Navigation – Plan du site
Sources

« Liberté égalité fraternité ou la Mort

p. 135

Texte intégral

1Montluel le 12 ventôse an deux de la République une indivisible et démocratique

2Les sans-culottes de la Société populaire de Montluel

3Au Représentant du peuple Albitte

4Citoyen

5Les François revenus de leurs prejugés viennent d’abjurer une religion absurde et immorale qui amusait les cœurs par de fausses vertus et les intelligences par de misterieuses chimêres.

6Tu as pris des mesures pour faire disparaître tous les signes de ce culte insensé , et vive la Raison, tu as bien fait. Il faut que la génération future n’en retrouve pas le moindre vestige sur le sol de la liberté.

7Les sans-culottes de Montluel ont prévenû sur ce point important tes sages dispositions, & bien avant tes arrêtés on ne voyait en cette commune et dans les environs ni croix, ni reliques, ni simulacres de pretendus saints, mais tout n’est pas fait encore, une branche impure de l’ancienne superstition conserve quelques racines, il faut les extirper sans quoi la religion des prêtres semblable à la gangrêne renaitrait d’un seul grain qu’on aurait negligé et pourrait ramener les monstres dont elle etait l’appuy, l’aristocratie et le despotisme.

8Nous voulons parler, citoyen, des noms de saints qui servent encore de prénoms à des Français régénéres. Qu’on laisse subsister, si l’on veut les prénoms de Blaise, de Nicolas et autres de ce genre pour les personnes qui en sont revêtues, il y aurait peut-être pour les effets civils quelques inconvéniens à les en dépouiller, mais qu’on ne permette plus de donner aux enfans qui naissent des patrons fantastiques et des noms capables de perpétuer le souvenir d’un culte avilissant. La Société a fait à cet égard ce qui était en son pouvoir. Elle a invité tous ses membres par l’organe de son président à ne plus donner à leurs enfans des prénoms de sacristie et à leur substituer ou des noms de grands hommes ou des noms de fleurs et de plantes tirés du nouveau calendrier tels qu’ils voudront les choisir.

9C’est à toy Représentant du peuple à donner le complément à cette mesure philosophique ; c’est à toy revêtu d’une grande puissance à ordonner ce que nous avons conseillé. Le culte des saints était, si nous osons nous exprimer ainsi, la partie la plus pûante de l’ancienne superstition c’était la religion des sens grossiers et de l’intérêt sordide c’était l’instrument favori des prêtres et des moines. Nous espérons que tu en détruiras jusqu’aux moindres filamens, en proscrivant les noms chimériques de saints, au moins pour les enfans à naître et en défendant aux officiers publics de les inscrire sur leurs registres, nous t’en prions au nom de la nature et de la raison.

10Certifié conforme

11Signé : Albitte »

Haut de page

Bibliographie

Archives nationales, D IV bis 80.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« « Liberté égalité fraternité ou la Mort », Annales historiques de la Révolution française, 322 | 2000, 135.

Référence électronique

« « Liberté égalité fraternité ou la Mort », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 322 | octobre-décembre 2000, mis en ligne le 22 mars 2006, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/1846 ; DOI : 10.4000/ahrf.1846

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org