Navigation – Plan du site
Vie de la Société

Révolution française et changement social : Vers un ordre bourgeois ?

Symposium international : 12-13-14 janvier 2006
p. 280-285

Université Charles-de-Gaulle Lille 3, Institut de Recherche Historique du Septentrion (ex-CRHEN-O et CERSATÈS) ; IFRESI- CNRS, Universités associées : Bruxelles, Valenciennes EHESS, GDR SORE et COST

Comité d’organisation : Jean-Pierre JESSENNE, Gérard GAYOT, Hervé LEUWERS, Philippe GUIGNET, Jean-Pierre HIRSCH, Matthieu DE OLIVEIRA (Université de Lille 3), Philippe MINARD (IRHIS, Université de Paris 8), François ANTOINE (Archives du Royaume et Université Libre, Bruxelles), Jacques BERNET (Université de Valenciennes).

Comité scientifique : Gérard BEAUR (CRH-EHESS Paris), Claude BRUNEEL (UC Louvain), Hervé HASQUIN (Université Libre de Bruxelles), Jean-Jacques Heirwegh (ULB), Lynn Hunt (UCLA), Steven KAPLAN (Cornell University et université de Versailles - St-Quentin), Colin JONES (Université de Warwick), Jean-Clément MARTIN (Paris I), Sarah MAZA (Northwestern University), Didier Terrier (Université de Valenciennes), Michel VOVELLE (Paris I), Isser WOLOCH (Columbia University).

Intentions scientifiques

Pendant longtemps, la relation qui associait la geste révolutionnaire à l’avènement de la bourgeoisie s’est imposée avec la force de l’évidence. D’emblée, les historiens libéraux de la Restauration avaient emboîté le pas à Barnave, et qualifié la Révolution de « bourgeoise » ; et pendant plus d’un siècle encore, l’évidence demeura indiscutée, même si l’acception a sans doute varié. À partir des années 1950 cependant, le consensus fut brisé par des historiens comme George Taylor et Alfred Cobban, qui y virent un insupportable réductionnisme. La notion de « révolution bourgeoise » prit ensuite un sens de plus en plus polémique, quand François Furet contesta à son tour le « catéchisme révolutionnaire », selon lui constitutif de l’historiographie dite « jacobine », représentée par Georges Lefebvre et ses successeurs. Au point qu’à la fin des années 1980, l’idée même d’une lecture sociale de la Révolution française a paru, à certains, le fait de supposés nostalgiques d’un déterminisme suranné ou la marque d’une ignorance de l’histoire politique et culturelle.

Pourtant, la question des liens entre les dynamiques sociales et politiques dans la synergie révolutionnaire demeure bel et bien posée, de même que l’entêtant problème de l’interprétation des bouleversements révolutionnaires et de leurs conséquences sur l’ordre sociopolitique, les valeurs et les mentalités. De plus, les évolutions récentes de l’historiographie invitent aujourd’hui à briser ce qui était devenu une sorte de tabou, peut-être en France plus qu’ailleurs.

Nous proposons donc de ré-interroger l’événement révolutionnaire en partant des acquis récents de l’histoire sociale : l’identité des individus ou des groupes dans la société n’est pas un donné, mais le résultat d’une construction dont il importe de reconstituer le processus. L’identification d’un groupe ou d’une classe découle d’interactions multiples entre des rapports socio-économiques, des représentations culturelles et des investissements politiques. Parler de la « construction d’un ordre bourgeois » en France à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles suppose donc que soit mise au jour l’articulation spécifique des différentes dimensions constitutives d’une nouvelle hégémonie sociale.

Si l’on admet que la Révolution est avant tout un événement politique, il importe de lui appliquer la démarche épistémologique d’une histoire sociale du politique qui interrogera les investissements institutionnels et les appropriations culturelles, qui analysera comment des formes d’identités sociales peuvent se construire au travers même de l’action politique, y compris dans l’invention de langages politiques nouveaux, sans pour autant ignorer les enjeux économiques de luttes pour le pouvoir et de redéfinitions législatives incessantes.

Nous envisageons donc l’hypothèse d’un nouvel « ordre bourgeois » non pas comme le résultat de l’inéluctable prise de pouvoir par une bourgeoisie forcément conquérante, mais comme un processus multifactoriel, cumulatif et non téléologique ; à l’heure d’une histoire éparpillée de la Révolution, il s’agit en somme de réfléchir à la manière dont les figures diverses des processus révolutionnaires peuvent ou non se conjuguer dans une interprétation globale du changement social et politique, sans pour autant invoquer un agent unique de l’Histoire.

Aussi invitons-nous à croiser et tenter de tenir ensemble trois questionnements. Le premier touche à l’identité des bourgeois, avant, pendant et après la Révolution ; il suppose d’une part une réflexion sur l’emploi de termes qui « commutent » sans précaution avec celui de bourgeois (notabilités, élites, honnêtes gens, propriétaires…), et d’autre part, la reprise des études sur les itinéraires et les stratégies socio-économiques par-delà la Révolution, sur les gagnants et les perdants ou encore sur les convergences et les différenciations entre les bourgeoisies rurale et urbaine, négociante et juridique, etc.

Le deuxième questionnement porte sur les engagements bourgeois dans les luttes pour le pouvoir et en faveur de la définition de nouvelles règles politiques ; s’imposent ainsi des travaux sur l’occupation des fonctions publiques, les conceptions de la citoyenneté, les relations entre les divers acteurs de la Révolution. Plus largement, c’est la correspondance entre la conception libérale de l’État-Nation et les aspirations sociopolitiques de la bourgeoisie qui nous intéresse, y compris dans leurs réalisations en régimes politiques, dont certains ont suscité des appellations qui méritent une attention particulière, celle de « république bourgeoise » pour le Directoire notamment.

Le troisième questionnement, enfin, tient à la qualification du changement social, aux formes et au degré d’embourgeoisement de la société française, entre XVIIIe et XIXe siècles. Il appelle à la réflexion sur des thèmes comme l’individualisation des relations sociales, le rapport à la propriété, l’éventuelle originalité des modes de vivre, de penser ou de croire bourgeoisement.

Perspectives d’organisation

La rencontre se déroulera sur quatre demi-journées de travail selon la progression donnée ci-après ; nous souhaitons que tous les participants restent présents pendant toute la durée du colloque et que soient associés un certain nombre de « discutants ».

Une place essentielle sera réservée aux discussions (qui seront synthétisées dans les actes) ; en conséquence, les communicants sont invités à délivrer leur texte provisoire pour le 30 novembre 2005 afin de permettre une reprographie préalable ; lors de chaque séance, un rapporteur donnera les grandes directions problématiques et les communications orales seront limitées à une brève synthèse de 10 minutes. Ces dispositions ne valent pas pour la première séance (Regards croisés sur l’historiographie) où sont prévues trois communications de 30 minutes.

Observations complémentaires

Comme la série de rencontres sur le Directoire et Brumaire, ce colloque devrait conjuguer les collaborations de plusieurs centres de recherche et universités (Centres d’histoire de Lille 3, Bruxelles, Louvain, Valenciennes, etc.). Il pourrait constituer une étape dans un cycle de diverses rencontres et recherches : séminaires sur la construction des catégories de l’analyse sociopolitique, colloques sur l’histoire sociale du XVIIe au XXe siècle. Surtout, dans la mesure où la nécessité de circonscrire le sujet nous a conduit à écarter l’hypothèse d’accorder une large place à la comparaison des diverses configurations nationales sur le sujet, nous envisageons comme projet prioritaire une ou des journées ultérieures pour mettre l’accent sur cette dimension comparatiste européenne.

Soulignons pour terminer que ce thème invite particulièrement à un effort pour (re)découvrir, communiquer et critiquer des sources nouvelles de cette histoire sociale et décloisonnée de la Révolution. Ainsi nous nous permettons notamment de recommander la lecture ou la relecture des opinions sur le changement social opéré par la Révolution française émises après 1815. Elles peuvent être considérées comme les premiers essais sinon d’histoire du temps présent du moins d’histoire d’un temps qui fait rupture.

Programme : Revolution française et changement social : vers un ordre bourgeois ?

Salle du conseil de l’Université de Lille 3 - Villeneuve-d’Ascq

Jeudi 12 janvier 2006 (après-midi)

Séance 1 : Révolution française et bourgeoisie : regards croisés sur l’historiographie

Modérateurs : Hervé Hasquin (Université Libre de Bruxelles), Steven Kaplan (Cornell University)


Carla HESSE (Université de Berkeley) : Vue des USA

Jean-Pierre HIRSCH (Université de Lille 3) et Philippe MINARD (Université de Paris VIII) : Vue de France

Matthias MIDDELL (Université de Leipzig) : Vue d’Europe, (Promenade culturelle roubaisienne envisagée)

Vendredi 13 janvier 2006 (matin)

Séance 2 : Itinéraires et profils socio-économiques : une identité bourgeoise ?

Rapporteur : Philippe MINARD (Université de Paris 8 et IRHIS)


Jean-Pierre JESSENNE (Université de Lille 3) : Usages et équivoques de « bourgeoisie rurale »

Gérard GAYOT (Université de Lille 3) : Les entrepreneurs : bourgeois d’excellence ?

Colin JONES (Warwick University) : Bourgeoisies d’Ancien Régime

Hervé LEUWERS (Université de Lille 3) : Entre noblesse et bourgeoisie : les hésitations sociales des hommes de loi du XVIIIe au XIXe siècle

David GARRIOCH (Monash University, Australie) : La bourgeoisie du faubourg Saint-Marcel avant et après la Révolution

Matthieu DE OLIVEIRA (Université de Lille 3) : Enrichis, parvenus, déclassés par-delà la Révolution

Vendredi 13 janvier 2006 (après-midi)

Séance 3 : Bourgeois et bourgeoisie en politique

Rapporteur : Michel BIARD (Université de Rouen)


Christophe LE DIGOL (Université de Paris X) : La redistribution des rôles sociaux et les positions de pouvoir dans la Constituante

Melvin EDELSTEIN (W. Paterson University of New Jersey) : Les maires des chefs-lieux de département de 1789 à 1792 : une prise de pouvoir bourgeoise ?

Jacques LOGIE (Université Libre de Bruxelles) : Municipalités rurales ou urbaines et bourgeoisies dans les provinces Belgique des années 1780 à 1800

Haïm BURSTIN (Université de Milan) : Bourgeois et peuple dans les luttes révolutionnaires parisiennes

Dominique MARGAIRAZ (Université de Paris I) : Directoire et opportunité d’une politique bourgeoise

Igor MOULLIER (ENS Lyon) : Bourgeois et bureaucrates au début du XIXe siècle

José OLCINA (Université Libre de Bruxelles) : La bourgeoisie belge face à la chute de l’Empire (1812-1814)

Pierre SERNA (Université de Paris I) : Une stratégie bourgeoise de conservation du pouvoir par-delà la Révolution ?

Vendredi 13 janvier 2006 (après-midi)

Séance 4 : L’embourgeoisement de la société française par-delà la Révolution

Rapporteur : Claude Mazauric (Université de Rouen)


Philippe BOURDIN (Université de Clermont-Ferrand) : Des pratiques et des goûts culturels bourgeois ?

Philippe BOUTRY (Université de Paris I) : Peut-on parler d’une conception bourgeoise de la religion ?

René ROBAYE (Université de Namur) : Les dimensions bourgeoises du Code civil

Anne VERJUS (CNRS) : Révolution et conception bourgeoise de la famille

Pierre KARILA-COHEN (Université de Rennes 2) : L’introuvable bourgeoisie dans les premières enquêtes sur l’opinion (1814-1848)

Lynn HUNT (Université de Californie) : La visibilité du monde bourgeois


Discutants invités :
François ANTOINE (Université libre de Bruxelles), Jacques BERNET (Université de Valenciennes), Gérard BEAUR (CRH-EHESS Paris), Serge BIANCHI (Université de Rennes 2), Laurent BRASSART (Université de Lille 3), Claude BRUNEEL (Université Catholique de Louvain), Annie DUPRAT (Université de Versailles-Saint-Quentin), Robert DESCIMON (EHESS), Pascal DUPUY (Université de Rouen), Bernard GAINOT (Université de Paris I), Philippe GUIGNET (Université de Lille 3), Jacques GUILHAUMOU (CNRS), Jean-Jacques HEIRWEGH (Université libre de Bruxelles), Louis HINCKER (Université de Valenciennes), Annie JOURDAN (Université d’Amsterdam), Anne JOLLET (Université de Poitiers), Christine Le Bozec (Université de Rouen), Guy Lemarchand (Université de Rouen), Mathieu MARRAUD (CRH-EHESS), Jean-Clément MARTIN (Université de Paris I), Raymonde Monnier (CNRS), Natalie PETITEAU (Université d’Avignon), Christine PEYRARD (Université d’Aix-Marseille), Danièle PINGUE (IUFM et Université de Franche-Comté), Daniel ROCHE (Collège de France), Didier TERRIER (Université de Valenciennes), Marie THORAL (Université de Grenoble), Xavier ROUSSEAUX (Université de Louvain), Michel VOVELLE (Université de Paris I).


Contacts :

Jean-Pierre JESSENNE (jean-pierre.jessenne@wanadoo.fr)

Philippe MINARD (philippe.minard@ens.fr)

Martine AUBRY (martine.aubry@univ-lille3.fr)

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org