Navigation – Plan du site
Articles

Trois batailles pour la République dans les concerts parisiens (1789-1794) : Ivry, Jemappes et Fleurus

Three battles for Republic in Paris concerts (1789-1794): Ivry, Jemappes and Fleurus
Joann Élart
p. 71-108

Résumés

Trois batailles s’invitent à l’affiche des concerts parisiens entre 1789 et 1794. L’ouverture et l’entracte de la Bataille d’Ivry de Martini ne célèbrent plus à l’Opéra-Comique le sacre et la grandeur de Louis XVI, mais incarnent à travers l’expression d’une musique guerrière, le sentiment patriotique du moment. L’hymne et les chœurs « des Batailles » de Fleurus composés par Catel s’inscrivent dans les célébrations officielles des victoires de la Première coalition : le peuple s’en empare dans les concerts patriotiques organisés en plein air. La Bataille de Jemappes de Devienne est une symphonie descriptive et imitative inscrite aux concerts Feydeau. Partition hors du commun, celle-ci témoigne de la naissance d’une littérature parallèle pour le piano-forte destinée aux amateurs et aux élèves, très en vogue entre la Révolution française et la Restauration, composée de pièces militaires, historiques ou imitatives, qui donnent à entendre tout ce qui s’est passé sur le champ de bataille.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction assurée par l'auteure.

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en février 2018.

Plan

Une bataille d’une autre époque : La Bataille d’Ivry de Martini
Des valeurs de la Monarchie aux couleurs de la Révolution
Popularité et produits dérivés
Chanter la bataille au concert : les Batailles de Fleurus de Catel
Catel et Fleurus
L’Hymne à la victoire sur la bataille de Fleurus
La Bataille de Fleurus
Fleurus, un sujet à la mode
De l’imitation de la bataille : la Bataille de Jemappes de Devienne
Une bataille entre Danton et Robespierre
Devienne et Jemappes
Du bruit, et rien que du bruit ?
Cris des blessés et coups de canon

Aperçu du début du texte

Vouloir rétablir la monarchie en France, tel est le projet des grandes puissances européennes coalisées contre la France révolutionnaire. Jusqu’en 1801, avant que les guerres ne basculent dans l’ère napoléonienne, les conflits se succèdent pendant près d’une décennie de la Première coalition (1792-1797) à la Seconde coalition (1798-1801). Tout commence par un ultimatum lancé par la France à l’Autriche, qui se transforme en une déclaration de guerre en avril 1792 ; tout dégénère rapidement avec la suspension du roi le 10 août, qui marque la proclamation de la République et l’abolition de la monarchie en septembre ; tout s’envenime enfin avec l’exécution de Louis XVI le 21 janvier 1793. Les Autrichiens, les Prussiens, les Anglais, les Italiens, les Espagnols, les Portugais s’unissent pour tenter d’écraser le modèle que la France souhaite maintenant étendre à l’Europe entière, celui de la Révolution et de la République. La France combat sur plusieurs fronts simultanément, et malgré son...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joann Élart, « Trois batailles pour la République dans les concerts parisiens (1789-1794) : Ivry, Jemappes et Fleurus », Annales historiques de la Révolution française, 379 | 2015, 71-108.

Référence électronique

Joann Élart, « Trois batailles pour la République dans les concerts parisiens (1789-1794) : Ivry, Jemappes et Fleurus », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 379 | janvier-mars 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13424 ; DOI : 10.4000/ahrf.13424

Haut de page

Auteur

Joann Élart

Département de musicologie
Université de Rouen
Rue Lavoisier
76821 Mont Saint Aignan Cedex
joann.elart@univ-rouen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org