Navigation – Plan du site
Articles

Micro-histoire et terreur en province : itinéraire d’un « général incendiaire » en Vendée militaire (mars-juillet 1794)

Microhistory and the Terror in the Provinces : the itinerary of a « général incendiaire » in the Vendee Militaire (March-July 1794) 
Anne Rolland-Boulestreau
p. 25-44

Résumés

En janvier 1794, le plan Turreau est adopté pour la Vendée militaire (située entre le sud des départements du Maine-et-Loire, de Loire-Inférieure et le nord du département de la Vendée). Il s’agit à la fois de confisquer les grains de la région et de soumettre la population en guerre depuis mars 1793. Pour l’exécuter, Turreau s’appuie sur onze colonnes commandées par des généraux et, parmi eux, le général Huché. À deux reprises, en mars et en juillet 1794, Huché se heurte aux autorités civiles locales et se met en porte-à-faux avec la nouvelle politique de pacification instaurée à partir du printemps 1794. Le cas du général Huché permet de délimiter les compétences et les pouvoirs des instances militaires et civiles, pendant la guerre civile. C’est aussi la question de la terreur en province qui est ici traitée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Plan

Le général Huché, affaibli par deux affaires majeures, entre mars et juillet 1794
« Un bon petit soldat » (1793-mars 1794)
Les divisions des républicains et leurs conséquences

Aperçu du début du texte

Le 21 janvier 1794, le général en chef de l’armée de l’Ouest, Turreau, lance les colonnes dites « infernales » – l’expression que les républicains emploient assez communément à cette époque est « guerre infernale » – sur un territoire encore mal défini, comprenant principalement les départements de Vendée, de Loire-Inférieure et de Maine-et-Loire. Pendant les premières semaines de 1794, onze colonnes, aux effectifs très variables (entre 500 et 1 000 soldats en moyenne), sont chargées de réquisitionner grains et bestiaux de la région au profit de la République. Ces nouvelles missions tournent vite à la confrontation brutale et durable avec la population civile et avec les armées de Charette et de Stofflet, principaux chefs insurgés de cette époque.

Depuis les travaux de Jean-Clément Martin sur l’histoire des guerres de Vendée et son instrumentalisation par les camps républicain, royaliste et/ou catholique, tout semble avoir été écrit sur la guerre civile de l’Ouest de la France. Or, d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Rolland-Boulestreau, « Micro-histoire et terreur en province : itinéraire d’un « général incendiaire » en Vendée militaire (mars-juillet 1794) », Annales historiques de la Révolution française, 380 | 2015, 25-44.

Référence électronique

Anne Rolland-Boulestreau, « Micro-histoire et terreur en province : itinéraire d’un « général incendiaire » en Vendée militaire (mars-juillet 1794) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 380 | juin 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 27 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13495 ; DOI : 10.4000/ahrf.13495

Haut de page

Auteur

Anne Rolland-Boulestreau

Université Catholique de l’Ouest, Institut d’Arts, Lettres et Histoire,
3 place André Leroy, 49000 ANGERS
anne.rolland@uco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org