Navigation – Plan du site
Articles

Des hommes et des chartes sous Napoléon. Pour une histoire politique des archives de l’empire (1809-1814)

Men and charters under Napoleon : Hypothesis for a political history of the Archives of the Empire (1809-1814)
Maria Pia Donato
p. 81-102

Résumés

Entre 1809 et 1810 prit forme le projet de réunir dans les Archives de l’Empire à Paris les fonds documentaires les plus importants et précieux des départements annexés et des pays satellites. En 1814, des centaines de milliers de diplômes, registres et liasses provenant d’Italie, de Vienne, d’Espagne étaient entassés au palais de Soubise, et d’autres étaient encore attendus de Belgique, de Genève, de Hollande. La plupart de ces archives furent remises à leurs pays d’origine à la Restauration. L’article explore la genèse de l’« annexion » napoléonienne des archives de l’Europe, les enjeux politiques et les motivations de ses protagonistes, en particulier du Garde des Archives Pierre-Claude-François Daunou, qu’il suggère de lire sous le signe d’une continuité avec l’époque républicaine. Il analyse ensuite les dynamiques qui se développèrent dans les territoires ciblés, plus particulièrement dans les deux cas, fort différents, de Rome et de Florence. La centralisation des archives s’avéra en fait rapidement une opération fort complexe, à l’instar de la construction même de l’Empire, à cause de la diversité des situations locales et du rôle des acteurs sur place.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Un projet véritablement impérial, par la force des circonstances
Les grandes archives de l’Empire, un projet aux enjeux multiples
La saisie des archives dans les départements annexés, une opération accidentée

Aperçu du début du texte

En 1866, Léon de Laborde, archéologue, académicien et homme politique, trace l’histoire dramatique des Archives de France qu’il dirige sous le second Empire. Tout en faisant la différence entre la Révolution (époque, selon lui, de saccage et de vandalisme) et l’Empire (époque de reconstruction), il condamne néanmoins l’œuvre des archivistes et savants au tournant du XVIIIe et du XIXsiècle. Le marquis, qui écrit à l’heure du principe du respect des fonds, critique leur « passion de remaniement et d’arrangement pour établir arbitrairement des divisions méthodiques, pour composer […] des monuments factices ». Son jugement se fait plus sévère encore à propos de l’événement majeur de l’époque napoléonienne : la saisie des archives étrangères, une opération insensée, le fruit de principes faux et fallacieux.

En 1814, en effet, des centaines de milliers de diplômes, registres et liasses provenant d’Italie, de Rome, de Vienne, d’Espagne étaient entassés dans les salles, les galeries et la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Pia Donato, « Des hommes et des chartes sous Napoléon. Pour une histoire politique des archives de l’empire (1809-1814) », Annales historiques de la Révolution française, 382 | 2015, 81-102.

Référence électronique

Maria Pia Donato, « Des hommes et des chartes sous Napoléon. Pour une histoire politique des archives de l’empire (1809-1814) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 382 | octobre-décembre 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13550 ; DOI : 10.4000/ahrf.13550

Haut de page

Auteur

Maria Pia Donato

Institut d’Histoire moderne et contemporaine (CNRS- ENS- Paris 1)
et Université de Cagliari
45, rue d’Ulm 75005 Paris
mpdonato@unica.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org