Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Qu'est-ce que la tolérance ? Perspectives sur Voltaire sous la direction de Jürgen SIESS, Ferney-Voltaire, Centre international d'étude du XVIIIe siècle, 2002, 174 p.

Jean-Luc Chappey
p. 194-195

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 avril 2004.

1La question de la tolérance fait aujourd'hui l'objet d'une attention nouvelle marquée par de nombreuses publications récentes. Ce recueil d'articles, résultat d'un colloque tenu à l'Université de Jérusalem en 2000 autour des questions posées par cette notion dans l'oeuvre de Voltaire, apportera indéniablement une contribution essentielle aux interrogations actuelles. En réunissant historiens, philosophes et littéraires, les organisateurs ont cherché, non seulement à revisiter les influences et à faire réémerger les débats qui ont entouré les combats menés par Voltaire au nom de la tolérance, mais aussi à en dégager les résonances et dissonances actuelles. On trouvera ainsi des articles de réflexion particulièrement intéressants (Jûrgen Siess et David Heyd) quant aux enjeux de la notion de tolérance développée par Voltaire dans les débats éthiques et politiques les plus contemporains.

2Dans un premier temps (« Histoire des religions, histoire des idéologies »), les contributions ont pour objet de remettre en perspective les différentes prises de position de Voltaire face à l'altérité et à la tolérance. S'il semble évident que Voltaire « n'invente rien » et s'inscrit dans un courant de pensée qui, dès le XVIIe siècle, se construit — par exemple — autour des interrogations politiques sur la « tolérance civile », il est important de mesurer quelles ont pu être ses influences et de préciser les diverses configurations (philosophique, religieuse...) à partir desquelles cette notion de « tolérance » a émergé et s'est progressivement formalisée. À travers le rappel du rôle joué par les milieux protestants minoritaires dans la construction de l'idée de tolérance — reprise ensuite par des théoriciens réformés plus « officiels » tels que Bayle ou Basnage — (Michael Heyd), mais aussi de l'influence qu'ont pu avoir les théoriciens de la « paix universelle » comme Leibniz (Elhanan Yakira) ou l'abbé de Saint-Pierre (Myriam Yardeni), les auteurs des différentes contributions font émerger des courants de pensée, souvent ignorés, qui ont pourtant contribué de manière essentielle à l'acclimatation de l'idée de tolérance dans l'Europe des Lumières et, plus précisément, à sa réappropriation théorique par Voltaire.

3Dans un second temps (« Voltaire en contexte »), il s'agit de reconstruire l'environnement politique et culturel dans lequel Voltaire inscrit ses prises de position en faveur de la tolérance. En réinscrivant ces prises de position dans des débats qui traversent alors d'autres espaces géographiques (Dominique Bourel nous fait ainsi pénétrer dans les arcanes des controverses théoriques qui agitent les théoriciens regroupés autour de Joseph II et souligne le rôle essentiel joué par les représentants du courant piétiste dans la formalisation progressive de l'idée de tolérance), en rappelant les ambiguïtés et contradictions du discours de Voltaire sur la tolérance (Roland Mortier ; Isabelle Martin), les auteurs mettent en évidence aussi bien les tensions que les limites qui caractérisent la défense d'une idée en progressive élaboration. C'est plus précisément sur le Traité sur la tolérance (1763) que s'interrogent enfin les auteurs (« Voltaire, discours et argumentation »). S'il est traditionnel de dire que Voltaire a réussi à mobiliser « l'opinion publique » en faveur de la tolérance, peu de travaux se sont en fait interrogés sur les outils narratifs et instruments rhétoriques à partir desquels Voltaire a mené cette entreprise. À travers quatre contributions particulièrement convaincantes (Carole Dornier, André Magnan, Michèle Bokobza-Kahan, Christian Plantin), c'est toute la question de l'écriture voltairienne et de son efficacité qui est posée. Les outils utilisés par l'écrivain pour diffuser l'idée de tolérance dans l'opinion publique, et surtout pour « construire » un lecteur tolérant (et nous touchons là le problème des pratiques des lectures), sont passés au crible de manière particulièrement convaincante. Si Carole Dornier insiste sur la mise à distance rendue possible par l'usage de l'ironie et d'une hétérogénéité énonciative qui vient « brouiller les conditions de validation du discours », André Magnan insiste pour sa part sur la fonction des procédés dialogiques qui placent le lecteur face à des « choix » susceptibles de faire émerger le doute, et en dernier lieu une position tolérante. Ainsi, c'est moins dans le message véhiculé que dans l'économie rhétorique et narrative (visant en quelque sorte à transformer « l'habitus » du lecteur) que Voltaire mène son combat en faveur de la tolérance. L'idée n'est certes pas neuve, mais les contributions dont elle fait l'objet en permettent l'approfondissement. Celle de Michèle Bokobza-Kahan qui s'interroge sur la posture du locuteur dans le Traité est particulièrement éclairante ; en montrant comment Voltaire « joue » avec la représentation de soi, elle inscrit la question de la tolérance chez Voltaire dans des questionnements historiographiques beaucoup plus larges : comment « l'intellectuel » pense-t-il sa fonction dans la France des Lumières et comment construit-il cette « opinion publique » en même temps qu'il la mobilise ?

4S'il est impossible de préciser l'ensemble des questions soulevées par les diverses contributions, on retiendra seulement que cet ouvrage devrait susciter l'intérêt de tous ceux qui s'intéressent de près à la pensée des Lumières, et plus largement s'interrogent sur l'actualité d'une notion dont « l'avenir » n'est toujours pas assuré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Chappey, « Qu'est-ce que la tolérance ? Perspectives sur Voltaire sous la direction de Jürgen SIESS, Ferney-Voltaire, Centre international d'étude du XVIIIe siècle, 2002, 174 p. », Annales historiques de la Révolution française, 332 | 2003, 194-195.

Référence électronique

Jean-Luc Chappey, « Qu'est-ce que la tolérance ? Perspectives sur Voltaire sous la direction de Jürgen SIESS, Ferney-Voltaire, Centre international d'étude du XVIIIe siècle, 2002, 174 p. », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 332 | avril-juin 2003, mis en ligne le 20 avril 2004, consulté le 22 novembre 2014. URL : http://ahrf.revues.org/5593

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Chappey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org