Navigation – Plan du site
Articles

La Restauration de la musique de la Chapelle royale et les fantômes de l’Ancien Régime (1814-1815)

The Restoration of the Music of the Royal Chapel and the Ghosts of the Old Regime (1814-1815)
Youri Carbonnier
p. 165-182

Résumés

Lors de la première Restauration, en 1814, la Musique impériale est provisoirement maintenue sous la direction de Jean-François Le Sueur, malgré les réclamations d’anciens musiciens du roi survivants. La nouvelle Musique du roi, organisée en janvier 1815, garde l’essentiel des acquis de la période précédente, dont son directeur, et la moitié de son effectif. Elle intègre quelques anciens, dont le surintendant Martini, mais aussi bon nombre de nouveaux venus. L’Ancien Régime transparaît dans des choix terminologiques et dans le remplacement des femmes par des jeunes garçons. L’essai avorté de revenir en arrière durant les Cent-Jours entraîne toutefois le retour des chanteuses et donne à la Musique du roi la physionomie qu’elle garde jusqu’à sa dissolution en 1830. Elle s’inscrit moins dans un impossible retour à l’Ancien Régime que dans la continuité de la Chapelle impériale, elle-même inspirée de celle des anciens rois.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en février 2018.

Plan

Parer au plus pressé : la Musique provisoire de 1814
L’offensive des « revenants » de l’Ancien Régime
L’établissement de la Musique de la Chapelle du roi (janvier 1815)
Le sursaut des Cent-Jours et la stabilisation

Aperçu du début du texte

Jusqu’au 10 août 1792, la Musique du roi constitue un rouage essentiel, car quotidien, de la vie de la Cour, déjà diminué après le transfert aux Tuileries, puis nettement affaibli après l’incident de Varennes, entraînant le déplacement de la messe dans la galerie des Ambassadeurs, vraisemblablement sans musique. Depuis le règne de Louis XIV, plus particulièrement depuis l’installation à Versailles, la messe basse quotidienne, accompagnée de musique, est en effet un moment phare, durant lequel chaque courtisan peut voir le roi et en être vu, ce qui en fait un moyen de gouvernement et d’éclat de la souveraineté.

C’est à ce titre que la messe en musique, désormais dominicale, fait sa réapparition en 1802, gagnant progressivement en pompe avec l’augmentation des effectifs musicaux entamée en 1804, puis avec l’aménagement, par Percier et Fontaine, de la chapelle des Tuileries, inaugurée le 2 février 1806. L’aménagement de la tribune de la Musique y doit beaucoup à l’inspiration versaillai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Youri Carbonnier, « La Restauration de la musique de la Chapelle royale et les fantômes de l’Ancien Régime (1814-1815) », Annales historiques de la Révolution française, 379 | 2015, 165-182.

Référence électronique

Youri Carbonnier, « La Restauration de la musique de la Chapelle royale et les fantômes de l’Ancien Régime (1814-1815) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 379 | janvier-mars 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13443 ; DOI : 10.4000/ahrf.13443

Haut de page

Auteur

Youri Carbonnier

CREHS – Université d’Artois
9, rue du Temple BP 10665
62030 Arras cedex
youri.carbonnier@univ-artois.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org