Skip to navigation – Site map

Publications

En vente par correspondance (bon de commande en bas de cette page), à l’adresse suivante : Société des études robespierristes, 17 rue de la Sorbonne 75231 Paris cedex 05 - e-mail : publications@etudes-revolutionnaires.org ; et en ligne www.etudes-revolutionnaires.org (paiement via Paypal, commandes expédiées dans le monde entier)

Outline

Top of page

Bibliothèque d’histoire révolutionnaire

Petitfrère Claude, Le général Dupuy et sa correspondance (1792-1798)

Avant-propos de Jacques Godechot, Bibl. hist. révol. 3° série, n° 1, 1 vol. in 8°, 1962, 230 p. ISBN : 2-908327-00-7. ean9782908327007 - 14 €

Les Archives municipales de Toulouse conservent la correspondance du général Dupuy, né à Toulouse en 1767 et assassiné au Caire le 21 octobre 1798. Ces lettres adressées par le général à ses compatriotes et surtout à ses amis, les membres de la société des jacobins de Toulouse, présentent pour l’historien un double intérêt. Elles apportent des appréciations, souvent nouvelles, sur des événements militaires, par ailleurs connus. Elles ont le mérite surtout de nous faire connaître les réactions d’un jacobin, profondément républicain, plongé dans l’atmosphère des camps et en contact avec des militaires « de carrière ». Témoignage précieux sur l’évolution mentale d’un groupe d’hommes, les volontaires de 1792, engagés d’enthousiasme dans l’armée, et qui ont gravi rapidement les échelons de la hiérarchie militaire.

Bernardin Edith, Jean-Marie Roland et le Ministère de l’Intérieur (1792-1793)

Bibl. hist. révol. 3° série, n° 2, 1 vol. in 8°, 1964, XVI-670 p. ISBN : 2-908327-01-5. ean9782908327014 - 18 €

Dans cet ouvrage consacré à la personnalité et à l’œuvre de Jean-Marie Roland sous ses deux ministères, la figure de l’homme s’estompe derrière l’institution : l’observation au jour le jour du fonctionnement et de l’autorité du ministère auquel la Constituante avait donné la haute main sur l’administration intérieure. L’autorité ministérielle, essentielle à l’intelligence du sujet, fait l’objet de la première partie. Les chapitres qui suivent sont relatifs aux bureaux, aux relations avec les corps administratifs et au service des lois. Deux autres chapitres concernent les rapports interministériels et le contentieux des lois. On peut observer, durant cette unique année d’application de la constitution de 1791, les confrontations de la législation nouvelle et des faits. Il s’en dégage l’impression d’un fort décalage entre l’efficacité et l’activité, la décentralisation voulue par les Constituants conférant aux administrations locales une relative indépendance, une situation ambiguë où Roland sut montrer une bonne dose d’opportunisme.

Gerard René, Un journal de province sous la Révolution, le « Journal de Marseille » de Ferréol Beaugeard (1781-1797)

Préface de Jacques Godechot, Bibl. hist. révol. 3° série, n° 3, 1 vol. in 8°, 1964, 309 p. fac. sim. ISBN : 2-908327-02-3. ean9782908327021 - 14 €

Cette première étude complète d’un titre important de la presse provinciale - le Journal de Marseille (suite du Journal de Provence) - publié pendant treize ans dans la grande cité phocéenne, couvre toutes les activités du journal et tous les aspects de sa gestion, notamment son administration financière. La procédure engagée sous le Directoire contre son directeur et principal rédacteur, Ferréol Beaugeard, a livré de précieux renseignements sur l’histoire de la Révolution en Provence. L’étude du périodique est une contribution notable au « mouvement sectionnaire » marseillais, puisque le journal devient en mai 1793 l’organe quasi-officiel du fédéralisme marseillais. Par sa méthode et sa documentation hors pair, ce livre est un ouvrage de base sur la presse de province.

Lesnodorski Boguslaw, Les Jacobins polonais

Bibl. hist. révol. 3° série, n° 4, 1 vol. in 8°, 1965, 368 p. ISBN : 2-908327-03-1. ean9782908327038 - 9 €

Ce livre retrace l’influence des « jacobins » polonais dans le processus d’évolution des idées et de transformation de la société en Pologne à la limite des 18e et 19e siècles, influence complexe et multiforme dans un pays où coexistaient tradition et facteurs de renouveau. Une attention toute particulière est portée à la signification des désignants socio-politiques, aux notions comme indépendance, nation, patrie, à l’influence des philosophes et des révolutionnaires français. Le dernier chapitre est dédié à l’analyse comparée des mouvements de libération en Europe, pour dégager les traits spécifiques des traditions insurrectionnelles et du courant révolutionnaire polonais.

Hyslop Béatrice, L’apanage de Philippe-Egalité, duc d’Orléans (1785-1791)

Préface de Marcel Reinhard, Bibl. hist. révol. 3° série, n° 5, 1 vol. in 8°, 1965, 453 p., cartes et documents. ISBN : 2-908327-04-X. ean9782908327045 - 9 €

En abolissant les apanages, qui tiraient une grande part de leurs ressources de l’exercice des droits féodaux, la Révolution fait figure d’exécuteur testamentaire de la monarchie d’Ancien régime, jalouse de réduire ces abandons des droits propres du pouvoir d’état. L’apanage de la Maison d’Orléans tient une place privilégiée non seulement dans l’histoire des institutions, mais aussi dans l’histoire économique et même politique. La suppression affecte spécialement le duc d’Orléans, futur Philippe-égalité, un des mieux dotés, qui disposait de vastes territoires, peut-être un vingtième du royaume, groupés surtout autour de Paris. L’étude de l’apanage a été possible grâce à l’accès aux archives privées de la maison d’Orléans. Une véritable administration gérait l’exploitation des ressources liées aux différents droits ; cette analyse constitue une étude économique et administrative du plus haut intérêt.

Soulet Jean-François, Les premiers préfets des Hautes-Pyrénées (1800-1814)

Préface de Jacques Godechot, Bibl. hist. révol. 3° série, n° 6, 1 vol. in 8°, 1965, XX-252 p., ill. pl. ISBN : 2-908327-05-8. ean9782908327052 - 9 €

L’étude de l’œuvre des trois premiers préfets de ce département frontalier permet de mieux comprendre, non seulement les institutions napoléoniennes, mais aussi la signification profonde de l’histoire de l’Empire. Se succédèrent à Tarbes, Bernard Lannes, frère du maréchal, le Conventionnel Chazal, et d’Arbaud-Jouques, ancien avocat au Parlement d’Aix-en-Provence. Perspicaces, tous trois étaient conscients des problèmes qui se posaient au département : nombre élevé de communes, communications difficiles avec l’Espagne. Tous trois appliquèrent avec conscience les ordres du gouvernement. Ceux-ci, d’abord conformes aux vœux et aux intérêts de la majorité de la population, évoluèrent, et cette évolution monte à quel point le régime perdit, en quatorze ans, le soutien populaire qui avait fait sa force à ses débuts.

Leon Antoine, La Révolution française et l’éducation technique

Préface de Marcel Reinhard, Bibl. hist. révol. 3° série, n° 8, 1 vol. in 8°, 1968, 314 p. ISBN : 2-908327-07-4. ean9782908327076 - 14 €

Ce livre a comblé une lacune concernant l’histoire de l’instruction sous la Révolution, celle de l’éducation technique qui supposait des efforts conséquents pour déblayer le champ et regrouper une documentation dispersée dans des fonds divers. Une séquence chronologique élargie, des Lumières à la Restauration, permet de comprendre l’évolution de l’éducation technique en relation avec l’évolution économique, en replaçant hommes et institutions dans leur contexte social et dans la trame de transformations complexes. Le double caractère de cet enseignement, entre traditions d’apprentissage et méthodes scolaires, soucieuses de pédagogie et de rationalisation, aide à comprendre la lente et profonde mutation qui débouchera sur la formation et l’enseignement professionnel de masse.

Les Mirabeau et leur temps, Actes du Colloque d’Aix-en-Provence (1966)

Avant-propos d’Albert Soboul, 1968, 253 p. ISBN : 2-908327-08--2. ean9782908327083 - 7 €

La première partie de ce volume est consacrée à Mirabeau père, Victor Riqueti, marquis de Mirabeau, dont l’ouvrage célèbre L’Ami des hommes est réexaminé et replacé dans son contexte. La deuxième partie intéresse celui dont l’éloquence révolutionnaire fit la gloire du nom, Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau. Comment faire l’étude d’une pensée sans considérer le contexte de sa naissance et de son développement ? « il faut saisir ce commencement, puis suivre son mouvement en relation avec le monde des pensées vivantes de son temps ; avec l’histoire aussi, c’est-à-dire avec une situation historique concrète et des rapports sociaux précis, ceux de la société française dans la seconde moitié du 18e siècle » (A. Soboul).

Contributions de Michel Vovelle, Paul Chanier, Jean Ehrard, Jacques Voisine, Jean Deprun, Gérard Namer, Jean Fabre sur le marquis de Mirabeau, et de Fernand Ettori, Daniel Ligou, André Lebois, Jean Molino, David G. Plank, Isabelle Vissière, Roger Barny, Maurice Agulhon, Pierre Guiral et Madeleine Rebérioux, sur le comte de Mirabeau.

De Lestapis Arnaud de, La conspiration de Batz (1793-1794)

Avant-propos d’Albert Soboul, Bibl. hist. révol. 3° série, n° 10, 1 vol. in 8°, 1969, 275 p. ISBN : 2-908327-10-4. ean9782908327106 - 18 €

« Histoire derrière la toile » assurément, celle qui se déroule autour des grands procès de l’an II, ceux d’Hébert, de Danton et celui des Chemises rouges : procès escamotés auxquels l’auteur apporte ici un éclairage nouveau. Y eut-il indépendamment de l’existence bien réelle des menées contre-révolutionnaires, un « complot de l’étranger » ? le baron fut-il le chef d’orchestre clandestin d’une immense conjuration visant à délivrer la reine, à préparer la contre-révolution en utilisant les excès des ultra-révolutionnaires ? Les comités ont fait de l’insaisissable baron l’inspirateur diabolique des menées de l’étranger, l’incarnation même de la contre-révolution. Les accusations aussi vagues qu’inquiétantes étaient de nature à permettre tous les amalgames. Sans se prononcer sur le fond, l’auteur tente de démonter avec ingéniosité le mécanisme de cette machination infernale.

Agulhon Maurice, La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution

Bibl. hist. révol. 3° série, n° 12, 1 vol. in 8°, 1970, 535 p. ISBN : 2-908327-12-0. ean9782908327120 - 23 €

Ce livre est la publication partielle de la grande thèse soutenue en Sorbonne en 1969, élément premier dans l’ordre logique, sinon dans celui de l’édition, de la démarche de l’historien qui faisait précéder son étude d’évolution dans le temps (Une ville ouvrière au temps du socialisme utopique. Toulon de 1815 à 1851, La République au village) d’une très longue description initiale de la Provence et de la société à la fin de l’Ancien régime : « la crise traversée par la société française à la charnière des 18e et 19e siècles est assez profonde pour mériter l’étude d’un nouvel exemple départemental, et peut-être l’essai d’une nouvelle approche ». Celui qui a consacré son œuvre à la genèse de la sociabilité villageoise et à l’histoire de la république, ne se fait pas ici l’interprète de la crise révolutionnaire de 1789, mais cherche à en évaluer le bilan social. La thèse de l’auteur soutient que le renouvellement de la société « fut, à court terme assez faible, et que bien des effets de la Révolution sont des effets différés »

Problèmes d’Histoire de la Corse (de l’Ancien Régime à 1815), Actes du Colloque d’Ajaccio (1969)

Avant-propos d’Albert Soboul, 1971, 303 p. ISBN : 2-908327-13-9. ean9782908327137 - 7 €

Colloque organisé à Ajaccio par la Société d’histoire moderne pour le deux-centième anniversaire de la naissance de Napoléon Bonaparte. Les études ici présentées témoignent du lien dialectique qui unit histoire générale et recherche régionale. Elles apportent sur un certain nombre de points - l’administration du territoire, les villes et communautés rurales, le sentiment révolutionnaire, les rapports avec la France - une connaissance plus précise des problèmes de la Corse, de la fin de l’Ancien régime à la Restauration.

Friguglietti James, Bibliographie de Georges Lefebvre

1972, 94 p. ISBN : 2-908327- 15-5. ean9782908327151 - 6 €

La longue liste des 492 titres mentionnés dans cette bibliographie donne la mesure de l’œuvre de l’historien sur près d’un demi-siècle. Le classement en six rubriques en facilite la consultation : Ouvrages ; cours polycopiés ; ouvrages sous sa direction ; avant-propos, introductions et préfaces ; articles ; comptes rendus. Des index établis par Françoise Brunel complètent cette bibliographie aussi exhaustive que possible, où l’on retrouve les articles classiques, des « Foules révolutionnaires » (1934) à celui de 1941 sur « Le meurtre du comte de Dampierre ».

Actes du Colloque Patriotisme et Nationalisme en Europe à l’époque de la Révolution française et de Napoléon

XIIIe Congrès international des sciences historiques, Moscou (1970), Avant-propos d’Albert Soboul, 1973, 221 p. ISBN : 2-908327-16-3.

ean9782908327168 - 9 €

Pris au sens moderne du mot, le sentiment national s’est éveillé en Europe, de la prise de conscience et des luttes des Pays-Bas à la fin du 16e siècle aux mouvements nationaux du 19e, en passant par la Révolution française et la conquête napoléonienne. La question nationale a revêtu des aspects divers selon la tradition historique et le contexte politique. L’influence, au tournant du 18e au 19e siècle, des idées de la Révolution française devait être précisée, et tout autant les réactions à la conquête napoléonienne dans leur diversité en fonction de l’évolution interne des états. Sont étudiés ici, à côté du cas français, ceux de l’Espagne et du Portugal, de la Suisse, de l’Allemagne et des Provinces illyriennes.

Contributions de Jacques Godechot, Albert Soboul, Jean-René Suratteau, Heinrich Scheel, Roger Dufraisse, Walter Grab, Walter Markov, Pierre Vilar, Albert Silbert et Coloman Benda.

Maspero-Clerc Hélène, Un journaliste contre-révolutionnaire, Jean-Gabriel Peltier (1760-1825)

Bibl. hist. révol. 3° série, n° 13, 1973, 360 p. ISBN : 2-908327-17-1. ean9782908327175 - 18 €

Biographie du fondateur et principal rédacteur des Actes des Apôtres, puis de divers journaux publiés à Londres au service de la Couronne britannique, ce livre intéresse l’histoire de la presse et de l’émigration. Un chapitre est consacré aux rapports de Peltier et de Chateaubriand et de son rôle dans la publication de l’Essai sur les révolutions. Un autre chapitre concerne son action sous l’Empire dans les relations de commerce de l’Angleterre avec l’état d’Haïti. Plusieurs documents sont publiés en annexe, dont la table des matières du Dernier tableau de Paris. Index des noms, des lieux et des publications périodiques.

Rufer Alfred, La Suisse et la Révolution française

Recueil préparé par Jean-René Suratteau, 1973, 304 p. ISBN : 2-908327-18-X. ean9782908327182 - 9 €

Ce volume édité en hommage à l’archiviste bernois Alfred Rufer (1885-1970) rappelle les grandes étapes de sa vie et de sa carrière et réunit, à la suite de sa bibliographie, l’essentiel de ses travaux d’historien consacrés à la Suisse et à la Révolution française : ses articles publiés dans le Dictionnaire historique et biographique de la Suisse (1924), « La Suisse et la Révolution française : la République helvétique » et « Les Grisons et la Révolution française : la question de la Valteline » ; des extraits de son livre sur Pestalozzi (1928), « Pestalozzi, un pédagogue ‘engagé’ » ; enfin un article d’abord publié en 1939 dans la Politische Rundschau sur « Les rapports franco-helvétiques : le projet de traité franco-suisse de 1799 ».

Friguglietti James, Albert Mathiez, historien révolutionnaire (1874-1932)

Traduction de l’anglais Marie-Françoise Pernot, Avant-propos de Jacques Godechot, Bibl. hist. révol. 3° série, n° 15, 1 vol. in 8°, 1974, 272 p. ISBN : 2-908327-19-8. ean9782908327199 - 9 €

Première biographie du grand historien de la Révolution, dont le but essentiel est de décrire, à côté de la carrière universitaire et de l’itinéraire politique, la genèse et les étapes importantes de l’œuvre scientifique d’Albert Mathiez. Dans celle-ci trois grandes parties. Une étude approfondie de l’histoire religieuse trop souvent méconnue, une approche originale des problèmes économiques et sociaux nés de la guerre et de la terreur, enfin ce à quoi est attaché son nom : la « justice » rendue à Robespierre, et en contrepartie des attaques contre Danton et son défenseur principal, Alphonse Aulard. Couronnant le tout, une remarquable synthèse de l’histoire de la Révolution, constamment rééditée depuis la publication du premier volume en 1922. On trouvera à la suite de la liste des ouvrages d’Albert Mathiez, de ses articles dans des revues spécialisées et dans la presse, la liste des études sur l’historien de 1904 à 1972.

Les Fêtes de la Révolution, Actes du Colloque de Clermont-Ferrand

Recueillis et présentés par Jean Ehrard et Paul Viallaneix. Bibl. hist. révol. 3° série, n° 17, 1977, 1 vol. in 8°, 647 p. ISBN : 2-908327-21-X. ean9782908327212 - 18 €

Organisé selon trois axes majeurs - l’évolution de la fête révolutionnaire, sa sociologie et son rôle dans le renouveau de l’imaginaire collectif - ce colloque s’est interrogé sur les pratiques et les fonctions multiples des fêtes de la Révolution, dans le temps et dans l’espace. En traitant des rapports entre fête et révolution, de l’écart entre directives officielles et réalité des fêtes, de leur caractère politique ambigu, ce colloque a stimulé la réflexion et tracé de nouvelles perspectives de recherches. Le volume réunit une trentaine de contributions, les débats et la discussion générale.

Rapports de Abel Poitrineau, Jean Ehrard, Louis Bergeron, Mona Ozouf, Michel Vovelle et Pierre Viallaneix.

Cabanis André, La presse sous le Consulat et l’Empire (1799-1814)

Préface de Jacques Godechot, Bibl. hist. révol. 3° série, n° 16, 1975, 1 vol., 354 p. ISBN : 2-908327-20-1. ean9782908327205 - 23 €

Cette étude de la presse française de 1799 à 1814 décrit en première partie à côté de la presse parisienne, la presse provinciale et celle des pays annexés, et exploite en deuxième partie les documents conservés aux Archives nationales sur les entreprises de presse et leurs budgets. La troisième et dernière partie étudie d’une part l’organisation de la censure à Paris et dans les départements, et de l’autre la propagande, domaine où l’empereur est passé maître et n’a pas de rival en Europe. On connaît l’influence des Bulletins de la Grande Armée ; Napoléon n’hésite pas à écrire anonymement dans le Moniteur, sait utiliser les dépêches diplomatiques, manie avec art la fausse nouvelle et les fausses dates. Malgré la censure et la propagande officielle, la presse a, en fait, amélioré son organisation et maintenu ses tirages, ce qui explique la rapidité de sa renaissance après 1815.

Perrot Jean-Claude, L’âge d’or de la statistique régionale française

An IV-1804, 1977, 237 p. ISBN : 2-908327-22-8. ean9782908327229 - 10 €

Ouvrage de référence sur l’histoire et les fondements épistémologiques de la vaste entreprise de saisie du territoire de la fin du Directoire à l’Empire, au carrefour de deux traditions, celle de la statistique descriptive d’Ancien régime et celle de l’arithmétique politique. L’ouvrage souligne, dans cet âge d’or des descriptions statistiques départementales, le rôle de François de Neufchâteau, puis de Chaptal dans la collecte des grands mémoires du Consulat. Chaque rubrique départementale comprend la bibliographie statistique de la période et des documents divers : des sources manuscrites, des publications voisines, les sociétés savantes qui ont été les auxiliaires des enquêtes, et donne à voir les textes et les courants culturels où s’opère la genèse de la statistique moderne.

Conan Jules, L’histoire de la Révolution et de l’Empire en Bretagne

(1940-1974), 1978, 68 p. ISBN : 2-908327-23-6. ean9782908327236 - 6 €

Bibliographie signalétique qui couvre la période comprise entre 1770 et 1815. Recension très large qui renseigne sur les archives, la documentation et la production historique concernant l’histoire de la Révolution et de l’Empire en Bretagne. Classement en vingt thèmes regroupés sous quatre grandes rubriques : archives, économie, société, vie religieuse, intellectuelle et artistique. Index.

Soboul Albert (dir.), Actes du Colloque Girondins et Montagnards

(Sorbonne, 1975), Bibl. hist. révol. 3° série, n° 19, 1 vol. in 8°, 1980, 367 p. ISBN : 2-908327-25-2. ean9782908327250 - 18 €

Le colloque reprenait à la lumière des travaux en cours un des grands thèmes de l’historiographie de la Révolution française, l’opposition entre Gironde et Montagne. Sont rassemblés ici contributions et articles de référence, du côté des Girondins, ceux de Jacqueline Chaumié (sur 137 députés girondins), Elizabeth Fox-Genovese, Marcel Dorigny, Paolo Viola (sur les problèmes socio-politiques) ; citons encore ceux Alan Forrest (Bordeaux), Roland Carraz (le cas Chalonais), Roger Dupuy (le cas breton), Roger Dufraisse (la rive gauche du Rhin), Frédéric Robert (les productions musicales), Gérard Maintenant (les papiers de Brissot). Deux contributions concernent la presse, celle de Michaël Kennedy sur les Annales patriotiques de Carra et de Hugh Gough sur le Journal de la Montagne. Françoise Brunel, dont la contribution est consacrée aux derniers Montagnards, donne en appendice une liste de 267 députés Montagnards.

H..Kohachiro Takahashi, Du féodalisme au capitalisme, problèmes de la transition

Avertissement d’Albert Soboul, 1982, 161 p. ISBN : 2-908327-27-9. ean9782908327274 - 10€

Ce recueil rassemble l’essentiel des articles en français de l’auteur, dont l’article classique « La place de la révolution de Meiji dans l’histoire agraire du Japon », qui fit date dans l’historiographie. C’est à lui qu’est due l’introduction en France, dans le domaine de la recherche et de la réflexion historique, du thème de la transition du féodalisme au capitalisme et d’une problématique qui, si elle n’a pas eu en France l’écho qu’elle méritait, ne s’en est pas moins révélée féconde pour la compréhension des processus révolutionnaires de l’époque moderne.

Monnier Raymonde, Le Faubourg Saint-Antoine (1789-1815)

Bibl. hist. révol. 3° série, n° 21, 1 vol. in 8°, 1981, 368 p. illustrations. ISBN : 2-908327-28-7. ean9782908327281 - 18 €

Riche synthèse sur la population et les activités d’un faubourg de la capitale qui a intensément participé aux événements révolutionnaires. Du croisement de nombreuses sources émerge un tableau vivant du monde des métiers et de l’industrie, qui permet de comprendre son engagement dans la Révolution et de suivre l’évolution de la société et des fabriques jusque sous l’Empire, avec l’essor spectaculaire des filatures de coton.

Sommaire en bas de cette page.

Burstin Haim, Le Faubourg Saint-Marcel à l’époque révolutionnaire

Structure économique et composition sociale. Bibl. hist. révol. 3° série, n° 22, 1 vol. in 8°, 1983, 343 p. ISBN : 2-908327-29-5. ean9782908327298 - 22 €

L’étude très précise du grand faubourg populaire montre que Paris est au 18e siècle une grande ville d’industrie. Celui-ci est réputé pour la teinturerie, le travail des cuirs, la fabrication de couvertures, la blanchisserie... Nombreux aussi, les chantiers du bâtiment permettent d’étudier la dynamique des groupes dans l’événement révolutionnaire. Riche synthèse sociale, qui introduit à l’histoire politique de la Révolution au Faubourg Saint-Marcel.

Miraval Paule, Monnier Raymonde, Répertoire des travaux universitaires inédits sur la période révolutionnaire

1990, 326 p. ISBN : 2-908327-35-X. ean9782908327359 - 30 €

Cet instrument de travail important recense un corpus de près de 3000 titres de travaux universitaires (mémoires, thèses) conservés dans les fonds parisiens ou provinciaux des bibliothèques universitaires ou de sections, et des Archives départementales. Répertoriés dans leur totalité, environ 500 ont fait l’objet d’une reproduction sur microfiches, consultables à l’Institut d’histoire de la Révolution française (Paris I). Trois parties distinctes facilitent la recherche : une liste de fiches bibliographiques par auteurs, des index (thématique, géographique et chronologique) et une liste des centres où ces travaux sont déposés.

Vovelle Michel (dir.), Recherches sur la Révolution. Un bilan des travaux scientifiques du bicentenaire

Textes rassemblés par Antoine de Baecque, 1991, 441 p. couv. ill. en coul. ISBN : 2-908327-36-8. ean9782908327366 - 23 €

Fruit d’une réflexion dans le cadre du séminaire d’histoire de la Révolution française à la Sorbonne, ce tour d’horizon fait au débat la place qui lui revient. Il s’en dégage un paysage collectif fait d’interrogations : quel avenir pour l’histoire révolutionnaire, où aucune lecture hégémonique ne s’impose aujourd’hui ? à travers les doutes, des certitudes subsistent : celle avant tout de la vitalité d’un chantier qui sollicite bien sûr les spécialistes, mais aussi tous ceux qui s’interrogent sur la Révolution, à travers l’expérience française d’il y a deux cents ans.

Les colloques du bicentenaire. Répertoire des rencontres scientifiques nationales et internationales

Présenté par Michel Vovelle, 1991, XLI-574 p. ill., couv. ill. en coul. ISBN : 2-908327-37-6. ean9782908327373 - 23 €

Outil de documentation et essai d’analyse des quelque 550 colloques, congrès, tables rondes suscités dans le monde par le bicentenaire de la Révolution française entre 1984 et 1990. Chacun d’eux est identifié par le titre, le lieu et la date. Les organisateurs et les principaux thèmes sont indiqués, de même que la publication des actes, effectuée ou prévue. L’analyse des éléments contenus dans les archives de la Commission de recherche historique pour le bicentenaire a permis l’établissement de tableaux et de nombreuses cartes qui donnent un aperçu des manifestations par thème, par région, en Europe et dans le monde, pendant ces sept années. Des Index géographiques et thématiques complètent ce volume qui témoigne, non seulement de l’écho, mais encore de l’activité scientifique suscitée deux cents ans après par l’événement.

Elyada Ouzi, Presse populaire & feuilles volantes de la Révolution à Paris 1789-1792

Inventaire méthodique et critique, Préface de Michel Vovelle, 1991, XII-290 p. ISBN : 2-908327-38-4. ean9782908327380 - 23 €

Ce répertoire présente un bilan impressionnant et précis des publications périodiques à destination populaire, où sont interrogés en termes quantitatifs mais aussi qualitatifs, les cheminements d’une politisation qu’on peut dire de masse. Quelle perception de la politique à travers ce filtre particulier de la presse populaire ? Comment cette démarche s’inscrit-elle dans un dispositif plus large, qui peut emprunter d’autres voies ? Sous les dehors modestes d’un répertoire, ce précieux outil de travail pour les chercheurs, non seulement de la presse, mais de la politique et de la culture, pose une série de questions fondamentales avec les moyens d’en faire avancer l’étude.

Révolutions aux colonies

Préface de Michel Vovelle, 1993, 239 p. couv. ill. en coul. ISBN : 2-908327-30-9 (imprimé par erreur 40-6). ean9782908327304 - 18 €

Le 16 pluviôse an II (4 février 1794), la Convention nationale décrétait l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, mettant pour un temps l’expression solennelle de la loi en accord avec les principes et les valeurs de la République. Elle apportait ce faisant sa caution à l’initiative prise sur place à Saint-Domingue par ses commissaires, Sonthonax et Polverel en août 1793, lesquels avaient su tirer les conséquences de l’insurrection des noirs. Un ensemble d’articles, de documents, de comptes rendus de colloques et d’ouvrages éclairent les circonstances et les conséquences de cet événement à Saint-Domingue, Haïti, aux îles du Vent, à la Réunion, en métropole et en Europe.

Vovelle Michel, Combats pour la Révolution française

1993, 381 p. La Découverte/ SER. ISBN 2-7071-2257-2 - 38 €

Ce livre réunit des communications et des articles écrits au cours du bicentenaire. Les deux premiers ensembles présentent l’œuvre des grands ancêtres et les chantiers les plus importants de l’histoire révolutionnaire, la culture, le monde rural, l’Europe etc. Les deux suivants rassemblent des interventions de l’historien sur ses terrains de prédilection, les mentalités et les images. Quant au dernier, il reprend des questions (Pourquoi sommes-nous robespierristes ? Fallait-il tuer le roi ?) qui nous rappellent que l’histoire de la Révolution demeure une histoire brûlante et passionnée.

La République et l’Europe. Colloque Révolution et République : l’exception française

(Sorbonne, sept. 1992), Présentation de Marita Gilli, 1994, 222 p. ISBN : 2-908327-31-7. ean9782908327311 - 18 €

L’idée républicaine, déjà vivante en France avant l’instauration de la République en septembre 1792, a dépassé les frontières pour se propager en Europe avec les idéaux révolutionnaires et les principes universels des droits de l’homme. Il y a loin du rêve d’une fédération d’états républicains pour préserver la paix à la réalité historique -de la fondation des républiques-sœurs aux annexions- mais l’idée républicaine a fait son chemin pour s’imposer comme valeur dans les mouvements révolutionnaires du XIXe siècle.

Ehrard Jean (dir.), Gilbert Romme (1750-1795)

Actes du Colloque de Riom (1995), 1996, 287 p. couv. ill. en coul. ISBN : 2-908327-32-5. ean9782908327328 - 19 €

Quand elles ne cherchent ni à sanctifier ni à diaboliser, les commémorations offrent d’utiles occasions de mises au point. L’intérêt du colloque tenu à Riom pour l’anniversaire de la journée du 1er prairial an III réside dans ce qu’il a été principalement centré sur la personnalité et l’action d’un des six « martyrs de Prairial », Gilbert Romme, savant pédagogue et homme de culture, objet à lui seul de neuf des quatorze communications présentées (par Jean Ehrard, Pierre Crépel, Dominique Julia, Alexandre Tchoudinov, Philippe Boutry, Philippe Bourdin, Michel Froeschlé, Charles Coutel, Jean-Pierre Gross). La deuxième partie examine les rapports de forces en jeu, les idées et les rêves des protagonistes des journées de prairial : du mythe de la violence populaire au tragique isolement des six Conventionnels condamnés (Sergio Luzzatto, Haim Burstin, Raymonde Monnier, Françoise Brunel). Leur suicide héroïque ouvre à l’aventure posthume des « martyrs de prairial », qui fait l’objet de la troisième partie (John Renwick, Antoinette Ehrard). Alessadro Galante Garrone, Bronislaw Baczko et Michel Vovelle présentent les conclusions de ces deux journées, qui ont conduit à exploiter et à reproduire certains documents inédits ou oubliés.

Ado Anatoli, Paysans en révolution : terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794

éd. Serge Aberdam et Marcel Dorigny. Préface de M. Vovelle, Bibl. hist. révol. nelle série n° 1, 1996, XVIII-475 p. ill., couv. ill. en coul. ISBN : 2-908327-33-3. ean9782908327366 - 25 €

La traduction de l’œuvre d’Anatoli Ado en français apporte une vision synthétique des mouvements paysans dans la Révolution française et des dynamiques sociales dont ils étaient porteurs. L’historien russe a reconstitué les liens entre les diverses traditions historiographiques, entre l’érudition locale et les grandes thèses, apportant ainsi une contribution majeure aux débats sur la transformation de l’agriculture française et à la compréhension des « fureurs paysannes » de la Révolution. Un index détaillé permet d’y poursuivre des recherches par de multiples recoupements.

Mélanges Michel Vovelle (vol. de l’IHRF) Sur la révolution, approches plurielles

Textes réunis par Jean-Paul Bertaud et alii., Bibl. hist. révol. nelle série n° 2, 1997, XXVI-598 p. couv. ill. en coul. ISBN : 2-908327-39-2. ean9782908327397 - 45 €

Trois grands ensembles de contributions ont été recueillis pour ces Mélanges, pour rendre hommage à un historien et un universitaire hors du commun : trois axes thématiques qui s’inscrivent dans les champs de recherche privilégiés par Michel Vovelle, celui de la réflexion sur le temps, temps de la mort et temps de la foi, celui d’approches croisées de l’événement révolutionnaire, celui enfin des temps fondateurs, de l’image et de la mémoire. Ce volume publié à l’initiative des historiens de la Révolution est un hommage rendu à une œuvre scientifique majeure, à l’une des plus riches synthèses d’histoire révolutionnaire.

La République directoriale (Colloque de Clermont-Ferrand, 1997)

Textes réunis par Philippe Bourdin et Bernard Gainot, introduction de Michel Vovelle, Bibl. hist. révol. nelle série n° 3, 1998, 2 vol., 1100 p. couv. ill. en coul. ISSN : 1281-7082 . ISBN : 2-908327-40-6 . ean9782908327403 - 30 €

Entre les affrontements de la Terreur et l’épopée napoléonienne, la tentative de stabilisation de la République directoriale n’est pas exempte de contradictions. Elle fut cependant un riche terrain d’expérimentations politiques, économiques et culturelles, époque de transition entre le classicisme des Lumières et l’Europe romantique. Cette phase de l’histoire de la Révolution française fut déterminante comme matrice des relations et des échanges avec les peuples européens et champ d’expérience de la vie sociale et politique de l’état-nation.

Tome Premier. I- Images du Directoire. II- Les institutions. III- élections et parcours politiques. IV- Les courants philosophiques et littéraires. Tome second. V- La vie théâtrale. VI- économie et société. VII. L’armée française. VIII- Le Directoire et l’étranger.

Sciences et techniques autour de la Révolution française. Approche interdisciplinaire

Actes de la journée d’étude de décembre 1999, réunis et présentés par Patrice Bret et Marcel Dorigny, 2000, 232 p. couv. ill. en coul. ISBN : 2- 908327-41-4. ean9782908327410 - 18 €

Tout en détruisant en partie les institutions scientifiques et scolaires de l’Ancien régime, la Révolution mit en place les fondements des grandes institutions modernes, mais l’impact des événements reste à préciser. Historiens et chercheurs venus d’horizons disciplinaires différents confrontent ici leur expérience et leurs questionnements. Ce volume présente, au delà d’un bilan historiographique, un panorama de la diversité des travaux en cours, de leurs objets et de leurs méthodes.

Communications de Jean Dhombres, Jean-Marc Drouin, Christina Décobert, Jean-Luc Chappey, Mariana Saad, Sophie-Anne Leterrier, James E. McClellan III, Kapil Raj, Odile Gannier, Pascale Mafarette-Dayries, Patrice Bret, Hervé Grau, Jânis Langins, Hugues Chabot, Jerôme Laurentin, Anne Godlewska, Raphaël Bange, Cristine Blondel.

Bodinier Bernard, Teyssier éric, L’événement le plus important de la Révolution : la vente des biens nationaux en France et dans les territoires annexés 1789-1867

Préface de Jean-Marc Moriceau, 2000, 504 p. ill., couv. ill. en coul. CTHS/SER. ISBN : 2-908327-42-2 . ean9782908327427 - 32 €

S’appuyant sur un impressionnant appareil statistique et cartographique, ce livre permet enfin une lecture d’ensemble des modalités et des résultats de ce qui fut et demeure la plus vaste opération foncière jamais entreprise. Contribution très attendue à la compréhension de l’histoire de la Révolution, cet ouvrage étend son regard au-delà du fait révolutionnaire lui-même, pour éclairer des relations sociales dans la France du 19e, voire d’une partie du 20e siècle.

Chappey Jean-Luc, La Société des Observateurs de l’homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte

Préface de Claude Blanckaert, 2002, 575 p. couv. ill. en coul. ISBN : 2-908327-45-7 . ean9782908327458 - 46 €

A travers l’étude du personnel et du programme anthropologique de la Société de Observateurs de l’homme, cet ouvrage propose une analyse des transformations sociales, institutionnelles et épistémologiques qui caractérisent l’ordre des savoirs au tournant des 18e et 19e siècles. Véritable plongée dans le monde complexe des lieux de sociabilité intellectuelle parisiens, il renouvelle le regard porté sur les différents groupes autour desquels s’organise le monde des sciences et des lettres et contribue surtout à éclairer les rapports entre les dynamiques politiques et intellectuelles. De la régénération républicaine aux nouveaux modes de domination sociale et politique mis en place par Napoléon Bonaparte, le livre offre de nouvelles voies de réflexion à la croisée de l’histoire intellectuelle et de l’histoire politique.

Horn Jeff, Qui parle pour la Nation ? Les élections et les élus en Champagne méridionale, 1765-1830

Traduit de l’anglais par Maïca Sanconie, 2004, 271 p. couv. ill. en coul. ISBN : 2- 908327- 49-X . ean9782908327496 - 33 €

En retraçant l’évolution des politiques et des pratiques électorales, le livre montre à quel point voter est devenu sous la révolution un trait essentiel de la culture politique locale et comment, au niveau du département, la pratique électorale a façonné la constitution socio-professionnelle des élites politiques sur plusieurs générations. Il met ainsi en relief un aspect encore trop peu connu de l’héritage révolutionnaire.

Aberdam Serge, Démographes et démocrates. L’œuvre du Comité de division de la Convention nationale.

Prix Albert Mathiez 2002, Préface de Michel Pertué, 2004, 391 p. ill., couv. ill. en coul. ISBN : 2- 908327-50-3 . ean9782908327502 - 50 €

Ce livre traite du rôle des comités de division successifs des Assemblées, de la Constituante à la Convention, pour dénombrer les habitants et les citoyens appelés à exercer leur souveraineté. En rupture avec les méthodes antérieures d’évaluation des populations, les données ainsi produites dans un but éminemment politique ont amélioré les connaissances démographiques. Leur réunion permet pour la première fois de cartographier l’extension du droit de vote sous la Révolution.

Présentation en bas de cette page.

La garde nationale entre nation et peuple en armes

Mythes et réalités 1789-1871, sous la direction de Serge Bianchi et Roger Dupuy, PUR, Collection Histoire, 2006, 562 p. ill., couv. ill. ISBN 2-7535-0235-8 - 24 €

Sur la garde nationale plusieurs questions demeurent en suspens : garde bourgeoise ou force démocratique ? force de l’ordre ou de contestation ? organisation locale ou nationale ? réserve militaire ou expression armée de la citoyenneté ? Les travaux du colloque de Rennes (24-25 mars 2005) ont tenté d’inscrire la garde nationale dans l’espace national et dans la durée de l’institution, de la milice urbaine à 1789-1871. C’est dans le choc des représentations face à la pesanteur des réalités sociales, dans la confrontation entre les illusions de la mémoire et le poids des archives que les chercheurs s’efforcent de reconstituer cette histoire de la garde nationale, au croisement de la violence institutionnelle et de la légitimité de l’armement d’un peuple à la conquête de ses droits.

Œuvres de Maximilien Robespierre

Tome XI, Compléments, 2007, 468 p., couv. ill. en coul. ISBN 978-2-908327-66-3 . 40 € Code SODIS F30701.7

Ce volume met à la disposition du public et des chercheurs un complément imposant de textes non publiés dans l’édition de référence (1912-1967) parue sous l’égide de la Société des études robespierristes. Ces œuvres vont de 1784 à 1794 et prennent une ampleur particulière dans la période où Robespierre fut directeur de l’Académie d’Arras, puis avec ses premiers combats lors de la convocation des États généraux et sous la Constituante. Des textes de premier plan se succèdent, comme la défense de Dupond (1789), qui met en lumière le traitement arbitraire réservé aux victimes des lettres de cachet, la défense des droits des bâtards (1786), un discours de 1787 en faveur de l’élargissement de l’espace public aux femmes, et l’Adresse aux Français de juillet 1791. Quelques lettres et des manuscrits accompagnent la réédition de son Carnet (1793) et celle des Notes contre les dantonistes (1794), établies par Albert Mathiez.

Annexes en bas de cette page.

Collection études révolutionnaires

La France et les Amériques au temps de Jefferson et de Miranda

sous la direction de Marcel Dorigny et Marie-Jeanne Rossignol, 2001, 176 p. couv. ill. en coul. Coll. études révolutionnaires n° 1. ISBN : 2- 908327-43-0 . ean9782908327434 - 21 €

Qu’en est-il des transferts révolutionnaires après 1800 ? Ils se poursuivent selon un axe sensiblement décalé vers le sud : entre la France et l’Amérique espagnole, au gré des aléas des révolutions de la partie sud du continent. Comprendre cette période charnière des relations entre l’Europe et les Amériques demande de croiser quatre facteurs - race, économie, nation et politique - selon de multiples combinaisons. Ce sont ces aspects de l’histoire croisée des révolutions transatlantiques que les articles réunis ici s’efforcent d’éclairer.

Contributions de Marie-Jeanne Rossignol, Yves Benot, Nathalie Caron, Alyssa Goldstein-Sepinwall, Joseph Zitomersky, Marcel Dorigny, Clément Thibaud, Rémy Herrera et Carla Soto.

Périssent les colonies plutôt qu’un principe ! Contribution à l’abolition de l’esclavage. 1789-1804

sous la direction de Florence Gauthier, préface de Claude Meillassoux, 2002, 120 p. ill. couv. ill. en coul. Coll. études révolutionnaires n° 2. ISBN : 2-908327-44-9. ean9782908327441 - 21 €

« Dans les colonies d’Amérique, les asservis étant tous d’origine africaine, la couleur en vint à être l’indice social de la non-naissance et donc, en elle-même, le critère de leur origine servile. Le racisme n’est qu’un avatar du préjugé aristocratique de classe. Il substitue aux signes extérieurs de noblesse (coiffures altières et atours pompeux), un critère épidermique inhérent, celui de la blancheur de race. » (extrait de la préface de C. Meillassoux).

Contributions de Gérard Barthélemy, Claire Blondet, Florence Gauthier, Jouda Guetata, Fabien Marius-Hatchi, Sophie Piollet, Nathalie Piquionne et Delphine Roux.

Suffrage, citoyenneté et révolution, 1789-1848

sous la direction de Michel Pertué, 2003, 183 p. ill., couv. ill. en coul. Coll. études révolutionnaires n° 3. ISBN : 2- 908327-46-5 . ean 9782908327465 - 25 €

La crise actuelle de la démocratie représentative suscite un regain d’intérêt pour l’histoire des élections et les recherches nouvelles, délaissant les questionnements traditionnels (sur le suffrage, la participation, le corps électoral, le mode de scrutin), s’attachent principalement aux procédures électorales. Ce changement de regard invite à réévaluer la place et le rôle de l’Empire et de la monarchie constitutionnelle dans la mise en place des règles de vote, à réviser l’idée classique d’une longue période de régression entre les audaces de la première Révolution et l’établissement du suffrage universel en 1848. Les auteurs joignent ici leurs recherches pour apporter cet éclairage neuf et souligner la part de continuité entre 1789 et 1848.

Avant-propos de Michel Pertué. Contributions de Serge Aberdam, Bernard Gainot, Philippe Tanchoux, Malcolm Crook, Anne Verjus, Michel Offerlé, Raymond Huard.

Des notions-concepts en révolution. Autour de la liberté politique à la fin du 18e siècle

sous la direction de Jacques Guilhaumou et Raymonde Monnier, Préface de Maurice Tournier. Journée d’études du 23 novembre 2002, Paris Sorbonne, 2003, 196 p., ill. couv. ill. en coul. Coll. études révolutionnaires n° 4. ISBN : 2-908327-47-3. ean9782908327472 - 25 €

Les auteurs explorent ici les usages, la signification et la dimension symbolique de quelques notions-clés et de notions socio-politiques majeures situées dans le champ sémantique du concept de liberté politique. Lumières versus ténèbres, constitution, république, liberté de la presse, citoyenneté, espace public, liberté de la femme, individualité, nation, extrême centre... autant de notions qui sont interrogées à travers les textes ou les estampes, à la lumière de quelques grands auteurs ou de personnalités politiques, des philosophes aux Idéologues, Rousseau, Diderot, Sieyès, Humboldt, Marat, Mary Wollstonecraft, Romme... pour ne citer que les principaux sujets des analyses présentées dans ce volume.

Avant-propos de Jacques Guilhaumou et Raymonde Monnier, Contributions de Rolf Reichardt, Michel Pertué, Raymonde Monnier, Christine Fauré, Agnès Steuckardt, Serge Heiden, Serge Aberdam, Pierre Serna et Jacques Guilhaumou

Annexe en bas de ce document

Les historiens russes et la Révolution française après le communisme

Sous la direction de Vladislas Smirnov, Avant-propos de Marcel Dorigny, 2003, 176 p. ill., couv. ill. en coul. Coll. études révolutionnaires n° 5. ISBN : 2-908327-48-1. ean9782908327489 – 25 €

Le brusque renversement de l’URSS, accompagné, voire précédé, de l’effondrement des valeurs et des références intellectuelles qui en étaient le support, s’est transcrit presque instantanément dans le champ des recherches sur la Révolution française. Des axes nouveaux se sont imposés aux historiens russes d’aujourd’hui. Les travaux actuels se concentrent sur l’étude des courants libéraux au sein du processus révolutionnaire, sur quelques personnages emblématiques comme Sieyès, Barnave, Mounier, La Fayette, Desttut de Tracy, ou encore Talleyrand et Necker. Ce « changement de jalons » se traduit aussi par un élargissement du champ de recherches aux divers courants royalistes, de la Vendée à l’émigration.

Contributions de Nicolaï Promyslov, Ludmila Piménova, Alexandre Tchoudinov, Vladislava Sergienko, Alexis Demianov, Andrei Tyrsenko, Eléna Miagkova, Dmitri Bovykine et Galina Tchertkova.

Quand Napoléon Bonaparte recréa la Suisse

La genèse et la mise en œuvre de l’Acte de médiation. Aspects des relations franco-suisses autour de 1803, Journée d’études du 3 mars 2003 à la Sorbonne, sous la direction d’Alain-Jacques Czouz-Tornare, 2005, 255 p. ill., couv. ill. en coul. Coll. études révolutionnaires n° 7. ISBN : 2- 908327-52-X . ean9782908327526 - 25 €

Les premières années du 19e siècle comptent parmi les plus déterminantes de l’histoire suisse, laquelle, pour cette époque du moins, ne peut être étudiée que dans le cadre des relations franco-helvétiques. Preuve de son importance, le dossier helvétique accapara Napoléon Bonaparte et ses meilleurs diplomates en 1802-1803. Les résultats sont à la hauteur des efforts consentis : en restructurant de force la Suisse, en rééquilibrant le poids de ses différentes composantes et en établissant l’égalité de droit entre les cantons et les anciens territoires sujets ou alliés, le Médiateur Napoléon Bonaparte crée les conditions-cadres qui ont permis aux Confédérés de faire l’apprentissage du fédéralisme suisse moderne et pose ainsi les fondements de l’état fédéral tel qu’il parviendra à s’imposer en 1848.

Contributions de Georges Andrey, Hubert Foerster, Rafaello Ceschi, François Jequier, Elisabeth Kastl, Philippe Bastide, Patrick Bircher, Ulrich Schlaginhaufen, Ivo Berther et Alain-Jacques Czouz-Tornare.

Introduction et sommaire en bas de cette page.

Civils, citoyens-soldats et militaires dans l’état-Nation (1789-1815)

Actes du colloque d’Arras (7-8 nov. 2003), sous la direction d’Annie Crépin, Jean-Pierre Jessenne et Hervé Leuwers, 2006, 176 p. couv. ill. en coul. Coll. études révolutionnaires n° 8. ISBN : 2- 908327-53-8 . ean9782908327533 - 25 €

La nouvelle historiographie du phénomène militaire sous la Révolution et l’Empire évolue vers une réflexion sur le changement social ou culturel lié aux chocs multiples de l’enrôlement et de l’affrontement, ou sur le rapport entre guerre et formation de l’état-nation. Les contributions de ce volume, édité à l’issue du colloque d’Arras des 7 et 8 novembre 2003, proposent un bilan des recherches sur ces thèmes, en valorisant des travaux souvent ignorés, toujours dispersés, et d’autre part des études sur deux dimensions essentielles de l’armée en société et en révolution : les relations entre militaires et civils, la conjugaison des engagements militaires et civiques ou politiques.

Avant-propos de Jean-Pierre Jessenne et Hervé Leuwers, Introduction d’Annie Crépin. Contributions de Jean-Paul Rothiot, Jacques Bernet, Thomas Hippler, Nathalie Alzas, Sylvain Sick, Franck Vandeweghe, Nicolas Cadet, Angelo Celeri, Didier Michel, Olivier Paradis, Bruno Ciotti, Vincent Cuvilliers, Alain Bernède, Jean-Pierre Jessenne et Hervé Leuwers

Annexe en bas de ce document

Citoyen et citoyenneté sous la Révolution française

Actes du colloque international de Vizille (24-25 septembre 2004), réunis par Raymonde Monnier. Avant-propos de Michel Pertué, Rapport introductif de Bronislaw Baczko, 2006, 312 p. ill., couv. ill. en coul. Coll. études révolutionnaires n° 9. ISBN : 2- 908327-54-6 . ean9782908327540 - 29 €

Les signes actuels de désintégration de l’espace public invitent à s’interroger sur les voies et moyens d’une réimplication de l’individu dans la cité. On sait l’ampleur des débats nord-américains sur le sujet et les oppositions entre libéraux, communautariens et républicains ou « républicanistes ». Ces discussions ont été jusqu’à maintenant moins vives sur le continent et notamment en France où la reconnaissance des droits individuels a coïncidé avec la mise entre parenthèses des appartenances. Cependant, les interrogations sur les critères de la citoyenneté, la remise en cause de l’Etat-nation et le dérèglement du modèle français d’intégration ont provoqué d’importantes réflexions qui viennent aujourd’hui nourrir des controverses nationales. Les études qui ont profondément renouvelé le sujet depuis le bicentenaire de la Révolution, nous aident à trouver des sources de réflexion et des éléments de réponse. Invités à réexaminer la fondation révolutionnaire de la citoyenneté, philosophes, historiens et juristes échangent ici leurs points de vue sur ces questions pour mieux comprendre les ressorts de la dynamique égalitaire contenus dans les droits de l’homme et s’interroger sur la possible réinscription des différences aujourd’hui revendiquées dans le cercle de l’identité.

Contributions de Luc Vincenti, Jean Bart, Martijn Van der Burg, Rolf Reichardt, Patrice Higonnet, Philippe Bourdin, Daniel Nordman, Raymonde Monnier, Anna-Maria Rao, Christine Peyrard, Serge Aberdam, Malcolm Crook, Philippe Tanchoux, Elisabeth G. Sledziewski, Philippe Grateau, Bernard Gainot, Jacques Poumarède, Christine Fauré, Haim Burstin, Thomas Hippler, Jean-Luc Chappey et Anne Simonin.

Annexe en bas de ce document

Hors collection

Annales historiques de la Révolution française, Tables du Centenaire 1908-2007

Coordonnées par Claude Coquard, 2008, 384 p. et CDRom. ISBN 978-2-908327-68-7, 29 €.

Ce volume accompagné d’un CDRom, met à la disposition du public un ensemble bibliographique inédit sur l’histoire de la Révolution française et de l’Empire depuis un siècle. L’ouvrage comporte en première partie la table alphabétique par noms d’auteurs de tous les articles parus dans les deux revues de la Société des études robespierristes, Annales révolutionnaires (1908-1923) et Annales historiques de la Révolution française (depuis 1924). On trouve en seconde partie, par ordre des auteurs, une table des comptes rendus des ouvrages présentés sur la même période et le même sujet. Trois index thématiques (matières, lieux, noms propres) forment la troisième partie de l’ouvrage qui mentionne enfin, en quatrième partie, les références des articles parus sur les mêmes thèmes depuis un siècle dans d’autres publications régionales, nationales ou internationales.

Serge Bianchi, Claude Coquard, Pascal Dupuy, Claudine Durand-Coquard, Anne Jollet et Danièle Pingué ont participé à ce travail coordonné par Claude Coquard ; la conception et la mise au point du CDRom sont dues à Camille Lescaudron.

Annexe en bas de ce document

Annales historiques de la Révolution française - Numéros spéciaux disponibles (1982-2006) Prix au numéro : 13 €

N° 251 / 1982 : Hommage à Albert Soboul

N° 260 / 1985 : Questions d’histoire de la Corse

N° 263 / 1986 : Paris et la Révolution

N° 274 / 1988 : Le Morvan révolutionnaire

N° 276 / 1989 : Hommage à Ernest Labrousse

N° 281 / 1990 : Hommage à Jacques Godechot

N° 285 / 1991 : La presse révolutionnaire

N° 286 / 1991 : La Révolution et l’Europe

N° 289 / 1992 : Images et symboles

N° 293/4 1993 : Révolution aux colonies

N° 297 / 1994 : L’acculturation politique

N° 300 / 1995 : L’an II

N° 303 / 1996 : La presse sous la Révolution

N° 308 / 1997 : Sur le Directoire

N° 313 / 1998 : L’Italie du Triennio révolutionnaire 1796-1799

N° 315 / 1999 : Paysanneries et communautés villageoises à la fin du 18e siècle

N° 317 / 1999 : France-Allemagne. Interactions, références

N° 318 / 1999 : La France du 18 Brumaire et l’étranger

N° 320 / 2000 : Sciences et techniques autour de la Révolution française

N° 322 / 2000 : Les prénoms révolutionnaires

N° 324 / 2001 : L C A Desaix, officier du roi, général de la République

N° 326 / 2001 : La révolution batave

N° 328 / 2002 : La Révolution et le Droit

N° 330 / 2002 : Provinces-Paris

N° 332 / 2003 : Une révolution du pouvoir exécutif ?

N° 334 / 2003 : L’historiographie italienne et la Révolution française

N° 336 / 2004 : L’Espagne et Napoléon

N° 338 / 2004 : La vulgarisation des savoirs et des techniques sous la Révolution

N° 340 / 2005 : Les arts et la Révolution

N° 342 / 2005 : Les îles britanniques et la Révolution française

N° 344 / 2006 : La prise de parole publique des femmes

Attachments

Top of page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org