Navigation – Plan du site
Articles

Monarchiens et monarchie en exil : conjonctures de la monarchie dans l’émigration française, 1792‒1799

Monarchiens and the monarchy in exile: the situation of the Monarchy in French emigration, 1792-1799
Friedemann Pestel
p. 3-29

Résumés

Le débat sur la restauration de la monarchie commence au moment de la chute de Louis XVI en 1792. Il s’est intensifié dans l’émigration française. En analysant les relations entre les « monarchiens », monarchistes constitutionnels favorisant un système bicamériste, et les Bourbons en exil, cet article montre comment l’idée d’un rétablissement de l’Ancien Régime, souvent associé aux émigrés, est successivement écartée par les Bourbons. Les confrontations et coopérations politiques avec les monarchiens démontrent dans quelle mesure la pensée politique du futur Louis XVIII, dans les années 1790, s’oriente vers une monarchie constitutionnelle qui, déjà avant Brumaire, anticipe des éléments centraux de la Restauration de 1814.

Haut de page

Notes de la rédaction

Mes plus vifs remerciements vont à Anna Karla, Gilles Dazord ainsi qu’aux rapporteurs du comité de lecture pour leurs commentaires. De même, j’ai beaucoup profité des discussions avec Robert Griffiths et Simon Burrows.

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Confrontations et exclusions autour de « Coblentz »
1793 : Le Roi est mort ! – Vive le Régent ?
1795 : Le Roi est mort ! – Vive le Roi ?
1797 : Blankenbourg ou Paris ?
1799 : La restauration anticipée
Les monarchiens et Louis XVIII : vers une monarchie possible

Aperçu du début du texte

Le 10 décembre 1792, à la veille de sa première apparition devant la Convention, Louis Capet et son fils jouent au siam, un jeu de quille. Face au calme inébranlable de son père, le ci-devant dauphin n’arrive pas à remporter une seule partie : « Toutes les fois que je tombe sur seize, je ne peux gagner ». Le valet Jean Baptiste Cléry, qui rapporte cet épisode, y voit un présage funeste pour l’avenir de la monarchie, confirmé par l’exécution du roi détrôné à peine six semaines plus tard.

Cependant, pour la « France du dehors » de l’émigration – terme emprunté au comte de Montlosier –, la chute de Louis XVI est malgré tout porteuse d’espoir pour un règne de Louis XVII, puis de Louis XVIII. La très grande majorité des émigrés considère la monarchie toujours vivante, et la « France du dedans » (Montlosier) continue d’être un « royaume » dans l’attente d’une restauration des Bourbons. Ce sont les frères de Louis XVI, le comte de Provence et le comte d’Artois, qui constituent le nœud centr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Friedemann Pestel, « Monarchiens et monarchie en exil : conjonctures de la monarchie dans l’émigration française, 1792‒1799 », Annales historiques de la Révolution française, 382 | 2015, 3-29.

Référence électronique

Friedemann Pestel, « Monarchiens et monarchie en exil : conjonctures de la monarchie dans l’émigration française, 1792‒1799 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 382 | octobre-décembre 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13542 ; DOI : 10.4000/ahrf.13542

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org