Navigation – Plan du site

Résumés

Les libéralités consulaires puis impériales offertes à la famille Desaix (titres, pensions et armoiries) rappellent la dette morale contractée par Bonaparte à Marengo envers l’un de ses meilleurs généraux. Elles renvoient aussi à des pratiques d’Ancien Régime, que le même lignage servait depuis des générations, comme le démontre une étude généalogique serrée. Sa conversion à la défense de la République souligne d’autant plus l’originalité et l’honneur de Louis Charles Antoine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe-Jean Vidal, « Les «Desaix» », Annales historiques de la Révolution française, 324 | 2001, 21-37.

Référence électronique

Philippe-Jean Vidal, « Les «Desaix» », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 324 | avril-juin 2001, mis en ligne le 16 avril 2004, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/352 ; DOI : 10.4000/ahrf.352

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org