Navigation – Plan du site
Hommages à Marc Bouloiseau des historiens de l'Université de Rouen

Marc Bouloiseau et les biens nationaux

Bernard Bodinier
p. 174

Texte intégral

1C’est Albert Mathiez qui a proposé, en 1930, à Marc Bouloiseau de travailler sur les biens nationaux de seconde origine. La thèse principale1 et la thèse secondaire2, soutenues à Paris en 1935, sont publiées dès 1937. Devenu un membre influent de la “Commission Jaurès, Marc Bouloiseau a continué de s’intéresser aux biens nationaux. Ses travaux sont à situer dans le courant historiographique dirigé par Georges Lefebvre qui fut d’ailleurs son directeur de thèse.

2On lui doit d’abord la première étude sur les biens de seconde origine que les historiens des biens nationaux ne considèrent que “comme un appendice, un complément à leurs précédentes recherches, paraissant ainsi méconnaître la place originale que les propriétés confisquées sur les émigrés, déportés, condamnés et étrangers tenaient dans l’ensemble des ventes. Il choisit le district de Rouen et aboutit aux conclusions suivantes le calendrier des ventes s’étale du 12décembre 1793 à 1809 776lots sont vendus (une centaine d’immeubles et près de 4200 ha, soit près de 5% du sol) la majeure partie (716lots et 95% des terres) est liquidée avant la fin de 1795 les domaines ont été divisés tardivement des prête-noms se distinguent les bourgeois et urbains emportent la majeure partie des biens, ce qui n’empêche pas de nombreux petits acquéreurs de devenir propriétaires aucun individu ne profite des bons de 500livres les familles ont su protéger efficacement leur patrimoine dont elles récupèrent plus du tiers mais la noblesse sort cependant très affaiblie l’opération ne fut pas d’un bon rapport pour la République, les dépenses représentant plus de 40% des recettes. Si le travail comporte de nombreux tableaux statistiques, on peut toutefois regretter l’absence de cartes et la non-étude du milliard des émigrés sur lequel AndréGain avait mis l’accent et auquel se réfère souvent Bouloiseau.

3L’intérêt de la thèse de Bouloiseau ne réside pas seulement dans les résultats qu’il obtient. Il se livre à une analyse très complète du phénomène vente de biens nationaux de seconde origine, ne négligeant aucun des aspects, depuis le séquestre jusqu’à la fin des ventes, en passant par la législation, l’adjudication du mobilier, les partages de pré-succession, le bilan financier… Et cette réflexion conduit naturellement à la publication d’une sorte de guide méthodologique et bibliographique pour orienter les recherches qui paraît en 19473 et, de nouveau, en 19624, tout en étant actualisé.

4Marc Bouloiseau n’a eu de cesse que d’encourager les études sur les biens nationaux5 et il a dû éprouver une satisfaction certaine en constatant que, quelque cinquanteans plus tard, plusieurs étudiants de l’Université de Rouen entreprenaient, sous la direction de Claude Mazauric et Bernard Bodinier, de couvrir l’ensemble du département de Seine-Maritime6, débordant même sur le Beauvaisis. Nul ne doute qu’il aurait aussi éprouvé de la satisfaction à voir republier les travaux de Loutchisky par le C.T.H.S. et sortir, enfin, la synthèse nationale de l’auteur de cet article sur les biens nationaux.

Haut de page

Notes

1Le séquestre et la vente des biens des émigrés dans le district de Rouen (1792-an X), Paris, Novathèse, 1937, 379 p.
2Liste des émigrés, déportés et condamnés pour cause révolutionnaire dans le district de Rouen (1792‑an X), Paris, Novathèse, 1937, 122 p.
3Étude de l’émigration et de la vente des biens des émigrés, 1792-1827, Bulletin d’Histoire économique et sociale de la Révolution française, 1947, pp. 25-89.
4Étude de l’émigration et de la vente des biens des émigrés (1792-1827). Les étapes de la législation et l’utilisation des documents, id., 1962, pp.91-193.
5Cf. sa préface à René Caisso, La vente des biens nationaux de première origine dans le district de Tours (1790-1822), coll. de documents inédits sur l’histoire économique et sociale de la Révolution française, Paris, Bibl. nat., 1967.
6Ces maîtrises sont parues sous une forme résumée ou commentée dans À travers la Haute-Normandie en Révolution, Rouen, Comité Régional d’Histoire de la Révolution, 1992, pp.179-251.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bodinier, « Marc Bouloiseau et les biens nationaux », Annales historiques de la Révolution française, 322 | 2000, 174.

Référence électronique

Bernard Bodinier, « Marc Bouloiseau et les biens nationaux », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 322 | octobre-décembre 2000, mis en ligne le 22 mars 2006, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ahrf.revues.org/1841 ; DOI : 10.4000/ahrf.1841

Haut de page

Auteur

Bernard Bodinier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org