Navigation – Plan du site
Regards croisés

L’An deux mille six, ou la « Toinettomania », rêve étrange s’il en fût jamais

Michel Biard et Hervé Leuwers
p. 157-158

Des « regards croisés » pour énoncer des points de vue ou débattre, tel est l’objet de cette rubrique nouvelle. Autour d’un thème qui a trait à l’actualité historiographique ou aux regards portés sur un personnage, un événement ou une période de l’histoire, l’objectif est d’inviter des historiens à s’exprimer, à échanger ou à proposer. Ouverte aux débats, et même spécialement conçue pour les accueillir, cette rubrique a pour ambition d’offrir des analyses ou des discussions qui permettront de pointer les enjeux des célébrations qui entourent la Révolution française, d’isoler les grandes inflexions de la recherche… ou ses silences. Sous différentes formes, la rubrique invitera à un regard multiple sur l’histoire qui s’écrit ou se montre à voir.

Pour cette première livraison de « Regards croisés », les AHRF ont choisi d’évoquer la « Toinettomania » qui a déferlé sur notre République au cours de l’année 2006, à l’occasion de la sortie sur les écrans français du film de la réalisatrice américaine Sofia Coppola1. L’heure étant depuis quelque temps déjà supposée au « remords collectif » des Français2, l’image de la jeune reine, très belle et insouciante, ne pouvait que renforcer l’idée d’une mise à mort absurde et cruelle. Mettant à profit l’effet de mode, relayé par une grande partie de la presse, nombreux sont ceux qui ont alors tenté de glaner quelques espèces sonnantes et trébuchantes en marge de la sortie du film. La Réunion des Musées nationaux elle-même a été touchée par le phénomène, avec la production d’une étole, d’une montre, d’une « peluche-mouton » et… d’un collier (!), vendus sous le nom de la reine guillotinée en 1793. Quant au monde de l’édition, il suffit de parcourir les rayons des librairies pour se convaincre tout à la fois de l’existence d’une « Toinettomania » – avec au moins une table ou un rayon réservés à ce sujet – et plus encore de l’indigence d’ensemble des ouvrages publiés pour l’occasion. En effet, à part quelques rares exceptions, comme le livre de Joël Félix ou celui d’Annie Duprat, les éditeurs ont privilégié la réimpression d’ouvrages anciens qui ne pouvaient évidemment guère apporter du neuf, ainsi que des Mémoires souvent présentés sans le moindre appareil critique, voire pour l’un de ces textes préfacé par Hippolyte Taine sans que quiconque juge bon de préciser que ce dernier était l’une des plumes du XIXe siècle les plus violemment hostiles à la Révolution française ! Mais, dira-t-on après tout, comme le « grand public » de l’an 2006, conditionné par avance, se contente ici d’idées reçues et là de faits romancés, pourquoi diable réclamer des ouvrages au sérieux scientifique indéniable ? S’il peut se contenter de pain (et de jeux), pourquoi vouloir lui donner de la brioche ? Au nom du métier d’historien, assurément, et sans le moindre doute il convient de le dire et de le répéter avec force.

Notes

1Les textes de la présente rubrique résument les interventions qui ont eu lieu à l’Université de Rouen, le 18 octobre 2006, dans le cadre d’une séance de séminaire consacrée à ce thème.
2L’Histoire, publication destinée à toucher en principe un large public, titrait ainsi dans son numéro de novembre 2005 : « Louis XVI. Faut-il le réhabiliter ? ». Le dossier présenté pour l’occasion ne visait certes pas uniquement le procès du roi, loin s’en faut, mais la manière même de poser la question n’était en rien innocente.
Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org