Navigation – Plan du site
Hommage

Robert Legrand (1912-2006)

Claude Mazauric
p. 177-179

Texte intégral

1Notre confrère Robert Legrand nous a quittés, cet été, en plein mois d’août, à l’âge de quatre-vingt-treize ans révolus. Il était, me semble-t-il, le plus ancien membre vivant de la Société des études robespierristes à laquelle il avait été agrégé en 1946 quand Georges Lefebvre était au faîte de sa gloire. Depuis ce temps déjà lointain, Robert Legrand n’a cessé de se montrer l’un des plus fidèles soutiens de la Société dont il suivait avec assiduité les activités, s’attachant jusque dans le grand âge à assister aux assemblées générales. Sa disparition émeut et peine tous ceux qui ont connu ou fréquenté cet homme de cœur qui fut un historien talentueux et un chercheur cultivé, mobile et curieux de tout. Robert Legrand laisse à tous le souvenir d’un travailleur attentif, érudit, toujours disposé à coopérer avec ses confrères, n’esquivant jamais le devoir de prendre en charge les responsabilités que les sociétaires des diverses associations auxquelles il adhérait aspiraient à lui confier.

2Robert Legrand naquit le 18 décembre 1912 à Abbeville. Il était issu d’une véritable dynastie de commerçants dont plusieurs avaient présidé le Tribunal de commerce de la ville. Lui-même, après de bonnes études littéraires au Lycée d’Abbeville, rejoignit dans les années 1930 l’entreprise familiale consacrée à fournir le matériel destiné au travail de la sellerie et des cuirs et peaux. Mobilisé en 1939, blessé lors de la débâcle et à ce titre décoré de la Croix de guerre (1939-1945), il reprit l’exercice de son métier, aspirant comme beaucoup à connaître la fin de l’Occupation. En 1942, il épousa Jacqueline Paoli qui était bibliothécaire à la Bibliothèque nationale : le couple donna naissance à quatre enfants qui, tous, poursuivirent leurs études au même Lycée d’Abbeville où lui-même s’était formé !

3Passionné d’histoire, tout comme de poésie – cela jusque dans le bel âge comme le montre l’anthologie qu’il publia chez Paillart en 1998 –, Robert Legrand, pendant de nombreuses années, mais au début du moins en collaboration avec sa femme, entreprit de multiplier les recherches dans les archives de la Somme puis dans tout l’espace régional picard : de 1939 à 1994, Robert Legrand a publié plus de soixante plaquettes, particulièrement précieuses, consacrées à l’histoire régionale picarde. Membre de la Société d’émulation d’Abbeville dont il devint le plus illustre représentant, à la fois comme auteur singulièrement fécond mais aussi comme communicant dans de multiples rencontres et colloques, il en devint le Vice-président et l’archiviste. Ses intérêts intellectuels le poussèrent à rejoindre aussi d’autres sociétés « savantes » (comme on disait alors), à Saint-Valéry, Calais, Berck, Beauvais, Compiègne, etc. Ayant beaucoup souffert de la disparition prématurée de son épouse, le 22 mai 1967, R. Legrand n’en poursuivit pas moins son travail « d’historien autodidacte » comme il aimait à se définir lui-même ; appellation qui rend mal compte de la qualité et de la diversité de son œuvre, de laquelle émerge son très remarquable ouvrage, véritable classique : Babeuf et ses compagnons de route, publié en 1981 chez Clavreuil à l’initiative d’Albert Soboul, par les soins de la Société des études robespierristes et qui fut couronné par l’Académie française. Spécialiste averti de l’histoire de la Révolution qui le passionnait et qu’il voyait principalement du côté des simples gens, eux-mêmes saisis dans leur diversité de résidence, de partis pris, d’opinion et de genre de vie (Cf. la bibliographie évoquée au terme de cette notice), Robert Legrand n’hésitait pas à interroger la biographie de quelques-uns des « grands hommes » – comme on dit – que son parcours de chercheur lui faisait rencontrer : Talleyrand (pour le Dictionnaire Napoléon, 1996), Guizot (Guizot et son temps. Propos et portraits, 2002), La Fayette, à qui il a consacré son dernier travail, une biographie qui paraîtra posthume et dont il venait de corriger les épreuves, peu de temps avant son décès (La guerre d’indépendance américaine et La Fayette, à paraître chez Paillart à Abbeville en 2006, 240 pages, index et cahier hors texte). Robert Legrand manifestait aussi un goût prononcé pour la généalogie, à la fois comme membre du Cercle généalogique de Picardie et comme auteur d’un recueil original et fort curieux : La galerie des homonymes (1780-1840), paru également chez Paillart, à Abbeville, en 1993.

4Généreux et en rien pontifiant, d’opinion plutôt conservatrice mais jamais réactionnaire, croyant discret et non-conformiste, cet original qui, depuis sa retraite déjà lointaine, passait son temps de rentier à lire et à fréquenter bibliothèques et fonds d’archives, entretenait une correspondance active avec un grand nombre d’historiens dont j’eus l’honneur de faire partie : il n’hésitait jamais à apporter compléments, précisions et corrections aux textes qu’on soumettait à son examen amical et attentif, et de cela, depuis mes premiers travaux, je lui serai toujours personnellement reconnaissant. Albert Soboul, Victor Daline, Armando Saitta, bénéficièrent de son aide dévouée et précieuse pour la réalisation de la publication des œuvres de Babeuf, hélas achevée, et c’est heureux, dans l’édition russe mais interrompue après le premier volume dans l’édition française du fait de la disparition successive de ses promoteurs. Mais on trouvera aussi dans les papiers que Legrand a laissés derrière lui, des lettres nombreuses, celles, entre autres, reçues de Jean Tulard, de Jacques Dupâquier, de Michel Vovelle et de bon nombre d’historiens français et étrangers, notamment américains… Bon orateur et infatigable voyageur, Robert Legrand s’est beaucoup investi au moment du bicentenaire dans l’espace public picard et artésien : il donnait de la Révolution une image contrastée, attentive à ne rien celer de ce qui, à ses yeux, en était « l’ombre », mais tout aussi bien conçue pour en éclairer la dimension créatrice, fondatrice, dont il ne cessait de mettre en valeur la grande portée civilisatrice.

5Par sa vie et par ses écrits, Robert Legrand représente à merveille ce type de savant talentueux, non-universitaire de métier ou par formation professionnelle, de chercheur authentique et désintéressé qu’on qualifiait naguère de manière scandaleusement péjorative « d’érudit local » alors que les travaux pouvaient atteindre à l’excellence, et dont le nombre, la présence et l’activité, ont contribué à faire vivre les sociétés historiques et scientifiques françaises, des sociétés dont le rayonnement et la vitalité contribuent depuis plus d’un siècle et demi à faire de la nation française, un peuple nourri d’histoire.

6C’est avec beaucoup d’émotion, de reconnaissance et de respect, que je rends ici hommage à la mémoire de Robert Legrand, un historien et un chercheur qui a honoré notre Société des études robespierristes dont il n’a jamais manqué de soutenir les activités, le rayonnement et le prestige.

71er septembre 2006

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages de Robert Legrand :

Babeuf et ses compagnons de route, Paris, Clavreuil, 1981, couronné par l’Académie française.

Vie et société en Picardie maritime (1780-1820), Paris, Lib. Guénégaud, 1986.

La Révolution dans la Somme. Conventionnels, jacobins, soldats, Abbeville, Paillart, 1988.

Dix ans de conflits en Picardie (1789-1799), Abbeville, Paillart, 1992, Prix de l’Académie française.

La galerie des homonymes (1780-1840), Abbeville, Paillart, 1993.

Révolution et Empire en Picardie. Économie et finances, Abbeville, Paillart, 1996.

Anthologie de poésies, Abbeville, Paillart, 1998.

Guizot et son temps, propos et portraits, Abbeville, Paillart, 2002.

La guerre d’indépendance américaine et La Fayette, Abbeville, Paillart, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Mazauric, « Robert Legrand (1912-2006) », Annales historiques de la Révolution française, 347 | 2007, 177-179.

Référence électronique

Claude Mazauric, « Robert Legrand (1912-2006) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 347 | janvier-mars 2007, mis en ligne le 01 mars 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ahrf.revues.org/8673

Haut de page

Auteur

Claude Mazauric

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org