Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La foule : mythes et figures. De la Révolution à aujourd’hui

Jacques Guilhaumou
p. 188-189
Référence(s) :

Jean-Marie PAUL (dir.), La foule : mythes et figures. De la Révolution à aujourd’hui, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004, 242 p., ISBN 2-7535-0051-7.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif que nous propose Jean-Marie Paul s’intéresse aux expériences et représentations de la foule dans ce qu’elles ont de cruelles, destructrices, irrationnelles, donc se situe au plus loin de l’exploration des figures rationnelles du peuple. À partir d’un corpus d’œuvres littéraires et artistiques, et selon des genres littéraires diversifiés, appréhendés sur plusieurs aires culturelles, la figure de la foule n’apparaît plus vraiment imputable historiquement à la Révolution française. En avant-propos de l’ouvrage, Jean-Marie Paul insiste alors sur l’opposition, dès la fin du XVIIIe siècle, entre la perception d’une foule anonyme, indifférenciée, et l’individu perfectible porteur des valeurs humaines, plus proche de l’idéal révolutionnaire. Il en conclut que, dans cet ouvrage, de « l’étude de la foule point l’idée d’une “modernité” qui désespère d’elle-même ».

2De fait, une seule contribution porte sur la Révolution française, celle de Anne-Marie Baranowski sur l’image de la foule dans les Nuits révolutionnaires de Restif de la Bretonne. Compte tenu de l’importance de la figure de la foule dans cet ouvrage relatif à des événements qui se déroulent entre 1789 et 1793, cette chercheure met d’abord l’accent sur la différenciation chez Restif entre une foule jugée ordurière et sanguinaire et une foule qui peut devenir vertueuse, lorsqu’elle se considère comme citoyenne. Puis elle insiste sur la recherche, chez un auteur poussé par un goût irrépressible de l’écriture, du phénomène transgressif au sein de la foule jusqu’à la description de l’amoralisme le plus total.

3Les autres contributions présentent bien sûr un intérêt pour l’historien soucieux de comprendre les mécanismes de la foule. Nous ne prendrons présentement qu’un seul exemple, celui de la lecture critique par Freud du célèbre ouvrage de Gustave Le Bon sur La psychologie des foules. Freud insiste tout particulièrement sur les risques d’une introduction trop tardive de la figure du « meneur » dans l’analyse psychologique de la foule. De fait, le psychanalyste cherche ici à réfuter l’hypothèse d’un instinct grégaire, primaire, indécomposable de la foule. Il considère, dans sa Massenpsychologie, ouvrage longtemps traduit en français sous le titre « Psychologie collective et analyse du moi », qu’« une foule primaire se présente comme une réunion d’individus ayant remplacé l’idéal du moi par le même objet, ce qui a pour conséquence l’identification de leur moi ». Ainsi est-il possible d’envisager une étude précise du rôle d’unification du « meneur » à travers le pouvoir d’identification qu’il exerce sur une foule qui tend à devenir citoyenne dans le cas de la Révolution française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Guilhaumou, « La foule : mythes et figures. De la Révolution à aujourd’hui », Annales historiques de la Révolution française, 340 | 2005, 188-189.

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « La foule : mythes et figures. De la Révolution à aujourd’hui », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 340 | avril-juin 2005, mis en ligne le 20 avril 2006, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/2021

Haut de page

Auteur

Jacques Guilhaumou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org