Navigation – Plan du site
Comptes rendus – Le Consulat et l'Empire

L’histoire de Napoléon par la peinture

Matthieu De Oliveira
p. 161-162
Référence(s) :

Jean Tulard (dir.), L’histoire de Napoléon par la peinture, Paris, L’Archipel, 2005, 318 p., ISBN 2-84187-739-6, 75 €.

Texte intégral

1Parmi les nombreux ouvrages que Jean Tulard a consacrés au Premier Empire, cette Histoire de Napoléon par la peinture offre, en grand format, en couleur et sur papier glacé, une réédition d’un livre paru chez Belfond en 1991. Associé à A. Fierro et J.-M. Léri, il donne à voir plusieurs dizaines de reproductions de grande qualité, les principales d’entre elles ayant droit à une double page (Le Sacre, p. 72-73), parfois agrémentées de « zooms » sur certains détails (La Bataille de la Moskova, p. 240-243) et toujours accompagnées de quelques lignes de commentaires. Pour la plupart, il s’agit de tableaux, signés des grands noms de la peinture française (David, Gros, Girodet, Vernet…) et européenne (Turner livre un Trafalgar p. 192, Goya et ses Dos et Très de Mayo…), mais on y trouve également quelques eaux-fortes, dessins et autres aquarelles, célèbres comme le Passage de la Bérézina (p. 246) ou plus méconnues (Les portes de Grenoble apportées au pieds de l’empereur par les habitants, 7 mars 1815, p. 280). Un index biographique des artistes reproduits est d’ailleurs proposé à la fin de l’ouvrage.

2Les scènes militaires sont évidemment les plus nombreuses, d’Arcole à Waterloo, alors que sont portraiturés la quasi-totalité des membres de la famille impériale (dont une Caroline Murat à Naples par Ingres qu’on croyait perdu, p. 188) et des dignitaires civils et militaires du régime. Pourtant, les divers aspects de la vie quotidienne font l’objet d’une attention particulière, entre une vue du Quai des Chartrons à Bordeaux (p. 120-121), le Départ des conscrits en 1807 (p. 100) et la Lecture du Bulletin de la Grande Armée (p. 102-103), deux œuvres qui rappellent la prégnance de la guerre, tout comme L’amputation du Capitaine R. par Larrey à la bataille de Hanau, 30 octobre 1813 (p. 257) qui renvoie à ses aspects les plus sanglants.

3Ce qui frappe enfin, c’est l’extraordinaire contrôle des représentations par un régime qui mobilise les arts graphiques au profit de sa propagande (on pense en particulier à toutes les peintures de l’empereur avec son fils qui le présentent comme un père aimant et attentionné, bien loin de l’image de l’« Ogre corse » véhiculée par ses ennemis, d’ailleurs totalement absents de l’ouvrage) et parvient, par-delà sa chute, à inspirer une légende qui court jusqu’à la fin du XIXe siècle au moins, comme en témoigne Le Rêve d’Ed. Detaille (p. 306-307). C’est ce sur quoi insiste la préface, assez convenue d’ailleurs et déjà souvent lue sous la même plume, et que confirme le plan chronologique qui se termine sur « Sainte-Hélène et la Légende ». Un très beau livre d’images en somme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu De Oliveira, « L’histoire de Napoléon par la peinture », Annales historiques de la Révolution française, 346 | 2006, 161-162.

Référence électronique

Matthieu De Oliveira, « L’histoire de Napoléon par la peinture », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 346 | Octobre/Décembre 2006, mis en ligne le 10 juillet 2008, consulté le 24 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/7843

Haut de page

Auteur

Matthieu De Oliveira

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org