Navigation – Plan du site
Correspondance

Correspondance de Russie

Anatoli Tyrsenko
p. 153-155

Texte intégral

1Les débuts des années 2000 ont été marqués par le renouvellement de l'Annuaire d'études françaises après une interruption de dix ans.

2L'Annuaire d'études françaises éd. 2002 est consacré au centième anniversaire de V. M. Daline. Le volume recueille les contributions qui font suite à sa dernière monographie Les historiens de la France aux XIXe-XXe siècles. Les auteurs relancent la discussion sur le sujet de l'historien et son œuvre.

3L'article nécrologique de G. S. Tchertkova et les matériaux sur V. M. Daline ouvrent cette monographie. V. A. Pogossian, dans un article qui s'intitule « V. M. Daline, comme je le connaissais », esquisse l'image du chercheur et du citoyen, expose ses méthodes de travail et présente ses contacts scientifiques. L'auteur conclut que l'apport de Daline à l'historiographie internationale a été considérable.

4Les Mémoires du fils de V. M. Daline traitent de la jeunesse de son père qui correspond à l'époque de la Révolution de 1917. Ces événements, qui se concevaient par analogie avec ceux de la Révolution française, ont influencé profondément les historiens russes du XXe siècle, surtout les spécialistes de l'histoire de France, dont quatre ont été reconnus officiellement en France dans la période allant de 1917 à 1987 et qui y ont été nommés docteurs honoris causa : E. V. Tarlé, B. F. Porchnev, A. Z. Manfred et V. M. Daline.

5Dans l'article d'A. V. Gordon « Mes rencontres avec V. M. Daline », il est question plutôt des impressions personnelles de l'auteur et de ses contacts avec V. M. Daline dans les années 1960-1980, dans l'ambiance des débats sur les problèmes de la Révolution française, et en particulier sur le rôle historique des « enragés », sur la nature de la « dictature » jacobine et sur l'historiographie de la Révolution ; il gravite surtout autour des ouvrages de R. Cobb et de l'édition commentée du livre de P. Kropotkine sur la Révolution française.

6Les Mémoires personnelles de V. M. Daline ont été présentées par R. Legrand et E. V. Starostine.

7L'article de S. V. Obolenskaya « Premier essai sur l'histoire de l'Annuaire d'études françaises » a pour but de faire une revue générale de l'histoire de la première série de l'Annuaire d'études françaises, qui a été lancée grâce au dégel des relations sous Khrouchtchev. Cette édition poursuivait deux buts, qui consistaient à stimuler les recherches sur l'histoire de France d'une part, et à organiser dans ce cadre la coopération des historiens français et soviétiques d'autre part. La première série publiée de l'Annuaire d'études françaises a compris trente volumes. L'un des sujets prioritaires de l'Annuaire de l'époque était la Révolution française (près de soixante-dix articles). Le rôle d'animateurs de la première série de l'Annuaire revient à deux personnes : le rédacteur en chef A. Z. Manfred et son adjoint V. M. Daline.

8Claude Mazauric a consacré son article « Albert Soboul, historien et citoyen » à l'itinéraire intellectuel du grand maître de l'historiographie de la Révolution française. Sa jeunesse, son éducation morale et intellectuelle, ses convictions politiques, les épreuves à l'époque de la Seconde Guerre mondiale, puis A. Soboul en tant que professeur et chercheur et la portée de son œuvre, sont examinés dans cet article. L'auteur inscrit A. Soboul dans la mouvance de « l'histoire méthodique ». Autrement dit, A. Soboul envisagerait sa méthode historique comme suit : l'herméneutique vient après la construction heuristique et complète celle-ci. L'auteur accentue l'évolution de la représentation soboulienne de la Révolution française. Si, au départ, il convenait pour lui de comprendre la Révolution comme le « modèle classique » de la Révolution bourgeoise, à partir de 1972 il adhère au concept de l'exclusivité de la Révolution française par rapport à d'autres voies de transition des sociétés traditionnelles ver la société moderne.

9Dans l'article de Mona Ozouf « François Furet », il est dit en particulier qu'il faut se garder de réduire l'œuvre historique de F. Furet aux études de la Révolution française stricto sensu. Ses intérêts s'étendaient largement au-delà de ce sujet. En effet, il convient pour lui de penser la Révolution française dans le contexte du cycle révolutionnaire tout entier. En d'autre termes, la Révolution s'est préparée au XVIIIe siècle pour se prolonger au XIXe siècle et peut-être même au XXe siècle alors que ses conséquences allaient en se développant. Les Français oscillaient entre la volonté d'arrêter la Révolution et celle de la recommencer. Ainsi F. Furet se présente comme l'historien de la nation révolutionnaire qui la considérait dans une perspective comparative (surtout en fonction de l'expérience anglo-saxonne). L'approche intégrée de F. Furet des études de la Révolution lui a permis de découvrir dans cet événement les éléments fondateurs de la démocratie moderne. L'auteur souligne qu'une « instance englobante » (compte tenu des représentations historiographiques, du rapport du social et du politique, de la mutation des idées en forces politiques réelles) était caractéristique de son concept de l'histoire politique.

10D. Yu. Bovykine dans l'article « A. V. Ado, professeur de l'Université d'État de Moscou » précise la dimension humaine et la contribution scientifique à la science historique de l'un des leaders reconnus parmi les spécialistes de l'histoire de France. L'auteur fait ressortir que A. V. Ado a continué les traditions de « l'école historique russe » d'études de l'histoire de France et qu'il a créé sa propre école. L'auteur a démontré l'évolution scientifique et politique de A. V. Ado durant toute sa carrière intellectuelle en fonction des « moments » historiques de la Russie de son temps.

11C. E. Letchford dans l'essai « V. G. Revounenkov contre "l'école moscovite" : la discussion sur la dictature jacobine » expose les débats sur les problèmes de la « dictature » jacobine entre V. G. Revounenkov (Leningrad) et les représentants de l'école dite « moscovite » (Daline, Manfred) dans les années 1960-1970. Les débats ont revêtu assez vite une forme politique. Ils s'articulaient autour du problème de la « nature sociale » de la « dictature » jacobine. D'une part, A. Z. Manfred l'a définie comme un « bloc » composé de la bourgeoisie démocratique moyenne, de la paysannerie et des ouvriers. D'autre part, Revounenkov réfutait ce concept de « bloc » et insistait sur l'idée du pouvoir bicéphale, voire de deux dictatures : l'une bourgeoise jacobine, qui s'appuyait sur la Convention et ses organes, l'autre plébéienne et basée sur la Commune de Paris, les sections et les sociétés populaires. C'est la dernière qui pouvait passer pour une dictature révolutionnaire démocratique.

12L'auteur conclut que cette discussion était idéologisée dès le début et qu'elle ne présente d'intérêt aujourd'hui que comme un épisode de la vie scientifique de l'époque soviétique.

13Le volume comprend aussi les articles de V. P. Smirnov « Fernand Braudel : sa vie et ouvrages », G. N. Kaninskaya « Voie de vie de J.-B. Duroselle : le choix occasionnel, la vocation pour toujours », G. Duby « Le plaisir de l'historien », Yu. L. Bessmertny « Les voies du médiéviste en URSS », A. V. Gladychev « G. S. Koutcherenko : les traits de biographie ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anatoli Tyrsenko, « Correspondance de Russie », Annales historiques de la Révolution française, 331 | 2003, 153-155.

Référence électronique

Anatoli Tyrsenko, « Correspondance de Russie », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 331 | janvier-mars 2003, mis en ligne le 18 avril 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/4673 ; DOI : 10.4000/ahrf.4673

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org