Navigation – Plan du site
Hommage à Maurice Agulhon (1926-2014)

En lisant, en écoutant Maurice Agulhon

Jean-François Chanet
p. 235-237
  • 1 Maurice Agulhon, « Conflits et contradictions dans la France contemporaine », leçon inaugurale au C (...)

Parler de Maurice Agulhon professeur, inspirateur et directeur de recherche, est difficile à l’un de ceux qui comptent parmi ses derniers élèves. Il n’ignore pas qu’il en va un peu des élèves comme des enfants : les tard venus sont souvent les plus gâtés. Maurice Agulhon était conscient des raisons qui avaient fait venir puis attaché à lui les élèves en assez grand nombre pour qu’il soit légitime de parler d’une école. Il a donné avec humour une preuve de l’importance que cette école avait pour lui en un jour qui compte dans une carrière de professeur, celui de la leçon inaugurale au Collège de France. Ce vendredi 11 avril 1986, il prenait l’engagement suivant : « Je ne me consacrerai pas à réinventer un parti républicain radical, je n’écrirai pas d’éditoriaux, je ne serai pas conseiller de prince ; je ne tenterai même pas de monter dans la chaire de Michelet, ce qui dispensera mes élèves de se colleter avec les sergents de ville comme firent parfois les siens…1 ».

Relire ces lignes, c’est l’entendre les dire. Il en va de même de ses livres, car il existe chez lui une continuité naturelle entre la leçon, l’argumentation, la conversation même, toujours ordonnée, où tout vient à point à qui sait attendre, et le texte écrit, où s’entend une voix patiente, méthodique, mais non sans tendresses ni sourires. Austère, intimidant, Maurice Agulhon l’était assurément, pour celle ou celui qui montait l’escalier C de la Sorbonne et attendait son tour dans le couloir en fixant le cadran solaire de la cour d’honneur. Mais à la fin de l’entretien c’était lui, souvent, qui jetait un regard par la fenêtre, tout en vous serrant la main avec chaleur, comme pour tenir immédiatement à distance la sensibilité qui entrait dans l’attention avec laquelle il vous avait écouté.

Homme d’enseignement, il l’était sous toutes les formes que pouvait revêtir son activité d’historien. La correspondance était de celles qu’il affectionnait et où il se montrait d’une particulière générosité. C’était au siècle dernier, les usages épistolaires n’avaient pas encore intégré l’impatience, la précipitation, le minimalisme compulsif qu’y a introduits le courrier électronique. Ses réponses, écrites d’un seul jet, souvent retouchées et complétées à la relecture, offraient à leurs destinataires une telle qualité d’attention individuelle qu’ils auraient pu en oublier qu’ils n’étaient pas les seuls à obtenir ainsi, en peu de jours, les avis et conseils demandés. Son expression orale semblait par contraste moins fluide, plus hésitante, parce qu’il avait le souci d’y apporter la même exactitude, la même pesée des mots.

Dans le discours qu’il a prononcé à l’université de Paris-I lors de la cérémonie organisée pour la remise des mélanges en son honneur, en 1998, il a évoqué la distinction entre maîtres et patrons telle que l’avait analysée son camarade et collègue Pierre Bourdieu dans Homo academicus, ce livre où le sociologue s’est fait historien du champ universitaire. Maurice Agulhon voulait bien concéder, puisque ce volume de mélanges l’attestait, qu’il avait pu appartenir à la première catégorie, mais pas à la seconde. C’était mettre l’accent moins sur des aptitudes ou inaptitudes personnelles que sur un trait distinctif de l’école dont beaucoup de représentant-e-s étaient ce jour-là réuni-e-s autour de lui. Préoccupé du devenir de ses élèves autant que peut l’être un directeur de thèse – rien ne le montrait mieux que le soin qu’il mettait à écrire les lettres d’appui à leurs candidatures –, il se savait mal armé pour corriger, chez beaucoup d’entre eux, une tendance à la discrétion, à la réserve, une inadaptation réelle ou supposée aux nouvelles formes dominantes de médiatisation du travail historique. Le grand âge venu, les épreuves de santé ont hélas rendu plus douloureux ce sentiment d’inachevé.

  • 2 Id., « Vu des coulisses », Pierre Nora (éd.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987, p. 31.

De l’engagement communiste de sa jeunesse, il avait conservé, avec la passion de l’histoire politique et de la politique en train de se faire, le goût du travail collectif. Si personnel que fût cet objet d’étude, Marianne et la symbolique républicaine ne l’auraient peut-être pas occupé durant plus de vingt ans s’il n’avait su constituer tout un réseau d’informateurs divers, de correspondants locaux, d’érudits qui faisaient à son séminaire, tenu les dernières années à l’École normale supérieure, à laquelle il était resté si attaché, un public atypique mais fervent, accueilli avec bienveillance et dont il reformulait les questions en des termes qui parfois donnaient à ceux qui les avaient posées une fierté un peu imméritée. Le professeur au Collège de France se montrait par-là fidèle au doctorant qui avait su arrêter son étude de l’histoire du Var en 1851 pour laisser la seconde moitié du siècle à un autre chercheur, au risque de décevoir Fernand Braudel, pour qui il allait de soi « qu’un brillant sujet plein d’avenir pouvait, tel le seigneur de La Fontaine, traverser avec sa chasse le potager d’un instituteur de province2 ». C’est pourquoi nous ne devons pas à son enseignement seulement la transmission d’un savoir, mais celle aussi d’une certaine idée du métier.

Notes

1 Maurice Agulhon, « Conflits et contradictions dans la France contemporaine », leçon inaugurale au Collège de France, Histoire vagabonde, II, Idéologies et politique dans la France du XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1988, p. 295.

2 Id., « Vu des coulisses », Pierre Nora (éd.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987, p. 31.

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org