Navigation – Plan du site
Hommage à Maurice Agulhon (1926-2014)

Maurice Agulhon, de la Provence à la Nation

Raymond Huard
p. 230-232

Face à une œuvre aussi importante et variée que celle de Maurice Agulhon, il faut choisir et c’est un seul aspect que nous retiendrons, son appartenance provençale. Car s’il est devenu peu à peu une personnalité nationale, à la fois par sa stature historique et par le sujet de ses travaux, Maurice Agulhon a été aussi profondément marqué par ses origines provençales qui ont d’ailleurs contribué à orienter le début de sa carrière scientifique. Il est né à Villeneuve- lès- Avignon, au bord du Rhône, dans une famille à la fois protestante et catholique, témoin de la « division de culte » (comme on disait au XIXsiècle), qui caractérisait cette région, a vécu à Uzès et à Villeneuve où ses parents ont été instituteurs. Il a fait ses études secondaires à Avignon puis, après le passage par l’ENS, il a enseigné à Toulon, à Marseille, à l’Université d’Aix avant d’accéder à la Sorbonne et au Collège de France. Et sa curiosité aiguë à l’égard des traces du passé, visibles dans les localités qu’il fréquentait, a pu trouver matière à une réflexion plus large d’ordre historique…

  • 1 La République hante l’œuvre de Maurice Agulhon Pour comprendre cet attrait, il faut certainement pa (...)

Sans doute est-ce par commodité qu’il a choisi pour cadre de ses thèses la région où il enseignait, mais il y avait tant d’affinités entre son itinéraire personnel et le terrain qu’il a étudié qu’on ne peut s’étonner de ce choix. Il y avait à Villeneuve des traces des confréries de pénitents, objet de ses premiers travaux (Pénitents et Francs-maçons dans l’ancienne Provence). Le Var, où il a enseigné, a été un des départements gagné en partie à la République rouge entre 1848 et 1851, où l’insurrection de cette année-là, qu’il a étudiée dans la République au Village, a pris le plus d’ampleur et où la répression a été la plus féroce. Il a exercé à Toulon, grand port et ville ouvrière dont il a su rendre dans plusieurs ouvrages notamment Une ville ouvrière au temps du socialisme utopique, la personnalité originale. C’est dans les villages de Provence qu’il a pu observer en nombre, non seulement les pratiques de sociabilité et la persistance des cercles locaux, mais aussi les statues de la République dont il a ensuite élargi l’étude à l’échelle nationale1. Ayant milité dans des organisations politiques locales, il était préparé à comprendre en profondeur les comportements politiques populaires, en particulier dans cette région. Sensible aux rapports de classe, il n’en a pas moins, dès la première partie de sa thèse sur la vie sociale en Provence à la veille de la Révolution, caractérisé bourgeois et paysans non pas seulement par leur place dans le processus de production, mais par la totalité de leurs déterminations.

Comprendre le ralliement à la République des milieux populaires, c’est évidemment percevoir à la fois le rôle des militants, bourgeois assumant un « patronage démocratique » et celui des militants ouvriers comme Louis Langomazino, issu de l’arsenal de Toulon, mais aussi élaborer ce qu’il a appelé « le schéma méditerranéen d’explication politique », mettre en évidence le rôle des pratiques communales (notamment d’opposition au seigneur), et de la sociabilité populaire des chambrées, sociabilité dont il a montré l’importance en milieu bourgeois ou à propos des pénitents et Francs-maçons de Provence, rattacher aussi ces pratiques à un type d’habitat, le village urbanisé. Une grande idée était lancée, celle du rôle de la sociabilité comme mode de propagation des idées politiques. Ce « schéma méditerranéen » devait être ensuite nuancé, à partir d’une vaste discussion internationale sur la politisation de la paysannerie française au XIXsiècle. Avec cette thèse, Maurice Agulhon ranimait aussi l’attention, après Philippe Vigier, sur l’insurrection républicaine de décembre 1851 contre le coup d’État bonapartiste, élément important de notre tradition républicaine, affinait la réflexion sur ce mouvement populaire en montrant que s’y entremêlaient indissolublement la modernité et un certain archaïsme des mentalités et comportements. Cette thèse sur le Var fait donc de Maurice Agulhon, un, des spécialistes marquants de la Seconde République.

Provençal, il l’était certes, mais il y a plusieurs façons de l’être. Son enfance dans un milieu d’instituteurs laïcs, qui propageait l’idéologie unitaire de la Troisième République, l’a sans doute détourné d’une étude approfondie de la langue locale, et il s’est assez peu intéressé aux activités des félibres et occitanistes. Rien non plus n’était plus éloigné de lui qu’une certaine exubérance méridionale. Au contraire, c’est un autre versant du Méridional, celui de la méditation un peu rêveuse, qu’il représentait, et il l’incarnait aussi par son talent de conteur, qui a fait le charme de sa conversation comme de ses écrits. Le conteur procède lentement, ménage ses effets, sait retenir le petit fait significatif et en élargir la portée, charmant ainsi le lecteur.

Les trois volumes de son énorme thèse de doctorat préparée pendant quatorze ans (1954-1968) l’ont ainsi imposé comme l’historien de la Provence. Et pourtant, déjà, pas seulement de cette région. Car, dès le départ, cette attention à la réalité provençale se situait dans une démarche plus générale. Il y était préparé par sa formation universitaire généraliste, et aussi par une tendance naturelle à une réflexion d’ordre théorique. Il s’est élevé ainsi des situations locales à des problèmes généraux. Des pénitents aux Francs-maçons, il a interrogé les continuités et les processus d’évolution de la sociabilité cultivée, il a cherché à comprendre à travers les cercles populaires comment ils contribuaient à une politisation des masses de type nouveau. Au-delà du recensement des statues de la République, d’abord dans le Midi puis dans toute la France, il a exploré les différentes significations et les effets mobilisateurs de l’allégorie civique féminine républicaine en rattachant celle-ci aux grandes options nationales. Affinant toujours son approche, dépassant largement le cadre régional, il a pu construire une grande œuvre de portée générale, mais toujours avec une attention scrupuleuse à la réalité locale, ce terreau vivant de l’histoire dont il était parti d’abord et qui avait nourri aussi bien son enfance que les débuts de sa carrière et ses premiers travaux d’historien.

Notes

1 La République hante l’œuvre de Maurice Agulhon Pour comprendre cet attrait, il faut certainement partir de son enfance dans un milieu d’instituteurs de la troisième République attachés à diffuser les valeurs de ce régime. Après l’expérience du régime de Vichy et de l’oppression nazie vécue dans sa jeunesse la restauration de la République en 1944 suscitait l’espoir d’une nouvelle république plus authentique que visait aussi l’engagement communiste de sa jeunesse.

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org