Navigation – Plan du site
Articles

Une campagne d’opinion contre Marie-Joseph Chénier en floréal an III ou la culture révolutionnaire en procès

An opinion compaign against Marie-Joseph Chénier in floreal an III, or the Revolutionary culture on trial
Gauthier Ambrus
p. 77-100

Résumés

Le printemps 1795 marque un tournant dans la politique suivie jusque-là par la Convention thermidorienne qui, après la répression des émeutes de germinal, se retourne contre la « réaction ». Cette nouvelle impulsion républicaine s’incarne dans un projet de loi que Marie-Joseph Chénier fait voter au nom des Comités le 12 floréal an III. Parmi les mesures qu’il prévoit, la plus éclatante vise à modérer la presse contre-révolutionnaire, dont on redoute l’influence grandissante sur l’opinion. C’est reconnaître la centralité des publicistes dans le champ politique ouvert par le 9 Thermidor, au détriment de la Convention elle-même. L’intérêt de l’épisode ne réside pas seulement dans sa valeur clarificatrice. La loi déchaîne contre son rapporteur une formidable campagne d’opinion. En tirant prétexte de la carrière littéraire de Chénier, la presse réactionnaire intente un véritable procès à la culture révolutionnaire et à la notion d’« esprit public » qui la sous-tend.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Plan

Le tournant républicain de mai 1795
Une intrigue politique : l’affaire Lefortier
Un poète au tribunal de l’opinion
Les héritiers des Philosophes contre la République

Aperçu du début du texte

Le tournant républicain de mai 1795

Au lendemain du 9 Thermidor, la chute de Robespierre est apparue comme la fin d’un régime d’oppression des esprits tout autant que des corps. Elle marquait non seulement le retour de la liberté d’expression, mais aussi l’épuisement de la propagande républicaine : avec le gouvernement montagnard s’affaiblissait l’ambition de diriger l’esprit public. L’émancipation de l’opinion hors de l’influence jacobine, et donc sa parcellisation, semblait signer le crépuscule de la culture révolutionnaire et de son désir d’unité. Le premier frein à ce mouvement devait nécessairement soulever une forte réaction, en particulier du côté des journalistes. C’est bien ce qui advint au printemps 1795, à l’occasion d’un ambitieux projet de décret présenté à la Convention par Marie-Joseph Chénier le 12 floréal an III (1er mai 1795), au nom des trois principaux comités de gouvernement. Un mois après la répression des émeutes sans-culotte du 12 Germinal, les mesures stipulé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gauthier Ambrus, « Une campagne d’opinion contre Marie-Joseph Chénier en floréal an III ou la culture révolutionnaire en procès », Annales historiques de la Révolution française, 380 | 2015, 77-100.

Référence électronique

Gauthier Ambrus, « Une campagne d’opinion contre Marie-Joseph Chénier en floréal an III ou la culture révolutionnaire en procès », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 380 | juin 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13504 ; DOI : 10.4000/ahrf.13504

Haut de page

Auteur

Gauthier Ambrus

Université Paris-Sorbonne
Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature françaises
des XVIIe et XVIIIsiècles
ambrusg@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org