Navigation – Plan du site
Articles

Voter sous Napoléon. L’autopsie de l’expérience électorale du Premier Empire, d’après une enquête préfectorale sur les consultations cantonales de l’été 1813

Voting under Napoleon. An autopsy of electoral practice during the First Empire, based on a prefectoral enquiry into the cantonal elections held in the summer of 1813
Malcolm Crook
p. 103-122

Résumés

On a bien sûr voté sous Napoléon, par un système électoral à deux degrés, largement emprunté à la Révolution, qui est appliqué dans les départements réunis à l’Empire, comme dans la France de l’intérieur. Un suffrage masculin quasi-universel existe dans les assemblées cantonales, mais son rôle se limite à la présentation de candidats, le choix final étant décidé par le gouvernement. Fustigées comme une farce, ces élections jouent néanmoins un rôle important dans le fonctionnement politique et social du régime napoléonien, en même temps qu’elles prolongent l’expérience électorale révolutionnaire. Pourtant, leur déroulement reste méconnu et on ignore surtout les attitudes, et des votants et des administrateurs, devant l’invitation aux urnes. Une enquête préfectorale, commandée par le ministre de l’Intérieur en 1813, permet un précieux regard sur le comportement électoral et sur la réponse de ceux qui s’en occupent. Cet observatoire unique suggère que les contradictions du système condamnent l’expérience à l’échec, non sans laisser un héritage dans la pratique du vote et du bonapartisme.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Aperçu du début du texte

En septembre 1813, le ministre de l’Intérieur envoie à la grande majorité des préfectures de l’Empire une demande de renseignements sur les élections cantonales, qui venaient d’avoir lieu au cours de l’été 1813. Sa circulaire comprend une série de questions sur le comportement des électeurs et le déroulement des assemblées : l’empressement des votants à s’y rendre ; l’ordre qui y règne et l’existence ou non d’intrigues ; les caractères du choix de candidats ; et, enfin, la conduite des présidents d’assemblée (nommés par le régime). Toutes les réponses n’ont pu être retrouvées – il n’est d’ailleurs pas certain que tous les préfets les ont rédigées selon la forme attendue –, mais les archives du ministère les ont conservées en assez grand nombre pour nous permettre de présenter ici les résultats d’un sondage, recueilli dans une vingtaine de départements, « réunis », annexés, ou encore « français » (nous voulons ici parler des départements créés en 1790, avant l’expansion de la France ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Malcolm Crook, « Voter sous Napoléon. L’autopsie de l’expérience électorale du Premier Empire, d’après une enquête préfectorale sur les consultations cantonales de l’été 1813 », Annales historiques de la Révolution française, 382 | 2015, 103-122.

Référence électronique

Malcolm Crook, « Voter sous Napoléon. L’autopsie de l’expérience électorale du Premier Empire, d’après une enquête préfectorale sur les consultations cantonales de l’été 1813 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 382 | octobre-décembre 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13558 ; DOI : 10.4000/ahrf.13558

Haut de page

Auteur

Malcolm Crook

Université de Keele
School of Humanities, Keele, Staffs, ST5 5BG, UK.
m.h.crook@keele.ac.uk

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org