Navigation – Plan du site
Articles

Des chemins périlleux. Le voyage des conventionnels des colonies vers Paris (1793-1794)

Dangerous routes. The voyage of the conventionnels of the colonies to Paris (1793-1794)
Matthieu Carlot
p. 3-23

Résumés

Les députés des colonies forment un groupe de dix-sept individus au sein de la Convention. Au regard des parcours de leurs homologues métropolitains, ceux de ces hommes présentent de nombreuses particularités. Pour certains d’entre eux, le voyage pour se rendre à la Convention constitue l’une des singularités les plus notables de l’histoire de la représentation coloniale. Dans un contexte de guerre maritime contre l’Angleterre et les puissances coalisées, les Antilles et les Mascareignes sont le théâtre de multiples affrontements où l’action des contre-révolutionnaires a un impact déterminant sur la destinée de ces députés.

Des remarquables périples endurés par les élus de l’Île-de-France et de Saint-Domingue aux divers obstacles rencontrés par les députés démissionnaires et les suppléants, le voyage des députés apparaît définitivement comme une étape cruciale dans le parcours de ces députés. Celle-ci rappelle, une fois de plus, les risques liés aux fonctions de représentant du peuple.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Plan

Les périples des députés de l’Île-de-France et de Saint-Domingue
Une députation coloniale amputée

Aperçu du début du texte

Saint-Domingue, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, l’Île-de-France et l’Île de La Réunion (ci-devant Île Bourbon) sont les six colonies représentées à Paris à partir de 1793. Dix-sept élus composent la représentation de l’outre-mer ayant siégé à la Convention nationale. Cet effectif n’est cependant pas celui initialement fixé par le décret du 22 août 1792, qui établit le nombre de députés et suppléants pour les différentes colonies françaises. Théoriquement et d’après ce décret, la partie française de Saint-Domingue devait désigner dix-huit députés à l’Assemblée, ces derniers étant répartis entre les trois provinces du nord, de l’ouest et du sud de la colonie. La Guadeloupe devait nommer quatre députés, la Martinique trois, et la Guyane un seul. L’Île Bourbon et l’Île-de-France se voyaient attribuer deux députés chacune. Soit un total de trente représentants. Si, en 1793, ces hommes sont moins nombreux que prévu avec une perte estimée à près de la moitié des élus, c’est notamm...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Carlot, « Des chemins périlleux. Le voyage des conventionnels des colonies vers Paris (1793-1794) », Annales historiques de la Révolution française, 380 | 2015, 3-23.

Référence électronique

Matthieu Carlot, « Des chemins périlleux. Le voyage des conventionnels des colonies vers Paris (1793-1794) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 380 | juin 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13492 ; DOI : 10.4000/ahrf.13492

Haut de page

Auteur

Matthieu Carlot

Professeur d’Histoire-Géographie
3 bis, rue de l’abbé Pierre
76 960 Notre-Dame-de-Bondeville
m.carlot974@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org