Navigation – Plan du site
Articles

Femme de conventionnel : un enjeu politique dans la république ?

The wife of a deputy : a political issue in the republic ?
Anne Jollet
p. 107-127

Résumés

L’article veut interroger les fonctions des « femmes de » dans le contexte de la Révolution française et, ici, plus spécifiquement de la Convention nationale. En étudiant la place que les épouses de député occupent dans la vie politique particulièrement passionnée et conflictuelle de l’époque de la Convention, il ne s’agit pas seulement d’aborder la question des entourages des élus, mais aussi de problématiser la question de l’espace que ces épouses peuvent occuper par elles-mêmes. Il s’agit de ne pas les installer d’emblée dans la dépendance, mais d’étudier comment certaines d’entre elles peuvent se saisir de l’égalité revendiquée et en cours d’acquisition de la femme mariée pour développer leur initiative politique propre. Ces actions politiques dans l’espace public de la « femme de », que nous aborderons ici à partir de l’exemple d’Adélaïde Guéritault, épouse du conventionnel de la Vienne, François Piorry, permettent de comprendre la façon dont la lecture sociale individualiste des révolutionnaires se combine avec le poids de longue durée d’un familialisme, porteur d’interdépendance et de co-responsabilité sociale qui, pour longtemps, bridera la possible expression politique des « épouses de ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2018.

Plan

Vous avez dit « marié » ? L’impasse des notices biographiques
Les « femmes de » existent bien

Aperçu du début du texte

Dans le contexte du colloque 1792. Entrer en république, initié par l’ANR Actapol, l’IHRF et la Société des études robespierristes pour le 200e anniversaire de la Première République (septembre 2012), l’évidence est apparue que saisir la question au niveau des conventionnels pouvait d’emblée exclure les femmes de l’entrée en république et produire — ou reproduire — l’image d’un monde masculin, d’hommes vivant entre eux dans les enceintes publiques de l’Assemblée et des clubs politiques, tels que les procès-verbaux les présentent. Le fil de cette reproduction n’a certes pas été rompu par un nouveau statut des épouses, même si le lien conjugal a été renouvelé par la forme nouvelle du mariage, devenu contrat civil dans la constitution de 1791, par l’abaissement de l’âge de la majorité, par l’absence de consentement des parents, par l’adoption du divorce le 20 septembre 1792. La délicate question du couple en politique, celle du lien entre les mœurs privées et la vie publique, s’est pou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Femme de conventionnel : un enjeu politique dans la république ? », Annales historiques de la Révolution française, 381 | 2015, 107-127.

Référence électronique

Anne Jollet, « Femme de conventionnel : un enjeu politique dans la république ? », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 381 | juillet-septembre 2015, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13618 ; DOI : 10.4000/ahrf.13618

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Université de Poitiers
UFR CRIHAM (EA 4270) Sciences humaines et arts, 8 rue René Descartes, 86073 Poitiers cedex 9
anne.jollet@univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org