Navigation – Plan du site
Annonces

Vie de la société

p. 201-228

Plan

Haut de page

Procès-verbal du conseil d’administration de la Société des études robespierristes. Séance du samedi 18 janvier 2014

Le Conseil d’administration de la Société des études robespierristes s’est réuni dans ses locaux d’Ivry-sur-Seine, le samedi 18 janvier 2014, à 14 heures.

Présents : Serge Aberdam, Gaïd Andro, Marc Belissa, Serge Bianchi, Michel Biard, Malcolm Crook, Annie Crépin, Pascal Dupuy, Bernard Gainot, Hervé Leuwers, Danièle Pingué, Frédéric Régent, Cyril Triolaire.

Représentés : Philippe Bourdin, Jean-Numa Ducange.

Excusés : Paul Chopelin, Annie Duprat, Dominique Godineau, Jean-Pierre Jessenne, Pierre Serna.

Le procès-verbal de la réunion du conseil d’administration du 28 septembre 2013, préalablement diffusé aux membres, n’est pas examiné en séance par oubli ; les avis des membres seront recueillis le lendemain par courrier électronique et les retours seront positifs, avec quelques amendements intégrés : le procès-verbal est réputé adopté.

Vie de la Société

Le secrétaire général présente l’état de notre préparation pour la réélection de la moitié sortante des membres du CA, soit les douze sortants, plus les deux membres qui n’avaient d’emblée pas souhaité achever leur mandat. Il se trouve par ailleurs que, parmi les sortants, plusieurs n’ont pas souhaité renouveler leur mandat, pour des raisons assez diverses : Pascal Dupuy, Matthias Middell et Pierre Serna sont dans ce cas. En quelques mots, le président souligne que le regret qui entoure ces retraits volontaires est à la mesure des tâches assumées dans le conseil d’administration et dans l’animation de la Société des études robespierristes. Fort heureusement, une relève est possible et des candidatures sont arrivées, quoiqu’en nombre limité : quatorze seulement, pour les quatorze places à pourvoir. On constate ici les conséquences de l’élection d’il y a trois ans, beaucoup plus ouverte mais qui avait laissé des traces parmi les candidats éliminés.

Le CA examine et entérine les candidatures de : Gaïd Andro, Marc Belissa, Michel Biard, Paul Chopelin, Annie Crépin, Philippe Foussier, Bernard Gainot, Claude Guillon, Anne Jollet, Maxime Kaci, Karine Rance, Jean-Paul Rothiot, Côme Simien et Cyril Triolaire. Le CA met en place une commission électorale chargée de contrôler le matériel électoral, de veiller aux conditions de l’élection puis d’en dépouiller les résultats, le 22 mars prochain à l’issue de l’Assemblée générale. Cette commission est formée de Serge Bianchi, Danièle Pingué et Frédéric Régent, plus le secrétaire général.

Présentation des demandes d’adhésion et de leurs parrainages

Michel Csanyi

Médecin, président
de l’ARBR

Lens

Hervé Leuwers

Claude Mazauric

Daniel Balme

Retraité

Cogners (Sarthe)

Bernard Gainot

Serge Bianchi

Maxime Hermant

Doctorant

Paris

Annie Duprat

Pierre Serna

Jean-Baptiste
Le Cam

Enseignant, agrégé d’histoire

Le Havre

Michel Biard

Pierre Serna

Alexandre Guermazi

Doctorant

Lille

Hervé Leuwers

Florence Gauthier

Clément Lallain

Infographiste metteur en page

Hersin-Coupigny (Pas-de-Calais)

Annie Crépin

Danièle Pingué

Tous les six sont acceptés à l’unanimité. Leur admission dans la Société sera proposée à l’AG du 22 mars.

Rapports moral et financier

Le président présente oralement son rapport moral pour 2013, dont une version écrite a été distribuée, suivi du rapport financier présenté par le trésorier, avant le rapport d’orientation. Il en résulte une longue discussion qui aborde la plupart des aspects du bilan de notre activité et de nos parutions, dont celle de la revue. Ces points seront intégrés au rapport soumis à l’AG.

Des précisions sont en particulier apportées sur divers aspects de nos éditions : nous sommes par exemple en attente des chiffres exacts des abonnements 2013, dans lesquels ceux des particuliers semblent difficilement compenser le recul des abonnements institutionnels (bibliothèques), conséquence des politiques de restriction de crédits. Les ventes de la revue au numéro, organisées par A. Colin, connaissent cependant un certain succès.

La « réactivité » de notre site, ou plutôt de notre carnet, est-elle au niveau où elle devrait être ? Voir le débat public autour du « masque » de Robespierre. Devons-nous prévoir un bandeau publicitaire (payant) sur notre page Facebook pour renvoyer vers notre site ?

Un point est fait sur le financement des numéros spéciaux dont un est annuellement traduit en anglais : le laboratoire partenaire dans ce numéro à thème est supposé participer à hauteur de 1 500 euros. Il s’ensuit un débat. La rubrique « Échos révolutionnaires » est ouverte aux contributions de type pédagogique ou documentaire.

Le tarif de ventes des Œuvres de Robespierre doit être ajusté pour prendre en compte l’évolution du coût des envois : la proposition de Jean-Paul Rothiot en ce sens sera appliquée à dater du prochain tirage pour les ventes de collections complètes, après vérification avec lui.

Le mode de diffusion du film d’Hervé Pernot sur Robespierre reste à régler, entre vente de disques et téléchargement à petit prix ; il faut choisir l’investissement à faire.

Le groupe Comités de surveillance peut-il défrayer des étudiants ou chercheurs envoyés dans des départements non couverts ? Danièle Pingué fera un projet sur la façon d’encadrer ces dépenses, qui iront nécessairement au-delà du budget annuel du groupe, mais ledit budget n’est en général pas dépensé.

Hervé Leuwers revient sur les répartitions de charges et de financements entre les Annales historiques de la Révolution française et la Société : la combinaison de nos efforts et les économies faites en regroupant voyages et réunions ne doit pas empêcher de conserver la clarté des imputations pour les comptes de la revue qui sont présentés en appui de nos demandes de subventions.

Gaïd Andro distribue comme prévu la maquette d’un catalogue couleur petit format de nos publications, qui n’est pas discutée dans l’immédiat mais qu’elle va faire parvenir à tous.

Rapport d’orientation

Le volume 15 des Études révolutionnaires, Écrire l’histoire par temps de guerre froide, est au stade de la fabrication. Une vente en souscription sera annoncée dans la gazette de l’AG. Le livre de Melvin Edelstein sur les élections paraît ces jours-ci aux PUR.

Le programme d’action 2014 est actuellement centré sur le Colloque Vertu en politique, organisé avec le Club des Amis de l’Incorruptible à l’Assemblée nationale et le programme ANR ACTAPOL, en septembre 2014. Une discussion s’ouvre sur le caractère fermé de ce colloque puis est évoquée la possibilité de représenter la pièce de Benedetto Thermidor-Terminus, présentée en Avignon à l’été 2013 dans une mise en scène de Roland Timsitt. Le président et le secrétaire s’enquerront respectivement d’une possibilité de salle utilisable à l’Assemblée et d’une salle de théâtre à Ivry, soit pour les 17-18 octobre, soit pour le 7 novembre 2014 (voir ci-dessous).

Une journée d’étude était également envisagée autour de la sauvegarde de la « bannière » des citoyennes républicaines d’Auch conservée aux Archives du Gers ; cette perspective ne semble cependant pas se matérialiser.

Une autre initiative pourrait être prise sur les mémoires des conventionnels, en reprenant et élargissant ce qui s’est fait à Tokyo en 2013, peut-être en sollicitant une participation des Archives nationales et en s’ouvrant à un très large public. Une salle de taille moyenne sera demandée à Ivry pour le 7 novembre, pour plus de sécurité.

Procès-verbal de l’assemblée générale élective de la Société des études robespierristes. Samedi 22 mars 2014

La séance s’ouvre à 14 h 05 dans la salle Marc Bloch, en Sorbonne.

Présents :

Serge Aberdam, Gaïd Andro, P. Bertholet, Serge Bianchi, Michel Biard, Maïté Bouyssy, Patrice Bret, Thomas Can, Annie Crépin, Frédéric Crucifix, J. Denis, François Devoucoux du Buysson, Jean Numa Ducange, Anne-Marie Duport, Annie Duprat, Christine Fauré, Alan Forrest, Philippe Foussier, Bernard Gainot, J. P. Gaspard, Annie Geffroy, Maurice Genty, Dominique Godineau, Corinne Gomez, Roland Gotlib, Claude Guillon, Anne Jollet, Hervé Leuwers, A. Mabire, Raymonde Monnier, Fanny Panhalleux, Danièle Pingué, Thibaut Poirot, Karine Rance, Frédéric Régent, Jean Paul Rothiot, Pierre Serna, Côme Simien, Jean-Michel Toulouse, Cyril Triolaire.

Soit 40 membres.

Représentés : Philippe Bourdin, Jacques Bourdin.

Soit 2 membres

Excusés : Malcolm Crook, Élisabeth Liris.

Soit 2 membres

Diverses publications anciennes ou plus récentes sont présentées à la vente, pendant que s’organisent le pointage et les votes pour l’élection aux postes renouvelables du conseil d’administration.

Alan Forrest présente oralement le rapport qui lui avait été demandé sur les trois dernières années d’activité scientifique de la SER (rapport publié dans les AHRF n° 3/2014). Il en est chaleureusement remercié par le président et l’assemblée.

Michel Biard présente le rapport moral pour l’année 2013, dont le texte constitue, comme chaque année, le document de référence de la discussion de l’AG.

Rapport moral 2013

I. Vie de la Société

221e anniversaire de la République : À la suite du colloque et de la cérémonie de septembre 2012, la Société avait décidé d’organiser une nouvelle rencontre festive pour marquer l’anniversaire en 2013, avec une date fixée au dimanche 22 septembre. En association avec l’Association des amis de la maison de Saint-Just, à Blérancourt, la Société y a rassemblé 60 personnes pour la conférence de Laurent Brassart dans une salle de l’hôtel de ville, puis 48 personnes au déjeuner qui a suivi. À l’issue de celui-ci, une visite de Blérancourt a été organisée par Bernard Vinot, puis les participants ont assisté à la projection du film d’Anthony Mann, Le règne de la Terreur, saisissante vision de Guerre froide de la Révolution française. Les participants ont témoigné d’un réel intérêt pour l’ensemble de cette manifestation, également attesté par l’importance des ventes réalisées pour les ouvrages de la Société. Il faut cependant noter que l’initiative a souffert d’une prise en charge difficile et n’a été sauvée que par une mobilisation de dernière minute qui aurait tout aussi bien pu faire défaut. Pour ce genre d’initiative tournée vers un public large, il faudra à l’avenir mieux s’assurer de l’implantation locale et de l’audience de nos partenaires.

Prix Mathiez 2013 : Lors de l’Assemblée générale du 23 mars 2013, le jury constitué pour l’attribution du prix Mathiez a attribué celui-ci à la thèse de Gaïd Andro, Une génération au service de l’État. Histoire institutionnelle et étude prosopographique des procureurs généraux syndics de la Révolution française (1780-1830), thèse soutenue à l’Université de Rouen le 23 octobre 2012. Elle sera publiée à la fin de 2014.

Philippe Bourdin est chargé d’un rapport sur d’éventuelles modifications à apporter au règlement du prix Mathiez.

Logo de la Société : Tout en conservant le même logo, demande avait été faite en décembre 2012 à une maquettiste pour le rendre plus explicite en mentionnant le nom de la Société, mais aussi en le déclinant dans une version portant le nom des AHRF. La réalisation a été confiée à la société Vice-Versa (Clermont-Ferrand) qui s’était déjà distinguée à travers la réalisation de l’affiche pour le colloque 1792. Entrer en République et la cérémonie du 220e anniversaire de la République au Panthéon en septembre 2012. Six logotypes ont été proposés à la Société des études robespierristes en septembre 2013 ; le CA réuni a adopté le logotype n° 4 à la majorité. La SER dispose désormais d’un nouveau logo, fidèle à ses valeurs et résolument contemporain, qui peut servir également pour les AHRF.

Éditions de la Société : Après une restructuration de notre imprimeur qui nous a fait envisager au début de l’été 2013 la nécessité d’une solution alternative, la situation est redevenue stable et notre collaboration avec cette entreprise se poursuit donc. En revanche, devant la menace d’un possible dépôt de bilan, au cours de l’été, la Société a décidé de retirer les ouvrages stockés chez l’imprimeur à Clermont-Ferrand et de centraliser ses fonds chez Jean-Paul Rothiot, membre du bureau en charge des éditions. Le transfert effectué, les ouvrages de la Société se trouvent désormais en partie chez lui, à notre siège d’Ivry et bien sûr à la Sodis (diffuseur des éditions de la Société).

Abonnements aux AHRF (et nombre de sociétaires) : Le nombre des abonnés en 2013 a de nouveau enregistré un recul, imputable avant tout aux bibliothèques qui n’ont pas renouvelé leur abonnement (baisse et/ou mutualisation des crédits, abonnement à des bouquets numériques, etc.) : 484 en 2011, 456 en 2012 et 437 en 2013, au total une érosion de 9,7 %. Illustration des difficultés budgétaires de nombreuses institutions, notamment universitaires, en France, la baisse est de 3,8 % en deux ans pour les pays étrangers, mais elle atteint 20, 8 % pour la France, ce qui est inquiétant. En revanche, le nombre des abonnements individuels augmente légèrement, ce qui rend d’autant plus important pour l’avenir l’activité de la Société et le nombre de ses membres.

Les ventes au numéro ont connu peu d’évolution par rapport aux années précédentes. En revanche, un effort a été réalisé par A. Colin sur le nombre d’exemplaires mis en place pour les deux numéros spéciaux, ce qui rend les pourcentages de vente obtenus d’autant plus intéressants. La moyenne du nombre d’exemplaires vendus par rapport à ceux mis en place reste proche de 70 à 80 %, avec un succès plus marqué pour les deux numéros spéciaux de 2013 : 53 exemplaires vendus pour celui consacré à Robespierre (77 % des exemplaires mis en place), 52 pour « Vivre la Révolution » (91 %).

2011

France

Étranger

TOTAL

Institutions

168

316

484

Particuliers

166

34

200

Etudiants

14

0

14

TOTAL

348

350

698

2012

France

Étranger

TOTAL

Institutions

145

311

456

Particuliers

176

35

211

Etudiants

14

0

14

TOTAL

335

346

681

2013

France

Étranger

TOTAL

Institutions

133

304

437

Particuliers

178

35

213

Etudiants

16

1

17

TOTAL

327

340

667

Ventes au numéro en librairie

N° 

Thème

Mis en place

vendus

 %

1-2011

Amérique du Nord…

39

27

69

2-2011

Varia

31

27

87

3-2011

Amérique du Sud…

42

37

88

4-2011

Varia

41

10

24.5

1-2012

Théâtre et
révolutions

44

22

50

2-2012

Varia

26

19

73

3-2012

L’image de l’ennemi

30

23

76.5

4-2012

Varia

22

17

77

1-2013

Robespierre

69

53

77

2-2013

Varia

27

19

70

3-2013

Vivre la Révolution

57

52

91

4-2013

Varia

Non encore connu

Non encore connu

Non encore connu

Total sur trois ans

428

306

71.5 %

Demandes d’adhésion : En 2012, 16 nouveaux membres ont rejoint la Société. En 2013, 16 autres demandes ont également été examinées par le Conseil d’administration, validées et présentées à l’Assemblée générale du 22 mars 2014, 4 autres (arrivées tardivement) étant directement validées par l’Assemblée générale. Soit au total 20 nouveaux sociétaires en 2013.

Profession

Lieu de résidence ou d’exercice

Parrain/

Marraine

Parrain/

Marraine

Accepté(e)

au CA le

Mme Dominique Marzet

Architecte

Paris

Hervé Leuwers

Michel Biard

22 juin 2013

Ariane Fichtl

Étudiante

Augsburg

Bernard Gainot

Serge Aberdam

22 juin 2013

Nicolas Lumbroso

Substitut du procureur général de la Cour d’appel de Douai

Lille

Hervé Leuwers

Dominique Godineau

22 juin 2013

Rémy Duthille

Maître de conférences en anglais (Bordeaux)

Pessac

Alan Forrest

Pascal Dupuy

29 septembre 2013

Jean-Michel Toulouse

Directeur d’hôpital

Paris

Michel Biard

Danièle Pingué

29 septembre 2013

Giacomo Ferrarello

Infirmier

Bologne

Serge Aberdam

Marc Belissa

29 septembre 2013

Julien Saint-Roman

Enseignant, doctorant

Toulon

Cyril Triolaire

Martine Lapied

29 septembre 2013

Tatiana Jarzabek

Civilisationniste de formation

Norwich

Michel Biard

Boris Morenas

29 septembre 2013

Maryline Dewavrin-Farry

Enseignante, agrégée d’Histoire

Chamalières

Cyril Triolaire

Philippe Bourdin

29 septembre 2013

Roland Timsit

Comédien, metteur en scène

Paris

Michel Biard

Hervé Leuwers

29 septembre 2013

Michel Csanyi

Médecin, président de l’ARBR

Lens

Hervé Leuwers

Claude Mazauric

18 janvier 2014

Daniel Balme

Retraité

Cogners (Sarthe)

Bernard Gainot

Serge Bianchi

18 janvier 2014

Maxime Hermant

Doctorant

Paris

Annie Duprat

Pierre Serna

18 janvier 2014

Jean-Baptiste Le Cam

Enseignant, agrégé d’Histoire

Le Havre

Michel Biard

Pierre Serna

18 janvier 2014

Alexandre Guermazi

Doctorant

Lille

Hervé Leuwers

Florence Gauthier

18 janvier 2014

Clément Lallain

Infographiste metteur en page

Hersin-Coupigny (62)

Annie Crépin

Danièle Pingué

18 janvier 2014

Éric Hoyois

Technicien en réseaux informatiques

Lesquin (59)

Annie Duprat

Dominique Godineau

AG 22 mars 2014

Richard Flamein

Agrégé d’Histoire, docteur en Histoire

Doudeville-en-Caux (76)

Michel Biard

Hervé Leuwers

AG 22 mars 2014

Solenn Mabo

Agrégée d’Histoire

Rennes

Dominique Godineau

Serge Bianchi

AG 22 mars 2014

Emmanuel Doreau

Avocat

Laval

Michel Biard

Hervé Leuwers

AG 22 mars 2014

La Société des études robespierristes sur Internet : Hébergé sur la plateforme Hypotheses.org, le carnet de recherche de la SER lui permet d’annoncer ses colloques, ses publications, ainsi que les séminaires auxquels elle est associée. Ont également été annoncées, à partir de janvier 2013, les publications personnelles des membres, mais le format de la page d’accueil du carnet, une simple juxtaposition chronologique d’annonces, ne permet pas de hiérarchiser l’information : les publications personnelles ont rapidement « étouffé » les annonces de colloques et les appels à contribution, qui doivent rester les plus en vue sur le site. Le bureau a donc décidé en juin de suspendre l’annonce des publications personnelles, en attendant la réalisation d’un vrai site internet, permettant de mettre en valeur l’ensemble des activités – collectives ou individuelles – des sociétaires. Au début de l’année 2013, ont été mis en ligne, dans la rubrique « ressources pédagogiques », quatre textes de communications données lors de la journée d’Ivry sur l’enseignement de la Révolution française (Alain Massalsky, Gaïd Andro, Solenn Mabo et Valérie Sottocasa). La consultation du site a continué d’augmenter, avec 17 539 visiteurs différents et 44 416 visites au total, contre respectivement 14 554 et 33 638 en 2012. La très grande majorité des visiteurs sont français, suivis par les Chinois, loin devant les autres nationalités. La consultation au fil des mois a été plus régulière que les années précédentes, car il n’y a pas eu d’afflux à l’occasion de grands événements. L’accès au carnet se fait surtout par les moteurs de recherche, en utilisant les mots clés « Robespierre » ou « Société des études robespierristes ». Plus rares sont les consultations par lien : les visiteurs se connectent via le site des AHRF, la page facebook de la SER, ainsi que par le site et le blog d’Alexis Corbière. Il n’y a pas d’annonce plus spécifiquement consultée que d’autres, car, là encore, la SER n’a pas organisé ou ne s’est pas associée à un événement grand public en 2013, hormis la journée de Blérancourt. Mises à part quelques demandes de renseignement ponctuelles, l’adresse internet de la société a surtout été utilisée cette année pour demander la date de parution des actes du colloque Entrer en république.

Les ventes d’ouvrages de la Société

Ventes directes
Ventes par la boutique en ligne

En 2013, 69 commandes ont été passées sur la boutique, pour un total de 117 articles (nb : quand la collection complète des Œuvres de Robespierre est achetée, la boutique comptabilise comme un seul article) vendus et un chiffre d’affaires (qui inclut les frais d’envoi) de 6 169, 75 euros. Les Œuvres de Robespierre dominent largement le classement des meilleures ventes (15 collections et 33 tomes au détail). Les nouveautés se vendent assez mal et obligent à une réflexion sur cet état de fait. La boutique a comptabilisé 17 518 visites en 2013. Il est intéressant de noter que la plupart des internautes (environ 16 000 visites) utilisent directement l’adresse de la boutique sans passer par un moteur de recherche. Google et Googlebooks nous amènent le reste du trafic. On peut en déduire que, malgré un très bon référencement de la boutique dans les principaux moteurs de recherche, le grand public ne la visite guère. L’Assemblée générale décide d’investir une centaine d’euros dans des bandeaux publicitaires sur Facebook (car la page Facebook de la Société est bien suivie) ciblée sur les Œuvres de Robespierre puis de voir dans quelle mesure le public extra-universitaire serait susceptible de s’y rendre.

II. Colloques et travaux de recherche collectifs

- Le 14 janvier 2013, la journée d’étude Passeurs de révolution, organisée avec le GRHis à l’Université de Rouen, s’est déroulée à Mont-Saint-Aignan sous la direction de Jean-Numa Ducange et Michel Biard. Les actes ont été édités, en septembre 2013, dans la collection Études révolutionnaires.

- La journée d’étude coordonnée par Dominique Godineau et Anne Jollet s’est déroulée le 17 octobre 2013 dans les locaux de l’université de Rennes 2 (en partenariat entre les laboratoires CRIHAM de l’Université de Poitiers et du CERHIO de l’Université de Rennes 2). Elle constitue une suite de la journée d’étude qui avait eu lieu le 30 mars 2012 à Poitiers avec les deux mêmes organisatrices. La réflexion autour de la spécificité des comités de surveillance dans la France de l’Ouest en guerre ouverte a été déclinée autour de problématiques différentes. Au cours de cette nouvelle journée, le travail a été organisé autour de la question des rapports des comités de surveillance à leurs territoires, à leur lieu d’implantation, ville ou campagne et type de la ville pour les comités urbains. Les réponses à cette question ont été développées par huit chercheur/es, certains travaillant sur la France de l’Ouest, d’autres introduisant d’autres espaces dans une visée comparatiste (Lorraine, Franche-Comté, Belgique). Des discutant/es ont élargi les thématiques de la journée et les coordinateurs de l’enquête pour la Société, Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, ont introduit et conclu la journée (avec une participation de Philippe Hamon, qui a notamment posé la question très salutaire de la façon d’éviter l’écueil de l’approche monographique dans ce type d’enquête). Les interventions de cette journée seront croisées avec celles de la journée de Poitiers pour donner lieu à une proposition de publication sur les Comités de surveillance révolutionnaires dans l’Ouest.

- Le 16 octobre 2013, la Société a soutenu la journée d'étude consacrée à la direction et à l'organisation des troupes de théâtre dans les provinces françaises et les territoires conquis sous la Révolution et l'Empire. Elle était organisée par le CHEC (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand) et l'ANR Therepsicore au Musée de la Révolution (Vizille). Forte de neuf interventions, dont trois étaient le fait de collègues américain, anglais et suisse, elle a permis de croiser les approches prosopographiques et monographiques, de réfléchir à la notion de « privilège » théâtral, de mesurer la part des sociétés d'actionnaires dans la répartition des lieux propres aux représentations et dans une véritable économie du spectacle, d'affiner la chronologie des implantations à l'étranger - à Trèves, Mayence, Lausanne -, des aléas de la guerre de propagande à celle de conquête, en passant par l'installation des Républiques-sœurs. Elle a renforcé les liens entre plusieurs groupes de recherche travaillant actuellement à différentes échelles (Opéra, Comédie-Française, théâtre provincial) sur le théâtre révolutionnaire et impérial, ses déclinaisons, ses interprètes et ses publics.

- À l'initiative de la Société et de l'UMR IRHiS (Lille III), et avec le soutien de la Société de 1848 et de CALHISTE (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis), s'est tenu à Lille 3, les 5 et 6 décembre 2013, le colloque Les Révolutions, un moment de relecture du passé. Autour d'une vingtaine de contributions, l'objectif était d'engager une réflexion sur la manière dont les moments révolutionnaires, de la fin du XVIIIe à la fin du XXe siècle, se sont construits par une inévitable relecture de l'histoire. Comment, dans un moment de rupture, a-t-on choisi de définir comme obsolètes certains des caractères de la période que l'on a prétendu clore ? Par quels arguments a-t-on imposé l'idée d'une césure historique majeure ? Autant de questions que les participants ont voulu poser par une approche comparée, qui a permis d'évoquer les révolutions de France, d'Amérique latine, de Russie, etc.

III. Publications 2013

- La thèse de Laurent Brassart, couronnée par le Prix Mathiez 2010, a été publiée par la Société dans la Collection Prix Mathiez, sous le titre Gouverner le local en Révolution. État, pouvoirs et mouvements collectifs dans l’Aisne (1790-1795).

 

- Les actes de la journée d’étude de Rouen (janvier 2013), associant la Société et le GRHis-Université de Rouen, ont été publiés sous le titre Passeurs de révolution par la Société dans la Collection Études révolutionnaires, sous la direction de Jean-Numa Ducange et Michel Biard.

 

- Les actes du colloque Les nuits de la Révolution française, réuni à Clermont-Ferrand en septembre 2011, associant la Société, le CHEC-Université Blaise-Pascal et l’Institut d’histoire de la Révolution française (Université Paris I Panthéon-Sorbonne), ont été publiés aux Presses universitaires Blaise-Pascal, sous la direction de Philippe Bourdin.

Annales historiques de la Révolution française

L’équipe de rédaction des Annales historiques de la Révolution française et A. Colin ont pu, cette année encore, réaliser les quatre numéros de la revue dans le cours de l’année civile, le n° 4-2013 ayant été livré aux abonnés dans les derniers jours de décembre. Ensemble, ces quatre livraisons représentent 984 pages, qui se répartissent de la manière suivante : 240 pour les n° 1 et 2, 248 pour le n° 3 et 256 pour le numéro 4, soit une répartition plus équilibrée que les années antérieures.

Deux numéros de varia (n° 2 et 4) ont, comme d’usage, alterné avec deux numéros spéciaux (n° 1 et 3). Cette année, ces deux derniers ont été consacrés à des thématiques mises à l’honneur par des événements patrimoniaux ou des préoccupations scientifiques fortes. Le premier porte sur Robespierre (2013-1) et a notamment permis de revenir sur l’acquisition récente de manuscrits du révolutionnaire par les Archives nationales, avec le soutien d’une souscription lancée par la SER. Dirigé par Michel Biard (Université de Rouen), il rassemble huit articles et deux publications de sources qui, outre l’évocation des manuscrits acquis en 2011, reviennent sur l’historiographie récente et proposent des contributions sur l’étudiant, l’avocat ou le député. Le second numéro spécial de 2013 contribue au renouveau des études sur les écrits personnels (livres de raison, journaux, diaires, correspondances…), en invitant à une réflexion sur la révolution vécue – Vivre la Révolution. Dirigé par Annie Duprat (Université de Cergy-Pontoise) et Éric Saunier (Université du Havre), il rassemble neuf articles. Aux dix-sept contributions des numéros spéciaux s’ajoutent onze articles de varia, sélectionnés par le comité de lecture et de rédaction après examen de trois rapports, dont l’un est toujours confié à un expert extérieur ; cette année, six textes ont été refusés, et plusieurs autres ont été renvoyés avec des propositions de corrections importantes, auxquelles les auteurs ne donnent pas toujours suite. Les deux numéros de varia, composés au plus près de l’actualité scientifique, concernent des mouvements collectifs comme l’incendie des barrières d’octroi de juillet 1789 ou les fédérations, les finances publiques, les parcours de conventionnels, les liens entre folie et politique, des enjeux économiques (inflation, innovation technique, amélioration des espèces…), la sortie de la Révolution ou certains débats historiographiques.

Poursuivant leur ambition d’ouverture disciplinaire, les Annales historiques de la Révolution française ont publié des articles issus d’historiens modernistes et contemporanéistes, mais aussi de littéraires (Laure Lévêque), d’historiens du droit (Cédric Glineur) et d’économistes (Laurent Herment). La revue, soucieuse d’encourager les échanges entre historiographies, a permis la publication de trois articles traduits. L’effort d’internationalisation transparaît également dans les deux « Regards croisés » ; ceux du 2013-2 sont consacrés à « Cultures visuelles et révolutions : enjeux et nouvelles problématiques » (Guillaume Mazeau, Pascal Dupuy, Charlotte Guichard, Richard Taws, Pascal Griener), et ceux du dernier numéro à « La Révolution française à l’heure du Global turn » (Paul Cheney, Alan Forrest, Lynn Hunt, Matthias Middell et Karine Rance). Par ses « Regards croisés », comme par ses rubriques consacrées à l’édition de sources (« Sources ») ou à l’annonce d’événements culturels et scientifiques (« Échos révolutionnaires », « Thèse », « Annonces »), la revue informe également de l’actualité de la recherche. Son importante rubrique de comptes rendus y a contribué en proposant la recension de soixante-dix-neuf ouvrages, dont dix-neuf en langue étrangère (huit en anglais, deux en russe, un en néerlandais, un en espagnol, cinq en italien, deux en allemand).

Pour la première fois, avec le soutien du Centre national du livre (CNL) et de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, les Annales historiques de la Révolution française ont pu proposer une version bilingue de l’un des deux numéros spéciaux annuels. Cette année, le choix s’est porté sur le numéro Robespierre, qui est ainsi disponible en version française (papier et électronique) et anglaise (électronique – CAIRN). Pour marquer cet événement, une conférence-débat a été organisée, le 1er juin 2013, dans les locaux et avec la contribution déterminante des Archives nationales de Pierrefitte. Le débat, précédé de quatre courtes conférences présentées par des historiens ayant participé au numéro spécial et des archivistes, s’est tenu devant une salle accueillant plus d’une cinquantaine d’auditeurs. L’expérience devrait être reproduite en 2014, autour du prochain numéro bilingue de la revue (2014-3).

Revue d’histoire des révolutions avant tout, les Annales historiques de la Révolution française poursuivront leur politique d’ouverture à des contributions issues d’autres disciplines, d’échange de savoirs avec les historiographies étrangères et de diffusion des résultats de la recherche auprès d’un lectorat élargi. Prochainement, avec le concours d’A. Colin, la revue mettra en ligne la version originale (anglaise) des articles édités en français dans la revue papier. Cette offre nouvelle, qui s’adresse particulièrement à un public non francophone et permettra de renforcer l’audience et la notoriété de la revue, sera confortée par un nouveau numéro spécial bilingue, consacré à L’animal en Révolution, sous la direction de Pierre Serna (2014-3). Bernard Gainot et Massimiliano Vaghi ont, de leur côté, proposé un numéro sur Les Indes Orientales au carrefour des empires, qui paraîtra dès la fin mars (2014-1).

Rapport financier 2013

Présentation des comptes pour 2013

Le budget de la Société se divise pour l’exercice 2013 en trois lignes : fonctionnement, éditions et Annales historiques de la Révolution française.

Le budget de fonctionnement de la société est excédentaire de 925,89 € pour l’exercice 2013, les produits se montant à 5 667,68 € et les charges s’élevant elles à 4 741,79 €. Ce bénéfice net est moindre que celui de 2012. Les cotisations représentent comme d’habitude la principale part des produits et se décomposent en 1 000 € de provisions sur charge sur le reversement des cotisations 2013 (versées par A. Colin en vertu du contrat le liant à la société), 4 214 € de parts-cotisations de l’année 2012, 44 € de régularisation de cotisations de sociétaires en retard et 201 € de nouvelles cotisations directes. Un seul don de 120 € a été enregistré cette année. La société doit sans nul doute réfléchir à une politique d’encouragement des dons, en définissant des objets utiles susceptibles de les motiver, et sensibiliser en ce sens ses sociétaires et l’ensemble des donateurs. 88,68 € viennent compléter ce tableau des ressources au titre de dividendes bancaires. Les charges courantes de la société sont en augmentation, après une très forte baisse en 2012 ; elles n’atteignent toutefois pas le niveau de 2011, année au cours de laquelle les dépenses engagées avaient été importantes, notamment pour doter la société d’un site internet et d’une boutique en ligne. Les dépenses liées aux réunions des bureau et conseil d’administration enregistrent une hausse sensible, pour retrouver leur seuil des années précédentes ; elles se montent à 2 253,72 € (soit 360 € de plus qu’en 2012). Les frais liés au fonctionnement du secrétariat et de la trésorerie augmentent eux aussi et atteignent 263,45 €. Ces frais sont voués à augmenter mécaniquement avec le départ à la retraite prochain du secrétaire général Serge Aberdam, qui fait bénéficier depuis plusieurs années la société des services de l’INRA d’Ivry-sur-Seine. Pour la quatrième année consécutive, l’enveloppe allouée au groupe travaillant sur les comités de surveillance n’a pas été utilisée du fait que ses membres appartiennent également au bureau ou au CA et se réunissent habituellement les mêmes jours et au même endroit que ceux-ci. Le site internet de la société a nécessité que 202,08 € soient dépensés (notamment pour assurer la maintenance de la boutique en ligne). 1 076,40 € ont été utilisés, après décision du CA, pour que la société Vice Versa (déjà sollicitée en 2012 à l’occasion du colloque 1792, entrer en république et la cérémonie anniversaire au Panthéon) réalise un nouveau logo pour la SER (logotype noir et blanc et couleurs choisi parmi six propositions). En vertu de liens fraternels, la SER a fait un don de 500 € à l’Association pour la sauvegarde de la Maison de Saint-Just, touchée par un incendie accidentel mais ravageur. Cette liste de dépenses s’achève par 288,74 € d’assurance (activités et local d’Ivry-sur-Seine) et 157,40 € de frais bancaires, en constante augmentation désormais.

Le bilan des éditions/manifestations scientifiques de la société est bénéficiaire de 4 172,77 €. Ce bilan positif témoigne du regain de vitalité des ventes des ouvrages de ses collections et du succès non démenti des Œuvres complètes de Robespierre depuis trois ans. Les chiffres des ventes des publications sont un motif de satisfaction. Le solde des ventes directes s’élève à 15 329,02 € ; il confirme l’augmentation constante enregistrée ces trois dernières années (7 326 € en 2010, 9 145 € en 2011, 9 848,40 €) mais doit toutefois être pondéré. Le bilan virtuel de l’année 2012 (tenant compte de l’enregistrement a posteriori, début 2013, d’une part du produit des ventes en ligne) s’élevait en effet à près de 12 000 €. Par ailleurs, le bilan 2013 profite aussi du versement de la part des ventes effectuées par la Sodis/CTHS. Au final, les ventes directes sur l’intégralité de l’exercice 2013 sont en réalité sensiblement moindres que celles de l’exercice précédent. Aussi, la société, assurément sur la bonne voie, doit impérativement poursuivre ses efforts en faveur de la définition d’une politique éditoriale et d’une stratégie de diffusion qui soit claire ; et ce, de manière à ce que l’effet positif observé depuis quatre ans s’observe durablement. Le solde de ses ventes globales se répartit entre les ventes directes classiques (5 896,10 €), les ventes électroniques (6 700 €) et les ventes Sodis/CTHS (2 852,92 €). Depuis son ouverture en octobre 2011, la boutique en ligne de la société a généré près de 13 000 € de ventes. Les Œuvres complètes de Robespierre composent la part la plus importante des ventes en ligne. La société doit réfléchir à la promotion de cette boutique ainsi qu’à la publicité des ouvrages anciens de référence remaquettés, dont deux titres ont déjà été retirés (Ado et Bodinier). La Société enregistre plusieurs rentrées d’argent garanties par les contrats de diffusion, de reproduction et d’exploitation des éditions (collections et AHRF) contractés ces dernières années. Proquest rapporte cette année 1 214,91 € (23 % de plus qu’en 2012 mais encore 38 % de moins qu’en 2011) ; 285,89 € sont versés par le Centre Français d’exploitation du droit de Copie (aucune somme touchée en 2012 pour mémoire). Aucun droit n’a été en revanche perçu cette année de Schmidt Periodicals (contre 15 € en 2012, déjà en baisse au regard des exercices précédents) ni du bouquet numérique Nouveau Monde Éditions. La société n’a pas encore perçu les droits relatifs aux ventes de l’ouvrage Robespierre : portraits croisés, publié chez A. Colin ; ces droits sont attendus pour l’exercice 2014. La société a perçu différentes subventions d’aide à ses activités scientifiques et éditoriales. L’Université de Franche-Comté (Besançon) a versé 1 000 € pour la journée d’étude organisée en 2011 sur les Comités de surveillance. L’Université de Rouen et le GRHis ont participé respectivement à la hauteur de 1 000 € et 500 € à la publication des actes de la journée d’étude Passeurs de révolution dans la collection « Études révolutionnaires » de la société. 2000 € ont été perçus du Conseil général de l’Aisne pour aide à la publication du prix Albert Mathiez décerné à Laurent Brassart pour son Gouverner le local. L’organisation du colloque 1792, entrer en République et d’une cérémonie anniversaire pour célébrer le 220e anniversaire de la République au Panthéon en septembre 2012 achève presque d’être soldée au cours de l’exercice 2013. Respectivement 1 000 € et 188,02 € ont été versés à ce titre par l’IRHIS (Lille 3) et l’IHRF (Paris 1-Sorbonne) ; 375,62 € (subvention complémentaire) doivent encore être réglés par l’IRHIS. La demande de subvention de 2000 € déposée auprès du ministère de la Culture et de la Communication en faveur de l’organisation du colloque et de la cérémonie au Panthéon n’a, elle, pas été honorée ; une nouvelle demande devra être engagée en faveur de son recouvrement. L’année 2013 a été marquée par l’organisation d’une journée de rencontre à Blérancourt en septembre ; 836 € ont été perçus au titre de la participation des participants au banquet républicain organisé à cette occasion. Le total des produits se monte ainsi à 23 853,84 € ; celui des charges s’élève à 19 681,07 €.

Les charges se répartissent entre les subventions accordées aux manifestations auxquelles la société a été associée, les sorties/retirages et le stockage/routage des ouvrages de ses collections, ainsi que les derniers frais occasionnés par le double événement de septembre 2012 à Paris et ceux enregistrés à Blérancourt à l’automne 2013. 800 € ont été versés au GRHis (université de Rouen) pour l’organisation de la journée d’études Passeurs de révolution quand 422,40 € ont été mobilisés pour la journée d’étude sur les Comités de surveillance tenue à l’université Rennes 2. Trois subventions à publication ont été enregistrées : 1 000 € (PUBP) pour les actes du colloque Les nuits de la Révolution française ; 1 333 € (A. Colin) pour ceux du colloque 1792, entrer en république ; 2 829,01 € pour ceux de la journée d’étude Passeurs de révolution. 5 122,77 € ont été nécessaires à la publication du prix Mathiez (Brassart, Gouverner le local en révolution). Le succès des Comités de surveillance a encouragé la société à un retirage de 100 nouveaux exemplaires pour une somme de 932,23 € ; le retirage des Œuvres complètes de Robespierre se monte quant à lui à 3 401,32 € (somme sur laquelle doivent être retenus près de 180 € pour les retirages des deux ouvrages anciens remaquettés de Ado et de Bodinier). Le coût de la gestion du stock des ouvrages de la SER se monte à 1 200 € (dont un reliquat de 600 € valant pour 2012) ; cette gestion n’engendrera pas de nouveau coût à compter de l’année 2014. Le routage est désormais exclusivement assuré par la société et s’élève à 1 455,12 € ; il retrouve un niveau satisfaisant, proportionnel à celui des années précédentes (excepté lors de l’exercice 2012). Les dernières charges relatives à cette ligne budgétaire valent pour l’organisation de la cérémonie anniversaire au Panthéon (reliquat de 153,60 €) et la journée à Blérancourt (221e anniversaire de la République et partenariat avec l’Association des amis de la maison de Saint-Just) ; 1 211,62 € ont été dépensés pour l’organisation de cette dernière (affiche et communication, restaurant, déplacement librairie).

Le bilan de la publication et de la vente des Annales historiques de la Révolution française est positif de 7 018,84 €. Ce chiffre (près du triple du bénéfice enregistré au cours de 2012) tient en partie dans le versement attendu de diverses subventions arriérées d’A. Colin. Les rentrées financières sont dues au versement des 6 000 € de provisions sur charge annuelles, des 4 000 € des subventions CNRS 2011, 2012 et 2013, des 5 000 € du CNL pour l’année 2012 (notons qu’aucune subvention CNL n’a été allouée pour 2011). Les frais généraux sont en forte augmentation à 1 239,12 € comme le coût des traductions des articles proposés à la publication à hauteur de 6 742,04 € (contre 3 029,53 € en 2012). Cette forte augmentation tient à la publication d’un numéro intégral de la revue en anglais depuis 2013 ; cette nouvelle stratégie est soutenue, rappelons-le, par le CNL (et le triplement de sa subvention annuelle enregistrée en 2013 et d’ores et déjà confirmée pour 2014).

Le bilan de l’exercice 2013 des activités de la Société des études robespierristes présente un solde positif de 12 117,50 €. Les recettes totales se montent à 44 521,52 € ; les charges s’élèvent quant à elles à 32 404,02 €. Au 31 décembre 2013, le fonds de réserve se monte à 45 716,69 €. Sont disponibles au 1er janvier : 45 716,69 € – 8426, 38 € (fonds bloqués statutairement) = 37 290,31 € (27 937, 24 € sur compte-courant plus 9 353,07 € sur livret titre).

Diverses précisions sont demandées sur la situation de la revue et de nos publications. Cyril Triolaire, trésorier, commente le bilan financier. Ces documents une fois adoptés à l’unanimité, le même trésorier présente derechef le budget prévisionnel 2014, tout en donnant au fur et à mesure les précisions demandées, en particulier sur les perspectives de rentrées financières nécessaires à notre activité.

Ensuite, le président présente le rapport d’orientation, insistant particulièrement sur le projet du colloque qui aura lieu en septembre à l’Assemblée nationale.

En présence d’Annie Geffroy, qui en est responsable avec Hervé Leuwers, une discussion est ouverte sur la composition exacte à donner au volume 12 des Oeuvres complètes de Robespierre et, en conséquence, à celle du ou des volumes suivants. Faut-il consacrer le tome 12 uniquement aux documents acquis par l’État en 2011, quitte à compléter ce volume « thématique » avec des textes sur ces acquisitions, ou bien le compléter avec d’autres inédits de façon à respecter le cadre d’une collection d’œuvres complètes ? Ce débat se conclu par des votes indicatifs qui vont plutôt dans le sens du respect de la cohérence de la collection.

Élection des membres du Conseil d’administration : les membres chargés du dépouillement des votes ont entre-temps rempli leur fonction et viennent en annoncer les résultats. Il y a eu 114 votants, soit par correspondance dans les délais, soit par vote direct, dont sept bulletins nuls, et donc 107 votes exprimés. Ont obtenu : Gaid Andro : 102 voix, Marc Belissa : 103, Michel Biard : 105, Paul Chopelin : 101, Annie Crépin : 105, Philippe Foussier : 89, Bernard Gainot : 99, Claude Guillon : 88, Anne Jollet : 98, Maxime Kaci : 97, Karine Rance : 99, Jean-Paul Rothiot : 99, Côme Simien : 98, Cyril Triolaire : 103 voix.

Tous les candidats se trouvent donc élus.

Ce rapport est suivi d’un débat, relatif aux questions d’organisation pratique : en présence de Côme Simien qui en est responsable, on discute des propositions que nous ferons pour donner le maximum d’intérêt à notre première participation au salon de l’Histoire de Blois, cet automne. Là encore, les membres de l’AG s’expriment largement sur ce qu’ils souhaitent voir réaliser mais qui dépendra en l’occurrence des discussions avec les organisateurs de Blois, avec Belin, éditeur de notre ouvrage Enseigner la Révolution, avec l’éditeur de notre revue et avec l’IHRF sur le fait de se partager un stand et les frais afférents.

Procès-verbal du conseil d’administration de la Société des études robespierristes. Séance du samedi 14 juin 2014

Le Conseil d’administration de la Société des études robespierristes s’est réuni le samedi 14 juin 2014, dans ses locaux d’Ivry, à 13 h 30

Présents : Serge Aberdam, Gaïd Andro, Marc Belissa, Michel Biard, Philippe Bourdin, Paul Chopelin, Annie Crépin, Jean-Numa Ducange, Annie Duprat, Philippe Foussier, Bernard Gainot, Dominique Godineau, Claude Guillon, Maxime Kaci, Hervé Leuwers, Frédéric Régent, Jean-Paul Rothiot, Côme Simien et Cyril Triolaire.

Excusés : Malcolm Crook, Anne Jollet, Danièle Pingué et Karine Rance.

Ont donné pouvoir : Anne Jollet, Danièle Pingué et Karine Rance.

Après l’accueil de Michel Biard, président de la Société, Serge Aberdam présente l’ordre du jour qui est adopté.

Le procès-verbal de la réunion du conseil d’administration du 18 janvier 2014 est approuvé : 20 voix pour et deux abstentions.

Vie de la Société

Présentation des demandes d’adhésion et de leurs parrainages

Caroline

Fayolle

Enseignante, docteure en histoire

Paris

Anne Jollet

Côme Simien

Stéphane Kergourlay

Melgven

Paul Chopelin

Maxime Kaci

Jean-Claude Mouette

Sartrouville

Serge Aberdam

Claude Guillon

Tous trois sont acceptés à l’unanimité. Leur admission dans la société sera proposée à l’AG du 21 mars 2015.

Le procès-verbal de l’assemblée générale du 22 mars 2014 est examiné et approuvé à l’unanimité.

Le nouveau CA doit élire son bureau. Serge Aberdam présente les différentes responsabilités à partager en son sein. Michel Biard se déclare candidat à la présidence, Malcolm Crook à la vice-présidence, Serge Aberdam au secrétariat général, Côme Simien à la trésorerie, Danièle Pingué à la trésorerie-adjointe. Tous les cinq sont élus à l’unanimité des suffrages. Le bureau sera également composé d’un représentant – tournant – de chacun des « comités de travail » du CA. La représentation des Annales historiques de la Révolution française est maintenue par Annie Crépin (rédactrice-en-chef) et Hervé Leuwers (directeur).

Constitution d’un comité des publications composé de Jean-Numa Ducange (fabrication), Julien Louvrier (vente en ligne) et Cyril Triolaire (diffusion). Jean-Paul Rothiot continue à gérer le stock de nos ouvrages.

Constitution d’un comité « nouveaux média » composé de Paul Chopelin (carnet de recherche et site), Philippe Foussier (gazette), Claude Guillon (site) et Annie Duprat (compte tweeter).

Cette composition est approuvée à l’unanimité.

Comité de rédaction des Annales historiques de la Révolution française

Hervé Leuwers rappelle que le CA doit approuver sa composition. Pascal Dupuy et Karine Rance ont présenté leur démission. Karine Rance rejoint le comité de lecture. Dominique Godineau et Éric Saunier se portent candidats au comité de rédaction. Déjà membre du comité de rédaction, Guillaume Mazeau s’est porté candidat pour devenir responsable de la rubrique comptes rendus. Cette nouvelle composition du comité de rédaction est adoptée à l’unanimité.

Activité scientifique

Colloque Vertu et politique (Paris, 18-20 septembre 2014)

Présentation du programme et de l’affiche par Michel Biard. Financement par le ministère de la culture, via le Club des Amis de l’Incorruptible. Les premières inscriptions papiers sont parvenues à Michel Biard. Les inscriptions en ligne (doodle) sur le site de la SER seront ouvertes à partir du 16 juin.

Journée d’étude L’écriture d’une expérience. Révolution, histoire et mémoires de conventionnels (Ivry, 7 novembre 2014)

Présentation du programme par Hervé Leuwers.

Projets scientifiques pour 2015- 2016.

Présentation du colloque Collectionner la Révolution (Vizille, septembre 2015). Discussion autour d’un projet de colloque ou de journée d’étude sur la Restauration. Le délai paraît un peu court pour monter un projet autonome, alors que d’autres sont déjà bien avancés.

Paul Chopelin présente un projet de colloque international Politique et religion en Europe autour de 1815 qui se déroulera à Lyon à l’automne 2015, dont le comité scientifique est en cours de constitution et auquel la SER pourrait s’associer. Le principe en est accepté. Un argumentaire et une première liste d’intervenants seront présentés au CA d’octobre.

Le principe d’un colloque en 2016 est accepté : plusieurs propositions de sujet sont à l’étude, dont une autour des exilés de 1816. Annie Crépin souligne la nécessité de lancer de nouveaux chantiers en collaboration avec la Société de la révolution de 1848.

Publications

Présentation du catalogue prospectus préparé par Gaïd Andro. Certains titres épuisés seront retirés et d’autres titres seront davantage mis en valeur.

Serge Aberdam relaie la proposition d’éditer des textes choisis de Robespierre en version poche. Il faut voir précisément ce qui est disponible avant de prendre une décision.

Deux publications « extérieures » sont imminentes : Visages de la Terreur (A. Colin, parution en septembre 2014) et le manuel Enseigner la Révolution française et l’Empire (Belin, parution en janvier 2015). Dans les deux cas, les droits d’auteur seront reversés à la SER.

Le n° 2014-3 des AHRF est en cours d’impression. Il sortira dans l’été.

Présence de la SER au Rendez-vous de l’Histoire à Blois (9-12 octobre 2014)

Deux tables-rondes ont été proposées par la SER aux organisateurs des Rendez-vous de l’Histoire : « La Révolution française, laboratoire de la citoyenneté » (Serge Aberdam, Michel Biard, Malcolm Crook, Bernard Gainot, Dominique Godineau ; modérateur : Serge Bianchi) et « Enseigner la Révolution » (Gaïd Andro, Paul Chopelin, Maxime Kaci, Guillaume Mazeau, Cyril Triolaire ; modérateur : Philippe Bourdin).

La SER tiendra un stand au Salon du livre d’histoire, de préférence à proximité de celui de l’IHRF.

Documentaire Robespierre d’Hervé Pernot

Le CA décide de financer l’édition d’un DVD de ce documentaire. Paul Chopelin reprend contact avec le réalisateur à ce sujet.

La place Robespierre à Marseille

Le maire du 9e arrondissement de Marseille propose de débaptiser la place Robespierre. Des élus et des citoyens ont protesté contre cette initiative. La SER s’associe à ces démarches.

Procès-verbal du conseil d’administration de la Société des études robespierristes. Séance du samedi 18 octobre 2014

Le Conseil d’administration de la Société des études robespierristes s’est réuni dans ses locaux d’Ivry-sur-Seine, le 18 octobre à 14 h.

Présents : Serge Aberdam, Michel Biard, Annie Crépin, Annie Duprat, Philippe Foussier, Bernard Gainot, Dominique Godineau, Claude Guillon, Maxime Kaci, Hervé Leuwers, Danièle Pingué, Karine Rance, Côme Simien.

Représentés : Gaïd Andro, Philippe Bourdin, Paul Chopelin.

Excusés : Marc Belissa, Serge Bianchi, Malcolm Crook, Jean-Numa Ducange, Anne Jollet, Frédéric Régent, Jean-Paul Rothiot, Cyril Triolaire.

Le procès-verbal de la réunion du Conseil d’administration du 14 juin 2014 est examiné et adopté à l’unanimité.

Vie de la Société

Présentation des demandes d’adhésions et de leurs parrainages

Stéphanie Roza

Philosophe et germaniste en histoire

Saint-Ouen

Michel Biard

Claude Mazauric

Paul-Henri Delbove

Paris

Michel Biard

Philippe Bourdin

Catherine Chadefaud

Boulogne- Billancourt

Serge Bianchi

Annie Crépin

Tous trois sont acceptés à l’unanimité du CA. Leur admission sera proposée à l’AG du 21 mars 2015 ; ainsi qu’Emmanuelle Holley, lycéenne, de Saint-Maur-des-Fossés, qui sur sa demande et vu son jeune âge (15 ans), pourra être admise à titre gracieux, sous le double patronage de Dominique Godineau et d’Annie Crépin.

Activité scientifique

Le président présente un bilan du colloque Vertu et politique, tenu les 18-19-20 septembre à l’Assemblée nationale. Au plan scientifique comme au plan de ses conditions matérielles, ce colloque semble avoir été unanimement perçu comme une réussite. Le message du président de l’Assemblée nationale est disponible sur notre site, qui renvoie également au débat mené en contrepoint sur LCP. Le reste de la couverture média a été plus faible, si ce n’est un Compte rendu sur Médiapart et une page dans l’Humanité.

Côme Simien donne les éléments comptables qui permettront, en l’état actuel des remontées, de subventionner la publication des actes, si possible aux PUR et d’ici l’automne prochain, tout en remboursant au Trésor public partie de la subvention accordée.

En dehors d’une présence relativement faible des députés en général, hormis les deux piliers de l’initiative, les points problématiques concernent notre système d’inscription, obligatoire dans ces circonstances, avec un plafond affiché et nettement dépassé mais sans accusé de réception, ce qui a pu faire hésiter certaines personnes à finalement venir et a pu par conséquent limiter l’assistance. Sans jamais avoir été confidentielle (respectivement 120, 130 et 60 personnes), cette dernière aurait pu être plus substantielle, vu la capacité de la salle. Par ailleurs, le service de pause-café de mi-matinée, dont le prestataire est imposé par les services de l’Assemblée, s’est avéré très inférieur à ce qu’on aurait pu attendre du prix pratiqué.

Michel Biard recontactera donc les PUR, pour discuter en particulier du nombre d’exemplaires à fournir aux députés du Club des Amis de l’Incorruptible et à la SER, ainsi que des délais.

La prochaine initiative scientifique sera la Journée d’étude du 7 novembre, L’écriture d’une expérience. Révolution, histoire et mémoires de conventionnels (Ivry). Une subvention a été demandée au conseil municipal d’Ivry afin de sécuriser le budget de la représentation de Thermidor-Terminus prévue à la fin de la journée.

L’initiative prévue à Vizille avec le colloque Collectionner la Révolution, les 23-25 septembre 2015, se présente bien : alors que les délais de l’appel à communication avaient été légèrement repoussés, 24 propositions sont parvenues, dont 11 venues de l’international, dépassant déjà assez largement ce qui correspondrait à une organisation optimale. Le comité chargé de la sélection doit se réunir en novembre. Le cadrage financier de cette initiative partagée avec l’IHRF et deux laboratoires Grenoblois, sur la base de 3 000 euros chacun, sommes consacrées aux voyages, laisse au musée la charge des hébergements et des repas. Le type de communication dont il s’agit laisse penser qu’il faudra ensuite réunir les conditions d’une publication plus coûteuse que d’autres. Il faudra y réfléchir à notre CA de janvier, de la même façon qu’il serait utile d’associer largement des forces associatives à une réunion que nous voudrions une nouvelle fois placer sous les auspices de l’anniversaire de la République.

Dès à présent, appel est lancé pour une initiative qui ait à la fois caractère d’animation tournée vers l’extérieur et d’animation scientifique pour la rentrée 2016.

Vie interne

Côme Simien présente un bilan de notre participation aux journées de Blois, maintes fois envisagée et finalement mise en place cette année. Cette activité dépend totalement de la présence volontaire et militante de nos membres, ce qui en fait un sujet « interne » mais le déroulement complexe de ces journées en fait aussi une vitrine de présentation de notre société. La dépense de location d’un stand (250 euros) a été couverte par la vente de livres (37 ouvrages) mais les autres frais d’hébergement et de séjour engagés semblent largement justifiés, pour une première expérience, par la distribution de plusieurs centaines de catalogues de nos publications, les discussions avec de nombreuses personnes et l’organisation sur place d’une séance de signature avec Hervé Leuwers pour son Robespierre ainsi que pour les Visages de la Terreur.

Le fait, toujours inexpliqué à ce jour, que nos propositions de tables rondes aient été écartées par les organisateurs, milite plutôt pour une meilleure implication de notre part. Après débat, il apparaît donc raisonnable de s’inscrire positivement dans la suite : un stand de même type et jouxtant si possible celui de l’IHRF sera demandé. Nous nous préoccuperons nous-mêmes de présenter et vendre dans des conditions normales des livres dans la production desquels nous avons été impliqués et dont les éditeurs ou diffuseurs ne se préoccupent pas toujours assez. Enfin nous présenterons des propositions de tables rondes ou séances de présentation, par exemple avec Belin (Enseigner la Révolution), ou bien avec A. Colin (au titre de notre revue).

Toujours à la charnière entre vie interne et vie extérieure, avec de surcroît un aspect indéniablement proche d’une publication, Claude Guillon présente les premiers travaux menés avec Paul Chopelin sur le futur site, à partir d’une suggestion de Cyril Triolaire qui trouvait intéressante la solution adoptée par la société d’étude du théâtre. L’examen un peu détaillé de cette réalisation bute cependant sur un coût de mise en place relativement élevé (5 000 euros), avec un fonctionnement quotidien relativement aisé mais des interventions de fond plus difficiles à calibrer (300 euros/jour) et des questions d’hébergement jugées encore insuffisantes à l’heure actuelle par la SHT. Les membres du CA sont invités à aller voir par eux-mêmes. Claude Guillon continuera d’examiner les possibilités offertes pour, avec une dépense un peu réduite, aller vers le vrai site dont notre actuel Carnet de recherche ne permet pas de développer les potentialités.

Serge Aberdam fait un bref point sur le local de la société, les travaux en cours pour le chauffage et le besoin d’obtenir à terme une convention d’occupation.

Bernard Gainot s’occupera de réserver en Sorbonne la salle nécessaire à notre AG annuelle, pour le 21 mars 2015.

Publications

Annales historiques de la Révolution française

Hervé Leuwers présente l’état du portefeuille de la revue, soit en numéros thématiques (sur la Musique à l’époque révolutionnaire et les Conventionnels) soit en numéros de varia, numéros pour lesquels la totalité des volumes de l’année 2015 est déjà assurée. Il s’en réjouit comme directeur mais souligne que cela entraîne un taux de sélection qui est peut-être déjà excessif.

Il propose par ailleurs que les projets relatifs au site de la SER permettent la mise à disposition de corpus de sources (point infra).

Il souligne enfin la difficulté d’accéder correctement en ligne à des numéros de la revue passés au bout de trois ans de Cairn à Revue.org et qui perdent au passage leur mise en page et donc les possibilités de référencement. La question sera posée officiellement par un courrier du directeur car elle concerne des contrats importants et déjà anciens.

Ouvrages

Le livre de Gaïd Andro, Prix Mathiez, devrait pouvoir être mis en fabrication pour livraison à l’AG de mars 2015. Reste à veiller aux conditions de sortie en direction du public avec notre actuel diffuseur « à étages ».

Le volume L’écriture d’une expérience (Révolution, histoire et mémoires de conventionnels) devrait constituer le prochain volume des Études révolutionnaires.

S’agissant du volume 12 des Œuvres de Robespierre, Hervé Leuwers est mandaté pour mettre en co-action Annie Geffroy et nos correspondants des Archives nationales afin que la date de sortie du volume soit fixée au plus vite.

La publication des actes des Journées d’étude de Poitiers et de Rennes sur les comités de surveillance dans l’Ouest, pilotée par Anne Jollet et Dominique Godineau avec l’aide de leurs laboratoires respectifs est en voie de réalisation en un volume qui pourrait paraître aux Presses universitaires de Rennes. Une subvention de mille euros est accordée.

Gazette

Philippe Foussier présente la maquette d’un projet de quatre pages destiné, en lien avec le futur site, à prendre la suite de notre Gazette (annuelle), et qui pourrait parvenir à la fois sous une forme globalement électronique et minoritairement papier à nos sociétaires mais aussi à toute une couche de responsables associatifs et politiques pour faire connaître notre activité, nos réalisations, points de vue et interventions. Le débat permet d’envisager le « calage » dans l’année des trois ou quatre numéros envisagés, permettant une réactivité que la revue ne permet pas. Différents exemples du rôle qu’une telle publication aurait permis à Blois ou ailleurs sont donnés. Mandat est donné à Philippe pour approfondir, sachant que le premier numéro devrait coïncider avec la convocation de l’AG annuelle de mars 2015, après adoption des principes de fonctionnement au CA de janvier, avec mise sous plis à la suite, ce qui signifie en l’état un travail sur nos fichiers d’adresses.

Projet de collection d’ouvrages étrangers jamais traduits

Ce projet est présenté à propos d’ouvrages écrits dans des langues peu pratiquées en France et utiles à la collectivité historienne.

Jean Numa Ducange, désormais chargé de nos publications, a fait parvenir un brouillon de note sur la possibilité de monter un financement international pour traduire l’ouvrage de Walter Markov sur Jacques Roux, projet qui s’intégrerait lui-même, comme une réédition relookée du livre d’Anatoli Ado, dans la collection précitée. Après débat avec plusieurs d’entre nous, il a déjà entrepris de monter un tour de table destiné à faire face à la traduction de Markov. Précisons cependant que le cadre envisagé d’une collection n’est pas seulement une formule logique mais le moyen par lequel peuvent être collectées d’autres subventions. Un débat s’ensuit, qui fait voir la nécessité de mieux cerner le cadre scientifique d’un tel projet (forcément à moyen, voire à long terme) les langues, les auteurs et les ouvrages concernés, les critères à retenir. Sur le sujet de l’ouvrage de Markov, Jean Numa Ducange et Claude Guillon sont mandatés pour présenter un projet détaillé à la prochaine AG. Les autres membres prendront à cœur de réfléchir aux termes et au nom du projet de collection.

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org