Navigation – Plan du site
Articles

Un réseau de libraires royalistes à Paris sous la Terreur1

Annie Duprat
p. 45-68

Résumés

La persistance, au cours de l’hiver 1793-1794 de la diffusion d’estampes, de textes et de journaux favorables à la monarchie conduit les autorités de police de Paris à opérer des perquisitions, suivies parfois d’arrestations et de condamnations dans le milieu des libraires et des imprimeurs. Trois affaires particulières montrent la puissance du réseau contre-révolutionnaire à Paris et ses liens avec des réseaux coloniaux, à Saint-Domingue ou à l’Île-de-France. Jacques-François Froullé, Thomas Levigneur, qui ont édité et vendu une Liste comparative des appels nominaux lors du procès de Louis XVI, à partir de laquelle se forge la légende de la “majorité à une voix”, sont guillotinés le 31janvier 1794. François-Charles Gattey, libraire au Palais-Royal, éditeur des Actes des Apôtres, périodique royaliste, est convaincu de propagande active avec les colonies et guillotiné le 4 avril 1794. Plusieurs autres marchands, comme Michel Wébert ou la veuve Lesclapart, sont également guillotinés sur les mêmes accusations tandis que les libraires Garnéry et Desenne sont libérés juste après Thermidor. Outre les figures des protagonistes et le détail des interrogatoires, l’article s’attache à l’étude du contenu des textes incriminés.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours de l’hiver 1793-1794, les autorités de police de Paris engagent une lutte déterminée contre les citoyens dénoncés comme “contre-révolutionnaires”, “royalistes”, “traîtres” ou encore “vendéens”, sans que ce dernier terme recouvre d’ailleurs une acception géographique quelconque. Entre janvier et mai 1794, les perquisitions et les arrestations se multiplient chez les marchands-libraires, chez les imprimeurs, les graveurs, en bref parmi tous ceux qui contribuent encore à diffuser des idées et des informations qui permettraient éventuellement de se faire une opinion personnelle différente des déclarations des autorités en place. La lecture des interrogatoires de police menés à la suite de ces arrestations permet de mesurer la résistance d’une partie de la population parisienne au nouveau cours des choses, l’attachement à la liberté d’expression et aux libertés individuelles fondamentales qui avaient été fermement établies en 1789, ainsi que, pour certains, la persistance du souvenir de la famille royale et le désir d’organiser un réseau de propagande royaliste.

2On connaît bien à présent l’importance du rôle qu’ont joué les marchands graveurs, les éditeurs d’estampes, et les journalistes patriotes pendant la première partie de la décennie révolutionnaire. Ils ont accompagné le grand enthousiasme de 1789 en produisant de multiples caricatures contre les ordres privilégiés, en héroïsant les grandes journées populaires, du serment du jeu de Paume2 à la prise de la Bastille, de l’abolition des privilèges à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, en immortalisant, enfin, les visages des députés de la Constituante. Cependant, s’il est encore difficile à présent de déterminer le degré d’engagement politique de nombre de ces graveurs et éditeurs d’estampes3, mis à part le fameux Jean-Louis Prieur, collaborateur des Tableaux historiques de la Révolution française, guillotiné, en raison de son engagement politique, en 1795, parce que ces artistes sont en même temps des marchands qui ne doivent pas négliger les intérêts commerciaux de leurs entreprises, considérer le monde des libraires comme un vecteur d’opinion apparaît plus facile dans la mesure où ils disposaient fréquemment, bien avant la Révolution, d’un cabinet de lecture à succès. En 1793, ces lieux de sociabilité, où s’échangent des opinions et des avis divers, ont dû, réglementairement, fermer leurs portes ce qui a conduit plusieurs libraires à choisir de se déclarer en faillite. Or, en 1793, plusieurs mois encore après l’exécution du roi et celle de la reine, sont encore publiées et diffusées des estampes ouvertement royalistes. Ce sont les variations sur le “Testament de Louis XVI” ou des images de déploration à peine codées, saules pleureurs, urnes funéraires ou figures énigmatiques sur lesquelles il faut chercher les profils du roi et de la reine. Elles sont immédiatement saisies et détruites et il est impossible de repérer leurs auteurs parce qu’elles sont anonymes et que les exemplaires conservés aujourd’hui ne portent aucune information utilisable. Mais les critiques sur le gouvernement de la France en 1793-1794 trouvent encore à s’exprimer par voie de presse ou de brochures on peut citer, par exemple, la Feuille du matin ou bulletin de Paris, journal de tendance girondine publié entre novembre 1792 et avril 1793, qui conteste de façon très argumentée le procès du roi et la sentence de mort. Au cœur d’une capitale dont les sections sont, les unes après les autres et de gré ou de force, “régénérées” au cours de l’été et de l’automne 1793, la permanence de ces opinions hostiles au gouvernement de Salut public nous a donc donné l’idée de suivre la diffusion des idées royalistes, à Paris, pendant la période de la Terreur. La quête a été d’autant plus fructueuse que trois des principaux acteurs de ce commerce, les libraires-imprimeurs Froullé, Levigneur et Gattey ont subi des interrogatoires serrés avant et pendant leurs procès qui aboutissent à leur exécution, le 13 ventôse an II (3 mars 1794) pour les deux premiers, le 25 germinal an II (14 avril 1794) pour le dernier. Les archives du Tribunal révolutionnaire, comme les procès-verbaux des interrogatoires permettent de reconstituer trois parcours individuels et de mesurer leurs niveaux respectifs d’engagement.

3Les papiers délictueux sont principalement constitués, d’une part, par le plus important des journaux royalistes, Les Actes des Apôtres, périodique illustré dirigé par Peltier et rédigé par une société d’une douzaine de membres, qui est édité par François-Charles Gattey, libraire au Palais-Royal celui-ci avait déjà eu des démêlés avec les autorités de la Direction de la librairie avant la Révolution. D’autre part, on constate que les autorités de police cherchent avec minutie à reconstituer les conditions de la rédaction, de la fabrication et de la diffusion d’un ouvrage dont le long titre indique le contenu. Il s’agit de la Liste comparative des cinq appels nominaux faits dans les séances des 15, 16, 17, 18 et 19 janvier 1793 sur le procès de Louis XVI avec les déclarations que les députés ont faites à chacune des séances par ordre de numéros. Suivie de la déclaration de Louis à la Convention par laquelle il interpelle l’appel à la nation du jugement porté contre lui et du discours prononcé à la barre par De Sèze immédiatement après le résultat du scrutin sur la peine à infliger à Louis, des observations de Tronchet et Lamoignon-Malesherbes ses défenseurs, du testament de Louis XVI et enfin de la relation des vingt-quatre heures qui ont précédé sa mort4. L’enquête met donc en cause plusieurs libraires et les pratiques policières (dénonciations, interrogatoires, perquisitions) agissent à la manière des fils d’une toile d’araignée. En fait, on recherche toutes les traces d’un complot contre-révolutionnaire organisé, en province, dans les colonies ou à l’étranger.

L’affaire Froullé / Levigneur

4Le 8 ventôse an II (26 février 1794), les libraires-imprimeurs Jacques-François Froullé et Thomas Levigneur sont arrêtés. Le premier est un ancien colporteur, reçu en librairie en décembre 1771, qui tient boutique d’imprimeur-libraire quai des Grands Augustins, au coin de la rue Pavée, n°39, quartier très fréquenté par les colporteurs depuis longtemps5. Froullé est incriminé avec Thomas Levigneur, pour avoir imprimé et diffusé, dès le mois d’avril 1793, cette Liste comparative dont le contenu apparaît bien vite comme scandaleux car ce livre, qui témoigne de sentiments royalistes, est également propre à être bien accueilli par de nombreux Français, nostalgiques de la monarchie ou proches des Girondins, et par tous ceux qui avaient pu être hostiles aux conditions dans lesquelles s’était déroulé le procès du roi et avait été prononcée la sentence de mort. Logiquement, les nouvelles autorités du gouvernement révolutionnaire entreprennent de traquer les diffuseurs de la Liste comparative. Deux perquisitions se déroulent le même jour, chez Froullé et chez Levigneur, ce 8 ventôse an II. D’emblée, comme en témoigne le procès-verbal concernant Levigneur, lesenquêteurs affirment rechercher la Liste comparative, ce qui ne les dispense pas d’une fouille minutieuse, tant de l’atelier, situé au “cul-de-sac dit de la Draperie n° 720”, que du magasin, “rue Saint-Honoré chez le citoyen Hautefeuille”. Ils y trouvent “quelques exemplaires du journal de Suleau”6 et :

“Une caisse clouée et ficelée que ledit citoyen nous a déclaré faire partir à Rouen. De suite avons fait ouverture de ladite caisse renfermant plusieurs collections d’ouvrages [...] qui ont paru pour et contre depuis la Révolution. Et avons extrait réellement 15 exemplaires de différents ouvrages pour mettre sous les yeux des représentants du Peuple membres du Comité de surveillance générale de la Convention nationale.”7

5Ainsi, les enquêteurs n’ont pas réussi à mettre la main sur la Liste comparative qu’ils recherchaient, mais sur une caisse prête à l’expédition leur vigilance en est donc augmentée puisqu’ils ont entrepris de traquer tous les réseaux de propagande royaliste avec la province et avec l’étranger. Levigneur se défend bien et rappelle que, étant marchand-libraire installé dans les galeries mêmes de l’Assemblée, il s’est toujours efforcé d’imprimer :

“Les lois et décrets des trois assemblées nationales et [qu’il] s’attache à recueillir tous les ouvrages pour et contre qui ont paru sur la Révolution pour servir à l’histoire.”8

6Reconnaissant bien avoir imprimé la Liste comparative (qui porte effectivement mention de son nom) il se justifie en rappelant :

“Je l’ai vendue publiquement à la porte de la Convention sous les yeux des représentants du Peuple, mais après quelques observations qui me furent faites, je retirai l’ouvrage que j’avais étalé. Je n’en ai plus voulu depuis et on n’en a pas trouvé chez moi quand on est venu m’arrêter.”9

7La suite des questions posées confirme l’intérêt des enquêteurs au sujet de la Liste comparative à la question “de qui tient-il la brochure”, Levigneur répond, “Du citoyen Froullé qui la fit imprimer de société avec moi”. Mais quand on lui demande “Qui en est l’auteur”, Levigneur répond “personne” et explique qu’il s’agit d’une compilation de textes parus pendant le procès du roi. Les questions reviennent, plus précises, sur une certaine “page 50” qui comporte une “Relation des vingt-quatre heures d’angoisses qui ont précédé la mort de Louis XVI”. Levigneur assure :

“Que cette relation était une petite brochure qui, à l’annonce du jugement de Capet fut vendue publiquement dans les rues de Paris puis a été jointe aux autres qui font partie du recueil.”10

8La bonne foi de Levigneur, chez qui on n’a pas trouvé le livre incriminé, ne paraît pas avoir été mise en doute par les enquêteurs cependant, il a imprimé et vendu cet ouvrage et s’apprêtait à expédier à Rouen une caisse de livres dont une quinzaine (mais le procès-verbal d’interrogatoire ne détaille pas les titres) leur semblent suspects il détenait enfin plusieurs exemplaires des Actes des Apôtres... Il est donc mis en accusation devant le Tribunal révolutionnaire.

9Le citoyen Froullé, interrogé le même jour, donne les mêmes réponses aux mêmes questions oui, il a bien vendu deux mille exemplaires de la Liste comparative qui est une compilation d’articles déjà publiés, en particulier par le Moniteur, mais aussi vendus par les libraires Buisson11 et Perlet12. Quand on lui demande de justifier pourquoi il a entrepris ce travail, il répond que Levigneur lui avait affirmé que la clientèle était assurée. Quand on lui demande pourquoi il n’a pas lu la “relation des dernières heures de Louis Capet” avant de l’insérer dans le recueil, il répond qu’il ne croyait pas que c’était dangereux “en vertu de la liberté de la presse”13. Cet argument, qui revient à plusieurs reprises dans la bouche de Froullé et de ses congénères14, pèse peu au regard des saisies opérées à la suite de la perquisition dans sa librairie, quai des Augustins n° 30 quinze exemplaires de la Liste comparative, vingt-sept brochures et un paquet de cartouches...

10Les deux interrogatoires menés parallèlement, il était logique d’en établir, sans doute le jour même (le procès-verbal n’est pas daté), un compterendu commun afin de déterminer les responsabilités respectives de Levigneur et de Froullé dans la composition et la diffusion de la Liste comparative. Bien qu’à la décharge du premier il soit explicitement reconnu qu’il a rapidement cessé la vente de la brochure, tous les deux sont déférés devant le Tribunal révolutionnaire. Tous les deux tombent en effet sous le coup de la loi du 29 mars 1793 décrétant la peine de mort pour ceux dont les écrits tendraient au rétablissement de la royauté. Or, les pages le plus souvent incriminées dans la Liste comparative sont celles qui donnent des détails :

“Sur les derniers moments de Louis Capet présentés dans des termes propres à inspirer un intérêt dangereux et même criminel en faveur du tyran, jeter de la défaveur sur le jugement qui l’a condamné, sur les membres qui ont eu le courage d’y coopérer et sur les agents du pouvoir exécutif et de la force armée qui ont concouru à son exécution.”15

11La Liste comparative est étudiée, analysée, disséquée presque pourrait-on dire, avant le second interrogatoire des deux imprimeurs-libraires, Levigneur le 12 ventôse (30 janvier) à dixheures et demie, Froullé à onzeheures. Au premier est posée une nouvelle question portant sur une note infra-paginale de l’ouvrage. L’affaire est d’importance puisqu’il s’agit du compte des voix exprimées sur la sentence à infliger au roi. Levigneur affirme que la note et les calculs ont été recopiés dans plusieurs journaux dont toutefois il ne connaît pas les rédacteurs16. L’interrogatoire, bien qu’extrêmement bref, semble sceller le destin de Levigneur. Froullé, davantage impliqué dans cette affaire, fait des réponses circonstanciées aux mêmes questions sur la même note figurant :

“Au bas du verso de la feuille portant les résultats des appels nominaux. On marque “voir la révision qui porte la majorité à une seule voix” ce qui est évidemment faux.”17

12Il s’agit du débat provoqué par l’amendement que le député Mailhe avait proposé lors du troisième appel nominal. Les partisans de la mort avec sursis sont passés de 11 le 17 janvier à 46 le 18 janvier différentes procédures de sursis ont alors été envisagées et, si 387 représentants se sont prononcés pour la mort, 361 seulement la souhaitaient sans autre examen, tandis que 26 s’étaient déclarés pour l’amendement Mailhe18. N’ayant pas obtenu de Mailhe les éclaircissements qu’ils souhaitaient sur son opinion, les conventionnels décident, le 18 janvier, de ne pas considérer l’amendement Mailhe comme une restriction à la peine de mort et d’additionner ces 26 votes avec les 361. Les royalistes ne cesseront dès lors de soutenir que la mort du roi n’avait été votée qu’à une voix de majorité les résultats officiels du scrutin ayant été fallacieusement “révisés” ce 18 janvier 1793. Le quatrième appel nominal, le 19 janvier, clarifie les positions de chacun et établit le résultat final sur 690 votants, 310 se prononcent pour un sursis et 380 contre, ce qui donne un excédent de 34 voix par rapport à la majorité absolue (346). La complexité du détail des procédures mises en œuvre successivement et des opinions exprimées montre le trouble des conventionnels face à une sentence, inédite dans l’histoire de France et dont ils avaient perçu toutes les implications politiques. La publication immédiate de textes, polémiques ou non, racontant les débats et les différents résultats des votes, donne de la force et installe dans la mémoire collective l’idée que la mort du roi n’aurait été acquise qu’à une seule voix de majorité. Ce résultat, affirmé et répété par les royalistes en 1793, dérange les autorités officielles qui, selon les termes employés par l’accusateur public Fouquier-Tinville :

“Fournira aux contre-révolutionnaires de prétendus prétextes pour calomnier les représentants du peuple dans ce grand acte de justice nationale.”19

13L’ouvrage publié sous le titre Liste comparative des cinq appels nominaux... comporte, outre les décomptes évoqués plus haut, les défenses du roi prononcées par les conseils de Louis XVI, Tronchet, Lamoignon, Malesherbes et de Sèze ainsi qu’une Relation des vingt-quatre heures d’angoisses qui ont précédé la mort de Louis XVI, à laquelle s’attachent particulièrement les enquêteurs. La comparaison du texte publié20 avec les commentaires des accusateurs des deux libraires est particulièrement édifiante tant sur les procédures de la propagande royaliste que sur les pratiques mises en œuvre par les autorités de police.

“Les dernières heures du roi”

14Exercice de style, le récit des derniers moments du roi est le plus souvent fidèle à la réalité, mais quelques termes employés ou quelques juxtapositions opérées peuvent en autoriser une lecture polémique permettant de démontrer des objectifs de propagande royaliste. Lorsqu’est racontée dans la Liste comparative, la scène des adieux de Louis XVI à sa famille, la sœur du roi y est qualifiée de “princesse Élisabeth” les enquêteurs s’insurgent et contestent cette appellation qui rappelle “l’ancien asservissement des citoyens”21. Les mots donnent corps à la réalité employer des termes anciens signifie donc refuser le monde créé par la Révolution. L’intérêt subit porté par les enquêteurs à madame Élisabeth s’explique par les circonstances du moment, la sœur du roi devant être mise en accusation au cours de ce printemps 1794. Notons cependant que l’adresse de Levigneur figure dans son dossier d’interrogatoire en ancien style, “rue Saint-Honoré” et non “rue Honoré”. Force de l’habitude bien compréhensible pour les uns, indice d’aristocratie pour les autres... On lit encore, dans la Liste comparative que le roi est conduit place de la Révolution en un convoi entouré “de quatre rangs de soldats. Pour les enquêteurs, cette annotation est également antipatriotique. Le texte mentionne précisément :

“Toute la route, depuis le Temple jusqu’à la place de la Révolution était bordée, sans intervalle, de deux rangs de soldats sur quatre de front. On remarquait l’épouvante sur tous les visages on vit couler des larmes mais ce fut la seule marque d’intérêt que reçut sur sa route cet infortuné monarque.”22

15Ce fait a pourtant été rapporté par de multiples sources les autorités, craignant des troubles, avaient pris de très grandes précautions pour protéger l’ordre public en cette matinée du 21 janvier 1793. Mais, lors du procès, Fouquier-Tinville s’enflamme, prétendant que cette mention laisserait croire que le roi aurait été exécuté par une force armée, sans l’assentiment du peuple. Mais ces soldats sont aussi des citoyens, tient-il à rappeler dans son acte d’accusation23. L’enterrement du roi est raconté de façon véridique24, mais indiquer qu’il a été inhumé entre les “victimes du feu de joie de 1770 et “les Suisses morts le 10 août 1792, réalité pourtant bien objective, conduit également l’Accusateur public à protester contre ce :

“Rapprochement infâme par lequel on accole les malheureuses victimes de l’union de Louis XVI des complices de ses forfaits. ”25

16En revanche, lorsque la brochure insérée dans la Liste comparative sur les derniers instants du roi rapporte des paroles terribles que Santerre n’a vraisemblablement pas tenues, car il s’est contenté de faire rouler ses tambours pour empêcher le roi de parler, “je vous ai amené ici non pour haranguer mais pour mourir”26, il est facile aux accusateurs de protester contre ce mensonge.

17“Benêt de roi de carte27 pour les royalistes en 1790, roi-cochon pour les patriotes en 1791, Louis XVI est conduit jusqu’au tombeau comme un objet de propagande, un “roi de papier, en 1793. Le “patrimoine monarchique s’empare alors “des restes sacrés du roi, pour reprendre la belle formule d’Antoine de Baecque28, tandis que la caricature révolutionnaire se tait. Les premiers entretiennent la flamme du souvenir et préparent la restauration de la monarchie en diffusant le plus grand nombre possible de textes et d’images codées par nécessité pour soutenir leur cause. L’affaire Froullé / Levigneur est le premier exemple, dans l’ordre chronologique, de citoyens condamnés pour délit d’opinion pendant la Terreur. L’acte qui les condamne à mort, le 13 ventôse an II (31 janvier 1794) se fonde explicitement sur l’article 1 de la loi, du 29 mars 1793, déjà mentionnée, punissant de la peine capitale les auteurs d’actes de propagande contre-révolutionnaire. Et si, à part la mention d’une caisse prête à l’expédition pour Rouen, on n’a pu mettre en évidence aucune constitution de réseaux de propagande en province ou à l’étranger, il y a fort à parier que la Liste comparative, qui pouvait satisfaire un large public royaliste, girondin, ou simplement hostile à l’exécution du roi, a largement circulé à travers la France.

Le libraire Gattey

18La personnalité de l’ancien libraire29 François-Charles Gattey30 apparaît en revanche beaucoup plus délictueuse au regard des autorités dela République en l’an II. Pourtant, il avait célébré la nouvelle ère qui s’ouvrait en 1789 en publiant, avec plusieurs de ses confrères, Victor Desenne31, Jean-Baptiste Garnéry32 et Vincent Petit33, un Remerciment [sic] des libraires de la rue Saint-Jacques à M. Necker, suivi de quelques autres pièces relatives aux circonstances34 et une Réponse des libraires du Palais-Royal au remerciement de leurs confrères de la rue Saint-Jacques35. Hormis Vincent Petit, sur lequel les informations demeurent très lacunaires, ces trois libraires, Desenne, Garnéry et Gattey ont subi, à des degrés divers, des perquisitions et des arrestations au cours de la Terreur mais seul, le plus provocateur des trois, François-Charles Gattey passe en jugement devant le Tribunal révolutionnaire.

19Né à Autun en 1756, François-Charles Gattey a vingt-huit ans lorsqu’il est reçu libraire à Paris. Familier du Palais-Royal, où il tient boutique au numéro 14, il n’hésite pas à enfreindre les règles du commerce de la librairie il est d’ailleurs emprisonné à Charenton pour cette raison en 1787. Royaliste militant, il édite et vend les Actes des Apôtres et de nombreux ouvrages similaires, ce qui vaut quelques désagréments à sa boutique, victime à plusieurs reprises de descentes de police ou d’attroupements populaires. Ainsi, le 21 mai 1790, vers sept heures et demie du soir, sur une dénonciation, si l’on en croit les procès-verbaux de police, le commissaire Toublanc opère la saisie36 de six paquets des Actes des Apôtres ainsi que d’un paquet intitulé Mes amis, voici comment tout irait bien. L’origine de l’histoire est peut-être un peu différente à en croire quelques pages anonymes qui ne tardent pas à être publiées sous le titre L’aristocratie du libraire Gattey punie par le peuple ou supplice des Actes des Apôtres37. Le “peuple, hostile à cette publication antipatriotique, aurait voté une motion visant à en rechercher l’auteur et le libraire-imprimeur. Mais qui se cache sous cette formulation révolutionnaire stéréotypée Ne serait-ce pas la foule des habitués du Palais-Royal, prompts à s’enflammer pour ou contre les événements du jour Arrivés chez Gattey, ils obtiennent de se faire remettre “plus de douze mille textes38 qu’ils déchirent. L’épouse du libraire, seule alors dans la boutique, se trouve mal Gattey arrive et réclame le paiement de ses journaux la boutique est alors mise à sac et les papiers incendiés dans un grand autodafé purificateur :

“Tous les bons citoyens applaudissaient à cet acte de justice les seuls aristocrates témoins de ce nouveau désastre improuvaient cette punition méritée, comme s’il était étrange qu’un écrit incendiaire soit condamné au feu.”39

20Après cette émeute, dont il n’est pas possible de mesurer la spontanéité réelle, et après avoir fait l’inventaire de ce qui se vendait chez Gattey, le commissaire décide d’organiser des perquisitions chez tous les libraires du Palais-Royal avec l’escorte “d’un nombre suffisant d’hommes armés40, précaution nécessaire dans ce quartier en perpétuelle ébullition. Charles Gattey poursuit cependant ses activités sans sourciller, mais non sans danger.

21Au printemps de l’année suivante, alors que nombre de radicaux parmi les plus extrémistes, au nombre desquels figure Marat, entretiennent l’opinion dans l’idée que des complots ne cessent de se tramer, que des trahisons sont sur le point d’être dévoilées et soupçonnent l’entourage du roi, et le roi lui-même, de compromission avec les émigrés, la situation au Palais-Royal est à nouveau très tendue et le pape y est brûlé en effigie pour avoir condamné la Constitution civile du clergé. Le 3 avril 1791, la police, qui a remarqué la foule excessive des truands et des vagabonds, craint des troubles lors de la cérémonie de l’enterrement de Mirabeau, mort le 2 de ce mois. Par une lettre adressée au commissaire de la section de la Butte des Moulins, toujours Jacques-Christophe Toublanc41, le département de Police demande que des mesures de surveillance soient prises car :

“Les ennemis du bien veulent troubler l’ordre public en remplissant Paris de vagabonds. Nous sommes dans un moment de crise, si on n’y prend garde, nous tomberons dans une anarchie complète.”42

22Des désordres surviennent bien à la date indiquée, le même jour et en partie chez Gattey où un attroupement de particuliers se forme qui protestent contre la façon dont sont préparées les cérémonies en l’honneur de Mirabeau. Le “tumulte tourne court l’un des orateurs les plus véhéments, arrêté par les hommes du commissaire Toublanc, est pourtant rapidement libéré grâce à l’intervention de “l’administrateur des Postes. L’affaire est close avant même l’ouverture d’une enquête. Gattey n’a cependant pas été inquiété. Une caricature publiée dans le journal de Camille Desmoulins les Révolutions de France et de Brabant immortalise bientôt, en les dénonçant, les journaux royalistes menacés de subir le même “brûlement que le bref du pape sur cette Matinée du Palais-Royal43. Les Actes des Apôtres y figurent en bonne place, tout près du pape Pie VI cerné par les flammes les autres périodiques, l’Ami du roi, le Journal de la Cour et de la Ville, le Mercure de France et le Journal de Paris complètent ce tableau d’honneur (de déshonneur dans l’esprit de Camille Desmoulins) de la presse contre-révolutionnaire.

23La librairie Gattey, dans laquelle travaillent également sa femme, ses fils et sa sœur, est donc déjà fameuse à Paris en 1790, lorsque paraît le premier numéro des Actes des Apôtres, périodique étrange, ouvertement royaliste et illustré de façon sporadique, qui dessine sous nos yeux l’image d’une autre Révolution, celle d’aristocrates traîtres à leur caste, comme Narbonne, le ministre à tête de linotte44, de Girondins qualifiés de voleurs comme Brissot45 ou encore de l’accouchement difficile de la Constitution, malgré les efforts du député Target46... La rédaction du journal, dont le maître d’œuvre demeure Peltier, est composée de dix-sept personnalités très caustiques qui se réunissent chaque semaine dans un café pour affûter leur prose47. La page de titre ainsi que le frontispice en donnent le ton :

“Les Actes des Apôtres
Commencés le jour des Morts, et finis le jour de la Purification (...)
À Paris
L’An de la Liberté O.”

24Un autre frontispice, celui du volume 1, Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable, précise, si besoin était, le ton général de la publication. On y oppose la ville de Paris soumise à la violence (peut-être est-ce la miseen images du pillage de l’hôtel de Castries) avec la lettre “les bonnes actions valent mieux que les belles actions et un combat naval intitulé “M.D’Albert de Riom fait une belle action se battant sur le Pluton contre IV vaisseaux. Sur quelques numéros, et particulièrement les frontispices des différents volumes, figurent des gravures, parfois commentées très longuement. Le succès, commercial ainsi que d’opinion, de ce périodique peut être mesuré à l’aune de sa diffusion, des mois voire quelques années après l’arrêt de sa publication en septembre 1791.

Gattey et le commerce des livres vers Saint-Domingue

25Le libraire François-Charles Gattey, principal diffuseur de la publication, intéresse donc au plus haut point les autorités de police lorsque, en février 1794, une caisse de livres, en partance pour Saint-Domingue, est interceptée au Havre. Une enquête est alors ouverte pour contrôler le contenu de la caisse les livres, qui sont envoyés à Saint-Domingue pour le compte du libraire Bénard, ont été réunis en particulier par le libraire Gattey. Les affaires Gattey et Bénard se trouvent liées un temps, du moins jusqu’à la sentence finale. Le 2 ventôse an II (20 février 1794), une malle de livres, envoyée “il y a presque un an, suivant le procès-verbal, ce qui fait remonter l’affaire au printemps 1793, par les citoyens Bénard et Grandmaison, en partance pour le Cap français, est interceptée au Havre, lors de la demande du visa d’expédition. Le comité révolutionnaire du Havre-Marat adresse le procès-verbal de l’inventaire de la caisse au Comité de surveillance du département de Paris, section de Bonconseil48. Les interrogatoires menés ensuite nous apprennent que Denis-Alexandre Bénard, âgé de 27ans, est libraire-papetier-imprimeur rue Saint-Denis n°72, section des Amis de la Patrie mais aussi au Cap français, où il s’est rendu pour la dernière fois le 28 novembre 1792. Les citoyens Grandmaison et Bénard sont interrogés le 19 ventôse49 au comité révolutionnaire de la section de Bonconseil. Thomas Jean Massot dit Grandmaison, 32 ans, originaire de Chartres, imprimeur, place des Victoires Nationales n°5, est un ancien commis de Bénard aux appointements de 1200 livres par an, nourri et logé. Ancien secrétaire du ci-devant comte de Maillebois, Grandmaison est entré au service de Bénard en août 1792 et l’a quitté en octobre 1793. Il reconnaît avoir fait cet envoi au Havre, afin qu’il soit ensuite acheminé à destination du “citoyen Gabriel Decomba et compagnie, libraire-imprimeur au Cap français”. Il déclare en avoir ignoré le contenu parce que différents libraires parisiens lui avaient fait parvenir des livres commandés exclusivement par le citoyen Bénard, avant son départ et livrés déjà empaquetés il déclare en outre “ladite caisse contenir beaucoup de papier blanc. Quant à Bénard s’il nie avoir donné l’ordre à Grandmaison d’expédier cette caisse, il reconnaît avoir passé commande des nouveautés qui paraîtraient, “en un ou deux exemplaires, à plusieurs libraires. Lors de son dernier séjour à Saint-Domingue, il a demandé à Grandmaison des registres blancs, des livres de médecine et de chirurgie, mais en aucun cas les titres contenus dans la malle saisie. Première divergence entre les deux dépositions Grandmaison mentionne que Bénard a passé commande aux libraires parisiens “avant son départ pour Le Cap50 tandis que Bénard reconnaît avoir demandé à Grandmaison des livres et du papier blanc depuis sa résidence domingoise. On peut supposer que Bénard aurait passé deux commandes, à deux époques différentes, l’une de Paris, directement aux libraires, ce qui explique l’ignorance de Grandmaison qui envoie au Havre des paquets fermés, l’autre de Saint-Domingue, à Grandmaison lui-même. Le procès-verbal, qui n’est pas très explicite à ce propos, montre cependant que les enquêteurs se préoccupent surtout des déplacements de Bénard, qui constitueraient les premiers indices d’un réseau de propagande contre-révolutionnaire organisé dans les colonies. La recherche de la formation de pareils réseaux de propagande royaliste est toujours au cœur des préoccupations des enquêteurs. Lors de la perquisition au domicile parisien de Bénard, rue Saint-Denis n°72 et n°110, on saisit vingt-neuf pièces de correspondances et un livre d’enregistrement dans lequel figure bien l’ordre d’expédition de la fameuse caisse de livres51 dont il avait déclaré ne rien savoir. L’affaire devient sérieuse Bénard est à nouveau interrogé le 21 ventôse (12 mars 1794). Reconnaissant avoir commandé à plusieurs libraires parisiens toutes les nouveautés, mais en un seul exemplaire, Bénard doit admettre qu’il connaissait le contenu de la caisse dont la copie de l’enregistrement avait été saisie chez lui. Les enquêteurs s’acharnent :

“Toutes les nouveautés à cette époque [sans doute avril 1793] portant un caractère marqué de contre-Révolution, vous ne pouviez, en les demandant, avoir d’autre motif que de les faire réimprimer, de les distribuer dans ce pays et conséquemment y semer un germe de division et de guerre civile. Cette observation est tellement fondée que dans la liste assez nombreuse des ouvrages qui vous étaient envoyés, il n’en est pas un qui ne soit ennemi de la Révolution.”52

26Le soupçon des enquêteurs sur l’organisation d’un réseau de propagande à grande échelle est renforcé par les envois de papier blanc et d’ouvrages contre-révolutionnaires. Bénard se défend :

“Le motif que vous me supposez n’existe pas. Je n’ai jamais fait réimprimer aucun ouvrage aristocratique et à l’époque où deux partis se sont prononcés distinctement dans la colonie j’ai moi-même engagé les municipalités du Cap français à venir chez moi, à examiner et juger les brochures qui pouvaient s’y trouver provenant des envois qui sortaient de presse. Ma conduite, d’ailleurs, tant à Saint-Domingue qu’en France depuis 1789 justifie mes intentions.”53

27Quand on lui demande les noms des libraires parisiens, il nomme Gattey, Barbou frères54 rue des Mathurins, Cuchet55 et Garnéry56, rue Serpente. Il précise même “Gattey est celui qui m’a fourni le plus de ces livres-là”. L’étude, présentée plus loin, de la liste des livres contenus dans la malle du Havre montre effectivement que Gattey est le principal pourvoyeur de livres, puisqu’une seule publication peut-être attribuée avec certitude à Cuchet. Certes, un libraire n’est pas nécessairement éditeur et Gattey a pu fournir de nombreux exemplaires d’ouvrages publiés ailleurs mais, en l’occurrence, aucune pièce de procédure ne permet de l’affirmer.

28Le 22 ventôse, fin du premier acte de l’affaire de la malle du Havre. Les enquêteurs rédigent un mémorandum qui conclut à l’importance de l’affaire car “si une malle a pu être interceptée, d’autres sont passées librement et se prononcent pour le renvoi de Bénard et de Grandmaison devant le Tribunal révolutionnaire57. Gattey est interrogé le même jour, 22 ventôse, tandis qu’une perquisition est diligentée chez lui. Si l’examen des titres contenus dans la malle ne permet pas de discerner une importante participation de la librairie Gattey dans le commerce de brochures contre-révolutionnaires, les saisies opérées chez Gattey autant que le passé du libraire pèseront lourd contre lui.

Les brochures saisies au Havre

29Seize titres différents ont été inventoriés par les autorités du comité révolutionnaire du Havre-Marat lors de la mise sous séquestre de la caisse de livres destinée à être envoyée à Saint-Domingue. Mais, contrairement aux dires de Bénard, aucun titre ne figure en exemplaire unique ce fait permet de renforcer la conviction des enquêteurs à l’affût d’indices de la constitution d’un réseau de propagande contre-révolutionnaire. Le minimum est de deux exemplaires pour une Liste des emprisonnés58 ou encore pour la pièce de théâtre L’Ami des lois par Laya59, trois pour Ann’Quin bredouille60 ou les Mémoires de Madame de Lamotte61, quatre pour un Avis à la Convention nationale sur le jugement de Louis XVI et pour des Mémoires pour le Roi que nous n’avons pas retrouvés. Parmi les brochures figurant en un plus grand nombre d’exemplaires (six) citons encore le titre Bienfait de Louis XVI et les Réflexions de Necker sur Louis XVI62. Les autres titres, présents à douze ou treize exemplaires, sont plus clairement polémiques, de l’Almanach des honnêtes gens63 à la Défense de Louis Capet par de Sèze64, ou à La République en vaudeville65 ou enfin aux Requêtes des femmes d’émigrés. Mis à part ces brochures politiques, la malle contient encore quelques titres plus attendus pour un public éclairé, ayant pour sujet l’histoire de l’empire ottoman ou de la découverte de l’Amérique. Un seul des libraires mis en cause dans l’affaire Bénard est mentionné comme éditeur Gaspard-Joseph Cuchet, rue Serpente, éditeur d’Ann’Quin bredouille. Arrêté pour publication de pamphlets contre-révolutionnaires le 12 juillet, déféré devant le Tribunal révolutionnaire le 26 juillet, il est sauvé in extremis le lendemain, 9 thermidor66. Enfin, vingt-huit rames de papier blanc, qui pourraient servir à la réimpression des ouvrages incriminés, figurent encore dans cette précieuse caisse. Mais est-ce suffisant pour soupçonner Bénard d’organiser un réseau de propagande à grande échelle Sachant que son établissement du Cap français est également une imprimerie et que sévit une très grave crise d’approvisionnement du papier67, ne peut-on voir ici une simple marque de vigilance de sa part Par ailleurs, la moitié des titres ont été commandés à plus de six exemplaires, ce qui semble correspondre à une demande de la clientèle plutôt qu’à une volonté de contrefaire les ouvrages en les réimprimant car un seul exemplaire aurait alors suffi. Les fils entrecroisés des recherches portant sur le milieu des libraires parisiens conduisent les enquêteurs chez Gattey.

Gattey et le commerce des livres vers l’Île de France

30Une perquisition chez Gattey est alors diligentée le 22 ventôse an II (13mars 1794) dans sa librairie du Palais-Royal, galerie de pierre n°14 les enquêteurs, François-Louis Fournerot, du comité de surveillance révolutionnaire du département de Paris et Jacques Mazurier, du comité révolutionnaire de la section de la Montagne, y font une moisson abondante et intéressante. Ils saisissent “un catalogue imprimé, qui n’est malheureusement pas joint au dossier, divers objets, un portrait de Louis XVI en 1783, une lettre d’Angleterre en date du 16 avril 1793 signée Mary Lange Gravier avec mention manuscrite d’une réponse de Gattey, une lettre imprimée aurédacteur du Journal de Paris, deux mémoires d’Édouard de Ménard en date du 3 avril 1790 et du 17 mai 1790, enfin un courrier, d’Angleterre encore, émanant du citoyen de Murville, colon établi à l’Ile de France, ainsi qu’une facture adressée par Gattey au même M.de Murville en date du 17décembre 179068. Ces derniers documents correspondent très précisément à l’activité de libraire de Gattey ce sont des bordereaux mentionnant les titres et les prix de livres commandés par Ménard et par Murville. Le compte de M. de Ménard correspond à la livraison de quelques pièces de théâtre et des Actes des Apôtres, pour une valeur de 4 livres 8 deniers.

31En revanche, le mémorandum adressé par Gattey à M. de Murville, qui remplit douze pages grand format de fort papier bleu, et cent trente titres pour une valeur totale de 4306 livres 9 sols, va peser lourd dans l’accusation de complot royaliste dans les colonies et à l’étranger lancé contre Gattey. En effet, tous les livres doivent “être vendus à l’Ile de France par M.Couve de Murville dont le correspondant à Bordeaux est M.Danissière St Éloi69. On sait par ce document que les caisses (il y en a six) sont bien arrivées à Bordeaux et que leur contenu a été vérifié avant leur expédition outre-mer, mais en décembre 1790, les colis n’avaient pas été interceptés par la police. Lors de son interrogatoire, Gattey choisit la dénégation non il ne connaît pas Bénard, non il ne connaît pas Grandmaison, non il n’a jamais rédigé la facture adressée à Murville... On lui fait remarquer que cette dernière réponse est absurde puisqu’une lettre de remerciements de Murville à Gattey à la réception des livres figure dans les papiers saisis. Et quand on l’interroge sur ses correspondances avec l’Angleterre, il continue à nier avec détermination :

“Question Cette lettre trouvée chez vous venant d’Angleterre à laquelle vous avec répondu le 16 avril 1793 prouve que vous êtes en correspondance de commerce avec un libraire anglais selon toute apparence et prouve aussi que vous ne lui faites pas parvenir les ouvrages les moins contre-révolutionnaires puisqu’il vous demande tout de suite quelques copies de l’Éloge funèbre de Louis XVI.
Réponse Je déclare que je n’ai point envoyé le livre dont il est question. Je ne connais pas celui qui me le demandait et c’est un faux nom qu’il m’a donné.
Question Vous nierez sans doute aussi que vous avez fait parvenir ailleurs la scélérate brochure des Attentats de Versailles, Forfaits du six octobre 1789, Association des princes, et autres qui, à quelque époque que ce soit peuvent bien être regardées comme contre-révolutionnaires tel encore que Frère Jacques Clément ou la Motion du Club des jacobins, le véritable ami de la reine.
Réponse Je ne connais pas ces ouvrages.
Question Mais Murville reconnaît les avoir reçus de vous. Et dit que pour les prochains envois vous les ferez sous le couvert de M. Danissière StÉloi à Bordeaux.
Réponse Je ne sais rien de cela.
Question N’avez-vous pas vendu dans le temps et fait colporter la brochure infâme connue sous le nom des Actes des Apôtres ?
Réponse Je ne l’ai pas fait colporter car l’auteur le faisait lui-même.”70

32Les autorités félicitent chaleureusement les citoyens-enquêteurs, Fournerot et Mazurier, pour leur zèle et leur efficacité patriotiques :

“Dans leurs interrogatoires, Grandmaison et Bénard ont désigné plusieurs libraires mais particulièrement Gattey. Il paraît que le Monsieur est un négociant d’aristocratie vous avez ordonné son arrestation bravo. La recherche faite chez lui prouve que Bénard n’était pas là seul et qu’il vendait le poison le plus subtil de la contre-Révolution. Il faut venger les patriotes des manœuvres scélérates qu’on a employées pour les perdre désigner à l’accusateur public le nom et la demeure des autres libraires. De témoins peut-être on les verra escalader les degrés qui conduisent au fatal fauteuil. Le temps de la clémence est passé. Vengeance citoyens, le salut de la patrie le veut et le sang de nos frères immolés à l’aristocratie en fait retentir le cri au fond de nos cœurs”.71

33Malgré leurs recherches, Fournerot et Mazurier ne réussiront à identifier comme “autre libraire qu’un comparse sans importance, Augustin Hébert. Mais, malgré les lacunes du dossier dans les archives des procédures criminelles ainsi que dans les archives du Tribunal révolutionnaire, des pièces mentionnées sur les procès-verbaux n’y ayant pas été jointes, la facture des livres fournis à M.de Murville, en date du 17décembre 1790, montre bien l’existence d’un réseau de vente d’ouvrages contre-révolutionnaires avec les colonies dès 1790. Cette facture établie par Gattey remplit douze pages grand format recto-verso on y lit très exactement le détail du contenu de chacune des six caisses envoyées à l’Ile de France pour Couve de Murville et qui transitent aux bons soins de M.Danissière Saint-Éloi à Bordeaux. Les titres des ouvrages sont accompagnés d’une brève description physique (reliure ou non, nombre de volumes), de leur prix à l’unité et de la somme totale à acquitter en fonction du nombre des ouvrages commandés. Trois malles et trois caisses numérotées, portent les marques “PCM” et “G”, ce qui pourrait signifier “Couve de Murville” et “Gattey”, la caisse numéro six portant précisément “PC M” et “G T”. Dans la deuxième caisse, portant le n°5, figurent, sous la rubrique “nouveautés, cinq paquets dont le détail nous apprend qu’il s’agit de brochures, (une quarantaine de titres différents) en un assez grand nombre d’exemplaires (entre douze et vingt-cinq). En résumé, on peut compter plus de cent trente titres en tout couvrant, d’une part, les centres d’intérêts d’une clientèle éclairée (de la littérature classique et de la littérature de voyage, des pièces de théâtre et des livres d’histoire), d’autre part les “livres philosophiques” si prisés au xviiie siècle (Félicia, Thérèse philosophe, La vie de Marianne de Marivaux ou encore les œuvres de l’Arétin), enfin des Actes des Apôtres, des œuvres de Suleau72 et des brochures politiques dont une quarantaine pouvaient apparaître comme contre-révolutionnaires aux yeux des enquêteurs. Selon une habitude que nous avons rencontrée dans maints dossiers d’archives, les enquêteurs ont souligné en rouge les titres les plus suspects tel est le cas de tous les ouvrages, au nombre de dix, du “paquet n°1, caisse n°5. On peut y relever Faut-il des assignats 73 ou Injustice criante74 ou Cacophonie75. Il est parfois difficile de faire correspondre les titres notés par Gattey avec les catalogues bibliographiques actuels ainsi, la caisse n°2 renferme-t-elle douze Discours de l’abbé Maury pour la somme de sept livres quatre deniers. Mais s’agit-il du Discours sur la formation d’une législature prononcé le 19 avril 1790 par l’abbé Maury, édité à Paris, par l’imprimerie de Rozé en 179076 ou, plus vraisemblablement d’un Discours improvisé de M.l’abbé Maury sur les assignats le 27 septembre 1790, saisi à la prononciation par la société qui écrit aussi vite que la parole, publié à Paris par Gattey soi-même77 Près des troisquarts des titres référencés sur cette facture n’ont pas pu être retrouvés dans les collections publiques : est-ce pour des raisons matérielles de format (les très petits opuscules ont plus de chances d’être détruits plutôt que collectionnés) ou parce que leurs titres auraient été transcrits par Gattey de façon approximative Quoi qu’il en soit, le document adressé par Gattey à Couve de Murville démontre bien la persistance du libraire dans sa conduite de “marchand d’aristocratie”. La tâche de l’accusateur public va en être grandement facilitée.

Le jugement du 25 germinal an II

34Le 24 ventôse, un autre comparse est mêlé à l’affaire Gattey. Il s’agit d’un certain Augustin Hébert, 26 ans, né à Lisieux parent de Gattey chez qui il a vécu et travaillé jusqu’à la fin de l’année 1788, est soupçonné d’avoir colporté des Actes des Apôtres arrêté, il est incarcéré à la prison des Magdelonnettes78. Lors de sa comparution devant le Tribunal révolutionnaire, le 15 germinal an II (4 avril 1794), il nie avoir colporté les Actes des Apôtres, ce que Gattey avait déjà affirmé. On lui conseille de prendre pour avocat le fameux Chauveau-Lagarde79. Quant à Gattey, incarcéré à la Conciergerie en même temps que Bénard, il subit un second interrogatoire, au Tribunal révolutionnaire, le 4 germinal an II (24 mars 1794) au cours duquel il maintient pour l’essentiel ses réponses, n’apportant quelques précisions, assez confuses au demeurant, qu’au sujet de ses correspondances avec l’Angleterre en 179380. Sans doute avait-il perçu que le danger résidait là. Cependant les enquêteurs, convaincus a priori de la culpabilité de Gattey, ne lui demandent pas d’éclaircissements supplémentaires. Connu de longue date pour être un “négociant d’aristocratie”, son sort était scellé avant même le début de l’enquête, sans doute dès la fin de l’année 1790 qui le voit diffuser force Attentats de Versailles81 ou Frère Jacques Clément82 au moment même où les résultats de l’enquête du Châtelet sur les événements d’octobre 1789 entraînent les royalistes sur le chemin de la propagande contre-révolutionnaire la plus active dont témoignent Les Entretiens des Bourbons83. Il prend pour conseil Chauveau-Lagarde.

35Lors de la séance du 25 germinal, le Tribunal révolutionnaire doit se prononcer sur la culpabilité de François-Charles Gattey, de Jean-Thomas Massot dit Grandmaison, de Denis Alexandre Bénard et d’Augustin Hébert. Présentant le premier, l’accusateur le qualifie de :

“Libraire [qui a] tout le temps de la Révolution été le propagateur le plus actif des principes aristocratiques, le plus ardent distributeur de toutes les productions contre-révolutionnaires destinées à empoisonner l’esprit public, a cherché à opérer la contre-révolution dans les colonies en y envoyant tout ce qui pouvait être calomnieux.”84

36De façon lapidaire, la question posée au Tribunal est “y-a-t-il un complot aux colonies La réponse est oui. Une deuxième question est alors posée :

“Gattey, libraire de Paris, est-il convaincu d’être le complice de cette conspiration en imprimant, vendant et expédiant pour les colonies des écrits contre-révolutionnaires tendant à l’avilissement et à la dissolution de la représentation nationale et au rétablissement de la royauté ?”

37La réponse est encore oui. Pour Grandmaison, on se contente de demander s’il “est l’auteur ou le complice de la conspiration en expédiant les écrits. La réponse est non. Une question similaire est posée concernant Bénard est-il “l’auteur ou le complice de la conspiration en vendant et en colportant des écrits contre-révolutionnaires La réponse est encore non, tout comme pour Hébert pour lequel on s’interroge simplement “est-il le complice de la conspiration en vendant ou colportant des écrits contre-révolutionnaires La réponse est également négative. La sentence tombe alors Bénard, Grandmaison et Hébert sont libérés tandis que Gattey, condamné à mort est immédiatement exécuté. À l’annonce du jugement, Marie-Claude Gattey, 39 ans, religieuse, sœur du prévenu, “a poussé des cris de Vive le roi dans l’enceinte du Tribunal révolutionnaire et proféré des propos tendant au rétablissement de la royauté.”85

38Immédiatement arrêtée, elle est guillotinée le lendemain, 26 germinal. On peut voir dans son comportement le désespoir d’une sœur aimante ou l’indice d’un esprit aristocratique déchaîné. Cependant, la veuve de François-Charles Gattey n’abandonne pas tout espoir de reprendre les activités de la librairie et, le 28 nivôse an III (18 janvier 1795), elle obtient la levée des scellés sur le magasin de son mari86.

39L’histoire du libraire Gattey et de ses collègues s’arrête ici, sur un jugement somme toute assez nuancé puisque rien dans les procédures ne permettait d’accuser formellement Grandmaison ni Hébert de conspiration avec les colonies. Le cas de Bénard nous apparaît toutefois plus douteux puisqu’il passe effectivement des commandes de brochures aristocratiques pour son établissement de Saint-Domingue mais des lettres anonymes, venues de Paris ainsi que d’autres papiers, témoignages et bribes d’interrogatoire en sa faveur, le montrant comme un naïf à court d’argent, sont conservés dans les cartons d’archives de l’affaire Desenne où ils servent de chemises87. Le jugement du Tribunal révolutionnaire n’a été ni sommaire, ni exécutif dans cette grave affaire de complot contre-révolutionnaire.

Les rescapés de Thermidor

40Le 24 ventôse an II (14 mars 1794), le jour même où Augustin Hébert, parent de Gattey, subissait son premier interrogatoire, la librairie Desenne88, au Palais-Royal, subissait une perquisition. Les enquêteurs ne trouvent rien de bien suspect chez Michel-Joseph Desenne, 40 ans, natif de Bouchotte-aux-Bois, département du Nord qui subit pourtant un interrogatoire serré le 26 ventôse (16 mars 1794). Il se défend d’avoir jamais enfreint la loi s’il a vendu des Actes des Apôtres en 1790 et en 1791 c’est parce que, dit-il, “dans ce temps-là je jouissais de la loi qui autorisait la liberté de la presse. Il n’a jamais tenu de cabinet littéraire, ne connaît pas le catalogue Nouveautés politiques et littéraires89 ni La feuille de correspondance du libraire90, catalogues de ventes sur lesquels figure pourtant sonnom enfin, il a passé la journée du 10 août 1792 chez son frère au Luxembourg et celle du 31 mai 1793 chez lui “n’ayant point été commandé. Ces questions, rituelles dans la plupart des interrogatoires que nous avons consultés, sont destinées à mesurer l’engagement civique des hommes de l’écrit. Mais leurs réponses sont stéréotypées le Paris des libraires était donc systématiquement absent de la rue lors de ces journées politiquement importantes... Deux semaines après cet interrogatoire, alors que Desenne est emprisonné et que les enquêtes policières dans le milieu des libraires s’activent, le comité révolutionnaire de la section de la Montagne envoie aux citoyens composant le Comité de surveillance du département de Paris la lettre suivante :

“Citoyens,
Les renseignements que nous avons pris sur le compte du citoyen Deseine [sic] libraire Maison Égalité étant à son avantage, nous vous laissons à votre sagesse le soin de prononcer sur son sort.
Salut et fraternité.
Daubenton, président. Brillant Baillet, commissaire. Jarlat, Mazurier, Lemercier, Mottet.”

41Lettre chaleureuse, venant de personnes au-dessus du soupçon de royalisme ou de modérantisme, qui permet à Desenne d’éviter une comparution trop rapide devant le Tribunal révolutionnaire. Certes, il passe encore plus de quatre mois en prison avant d’être libéré, à une date que nous n’avons pas encore pu déterminer avec précision, après Thermidor. Desenne avait-il été “vendeur d’aristocratie Sans doute car, comme nombre de ses confrères, il a vendu de “ces livres [qui] à l’époque se vendaient, selon la formule de Bénard. Mais était-il “négociant d’aristocratie comme Gattey Sans doute pas si l’on suit les témoignages de ses proches et de ses voisins qui montrent Desenne comme un commerçant, apprécié de ses voisins et surtout des membres du comité révolutionnaire de sa section dont le témoignage a été essentiel pour le sauver.

42Ainsi, l’activisme des autorités de police qui cherchent à contrôler la production et la diffusion des écrits à Paris en 1794 permet de mettre au jour et de démanteler un réseau de propagande royaliste organisé par certains libraires à destination des colonies, Saint-Domingue ou Île de France (île Maurice). Les cas qui ont été rapportés ici mettent en cause six personnes, Froullé, Levigneur, Bénard, Grandmaison, Hébert et Gattey trois d’entre elles, Froullé, Levigneur et Gattey ont été condamnées à mort et exécutées mais il semble bien que seul ce dernier ait délibérément participé, en connaissance de cause et en accord avec ses convictions personnelles, à un réseau de propagande illicite. Froullé et Levigneur en revanche ayant sans doute “payé” pour le contenu politique de la Liste comparative91. C’est en effet à partir de cet écrit que s’élabore le discours royaliste de la condamnation du roi à une voix de majorité, alors que le dernier appel nominal (le 19 janvier) donne un excédent de 34 voix par rapport à la majorité absolue. Cependant, si les nombreuses arrestations ont été suivies d’interrogatoires serrés et judicieux, les sentences prononcées par le Tribunal révolutionnaire apparaissent assez mesurées et peuvent être justifiées par la situation politique du moment92. L’accusateur public Fouquier-Tinville agit ici en homme politique soucieux de préserver la France des dangers induits par la puissance d’une contre-révolution organisée dans les colonies, avec l’aide de l’Angleterre et l’appui de réseaux intérieurs situés au cœur de la capitale.

Haut de page

Notes

1Ce texte reprend une communication présentée au séminaire de Bernard Gainot, “Structures politiques et réseaux”, le 6 février 1999.
2Claudette Hould, “La construction de la mémoire de l’événement à travers les estampes le cas du serment du Jeu de Paume, Histoire, Images, Imaginaires, sous la direction de Michèle Ménard et Annie Duprat, Université du Maine, Le Mans, 1998, pp.341-352.
3Annie Duprat, “Autour de Villeneuve, le mystérieux auteur de la gravure La contre-révolution, A.H.R.F. n°309, juillet–septembre 1997, pp. 423-439. Warren Robert, David and Prieur, Revolutionary Artistes, New York, State Univ. of New York Press, 2000.
4Liste comparative..., sl, 1793, B.N.F. Lb41 354.
5Toutes les informations sur les libraires parisiens sont extraites de l’ouvrage de Jean-Dominique Mellot et Élisabeth Quéval, Répertoire d’imprimeurs-libraires xvie-xviiie siècle, Paris, B.N.F., 1997.
6Le journal de Suleau, publié entre mars 1791 et août 1792, B.N.F. Lc2 588-589. François-Louis Suleau, avocat et journaliste né en 1757, est également l’un des rédacteurs les plus importants des Actes des Apôtres. Dénoncé par Théroigne de Méricourt, il a été massacré le 10 août 1792.
7Arch. nat. W 332, dossier 566, folio 1.
8Ibid., folio 2.
9Ibid.
10Ibid. Le texte est effectivement inséré dans la Liste comparative, pp.50-54.
11Mellot, p. 134. François Buisson (1754-1814) proche de la Gironde, a publié La bouche de fer.
12Id., p. 478. Charles-Frédéric Perlet (1759-1828), royaliste convaincu et activiste, est l’auteur d’un journal appelé, après plusieurs changements de titres, Journal de Perlet.
13Arch. nat. , W 332, dossier 566, folio 3.
14Nicolas-Edme Restif de la Bretonne résume la demande de liberté d’expression des écrivains et des journalistes en ces termes “Respectez l’écrivain, quoi qu’il écrive s’il est antisocial, le mépris public vous en vengera. Que la presse soit libre, dans Les nuits révolutionnaires, Paris, le Livre de Poche, 1978, p. 79.
15Arch. nat. , W 332, dossier 566, folio 5.
16Ibid., folio 7.
17Ibid., folio 6.
18Albert Soboul, Le procès de Louis XVI, Paris, Gallimard-Julliard, 1966, p.219.
19Arch. nat. , W332, dossier 566, folio 10.
20Liste comparative, op. cit., pp. 29-31.
21Arch. nat. , W332, dossier 566, folio 10. Sur la Liste comparative (p.50) figure précisément la formule “ces malheureuses princesses, renvoyant à la phrase précédente, “[le roi fait ses adieux] à sa femme, sa sœur et ses enfants.
22Liste comparative...,op. cit. p. 52.
23Arch. nat. , W 332, dossier 566, folio 10.
24Pour quelques autres récits, voir Antoine De Baecque, Le gloire et l’effroi. Sept morts sous la Terreur, Paris, Grasset, 1997, “Louis XVI ou les restes sacrés, pp.109-148. La Liste comparative ne figure cependant pas dans cet ensemble de récits de la mort du roi.
25Arch. Nat. , W 332, dossier 566, folio 10.
26Liste comparative..., op.cit. p. 53.
27Louis XIV trouvant Louis XVI qui forgeait des chaînes en chantant ce couplet, B.N.F. Impr., Lb39 4267 (2), p. 1.
28Antoine De Baecque, op. cit. p. 139.
29Il s’est déclaré en faillite le 5 octobre 1792 (Arch. de Paris, D 11, carton 1, n°47).
30Mellot, p. 281.
31Id., p. 224.
32Id., p. 280.
33Id., p. 480.
34Remerciement des libraires de la rue Saint-Jacques à M.Necker, Paris, 1789, B.N.F. Lb39 6788.
35Réponse des libraires du Palais-Royal au remerciement de leurs confrères de la rue Saint-Jacques à M.Necker, Paris, 1789, B.N.F., Lb39 6833.
36Arch. de la Préfecture de police, Aa 81, folio 156.
37L’aristocratie du libraire Gattey... , Paris, L. L. Girard, sd, B.N.F., Lb39 3440.
38Id., p. 4.
39Id., p. 6.
40Arch. de la Préfecture de police, Aa 81, folio 157.
41Sur la personnalité ambiguë de Jacques-Christophe Toublanc voir notre thèse, Repique est Capet. Louis XVI dans la caricature naissance d’un langage politique, sous la direction de Claude Langlois, Rouen, 1991, pp.485-502. Voir aussi les détails de son action contre les jeux clandestins dans Francis Freundlich, Le monde du jeu à Paris, 1715-1800, Paris, Albin Michel, 1995.
42Arch. de la Préfecture de Police, Aa 83, folio 89, 4 avril 1791.
43Révolutions de France et de Brabant, n° 76 du 9 mai 1791 dans l’exemplaire de la B. H. V. P.
44Il est représenté ainsi sur une caricature, Le ministre Linotte déclarant la guerre à la noblesse française. Voir la reproduction de l’estampe ainsi que La chute du ministre Linotte dans Claude Langlois, La caricature contre-révolutionnaire, Paris, CNRS, 1988, p.79 et p. 164.
45Voir la caricature B.R.I.S.S.O.T. mettant des gants dans Claude Langlois, op. cit. p. 89. Lesroyalistes inventent le verbe “brissoter” comme synonyme de “voler”.
46Voir la caricature Les couches de M.Target, dans Claude Langlois, op. cit., p. 64.
47Artaud, Aubonne, Bergasse, Berville, Champcenetz, Du Mesnil-Durand, La Bintinaie, Langeron, Lauraguais, Mirabeau-Cadet (connu chez les patriotes sous le sobriquet de Mirabeau-Tonneau), Montlosier, Régnier, Rivarol, Suleau, Tilly, Turménie, Villeroy.
48Arch. Nat. , W 345, dossier n° 678.
49Ibid., pièce n°4.
50Ibid., dossier n°378, pièce n°4.
51Ibid., pièce n°5.
52Ibid., dossier 678, pièce n°6 (interrogatoire du 2 ventôse).
53Ibid.
54Mellot, p. 52. La famille Barbou est une importante dynastie de libraires-imprimeurs présents à Paris depuis la fin du xve siècle.
55Id., p. 197.
56Id., p. 280.
57Arch. Nat. , W 345, dossier n°678, pièce n°6.
58Nous avons choisi de respecter les titres tels qu’ils apparaissent dans le procès-verbal. Les titres exacts, quand ils ont pu être retrouvés, figurent en note.
59L’Ami des lois, comédie en cinq actes et en vers, par Laya, Paris, Maradan, 1793, B. N. F. , Yf 11198 ou Yth 645.
60B. N. F. , 8° Lc2 2475, collection incomplète ne comportant que le prospectus, le tome III du 15avril 1791 et le tome VI du 15 juillet 1791 de Ann’Quin bredouille. L’ouvrage est annoncé dans le prospectus comme illustré d’une ou plusieurs figures.
61Mémoires justificatifs de la comtesse de Valois de La Motte écrits par elle-même, Londres, 1789, B.N.F. Réserve, Ln27 11 288.
62Sans doute faut-il comprendre Réflexions présentées à la Nation française sur le procès intenté à Louis XVI, Paris, Volland, 1792, B. N. F. , Lb41 150.
63Almanach des honnêtes gens, l’An premier du règne de la Raison, slnd, B. N. F. Réserve, F 719 (94bis).
64Défense de Louis XVI prononcée à la barre de la Convention nationale le 26 décembre 1792, Paris, Imprimerie nationale, 1792, B.N.F., Lc38 74. 
65La République en vaudevilles précédée d’une notice des principaux événements de la Révolution pour servir de calendrier à l’année 1793, Paris, 1793, chez les marchands de nouveautés, B. N. F. , Lb41 2556.
66Mellot, p. 97. Cuchet reste fidèle à ses engagements royalistes et il édite, sous le Directoire, des journaux scientifiques comme le Journal de physique, de chimie et d’histoire naturelle. Voir Carla Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, 1789-1810,Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1991, p. 159.
67Jean-Paul Bertaud, Les amis du Roi. Journaux et journalistes royalistes en France de 1789 à 1792, Paris, Perrin, 1984, p. 52.
68Arch. Nat. , W 345, dossier n°678, pièce n°9.
69Ibid.
70Ibid., pièce 10.
71Ibid., Bb3 / 69, folio 2. Ce document est signé Marinaud.
72Il a été vendu douze “interrogatoires de Suleau pour la somme de dix livres seize deniers. Nous n’avons pas trouvé ce titre dans les publications de Suleau de la B. N. F. qui ne conserve que Le réveil de M.Suleau suivi du prospectus du journal politique que le public lui demande, publié à Paris par Guillemard, libraire quai des Augustins, Paris, 1791, 8° Lc2 588A.
73Faut-il des assignats de petites sommes Par MM.les membres de la société de 1789, lu à cette société le 15 septembre 1790, Paris, sd, B. N. F. Impr., Lb40 838.
74Injustice criante de l’Assemblée nationale, sl, 1790, B.N.F. Impr., Lb39 3424.
75La cacophonie, slnd, B. N. F. Impr., Lb39 4177.
76B. N. F. Impr., Le29 1996.
77B. N. F. Impr., Le29 969.
78Arch. Nat. , W 345, dossier n°678, Dans le dossier des affaires criminelles (Bb3 / 69, folio 271) il précise même qu’alors il était à Châlon.
79Ibid., pièce n°18.
80Ibid., pièce n°19.
81L’attentat de Versailles ou la clémence de Louis XVI, tragédie, Genève, 1790, B. N. F. , Yf 5738.
82Le frère Jacques Clément à ses confrères les Enragés, sl, 1790, B. N. F. , Ye 22858.
83Annie Duprat, “Louis XVI morigéné par ses ancêtres en 1790 les entretiens des Bourbons, Dix-Huitième siècle, n°26, 1994, pp. 317-332.
84Arch. nat. , W 345, dossier n°678, pièce n°23.
85Arch. de la Préfecture de Police, Aa, carton 18, pièce 103 bis.
86Archives de Paris, DQ 10 693.
87Arch. nat. , Bb3 / 69, folio 205.
88Mellot, p. 224. Toutefois, si l’adresse et les autres indications biographiques correspondent bien au libraire Victor Desenne, né à Paris, celui que la police interroge se nomme Michel-Joseph Desenne, né à Bouchotte aux Bois, département du Nord. On peut supposer qu’il s’agirait d’un parent, d’autant plus que le libraire Victor Desenne s’était déclaré en faillite, comme Gattey, le 11 septembre 1792 (Archives de Paris, D 11 U carton 1, n°44).
89Nous n’avons pas retrouvé trace d’un catalogue portant ce titre précis.
90Feuille de correspondance du libraire, Paris, 1791-1792, B. N. F. , Q 5097.
91La veuve Lesclapart, libraire à Paris, a été guillotinée le 20 mai 1794 pour avoir vendu la Liste comparative.
92Un autre libraire du Palais-Royal, éditeur de caricatures royalistes, Michel Wébert, originaire de Saverne, a été guillotiné également le 20 mai 1794. Voir Annie Duprat, “Le commerce de la librairie Wébert à Paris sous la Révolution”, Dix-Huitième Siècle, n° 33, 2001 (à paraître).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Duprat, « Un réseau de libraires royalistes à Paris sous la Terreur », Annales historiques de la Révolution française, 321 | 2000, 45-68.

Référence électronique

Annie Duprat, « Un réseau de libraires royalistes à Paris sous la Terreur », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 321 | juillet-septembre 2000, mis en ligne le 21 février 2006, consulté le 20 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/180 ; DOI : 10.4000/ahrf.180

Haut de page

Auteur

Annie Duprat

I.U.F.M. de Versailles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org