Navigation – Plan du site
Hommage à Maurice Agulhon (1926-2014)

Maurice Agulhon et la morale

Jacqueline Lalouette
p. 232-235
  • 1 « Vu des coulisses », Essais d’ego-histoire, réunis et présentés par Pierre Nora, Paris, Gallimard, (...)
  • 2 Les citations sont toutes extraites des pages 19 et 20 de « Vu des coulisses ».

Parmi les sujets relatifs à l’organisation de la société, la morale retint fortement l’attention de Maurice Agulhon. Mais, avant de mobiliser la pensée et les analyses du citoyen et de l’historien, la morale fut tout d’abord un élément essentiel dans la formation de l’homme. Maurice Agulhon était le fils de deux instituteurs, tous deux protestants, son père, « par tradition ancestrale », sa mère, « par conversion personnelle »1, qui avaient « quelque chose d’exceptionnel et de glacé » et semblaient habités par le sentiment d’être « le sel de la terre », tout en étant, par ailleurs, bons et généreux. « Puritains à un degré rare », extraordinairement réservés, ils étaient préservés de la bien-pensance par des convictions solidement ancrées à gauche. Démocrates et pacifistes, ils ne militaient pas politiquement parce que la politique peut tourner à la facilité, à la vulgarité, voire à la compromission. Le grand-père maternel offrait un profil bien différent. Catholique de naissance, mais anticlérical, il était membre du parti radical ; enjoué, il lisait l’Almanach Vermot et cultivait le calembour ; chaleureux, il avait quelque chose de « rayonnant ». Âgé d’une quarantaine d’années, Maurice Agulhon fit ce constat : « Aujourd’hui, rassis, je me sens proche du grand-père, mais à vingt ans je devais sans doute être marqué davantage par l’éthique des parents. »2 Tout dans « Vu des coulisses » laisse en effet entrevoir un garçonnet puis un adolescent modèle. Si la vie lui fit préférer le côté plus vivant et plus chaleureux de l’aïeul, Maurice Agulhon garda du moule familial un sens absolu du devoir et de la probité qui transparut tout au long de sa vie professionnelle, tout en étant coloré par une grande bienveillance et un humour subtil.

  • 3 « Faut-il avoir peur de l’“ordre moral” ? », Histoire vagabonde, tome III, La politique en France, (...)
  • 4 « La morale d’hier et son discrédit actuel », La morale contre l’ordre moral, Raison présente, n°24 (...)
  • 5 « Faut-il avoir peur de l’“ordre moral” ? »…, art. cit., p. 256.
  • 6 Ibidem, p. 260-261.

Parallèlement aux évolutions de sa conception de la morale privée, mais en lien avec elles, Maurice Agulhon analysa à diverses reprises les évolutions de la morale sociale, soit lors de conversations ou de démarches privées, soit par le biais d’articles, notamment « Faut-il avoir peur de l’« ordre moral » ? »3 et « La morale d’hier et son discrédit actuel »4. Il regrettait que le mot même de morale fût devenu quasiment imprononçable et que « dans le secteur gauche de l’opinion notamment, un immoralisme global à coloration libertaire soit aujourd’hui hégémonique. L’intelligentsia de gauche, poursuivit-il dans ce texte, ne parle plus des criminels et des délinquants que pour leur trouver des excuses, et de la police que pour l’insulter. » Historien, il releva les erreurs ayant contribué à un tel résultat. Attachée aux deux premières années du septennat de Mac-Mahon, l’expression d’« ordre moral », expliqua-t-il, fut à tort interprétée comme synonyme d’« ordre moraliste, moralisateur », comme si moral était ici antonyme d’immoral et non pas de matériel ; pour se faire mieux comprendre, Maurice Agulhon ajoutait que le pendant de l’Académie des Sciences morales et politiques était l’Académie des Sciences (matérielles par définition), que personne n’aurait jamais songé à lui opposer une Académie des Sciences immorales et que « le fait patent que des moralistes moralisants et moralisateurs aussi confirmés que les Jules Ferry ou les Victor Hugo aient farouchement combattu Mac-Mahon, Broglie et leur Ordre moral suffirait à montrer que ce dernier mot d’ordre était un drapeau de conservatisme politique crypto-royaliste et non pas un programme de puritanisme »5. Une autre étape historique, celle de Vichy, avait à son tour introduit une confusion. Le maréchal Pétain et ses partisans ne remplacèrent pas la devise républicaine par une formule exprimant leur véritable programme politique, comme « Autorité, Hiérarchie, Ordre », mais adoptèrent « un trio de sympathiques banalités » : Travail, Famille, Patrie, toutes réalités que 1848 et la troisième République avaient « cultivées ». Chacun de ces trois termes peut se lire sous un angle très positif : le labeur du travailleur est plus honorable que la consommation de l’exploiteur, le rôle irremplaçable de la famille dans l’éducation de l’enfance mérite d’être soutenu par la société, la patrie ne s’oppose pas aux conceptions universalistes – songeons aux lumineux textes de Jaurès. Mais, constata Maurice Agulhon, aucune discussion sérieuse ne fut jamais menée à ce sujet et la devise de l’État français donna naissance à une position simpliste et même à un sophisme : « Vichy fut moralisateur, donc tout moralisme est crypto-vichyssois »6. À ce substrat politique s’ajoutèrent d’autres évolutions politiques et sociologiques, dont l’analyse qu’en présentait Maurice Agulhon ne peut trouver place ici.

  • 7 Pour ce paragraphe, voir Ibid., p. 20-21 et p. 266-267.

Pour lui, la question n’était pas seulement d’ordre théorique et historique. Les pauvres, constatait-il, souffraient plus de « l’anarchie diffuse » que les riches ayant « les moyens de s’offrir la sécurité de leurs biens ». Par ailleurs, si la gauche continuait à s’aveugler sur ces questions et ne cherchait pas à définir « une nouvelle moralisation laïque adaptée à notre temps », qui ne toucherait pas aux libertés de la vie privée, notamment « au libéralisme sexuel », le peuple pourrait bien un jour se tourner vers l’extrême droite qui ferait triompher une « réaction moralisatrice et autoritaire »7.

Il serait intéressant de relire ces analyses de Maurice Agulhon à la lumière d’évolutions plus récentes : la montée de l’extrême-droite, les manifestations et débats liés « au mariage pour tous », aux lois dites Taubira… Sachons gré à Maurice Agulhon d’avoir posé avec courage et lucidité des questions trop souvent occultées, minimisées, voire ridiculisées, tout en maintenant des exigences de liberté absolue dans des domaines strictement individuels.

Notes

1 « Vu des coulisses », Essais d’ego-histoire, réunis et présentés par Pierre Nora, Paris, Gallimard, 1987, p. 10.

2 Les citations sont toutes extraites des pages 19 et 20 de « Vu des coulisses ».

3 « Faut-il avoir peur de l’“ordre moral” ? », Histoire vagabonde, tome III, La politique en France, d’hier à aujourd’hui, Paris, Gallimard, 1996, p. 254-267.

4 « La morale d’hier et son discrédit actuel », La morale contre l’ordre moral, Raison présente, n°244, 3e trimestre 1998, p. 13-23.

5 « Faut-il avoir peur de l’“ordre moral” ? »…, art. cit., p. 256.

6 Ibidem, p. 260-261.

7 Pour ce paragraphe, voir Ibid., p. 20-21 et p. 266-267.

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org