Navigation – Plan du site
Articles

Démocratie tronquée, Convention transparente. Les Deux Tiers au crible des déclarations individuelles d’état-civil et de patrimoine

Democracy unfinished, the transparent Convention. The Two-Thirds in light of the individual declarations of the etat civil and personal assets
Philippe Bourdin
p. 155-187

Résumés

À l’heure de se séparer et d’appliquer le décret des deux-tiers, les conventionnels doivent se compter, ce qui les incite à déclarer leur état civil, leur raison familiale et sociale. Devant les attaques des milieux royalistes, ils doivent aussi prouver leur vertu, et décident en vendémiaire an IV de rendre publics leurs revenus et leur patrimoine. Les listes établies, surtout les secondes, sont incomplètes – des ténors des tribunes se font des plus discrets. Elles en disent pourtant long sur les conséquences des purges politiques, qui ont remis progressivement en cause le vote de 1792 et déséquilibré les représentations départementales. Elles permettent de dessiner une sociologie de la Convention, une hiérarchie et une structure des fortunes. Celles-ci ne reposent pas uniquement sur la terre, mais aussi sur des investissements financiers, et sur une grande habitude des échanges et des transferts de capitaux, avant même les opportunités offertes par la vente des biens nationaux. Enfin, les tableaux familiaux qui en ressortent en disent long sur la pyramide des âges, sur le poids du célibat, sur la partition sexuée des fonctions ou le partage de la misère politique et pécuniaire quand l’inflation de l’an III rend très difficile la vie à Paris.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2018.

Plan

Les moyens d’une prosopographie
La publication des patrimoines
Une représentation déséquilibrée du pays
Des familles recomposées
État matrimonial des conventionnels de 1795

Aperçu du début du texte

Après avoir élaboré la Constitution de l’an III et avant de laisser place au Directoire, les conventionnels, soucieux de protéger leur nouvelle construction institutionnelle, qui leur semble l’aboutissement de la Révolution, votent les décrets des 5 et 13 fructidor an III (22 et 30 août 1795), plus connus sous le nom de décrets des deux tiers. La Convention a alors été amputée par les exécutions qui ont jalonné la lutte des factions et la Terreur, par la mise en accusation ou la proscription des derniers montagnards, notamment après les journées de germinal et prairial an III, par des trahisons enfin – Quinette, livré par Dumouriez aux Autrichiens, ne sera libéré que le 4 nivôse an IV (25 décembre 1795) et occupera des fonctions ministérielles ensuite. Elle est aussi désormais recomposée d’une partie des girondins réintégrés, et augmentée de suppléants admis à siéger en présence d’un titulaire rentré. Les décrets imposent en l’occurrence que deux tiers des futurs représentants soien...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bourdin, « Démocratie tronquée, Convention transparente. Les Deux Tiers au crible des déclarations individuelles d’état-civil et de patrimoine », Annales historiques de la Révolution française, 381 | 2015, 155-187.

Référence électronique

Philippe Bourdin, « Démocratie tronquée, Convention transparente. Les Deux Tiers au crible des déclarations individuelles d’état-civil et de patrimoine », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 381 | juillet-septembre 2015, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 26 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13632 ; DOI : 10.4000/ahrf.13632

Haut de page

Auteur

Philippe Bourdin

Centre d’Histoire « Espaces & Cultures »
Université Blaise-Pascal (Clermont Universités)
ANR Actapol
phbourdin@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org