Navigation – Plan du site
Annonces

Colloque international : Collectionner la Révolution française

23-25 septembre 2015, Grenoble et Vizille
p. 197-200

Société des études robespierristes, IHRF - Université Paris I Panthéon Sorbonne, CRHIPA - Université Pierre Mendès France - Grenoble II, Musée de la Révolution française

   

Pour détourner une phrase célèbre de Saint-Just, peut-on collectionner « innocemment » ? Rechercher, rassembler, conserver, le cas échéant exposer, des objets et/ou des écrits de la Révolution française, suppose au minimum un intérêt pour l’idée même de collection, mais peut aussi impliquer le désir de transmettre le souvenir et les héritages des années 1789-1799. Le premier cas peut tenir de la simple érudition, d’un esprit inclinant à la collection, voire d’achats susceptibles de donner lieu à échanges, reventes, etc., sans que le politique y trouve toujours sa place. Le second cas renvoie au domaine des « passeurs de révolution », de celles et ceux pour qui objets, images, écrits relèvent aussi d’une mémoire à transmettre aux générations successives, éventuellement au nom de l’idée d’une révolution qui ne serait pas encore advenue et de principes qui resteraient à défendre. Quelle que soit l’hypothèse suivie, si elle est privée, la collection reste fondamentalement l’œuvre d’une vie et ne survit pas souvent à celle ou à celui qui l’a créée, au gré des héritages et des dispersions après-décès. On le sait, une partie importante des collections publiques au XXIe siècle provient de collections privées ainsi dispersées. Cependant les collections publiques ne sont pas seulement le résultat de rachats ou de dons de fonds privés, mais également le fruit de volontés politiques afin de construire, pour des collectivités entières, des objets de mémoires à partager et donnant du sens à la Révolution, qui finissent par constituer des patrimoines nationaux.

Pourquoi et comment collectionner la Révolution française ? Qui ont été ces collectionneurs, comment et sur quoi ont-ils fondé leur érudition, leurs techniques de collectionneur, leurs réseaux ? Ce sont ces parcours que le présent colloque se propose d’interroger.

   

Mercredi 23 septembre (Domaine universitaire – Maison des sciences de l’Homme Alpes)

   

Session 1 / Qui sont les collectionneurs ? Entre notables et anonymes

Président de séance : Michel Biard / Professeur d'Histoire moderne, GRHis-Normandie Université

   

14h30 : Introduction : Michel Biard

14h45 : Alain Chevalier  / Conservateur en chef du patrimoine, Directeur du Musée de la Révolution française

Essai de répertoire raisonné des collections françaises d’objets révolutionnaires de 1789 à nos jours.

15h15 : Laurent Le Gall / Professeur d’histoire contemporaine, Université de Brest

La Révolution en majesté : érudition locale et collection firent-elles bon ménage (1860-1914) ?

15h45 : Pause

16h : Raymond Huard / Professeur émérite d’histoire contemporaine, Université de Montpellier

Marcellin Pellet, républicain gardois et collectionneur

16h30 : Serge Aberdam / Chercheur au département des sciences sociales de l’INRA

Collectionner les Billets de confiance révolutionnaires, approche anecdotique ou approche économique

17h-17h45 : Échanges

   

Jeudi 24 septembre (Musée de la Révolution française-Domaine de Vizille)

   

Session 2 : Collections érudites, collections engagées

Président de séance : Alain Chevalier / Conservateur en chef du patrimoine, Directeur du Musée de la Révolution française

   

9h30 : Tom Stammers / Professeur d’histoire culturelle, Université de Durham

Jean-Louis Soulavie : un collectionneur de l’histoire immédiate

10h : Michela Lo Feudo / Chargée de cours de littérature française, Université de Naples-Frederico II

Champfleury collectionneur : cartographie d’une enquête entre Second Empire et Troisième République

10h30 : Pause

10h45 : Jean-Marie Bruson / Conservateur général, Musée Carnavalet

Le Comte Alfred de Liesville (1836-1885), collectionneur

11h15 : Aurore Chéry / Doctorante au Lahrha, Université Lumière Lyon 3

Collections, associations, expositions : stratégies royalistes pour le bicentenaire

11h45-12h30 : Échanges

   

Session 3 : Collections officielles et passions privées

Président de séance : Martial Poirson / Professeur d’études théâtrales, Université Paris 8

   

14h : Yann Fauchois / Chargé du traitement rétrospectif des collections – livres anciens, Bibliothèque nationale de France

Constitution et signalement des fonds de l’époque révolutionnaire au département des imprimés de la Bibliothèque nationale (1790-1875)

14h30 : Yann Potin / Chargé d’études documentaires-section du XIXe siècle, Archives nationales

L’impossible collection légale de la Révolution : les « séries révolutionnaires » des Archives nationales, de la section législative aux acquisitions autographes (1790-1834)

15h : Martine Sin Blima-Barru / Conservateur du patrimoine, Archives nationales

L’archiviste, le collectionneur, le receleur ; les activités secrètes de Dubois, employé de la section législative des Archives nationales (1840-1844)

15h30 : Pause

15h45 : Magali Charreire / Post-doc, Université de Montpellier

Des enchères à la fiction : les collections de la Révolution française légitimées par un écrivain bibliophile romantique sous la monarchie de Juillet

16h15-17h : Échanges

17h15 : Visite de l’exposition temporaire du Musée de la Révolution française : Rencontre avec Napoléon. Un Empereur à cheval

19h : Visite du Centre de documentation-bibliothèque Albert Soboul

   

Vendredi 25 septembre (Musée de la Révolution française-Domaine de Vizille)

   

Session 4 : Circulations et usages à l’échelle du monde

Président de séance : Pierre Serna / Professeur d’histoire moderne, IHRF - Université Paris I-Panthéon Sorbonne

9h : Vladislava Sergienko / Docteur en histoire, Université de Nice

La collection inconnue du Palais d’hiver à Saint Petersbourg : la correspondance des émigrés français acquise par le prince Lobanov-rostovski. Une passion ou un ordre du Tsar ?

9h30 : Guillaume Nicoud / Chargé de recherches, Musée d’État de l’Ermitage, département des arts occidentaux, Saint Petersbourg, Russie

La Révolution au Palais d’Hiver : exposer la Révolution française dans l’Ermitage des Soviets

10h : Andrei Sorokine / Directeur des Archives d’État Russe et de l’histoire sociale et politique

La collection des objets et des écrits de la Révolution française aux Archives d’État Russe et de l’histoire sociale et politique

10h30 : Pause

10h45 : Julia V. Douthwaite / Professeur de littérature française, University of Notre Dame, USA

Peut-on collectionner innocemment ? Les fonds de l’ère révolutionnaire en Indiana, USA

11h15 : Khaterine Astbury / Maître de conférences en littérature française

La collection de pièces de théâtre d’Amédée Marandet (1863-1924) à la bibliothèque de l’Université de Warvick

11h45-12h15 : Échanges

   

Président de séance : Gilles Bertrand / Professeur d’histoire moderne, CRHIPA - Université Pierre Mendès France, Grenoble

   

14h : Antonino De Francesco / Professeur d’histoire moderne, Université de Milan

Quelques considérations sur l’historiographie de la Révolution française d’après l’exemple de la collection Alphonse Aulard à Harvard.

14h30 : Yoshiaki Omi / Professeur d’histoire, Université Senshu, Tokyo

La quête de l’univers de la Révolution française dans la collection de Michel Bernstein.

15h-15h30 : Échanges et conclusion : Gilles Bertrand.

   

Renseignements et inscriptions pour auditeurs libres : h.puig@cg38.fr / 04 76 78 71 86.

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org