Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Refuge et Désert. L’évolution théologique des huguenots de la Révocation à la Révolution française

Stéphane Gomis
p. 161-164
Référence(s) :

Hubert Bost et Claude Lauriol (éd.), Refuge et Désert. L’évolution théologique des huguenots de la Révocation à la Révolution française, Actes du colloque du Centre d’étude du XVIIIe siècle, Montpellier, 18-20 janvier 2001, Paris, Honoré Champion, 2003, 319 p., ISBN 2-7453-0751-7, 40 €.

Texte intégral

1Ce volume rassemble seize communications présentées lors du colloque organisé en 2001 par le Centre d’étude du XVIIIe siècle de Montpellier. Cette rencontre portait sur « l’évolution théologique des huguenots de la Révocation à la Révolution française ». Un tel intitulé pourrait laisser croire qu’il s’agissait de débattre autour d’un objet d’étude très étroit. Or dans sa présentation, Christine Berkvens-Stevelinck précise très clairement combien l’expression « évolution théologique » n’a certainement pas limité la discussion à l’étude de gros traités théologiques. En effet, au siècle des Lumières ces derniers ne sont plus les seuls supports de la transmission de la doctrine et de la pensée de l’Église réformée. Entre les années 1680 et la décennie 1790, la théologie protestante « se sécularise en quelque sorte ». Tout d’abord, elle n’est plus le domaine réservé des pasteurs ou des exégètes, mais également des simples fidèles, qu’ils soient hommes ou femmes. Ensuite, cette évolution théologique touche un grand nombre de domaines, depuis la piété jusqu’au droit et à la politique. Ce recueil se propose donc de suivre dans la longue durée un des phénomènes les plus caractéristiques du protestantisme du dernier siècle de l’Ancien Régime, « à l’aune de ces lieux si particuliers que furent le Désert et le Refuge ». Ses enseignements sont d’autant plus riches qu’ils ont une dimension à la fois transdisciplinaire et européenne. Le sujet imposait cette double qualité. Les contributions des auteurs ont été réparties selon cinq grands thèmes. Le premier s’attache à présenter les derniers apports de l’histoire du Refuge. Le sort des huguenots en terres étrangères est principalement analysé d’une part, à travers la question de leur accueil, d’autre part, à propos du statut juridique qui leur est réservé. Etudiant les résolutions et les actes synodaux des églises wallonnes, Hans Bots livre de nombreux témoignages sur la solidarité dont font preuve ces dernières à l’égard de leurs coreligionnaires. À juste titre, l’auteur rappelle que depuis les guerres de religion les deux Églises sont très fortement liées par une culture de la persécution. De fait, entre 1680 et 1700, ce ne sont pas moins de 337 pasteurs qui sont accueillis. H. Bots expose une série de parcours personnels en livrant toute une série de documents inexploités jusqu’à ce jour. Les années 1684-1689 voient également la fondation de vingt-six nouvelles églises de langue française. Néanmoins, comme le démontre l’auteur, cette compassion fraternelle n’exclut pas une tutelle certaine des autorités synodales sur les pasteurs. Il s’agit de s’assurer de l’orthodoxie de leurs positions. Pour sa part, Eckart Birnstiel s’interroge sur la situation juridique des communautés huguenotes en Brandebourg-Prusse. À partir des années 1680, environ 20 000 réformés français trouvent refuge sur les terres de l’Electeur de Brandebourg. En 1685, l’édit de Potsdam, véritable grande charte du Refuge, assimile les pasteurs au fonctionnariat local. Toutefois, le système presbytéro-synodal français reste incompatible avec la qualité de Summus episcopus du souverain allemand. Ce dernier tranche les controverses théologiques et nomme les pasteurs. La liberté de conscience a donc un prix. En revanche, les huguenots peuvent toujours s’appuyer à l’échelon local sur leur consistoire. Ces situations de Refuge et de Désert ont-elles influé sur le contenu des doctrines théologico-politiques ? Nicolas Piqué pose la question à travers l’analyse de l’œuvre de Pierre Jurieu. Les positions de ce personnage vont du « loyalisme monarchique » à la défense de la « souveraineté populaire ». Ainsi, après 1685, Jurieu remet en cause l’absolutisme des rois et bien évidemment leur « droit d’empire sur les consciences ». Par ailleurs, le pasteur affirme l’origine populaire de la souveraineté, comme le droit de désobéissance. Pour Nicolas Piqué, la pensée juréenne montre ici une réelle modernité. Il ne s’agit donc pas d’un simple retour à une conception médiévale du pouvoir. Le second thème se propose d’explorer la piété réformée entre « soubresauts et continuités ». Ainsi, Jean-Daniel Candoux étudie les catalogues de six libraires d’Amsterdam ou de Genève spécialisés dans les livres de dévotion. Cet échantillon n’est vraisemblablement pas suffisant puisqu’il porte seulement sur près de 300 titres. Mais la quête des sources était certainement assez difficile. Dans sa volonté de cerner la dévotion des fidèles, J.-D. Candoux formule certaines hypothèses. Ainsi, les ouvrages diffusés témoigneraient d’une dévotion baroque, centrée sur le thème de la mort, commune avec le catholicisme. Il est dommage que l’auteur n’ait pas présenté ses données de façon plus synthétique, par exemple sous la forme d’un tableau. En effet, le lecteur se perd un peu entre le nombre des occurrences et les pourcentages annoncés. Pour leur part, Yves Krumenacker et Marjolaine Chevallier nous font pénétrer au cœur des pensées de Marie Huber et de Pierre Poiret. Ce dernier est convaincu que Dieu intervient lui-même au plus intime du cœur de l’Homme, pour lui signifier sa grâce. En définitive, il expose une théologie radicalement différente de la théologie rationnelle que va adopter la majorité des penseurs protestants du XVIIIe siècle. Marie Hubert, méconnue, mais dont la pensée eut une influence certaine, fait preuve également d’anti-conformisme. Ainsi, elle n’hésite pas à attaquer le dogme calviniste de l’éternité des peines. Pour elle, la purification divine est forcément limitée dans le temps. La troisième partie du recueil pose la question de l’orthodoxie protestante au siècle des Lumières à travers la prédication et la critique scripturaire. Etudiant le sermon d’un pasteur du « second Désert », daté des années 1760-1770, Otto H. Selles démontre combien celui-ci témoigne de l’évolution globale du protestantisme français. En effet, dans son commentaire de Paul, l’auteur resté anonyme propose une véritable révolution morale. Il appelle à la constitution d’une société réformée idéale dont la hiérarchie morale et sociale serait exemplaire. Pourtant, les communications respectives de Maria-Cristina Pitassi et de Graham Gargett montrent que certains auteurs occupent une place en marge de ce mouvement. Ainsi, dans leur traduction française du Nouveau Testament parue en 1718, Jacques Lenfant et Isaac de Beausobre revendiquent la nécessité de situer la Bible dans son contexte littéraire et historique. Cette prise de distance par rapport à une lecture purement théologique est exposée avec courage. Elle ne manque pas d’être critiquée par les plus orthodoxes. Par ailleurs, le pasteur David-Renaud Boullier, réfugié à Amsterdam puis à Londres, entend défendre « par de bonnes raisons la foi des Mystères, sans entreprendre d’expliquer les Mystères eux-mêmes ». Ainsi, tout en restant attaché à l’orthodoxie, il manifeste avec conviction son goût pour « l’esprit rationalisant de son époque ». L’avant-dernier thème abordé a pour titre « Historiographie et conscience historique ». Dans une belle contribution, Jacques Solé analyse la démarche de l’historien que fut aussi J. Lenfant. Ses ouvrages portent essentiellement sur l’histoire de l’Église des XVe et XVIe siècles. Certes, c’est en homme de la Réforme qu’il analyse les faiblesses du clergé de l’époque. Néanmoins, il discute les sources, expose sa méthode, donne des références. En bref, il propose une histoire religieuse humanisée et désacralisée. Il s’agit « d’enseigner aux lecteurs le poids des passions sur l’homo religiosus ». Véritables maîtres d’œuvre de l’Histoire du Refuge de Brandebourg-Prusse, parue entre 1782 et 1799, Erman et Reclam s’inscrivent dans ce courant historiographique, comme nous l’apprend Viviane Rosen-Prest. Ils affirment la vocation protestante dans les progrès des Lumières, qu’ils accompagnent d’un rejet des querelles dogmatiques. Le projet d’Antoine Court « gardien de la tradition huguenote », exposé par Pauline Duley-Haour, est différent. Son ambition est de couvrir tous les aspects de l’histoire des protestants français dans le royaume et au Refuge. Pour un pasteur marqué par le prophétisme, l’un de ses objectifs est de souligner les interventions salvatrices de la Providence. Cette préoccupation apologétique n’est guère éloignée de ses coreligionnaires soucieux d’assimiler les personnages de l’œuvre de Rabelais, auteur condamné par Rome, aux acteurs de leur temps. Le but reste toujours de mieux servir l’histoire de la Réforme, comme l’écrit Olivier Donneau. Enfin, l’ultime interrogation porte sur le rationalisme du Refuge. Plus que légitime, la question s’imposait. Elle accompagne la réflexion de la plupart des contributeurs. La thématique est explorée en utilisant différentes voies. Ainsi, C. Berkvens-Stevelinck nous conduit sur les pas des pasteurs français berlinois amener à intégrer à la fois le piétisme luthérien et le rationalisme du philosophe Johann Christian Wolff. Cette double influence entraîne une transformation de l’homilétique. Désormais, celle-ci insiste sur la vie du fidèle et la charité chrétienne, alors que les dogmes s’estompent. H. Bost et C. Lauriol ont choisi d’autres angles d’approche. Ils analysent respectivement l’ouvrage de Jaques-Georges de Chauffepié, le Nouveau dictionnaire historique et critique et celui de La Beaumelle, à propos notamment d’une réfutation de L’Émile de J.-J. Rousseau. Tout au long de son travail Chauffepié se montre assez critique envers son prédécesseur P. Bayle. Ainsi, il s’en tient au caractère raisonnable de la révélation sans pour autant la soumettre à l’autorité exclusive de la rationalité. Quant à La Beaumelle, il entend affirmer haut et fort que la foi n’est pas contraire à la raison. En définitive, en refermant ce livre à la présentation très soignée, le lecteur a certes beaucoup appris. Mais surtout, il mesure pleinement la grande richesse de la pensée réformée au siècle des Lumières, dont cette recension rend compte bien insuffisamment.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Gomis, « Refuge et Désert. L’évolution théologique des huguenots de la Révocation à la Révolution française », Annales historiques de la Révolution française, 338 | 2004, 161-164.

Référence électronique

Stéphane Gomis, « Refuge et Désert. L’évolution théologique des huguenots de la Révocation à la Révolution française », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 338 | octobre-décembre 2004, mis en ligne le 22 mars 2006, consulté le 24 juin 2017. URL : http://ahrf.revues.org/1857

Haut de page

Auteur

Stéphane Gomis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org