Navigation – Plan du site
Articles

Les fantômes de l’Opéra ou les abandons du Directoire

The Phantoms of the Opéra or the abandonments of the Directory
Philippe Bourdin
p. 109-129

Résumés

Le Théâtre de la République et des Arts, nouvelle dénomination de l’Opéra de Paris à partir de l’an V, vit avec un déficit financier chronique. Ni l’État qui le protège, ni les entrepreneurs privés qui se succèdent à son chevet, n’y pallient. L’ombre des anciennes gloires des années 1770 continue de planer sur l’institution, malgré l’importance des recrutements durant la Révolution. Elle est malmenée par les infidélités des premiers rôles, qui vont chercher ailleurs des salaires plus réguliers. Les créations sont rares durant le Directoire et contraintes par les thématiques patriotiques imposées par le ministère de l’Intérieur, favorable aux modèles antiques, à la gloire de la république et de l’armée citoyenne. Le théâtre n’a pas un rendement maximal : il fait régulièrement relâche pour des répétitions, des fêtes nationales, des remises de prix, des réparations, ou à cause des indispositions des artistes. Tandis que bien des auteurs protestent contre la perte de leurs revenus, le public n’est pas toujours au rendez-vous.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction assurée par l’auteur

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en février 2018.

Plan

L’ombre des vedettes
Le délabrement de l’institution
La rareté des nouveautés
L’interventionnisme de l’État
La Grèce au répertoire
Un public averti

Aperçu du début du texte

Si la Révolution française reconnaît dès 1789, après quelques vifs débats, le rôle de vitrine internationale de l’ancienne Académie royale de musique et l’importance de l’entreprise qu’elle fait vivre au sein de la capitale, les moyens, une fois effrités les privilèges de l’institution, sont loin d’être toujours au rendez-vous et le déficit chronique : bon an, mal an, il avoisine en général 300 000 livres. Alors que l’Opéra a déménagé à la fin de l’an II rue de la Loi, préemptant dès germinal la très moderne salle construite par La Montansier, pour devenir officiellement en l’an V le Théâtre de la République et des Arts, la crise est plus que jamais aigüe. Elle pousse les autorités du Directoire à renouer avec les tentatives de gestion erratiques qui caractérisaient déjà l’Ancien Régime : le gouvernement hésite en permanence entre l’administration directe par le ministère de l’Intérieur ou la dévolution à des entrepreneurs privés peu scrupuleux — les mêmes que dans les années 1780 :...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bourdin, « Les fantômes de l’Opéra ou les abandons du Directoire », Annales historiques de la Révolution française, 379 | 2015, 109-129.

Référence électronique

Philippe Bourdin, « Les fantômes de l’Opéra ou les abandons du Directoire », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 379 | janvier-mars 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13433 ; DOI : 10.4000/ahrf.13433

Haut de page

Auteur

Philippe Bourdin

Centre d’Histoire « Espaces & Cultures »
Maison des Sciences de l’Homme 

4, Rue Ledru 63057 CLERMONT-FERRAND Cedex 1
Université Blaise-Pascal (Clermont Universités)
ANR THEREPSICORE
phbourdin@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org