Navigation – Plan du site
Articles

Des fêtes anniversaires royales aux fêtes nationales ?

Pratique musicale et politique à Berlin, 1800-1815
From Dynastic Birthdays to National Festivals? The Evolution of Political Music-making in Berlin, 1800-1815
Katherine Hambridge
Traduction de Pascal Dupuy
p. 131-164

Résumés

La victoire des Français sur la Prusse en 1806 et les réformes qui suivirent sont généralement considérées comme les catalyseurs de la montée du sentiment national et de la renégociation des relations entre le monarque, l’État et le peuple. Malgré une cour exilée et un Berlin occupé, les transformations de la vie musicale y ont également joué un rôle, comme l’indique le développement de concerts publics organisés afin de célébrer les anniversaires royaux. En un contraste saisissant avec les programmes éclectiques traditionnels, les choix musicaux et l’importance des effectifs révèlent, lors de ces anniversaires, une volonté concertée de représenter l’État prussien aux Berlinois, grâce à des chœurs massifs et à des compositeurs locaux, anciens et contemporains. Tout en replaçant ces concerts dans la tradition des fêtes nationales, je montre comment ces événements monarchiques aux accents conservateurs ont eu pour effet de propager et exprimer la solidarité du peuple prussien, et ont contribué sur le long terme à l’appropriation de la symbolique et du cérémonial monarchique au service de l’État nation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en février 2018.

Plan

L’ordre ancien
Le nouvel ordre
Représenter le peuple
Une programmation représentationnelle de la Prusse, du peuple, de la communauté
Possession dynastique
Des fêtes anniversaires royales aux fêtes nationales ?

Aperçu du début du texte

Dans les histoires de la Prusse, 1806 est souvent considérée comme l’année où tout a basculé. Les défaites d’Iéna et d’Auerstedt, ainsi que les termes sévères du traité de Tilsit, un an plus tard, ont entraîné humiliations et contraintes financières extrêmes, en particulier pour les Berlinois obligés d’accueillir dans leur ville 15 000 soldats français. Frédéric Guillaume III de Prusse, la reine Louise et la Cour avaient fui jusqu’à Koenigsberg (aujourd’hui Kaliningrad) où ils restèrent pendant trois ans. Mais, cette période est aussi marquée par les célèbres réformes menées par Karl August von Hardenberg et le baron Charles Henri de Stein qui devaient bouleverser les règles de la citoyenneté, l’organisation militaire et la politique économique du pays, transformer le système éducatif et aboutir à l’abolition du servage et à des promesses de représentation politique. Suggérer que la défaite contre Napoléon et l’occupation de la Prusse ont entraîné des bouleversements significatifs d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katherine Hambridge, « Des fêtes anniversaires royales aux fêtes nationales ? », Annales historiques de la Révolution française, 379 | 2015, 131-164.

Référence électronique

Katherine Hambridge, « Des fêtes anniversaires royales aux fêtes nationales ? », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 379 | janvier-mars 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13437 ; DOI : 10.4000/ahrf.13437

Haut de page

Auteur

Katherine Hambridge

Research fellow, University of Warwick
Coventry
CV4 9AL
UK
k.hambridge@warwicck.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org