulations musicales et dramatiques
Transferts en révolution

Aperçu du début du texte

Le théâtre parlé comme les diverses formes de spectacles lyriques jouent un rôle central dans la formation de l’opinion et du développement de la sphère publique au xviiisiècle. Cet aspect formateur et inclusif des spectacles devient important à l’époque de la Révolution française, la politique pouvant aussi être perçue comme une mise en scène collective et volontariste. De même, la pratique collective de la musique, qu’il s’agisse de l’écoute ou du fait de jouer ou de chanter, a une fonction socialisante et participative essentielle. Dans une perspective plus vaste encore, la nature cosmopolite de la musique et des milieux musicaux défie les frontières linguistiques et politiques et offre à l’historien des transferts et circulations culturels un champ d’investigation particulièrement fécond mais assez peu étudié.

Cette étude a pour objet la musique des spectacles en Suède entre 1770 et 1810, dans un pays monarchique attaché à la liberté mais a priori opposé à la révolution et dont...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotta Wolff, « La musique des spectacles en Suède, 1770 – 1810 : opéra-comique français et politique de l’appropriation », Annales historiques de la Révolution française, 379 | 2015, 13-33.

Référence électronique

Charlotta Wolff, « La musique des spectacles en Suède, 1770 – 1810 : opéra-comique français et politique de l’appropriation », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 379 | janvier-mars 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13411 ; DOI : 10.4000/ahrf.13411

Haut de page

Auteur

Charlotta Wolff

Université d’Helsinki
Department of philosophy, history, culture and art studies
P.O. Box 59
00014 University of Helsinki
Finlande
charlotta.wolff@helsinki.fi

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org