Navigation – Plan du site
Articles

« Elle n’a pas même épargné ses membres ! » Les épurations de la Convention nationale entre 1793 et 1795

« Elle n’a pas même épargné ses membres ! » Parliamentary Purging at the National Convention between 1793 and 1795
Mette Harder
Traduction de Silvain Vanot
p. 77-105

Résumés

Entre 1793 et 1794, la Convention nationale expulse un grand nombre de représentants du peuple de son sein. Accusés de crimes politiques, des députés girondins, dantonistes et, finalement, robespierristes, sont arrêtés, mis en prison et souvent traduits au Tribunal révolutionnaire et condamnés à mort : « La Révolution dévore [non seulement] ses enfants », mais détruit aussi ses dirigeants principaux et une partie importante de la nouvelle élite politique républicaine. François Furet regardait ces épurations des hommes politiques comme les conséquences immédiates d’une idéologie jacobine et terroriste qui voyait des complots partout et insistait sur la nécessité de « régénérer » le corps politique jusqu’à la personne même du représentant du peuple. Cette théorie n’explique pourtant pas la continuation d’une politique épuratoire à la Convention après la chute des robespierristes. Pourquoi plus de cent conventionnels deviennent-ils les victimes d’une nouvelle vague d’arrestations après la fin de la Terreur ? Le but de cet article sera d’identifier des continuités entre les épurations successives des conventionnels sous la Terreur et la réaction, et, d’autre part, entre les politiques épuratoires de ces deux périodes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2018.

Plan

La Convention nationale : une assemblée mutilée 
Les vagues d’épuration à la Convention : causes courantes, rhétorique et justifications
Les députés face à l’épuration : de la soumission au suicide
L’impact de l’épuration parlementaire sur la Convention et la république

Aperçu du début du texte

Entre 1793 et 1795, la Convention nationale prit des mesures d’épuration contre bon nombre de ses membres. Accusés de crimes politiques, des députés furent arrêtés, incarcérés, jugés par des tribunaux ou des commissions militaires et, parfois, condamnés à être déportés ou exécutés : Jean-Paul Marat, le premier représentant du peuple à comparaître devant le tribunal révolutionnaire ; ceux que l'on nommait girondins, arrêtés en juin et octobre 1793 ; les proches de Danton, puis de Robespierre ; les derniers montagnards, et les législateurs soupçonnés d'être royalistes en 1795. Non seulement la Révolution dévorait sa progéniture, mais elle anéantissait ses principaux responsables politiques et une bonne partie de la nouvelle élite de la République. François Furet, Mona Ozouf, avec d’autres, ont interprété ces épurations comme la conséquence logique de l'idéologie jacobine : une tendance paranoïaque au soupçon de complots contre l’État, jusque chez les représentants du peuple. Couthon n...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mette Harder, « « Elle n’a pas même épargné ses membres ! » Les épurations de la Convention nationale entre 1793 et 1795 », Annales historiques de la Révolution française, 381 | 2015, 77-105.

Référence électronique

Mette Harder, « « Elle n’a pas même épargné ses membres ! » Les épurations de la Convention nationale entre 1793 et 1795 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 381 | juillet-septembre 2015, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 24 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13615 ; DOI : 10.4000/ahrf.13615

Haut de page

Auteur

Mette Harder

Université d’État de New York
Oneonta NY 13820 États-Unis
Mette.Harder@oneonta.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org