Navigation – Plan du site
Articles

La profession de chanteuse d’opéra dans le premier xixe siècle

Le cas de Giuditta Pasta
From Courtesan to Diva : Working as an Italian Woman Singer in the Early Nineteenth Century
Catherine Menciassi-Authier
p. 183-201

Résumés

Giuditta Pasta fut l’une des toutes premières divas de l’histoire de la musique. Par son timbre vocal rare et original et sa présence scénique unique, elle triompha sur toutes les grandes scènes européennes de la Restauration et de la monarchie de Juillet, une époque d’âge d’or pour le chant et l’opéra italien en particulier. Elle fit preuve d’une intelligence exceptionnelle en exploitant pleinement les ressources du « star-system » qui naît à cette époque, dans un contexte d’industrialisation de la culture avec l’apparition de la notion de marché dans le monde du lyrique. Excellente négociatrice dans tous les domaines de sa carrière, elle géra avec fermeté et exigence les contrats, les questions d’argent, d’étiquette, de tournées ou de congés auprès des impresari et des institutions musicales de son temps. Son brillant parcours illustre le passage du statut de chanteuse « courtisane » à celui des premières divas puissantes et adulées des foules.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction assurée par l’auteure

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en février 2018.

Plan

L’Affaire Semiramide : rivalités et effets de réputation
Les congés, un privilège à négocier
Voyages et tournées : les contraintes de la célébrité
Le pouvoir de l’argent
Les soirées à bénéfice
Les concerts privés

Aperçu du début du texte

Figure fondamentale du chant lyrique et de l’histoire de la musique, la cantatrice Giuditta Pasta (1797-1865) appartient à ces artistes dont la réputation eut une résonance immense en Europe. Elle fut l’objet de nombreuses controverses qui questionnaient ses qualités vocales et qui alimentèrent du même coup sa réputation. Elle possédait en effet un timbre rauque, sourd et voilé, apparemment rebelle aux exigences de l’art lyrique. Sa voix a ainsi pu fasciner des mélomanes comme Stendhal, inspirer Bellini dont elle fut la muse et Donizetti, sans pour autant convaincre entièrement un compositeur comme Rossini. Régulièrement critiquée vocalement, l’artiste semble en revanche avoir été reconnue comme une tragédienne exceptionnelle, saluée de ce point de vue par Talma lui-même.

L’étude de la carrière et de la construction de la renommée de Giuditta Pasta dans la première moitié du XIXsiècle doit être resituée dans l’histoire d’un processus entamé au siècle précédent : la naissance et la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Menciassi-Authier, « La profession de chanteuse d’opéra dans le premier xixe siècle », Annales historiques de la Révolution française, 379 | 2015, 183-201.

Référence électronique

Catherine Menciassi-Authier, « La profession de chanteuse d’opéra dans le premier xixe siècle », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 379 | janvier-mars 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13447 ; DOI : 10.4000/ahrf.13447

Haut de page

Auteur

Catherine Menciassi-Authier

Centre d’Histoire culturelle des sociétés contemporaines
Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines
cat.authier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org