Navigation – Plan du site
Articles

La bibliographie, de la science du bibliographe à l’outil administratif. Naissance d’une science officielle sous la Révolution et l’Empire

Bibliography, from the science of the bibliographer to an administrative tool. The Birth of an official science under the Revolution and the Empire
Cécile Robin
p. 101-123

Résumés

La science bibliographique et l’état de bibliographe préexistent à la Révolution mais sont définis de façon endogène et demeurent confinés dans un cercle étroit d’érudits. La fonction classificatoire de la bibliographie et le caractère encyclopédique des savoirs du bibliographe en font des outils privilégiés du traitement des acquisitions révolutionnaires. Ils sont mobilisés dès 1790 pour inventorier les bibliothèques ecclésiastiques nationalisées. Sous le Directoire, l’expert bibliographe est érigé en administrateur de la redistribution des livres pour former les bibliothèques publiques. Le processus d’institutionnalisation aboutit sous l’Empire à l’intégration de la rationalité bibliographique dans la gestion administrative de la production éditoriale. Cette extension du champ d’application, des usages et des finalités de la bibliographie lui confère une visibilité et une reconnaissance accrues, corrélats de l’institution d’une science officielle, non exclusive mais référentielle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Plan

Le savoir bibliographique : de l’érudition à l’action politique (1789 – 1795)
Antoine-Alexandre Barbier : une figure du bibliographe administrateur sous le Directoire et le Consulat
La Bibliographie de l’Empire français, outil de gestion administrative et représentation d’un savoir d’État (Empire)

Aperçu du début du texte

C’est à un bibliothécaire du xviie siècle que l’on doit l’introduction du terme de « bibliographie », par lequel Gabriel Naudé désigne un savoir positif fondé sur des connaissances et une méthode spécifiques mais aussi le catalogue raisonné produit par ce savoir. La constitution de la bibliographie en un champ scientifique autonome est étroitement corrélée à l’émergence du bibliothécaire comme « conseiller du prince » ; elle se pose donc d’emblée comme science préalable à l’action politique, comme modalité d’« administration du savoir ». Son caractère instrumental suppose une organisation méthodique – un « ordre selon lequel ils [les auteurs] doivent être lus ». Naudé propose un classement en cinq catégories – Théologie, Droit, Histoire, Sciences, Belles-lettres –, structuré par l’emboîtement de trois rationalités : l’ordre des facultés (l’armature générale), puis l’ordre des matières (les subdivisions) et enfin l’ordre des références (les auteurs et les ouvrages). Orientée par une ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Robin, « La bibliographie, de la science du bibliographe à l’outil administratif. Naissance d’une science officielle sous la Révolution et l’Empire », Annales historiques de la Révolution française, 380 | 2015, 101-123.

Référence électronique

Cécile Robin, « La bibliographie, de la science du bibliographe à l’outil administratif. Naissance d’une science officielle sous la Révolution et l’Empire », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 380 | juin 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 29 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13508 ; DOI : 10.4000/ahrf.13508

Haut de page

Auteur

Cécile Robin

Archives nationales, Service de la bibliothèque
59 rue Guynemer 93383 Pierrefitte-sur-Seine cedex
cecile.robin@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org