Navigation – Plan du site
Mélanges

Deux siècles après : le projet révolutionnaire de Rigas Velestinlis et son impact dans le sud-est européen

p. 127-129

Par leur retour périodique, les commémorations s’offrent comme l’occasion, le point de départ, de bilans, de nouveaux projets et, à coup sûr, de nouvelles approches reflétant à chaque fois le point de vue historique du moment. Pour le patriote thessalien, le précurseur des mouvements révolutionnaires grecs que fut Rigas Velestinlis, notons d’emblée qu’il a fallu que s’écoule environ un siècle et demi depuis son exécution (1798) avant que sa personnalité composite et son action polymorphe ne commencent à être mises en lumière de façon satisfaisante. Fils du xviiie siècle, profondément imprégné des enseignements et des impératifs des Lumières telles que celles-ci s’exprimèrent dans l’Europe du sud-est, Rigas s’est efforcé de répondre d’un point de vue théorique, mais également pratique, aux espoirs diffus des peuples asservis de l’Empire ottoman. Espoirs et visions tournés vers la liberté, quel que soit le sens que prenait à chaque fois ce terme pour ces nations diverses, les valeurs dont il se chargeait en fonction de leur degré de maturité et de la conscience qu’elles avaient de leurs aspirations nationales et de leurs buts sociaux.

Cependant, l’action patriotique révolutionnaire radicale et par conséquent secrète de Rigas, de même que ses projets d’avant-garde d’organisation étatique pan-balkanique fondée sur la domination populaire, la « Démocratie hellénique », demeurèrent pour la plupart inconnus jusqu’à la fin du xixe siècle. Car ils n’eurent pas le temps d’être mis en œuvre : découverts à Trieste, ils furent durement écrasés. L’administration autrichienne arrêta le maître d’œuvre et ses compagnons et, cherchant à se rendre agréable à la Sublime Porte, les remit à l’autorité ottomane, entraînant ainsi leur élimination physique et le renversement en temps voulu du mouvement révolutionnaire qu’ils avaient préparé.

Les archives de la Police autrichienne ont donc constitué la précieuse source historique où l’on a retrouvé les documents relatifs à l’arrestation et aux interrogatoires des révolutionnaires. La publication de ces documents, cent ans après la tragique conclusion de cette affaire, a largement éclairé le projet de mouvement révolutionnaire tel que l’ont décrit ses protagonistes mêmes, avec sincérité, audace et, pourrait-on dire, fierté. De nouveaux documents furent retrouvés, provenant des archives de Vienne et complétant l’ensemble de l’image. Leur publication a coïncidé avec un autre anniversaire de l’histoire néo-hellénique : la célébration du centenaire de l’indépendance grecque (1930). Récemment, des textes inédits viennent encore d’être publiés, issus d’une autre source. Selon une communication du professeur G. Ars, les Archives de Politique étrangère de l’Empire russe (AVPRI) à Moscou contiennent des rapports diplomatiques russes contemporains sur l’arrestation et l’exécution de Rigas : celui du consul de Russie à Trieste, Spyridon Varouchas, va même jusqu’à interpréter les mobiles du Grec qui dénonça Rigas aux autorités autrichiennes.

Ainsi, à partir du moment où le texte de la Constitution que ce dernier avait proposé fut connu (la Nouvelle Organisation Politique se fondait sur des textes constitutionnels de la Révolution française, surtout celui de la Constitution de 1793), commença-t-on à considérer d’un autre point de vue sa silhouette. Elle demeurait en effet jusqu’alors gravée dans la mémoire collective comme celle du barde révolutionnaire, héraut de la liberté, du poète des chants patriotiques, du concepteur de cartes, du traducteur et éditeur d’ouvrages parus d’abord en langue étrangère : romans d’amour, anthologie de textes de physique, œuvres dramatiques, une partie du Jeune Anacharsis. Les positions de Rigas quant à la société, la politique et l’État occupent maintenant le premier plan, intéressant toujours davantage les chercheurs; parallèlement, c’est en rapport avec celles-ci que son œuvre est désormais examinée dans son ensemble et reçoit des interprétations élargies. Néanmoins, à une époque de forts antagonismes nationaux dans les Balkans, il était difficile de promouvoir le message de Rigas en faveur d’une confraternité pan-balkanique des peuples. Il fallut plusieurs décennies avant que les idéologies nationales ne se tempérassent quelque peu et que la vision de Rigas fût considérée dans sa véritable dimension de patriotisme démocratique. Mais nous avons parlé de vision...

Le bicentenaire de l’exécution de Rigas a cette année été célébré par de nombreuses manifestations : colloques, expositions, conférences, représentations théâtrales, concerts, productions de disques et de CD. Cela a été l’occasion de présenter de nouveaux documents historiques – écrits et iconographiques –, d’interpréter les œuvres dramatiques traduites par Rigas, de diffuser plus largement ses chants dans les diverses interprétations sonores qui en ont été données. Mais surtout, dans les congrès – et il faut ici signaler que c’est la première fois que se tenaient en Grèce des congrès consacrés à Rigas, auxquels ont d’ailleurs participé des scientifiques étrangers –, de nouvelles approches de l’œuvre de Rigas ont pu se manifester: ainsi, on a esquissé le cadre international dans lequel s’est inscrite son action révolutionnaire, on en a souligné la portée ainsi que l’engagement de Rigas dans l’espace balkanique au sens large et l’attachement qu’il y portait, on a à nouveau discuté ses positions contradictoires ainsi que les questions qui n’ont pas encore reçu de réponses satisfaisantes et, enfin, on a déterminé les domaines où il s’avère nécessaire de poursuivre la recherche. Peut-être l’ampleur donnée à cet anniversaire par la communauté scientifique, et par l’État également, aurait-elle été davantage favorisée si un grand colloque commun avait été organisé avec, au besoin, plusieurs lieux de réunion : la « petite patrie » de Rigas, Velestino, aurait à juste titre souhaité participer de manière festive à cette commémoration. Réussis et féconds, ces colloques isolés ont néanmoins manifesté plusieurs faiblesses : recouvrements thématiques, nécessité pour les chercheurs grecs d’exposer plusieurs sujets en l’espace de quelques jours, caractère répétitif de certaines communications de contenu presque identique, faute pour les intervenants d’avoir été à temps informés sur ce qui avait déjà été dit.

Bien sûr, les organisateurs de ces congrès ont tenté de proposer une approche chaque fois différente du sujet « Rigas », comme le montrent bien les sous-titres des thématiques générales retenues (« Des Lumières aux révolutions », « La crise de l’Empire ottoman et l’hellénisme moderne, xviiie-xixe siècle », etc.). Il faut cependant noter que, dans les trois congrès dont on parlera plus longuement par la suite, outre le sujet, Rigas Velestinlis, un autre lien commun s’est, pourrait-on dire, créé de lui-même : le fait qu’une rencontre ou une séance tout entière était dédiée à la mémoire de Léandros Vranoussis. Cet infatigable historien a en effet consacré la plupart de ses activités intellectuelles à enquêter sur l’œuvre de Rigas et à l’interpréter, à s’intéresser à l’environnement où ce dernier a vécu et agi et, en général, à toute la période historique qui l’a révélé et, en même temps, a été exprimée par ce révolutionnaire d’avant-garde. Dans les esprits de nous tous, l’identification des deux noms de Vranoussis et de Rigas s’inscrit comme une conséquence naturelle de cette longue fréquentation et des brillants résultats qui en ont été le fruit.

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org