Navigation – Plan du site
Articles

La Convention interminable : les régicides au tribunal du passé (1815-1830)

The interminable Convention : the regicides before the tribunal of the past (1815-1830)
Côme Simien
p. 189-211

Résumés

La loi d’amnistie du 12 janvier 1816, qui exclut à perpétuité du territoire national les conventionnels régicides qui se sont ralliés aux Cent-Jours, engage les autorités de la Restauration, en quelques semaines, dans un important travail d’investigation historique et mémorielle sur le passé révolutionnaire des anciens députés de la Convention. Ceux-ci, par ailleurs soumis, désormais, à une surveillance permanente, se retrouvent non seulement prisonniers du passé, mais encore prisonniers de la politique (toutes leurs actions, tous leurs déplacements, toutes leurs fréquentations sont analysés au prisme du complot politique). Les implications de cette « pathologie mémorielle » de la Restauration, qui affecte aussi bien les députés condamnés à l’exil que ceux qui bénéficient a priori du pardon royal, sont loin de n’être que théoriques. Le présent article se propose donc d’interroger les formes, les sens et les conséquences de cette impossible mémoire apaisée de la Convention, en analysant plus particulièrement les trajectoires des anciens députés de l’Ariège, de l’Aude et des Pyrénées-Orientales de 1815 à 1830.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2018.

Plan

Prisonniers du passé : la Convention nationale comme histoire imposée d’une vie
Prisonniers de la politique
Les échelles d’une vie non-conventionnelle

Aperçu du début du texte

« L’ombre du régicide plane sur toute la Restauration », rappelait récemment Bettina Frederking. Avec des nuances chronologiques, toutefois. La première Restauration (avril 1814-mars 1815) s’était efforcée de dissocier l’acte du régicide de la personne des régicides. Un temps, le régime de Louis XVIII crut ainsi pouvoir tenir ensemble les deux bouts opposés d’une mémoire affrontée, en sacralisant la mémoire du « roi-martyr », garante de sa légitimité restaurée, tout en respectant, dans le même temps, la promesse de pardon faite par Louis XVI à ses ennemis, dans son testament. Conformément aux dernières volontés de son frère, Louis XVIII place donc au cœur de la Charte, un « pacte de pardon et d’oubli ». Dès son préambule, celle-ci fixe « avec netteté, le principe de damnatio memoriae » : « Nous avons effacé de notre souvenir, comme nous voudrions qu’on pût les effacer de l’histoire, tous les maux qui ont affligé la patrie durant notre absence ». Son article 11 précise : « Toutes rec...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Côme Simien, « La Convention interminable : les régicides au tribunal du passé (1815-1830) », Annales historiques de la Révolution française, 381 | 2015, 189-211.

Référence électronique

Côme Simien, « La Convention interminable : les régicides au tribunal du passé (1815-1830) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 381 | juillet-septembre 2015, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 29 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/13637 ; DOI : 10.4000/ahrf.13637

Haut de page

Auteur

Côme Simien

CHEC-Université Blaise Pascal – Clermont 2
5 Avenue Carnot
63000 Clermont-Ferrand
come.simien@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org