Navigation – Plan du site
Articles

L’opinion coloniale et la question de la relance de Saint-Domingue 1795-1802

Colonial opinion and the question of the development of Santo-Domingo, 1795-1802
Baptiste Biancardini
p. 63-80

Résumés

Avec l’avènement du Directoire commence une nouvelle période pour les questions coloniales. Face à des profonds changements, comme l’abolition de l’esclavage, les colons et leurs alliés vont tenter d’adapter leur modèle au contexte révolutionnaire. Ils sont alors nombreux à réfléchir à la relance du système colonial et, s’ils partagent souvent un même fond, l’analyse de ces textes permet de rendre compte d’une diversité de propositions ou de stratégies. Comment rétablir l’économie florissante de Saint-Domingue ? Par le travail forcé ? Le travail libre ? Avec la traite ? Sans la traite ? En s’appuyant ou en rejetant Adam Smith et les physiocrates ? Ces projets permettent de voir de quelle manière ils envisageaient l’économie coloniale et comment ils adaptent cette question à la situation présente de l’île, aux débats sur l’économie et surtout aux transformations liées à la révolution française.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Point de Colonies, Point de Commerce, plus de Marine
Penser l’espace colonial, penser le commerce
Peut-on se passer de l’esclavage ?
Bilan et préjugé de couleur

Aperçu du début du texte

Point de Colonies, Point de Commerce, plus de Marine

La situation des colonies connaît un profond bouleversement au cours des années 1793-1795. D’abord prononcée à Saint-Domingue, l’abolition de l’esclavage est étendue au reste des colonies par le décret du 16 pluviôse an II puis confirmée par la Constitution de l’an III et l’article 15 de la nouvelle Déclaration des droits et des devoirs de l’homme et du citoyen. Plus encore, la Constitution affirme que « [l]es colonies françaises sont parties intégrantes de la République, et sont soumises à la même loi constitutionnelle ». Ce faisant, elle approfondit le processus révolutionnaire par une organisation départementale nettement assimilationniste faisant de l’espace colonial une partie intégrante de l’espace républicain.

Cette nouvelle configuration remet à plat l’édifice colonial et ses deux piliers théoriques : l’esclavage et l’Exclusif. Face à cette situation, se réorganise un « parti colon » d’anciens propriétaires, d’administrateur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baptiste Biancardini, « L’opinion coloniale et la question de la relance de Saint-Domingue 1795-1802 », Annales historiques de la Révolution française, 382 | 2015, 63-80.

Référence électronique

Baptiste Biancardini, « L’opinion coloniale et la question de la relance de Saint-Domingue 1795-1802 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 382 | octobre-décembre 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://ahrf.revues.org/13548 ; DOI : 10.4000/ahrf.13548

Haut de page

Auteur

Baptiste Biancardini

Paris I Panthéon-Sorbonne, IHRF
68 rue Douy Delcupe
93100 Montreuil
bbiancardini@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org